Diocèse de Séez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 36′ 23″ N 0° 10′ 11″ E / 48.60639, 0.16972

Diocèse de Séez
Image illustrative de l'article Diocèse de Séez
La cathédrale Notre-Dame de Sées.
Pays France
Église catholique
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse
Création IIIe siècle
Province ecclésiastique Province ecclésiastique de Rouen
Siège Sées
Titulaire actuel Mgr Jacques Habert
Langue(s) liturgique(s) français
Territoire Département de l'Orne
Site web diocesedeseez.cef.fr
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le Diocèse de Séez correspond actuellement au département de l'Orne et l'évêché est situé à Sées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

  • Le sud de l'actuelle Normandie fut vraisemblablement évangélisé par saint Martin de Tours et ses compagnons. Le Perche garde le souvenir de sainte Céronne, une moniale venue de la région de Béziers, morte en 490. L'établissement épiscopal vint de Tours où de Rouen vers le Ve siècle. Ainsi saint Latuin est le premier évêque de Séez, ou plutôt d'Exmes. Il semblerait en effet que le premier évêché se situa à Exmes, cité romaine importante. L'évêque Passivus signe les documents des conciles comme évêque d'Exmes puis comme évêque de Séez à partir de 541. À cette date, il semblerait que le redécoupage des diocèses créa deux nouveaux évêchés, Lisieux et Séez, remplaçant pour partie le diocèse d'Exmes.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • L'installation des évêques de Séez s'effectuait selon un cérémonial assez pittoresque, décrit, en 1836, par F-J Libert dans un "Mémoire" (ci-dessous référencé). Cette pratique se poursuivit jusqu'au XVIIe siècle.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

  • 1547 : Une Bulle du pape Paul III "sécularise" les chanoines de l'église (cathédrale) de Séez qui - depuis 1131 - étaient de l'Ordre de saint Augustin, étaient habillés de blanc et logeaient en commun.

Le Roi Henri II les autorise à porter le même habit que les autres ecclésiastiques et à occuper séparément les maisons vendues par le Chapître.

  • Au cours du XVIe siècle, Jacques de Silly évêque de Séez (et baron de Fleuré (Orne)) fait bâtir une résidence dans cette paroisse; cette "maison de plaisance" (sic) des évêques le restera jusqu'à la Révolution.
  • 1698 : Extraits du Mémoire sur l'état de la France. Généralité d'Alençon, établi à cette date par l'Intendant, M. de Pommereuil :

« Les ecclésiastiques séculiers de cette Généralité, y compris les curés, sont au nombre de 2285. Tous les couvents renferment 337 religieux et 877 filles ».

Ce "Mémoire" répertorie :

  • 550 paroisses (et leur clergé)
  • et, pour les hommes : 12 cloîtres, 2 chapîtres (celui de Séez composé de 40 chanoines et celui de "Carouge" avec 6 chanoines), 38 prieurés, 19 couvents;
  • ainsi que, pour les femmes : 5 cloîtres, 3 prieurés, 6 couvents.

NB: Il y avait aussi une collégiale St Nicolas - de 6 chanoines - à "Le Merlerault" (qui était à cette époque dans le diocèse de Lisieux)

Époque révolutionnaire[modifier | modifier le code]

