Diocèse de Cayenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diocèse de Cayenne
(la) Dioecesis Caiennensis
Image illustrative de l'article Diocèse de Cayenne
La cathédrale Saint-Sauveur de Cayenne.
Pays Drapeau de la France France
Rite liturgique Romain
Type de juridiction Diocèse
Création 23 février 1956
Affiliation Église catholique en France
Province ecclésiastique Province ecclésiastique des Antilles et de la Guyane
Siège Cayenne
Conférence des évêques Conférence des évêques de France
Titulaire actuel Mgr Emmanuel Lafont
Langue(s) liturgique(s) Français
Calendrier grégorien
Paroisses 26
Prêtres 28
Religieux 18
Religieuses 70
Territoire Guyane française
Superficie 90 000 km2
Population totale 200 000 (2006)
Population catholique 150 000 (2006)
Pourcentage de catholique 80 %
Site web www.guyane.catholique.fr/
Image illustrative de l'article Diocèse de Cayenne
Localisation du diocèse

Le diocèse de Cayenne (en latin de curie : Dioecesis Caiennensis) est une circonscription ecclésiastique de l'Église catholique romaine appartenant à la Province ecclésiastique des Antilles et de la Guyane. Il fut érigé le 29 février 1956. En 2006, il y a 150 000 baptisés sur 200 000 habitants. L’évêque de Cayenne est Mgr Emmanuel Lafont qui est membre de la Conférence épiscopale de France et de la Conférence épiscopale des Antilles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers missionnaires catholiques venus évangéliser la Guyane française furent les Capucins, dont la présence sur le territoire est attestée depuis 1643. Deux de ces frères missionnaires sont connus, Jean-Baptiste de Dieppe et Bernardin du Renouard.

En 1665, les Jésuites obtiennent l'autorisation de la compagnie des Indes occidentales de s'installer en Guyane. Ils commencent par une campagne d'évangélisation des plus intense et fructueuse, qui va durer un siècle, jusqu'à 1762, lorsque la loi sur la suppression de la compagnie de Jésus entre en application en Guyane. Les Jésuites ont fondé les premières paroisses et ont aussi introduit en Guyane française le système des réductions à Kourou, Conamama et Sinnamary.

C'est grâce à l'intérêt des Jésuites pour ce territoire qu'il fut érigé en Préfecture apostolique de Guyane-Française-Cayenne en décembre 1731 par détachement du territoire de la Préfecture apostolique des Îles et du Continent. Le dernier supérieur des Jésuites, Alexis Ruel, est resté en Guyane comme prêtre missionnaire jusqu'en 1768, quand il fut rappelé en métropole.

Après l'expulsion des Jésuites, la mission a eu beaucoup à souffrir, jusqu'en 1775, lorsqu'elle est confiée à la Congrégation du Saint-Esprit, dont les religieux sont communément appelés les pères spiritains.

En 1825, les travaux de reconstruction de l'ancienne église Saint-Nicolas à Cayenne commencent pour finir en 1833. La nouvelle église est consacrée au Saint-Sauveur. C'est l'actuelle cathédrale diocésaine.

Vers le milieu du XIXe siècle, les Jésuites furent autorisés à revenir en Guyane française avec la mission d'assurer l'aumônerie des différents lieux de détention dans la colonie pénitentiaire de Cayenne.

Vers la fin du siècle, les tensions entre les religieux et le gouvernement local entraîne l'expulsion des moines, suivant l'exemple de ce qui se passe en métropole. La préfecture apostolique est alors confiée au clergé séculier jusqu'au déclenchement de la seconde guerre mondiale.

Le 10 janvier 1933, la préfecture apostolique est élevée au rang de Vicariat apostolique par le bref apostolique Quae catholico nomini[1] du Pape Pie XI, puis de diocèse de Cayenne le 23 février 1956 par la bulle sollicitudine ici[2] du Pape Pie XII. Le diocèse est suffragant de l'archidiocèse de Saint-Pierre et Fort-de-France depuis le 30 septembre 1967.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Cayenne couvre l'ensemble de la Guyane française. Sa superficie est de 90 000 km².

Le siège épiscopal est à Cayenne, dans la cathédrale Saint-Sauveur.

Le territoire est divisé en 26 paroisses.

Préfets apostoliques, vicaires apostoliques et évêques de Cayenne[modifier | modifier le code]

Les préfets apostoliques de Guyane-Française-Cayenne[modifier | modifier le code]

Les préfets apostoliques résideaient en Martinique.

  1. Mgr Louis de Villette, SJ. (1731–1736)
  2. Mgr Pierre de la Raffinie, S.J. (1736–1746)
  3. Mgr Philippe d’Huberland, S.J. (1746–1760)
  4. Mgr Henri Ghuez, S.J. (1761–1762)
  5. Mgr Alexis Ruel, S.J. (1762–1762)
  6. Mgr Fleury (1762–1764)
  7. Mgr Alexis Ruel (1764–1769)
  8. Mgr Destable (1769–1771)
  9. Mgr Poussin (1771–1775)
  10. Mgr Robillard (1775–1777)
  11. Mgr Radel (1777–1787)
  12. Mgr Nicolas Jacquemin (1787–1792)
  13. Mgr Legrand (1792–1818)
  14. Mgr Paul Guillier (1818–1847)
  15. Mgr Jean Dossat (1847–1868)
  16. Mgr Olivier Hervé, C.S.Sp. (1868–1871)
  17. Mgr Ambroise Emonet, C.S.Sp. (1873–1882)
  18. Mgr Joseph Guyodo, C.S.Sp. (1885–1892)
  19. Mgr Louis Pignol (1892–1904)
  20. Mgr Marcel Beguin (1904–1911)
  21. Mgr Justin Fabre, préfet (1914-1924)
  22. Mgr Léon Delaval, préfet (1925-1932)

Les vicaires apostoliques de Cayenne[modifier | modifier le code]

  1. Mgr Pierre-Marie Gourtay, vicaire apostolique (1933-1944)
  2. Mgr Alfred-Aimé-Léon Marie, vicaire apostolique (1945-1956)

Les évêques de Cayenne[modifier | modifier le code]

  1. Mgr Alfred-Aimé-Léon Marie, évêque (1956-1973)
  2. Mgr François-Marie Morvan, évêque (1973-1998)
  3. Mgr Louis-Albert-Joseph-Roger Sankalé, évêque (1998-2004)
  4. Mgr Emmanuel-Marie-Philippe-Louis Lafont, évêque (2004-)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bref Quae catholico nomini, AAS 25 (1933), p. 234
  2. Bulle Qua sollicitudine, AAS 48 (1956), p. 600

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]