  • mars 1789 : les députés élus pour représenter le clergé aux Etats généraux de 1789 sont:
  • pour le bailliage d'Alençon: Guillaume-Gabriel Leclerc (Argentan 1743 - Sées 1832), curé de La Cambre.(Le 4 janvier 1791, à Paris, il refusa de prêter le serment prévu par la constitution civile du clergé en déclarant :"Je suis né catholique, apostolique et romain. Je veux mourir dans cette foi et je ne le pourrais pas en prêtant ce serment").
  • pour le bailliage d'Argentan: Jacques Dufresne (1732-1832), curé du Mesnil-Durand
  • pour le bailliage du Perche: Gabriel Le François, curé du Mage.
  • 1790 : Selon les dispositions de la "Constitution civile du clergé" votée par l'Assemblée constituante, il est procédé -dans chaque nouveau département- à l'élection d'un "évêque constitutionnel", Jacques-André-Simon Le Fessier(1735-1805) - précédemment curé de Bérus près d'Alençon - est élu pour l'Orne. Il siège également à "l'Assemblée législative du département" (qui comprend 10 députés). D'autres évêques lui donnent la consécration, malgré l'opposition du pape Braschi, Pie VI.
  • Me Marquet, précédemment Principal du Collège d'Alençon, est nommé Vicaire de l'Évêque constitutionnel. Thomas Poulard -né à Dieppe en 1754- est vicaire épiscopal (il sera évêque constitutionnel de Saône-et-Loire à Autun en 1800 et 1801 avant l'application du Concordat du 15 juillet 1801).
  • En 1793, le sieur Le Fessier, constatant que "tout culte public est prohibé et reconnu contraire à l'ordre social et à la tranquillité" (selon la Convention parisienne), remet sa démission au "Conseil général de Séez", ce qui lui occasionne un emprisonnement à Alençon pendant 47 jours.
  • Plusieurs membres du clergé (ainsi que de simples fidèles) furent arrêtés, jugés et condamnés à la déportation ou (parfois et)à mort par les tribunaux révolutionnaires; motifs invoqués: "réfractaires" ou "contre-révolutionnaires" ou "conspirateurs" ou "fanatiques et ennemis du peuple"...:
    • Jean Beaudouin de Tours, chartreux au Val-Dieu (déporté à l'ile de Ré)
    • Louis Béniard (chanoine de Sainte-Marguerite de Carrouges, mort en août 1794)
    • Pierre Boschet, né à Séez (déporté à Ré)
    • Jean Bourdon (capucin, né à Séez en 1745, mort en août 1794)
    • Gervais Brunel (prieur de La Trappe de Soligny, mort en août 1794)
    • Charles Busnel (déporté à Ré)
    • Jacques Collas du Longchamp (prêtre de Vimoutiers, né en 1758, mort en septembre 1794)
    • Thomas Collin (vicaire d'Avrilly, mort en janvier 1794)
    • Guillaume Desveaux, originaire de Mesnil-Jean, curé de Nocey (déporté à Ré)
    • Jacques Duboulay, vicaire de la Ferrière-au-Doyen (déporté à Ré)
    • Charles Jean-Louis Valframbert -en religion père Dorothée- (capucin, mort à Alençon en 1792)
    • Jean-Baptiste Esnault (en religion Dom Vincent, chartreux du Val-Dieu, mort en octobre 1794)
    • François Faucillon, originaire de Briouze, curé de Montreuil (déporté à Ré)
    • Marie-Jeanne Guesdon (dite des Acres) couturière à Falaise (guillotinée en 1794 comme "recéleuse de prêtre réfractaire")
    • Jean Godard (prêtre de Saint-Germain d'Argentan, mort en septembre 1794)
    • Rémy Landais (vicaire de Couterne, mort à Rochefort en 1794)
    • Louis François Lebrun (Prieur de St Martin de Séez)
    • N...Lelièvre (prêtre de Saint-Pierre de Montsort d'Alençon)
    • Jacques-Jean Lemeunier (ou Lemounier) (vicaire de Mortagne, mort aux Carmes à Paris en septembre 1792)
    • Magnier, sous-prieur de la Trappe de Soligny (déporté à Ré)
    • Henri de la Moudière (chanoine de la cathédrale, mort à Alençon en juin 1793)
    • René Nicolas Poret, (curé de St Martin de Boitron)
    • X Martin de Puisereau (curé du Challenge)
    • XX Martin du Puisereau (frère du précédent et vicaire)
    • Jacques Riblier (vicaire de St Martin l'Aiguillon, mort à Alençon en août 1794)
    • Léonard, Michel Sellos (né à Rouperroux)

(cf Martyrologe du clergé français pendant la Révolution, 1840)

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1844 - Mgr Rousselet étant évêque de ce diocèse - est imprimé (chez Jules Valin, imprimeur à Sées) un Recueil des statuts, réglemens, instructions, mandemens et ordonnances (sic) pour le bon ordre de la discipline et de l'administration dans le diocèse de Séez (ce livre très détaillé - intégralement consultable sur Internet - permet d'avoir une idée extrêmement précise du fonctionnement du diocèse à ses différents échelons (Administration centrale de l'évêché, Chapitre de la Cathédrale, Archidiaconés, Archiprêtrés, Doyennés, Paroisses...)). À peu de choses près, les dispositions contenues dans ce Recueil resteront en vigueur pendant plus d'un siècle, jusqu'au Concile de Vatican II.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Avant le Concordat de 1801[modifier | modifier le code]

Le diocèse était découpé en 5 archidiaconés :

  • 3 en Normandie : Séez, Hiesmois, Le Houlme
  • 2 dans le Perche : Bellesmois, Corbonnois

Il y avait 16 doyennés : Saint-Pierre-sur-Dives, Falaise, Trun, Exmes, Aubigny, Briouze, Argentan, Asnebec, Écouché, Macé, Alençon, Sées, Moulins-la-Marche, Mortagne, La Perrière, Bellême, et 497 paroisses.

Carte: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7710101m.item

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Les archidiaconés n'existent plus. Il y a sept doyennés : Sées, Bocage Nord, Bocage Sud, Perche, Auge-Ouche, Alençon, Argentan.

Carte: http://diocesedeseez.cef.fr/-Paroisses-.html

Le diocèse compte trente-trois paroisses :

  • Sainte Céronne-au-Perche
  • Sainte-Anne-du-Perche
  • Saint-Germain / Saint-Lhomer
  • Sainte-Madeleine-au-Perche
  • Notre-Dame-des-Ermitages
  • Saint-Léonard-des-Clairières
  • Saint-Vigor du Bocage athisien
  • Saint-Pierre / Saint-Paul en Bocage
  • Saint-Rémy des Trois Rivières
  • Bienheureux Marcel Callo
  • Sainte-Anne-de-la-Varenne
  • Notre-Dame-du-Houlme
  • Saint-Sauveur-en-Domfrontais
  • Notre-Dame en Passais
  • Sainte-Genenviève-des-Andaines
  • Saint-Jean-Baptiste-en-Pays Fertois
  • Saint-François-en-Ecouves
  • Saint-Maximilien Kolbe
  • Saint-Jean Eudes en Val d'Orne
  • Notre-Dame du Val d'Orne
  • Bienheureuse Marguerite de Lorraine
  • Notre-Dame au Pays d'Alençon
  • Sainte-Thérèse au Pays d'Alençon
  • Saint-Pierre au Pays d'Alençon
  • Saint-Latuin-des-Sources
  • Sainte-Opportune en Pays d'O
  • Saint-Gilles en Haute Sarthe
  • Saint-Benoît en Pays d'Auge
  • Saint-Evroult-en-Ouche
  • Saint-Pierre / Saint-André en Auge
  • Saint-Godegrand
  • Notre-Dame-de-la-Marche
  • Saint-Martin-en-Ouche

Les évêques de Sées[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des évêques de Sées.

L'évêque de Séez ne semble pas posséder de grand titre temporel, à peine suppose-t-on qu'il était seigneur de Fleuré, lieu de sa résidence de villégiature.

Évêques originaires du diocèse de Séez[modifier | modifier le code]

  • Mgr Théophile Louvard : né à Radon en 1858, évêque en 1919 (de Langres puis de Coutances), décédé en 1950.
  • Mgr Marcel Grandin : né à Beaulandais en 1885, évêque missionnaire en 1937 en Oubangui-Chari (République centrafricaine), décédé en 1947.
  • Mgr Louis Chorin : né à Alençon en 1888, évêque missionnaire en 1947 à Bangkok (Thaîlande), décédé en 1965.
  • Mgr André Pioger : né à Alençon en 1897, évêque en 1955 de Trémitonte (Chypre) puis de Séez, décédé en 1981.
  • Mgr Roger Johan : né à Mortagne-au-Perche en 1902, évêque en 1956 d'Agen, décédé en 1993.
  • Mgr Maurice de Germiny : né à Saint Maurice du Désert en novembre 1939, évêque de Blois en mars 1997.
  • Mgr Gilbert Louis : né à Champsecret en mai 1940, évêque de Châlons-en-Champagne en mars 1999.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Réception et installation des évêques de Séez, du XIVe au XVIIe siècle » par François-Jacques Libert, in Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie vol III, 1837. sur la Bibliothèque électronique de Lisieux.
  • Recueil des statuts, réglemens, instructions, mandemens et ordonnances pour le bon ordre de la Discipline et de l'Administration dans le diocèse de Séez, Sées, 1844. sur Google books
  • "Recherches historiques sur la ville, les évêques et le diocèse de Séez" par P-Cl Maurey d'Orville, Sées, 1829.
  • "Étrennes historiques et géographiques du diocèse de Séez...(avec les noms des personnes...) pour l'année 1777" chez Pitel-Préfontaine à Falaise
  • "Les martyrs de la foi pendant la Révolution française" par Aimé Guillon, 1821
  • "Les martyrs de la Révolution dans le diocèse de Séez" par Jean-Baptiste Nicolas Blin, 1876
  • "Les évêques aux champs" par Marie Casset, 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]