Diocèse de Mayence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diocèse de Mayence
Image illustrative de l'article Diocèse de Mayence
Territoire du diocèse
Pays
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse
Création IVe siècle
Affiliation Église catholique romaine
Province ecclésiastique Archidiocèse de Fribourg-en-Brisgau
Siège Mayence, Allemagne
Titulaire actuel Mgr Karl Lehmann
Langue(s) liturgique(s) allemand
Calendrier grégorien
Territoire Grand-duché de Hesse
Population totale 2 823 772
Site web [www.bistummainz.de]

Le diocèse de Mayence correspond au territoire historique du grand-duché de Hesse. Son évêché se situe à Mayence. Il regroupe les régions des Länder de la Hesse et de la Rhénanie-Palatinat avec les villes importantes de Mayence, Giessen, Offenbach, Darmstadt et Worms.

En chiffres (2004)[modifier | modifier le code]

Le diocèse compte : 340 paroisses regroupées en 20 doyennés ; avec 442 prêtres diocésains et 94 prêtres religieux en activité, assistés de 122 diacres permanents.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Mayence ou Mogontiacum est un lieu de culte depuis le Ier siècle (Sanctuaire d’Isis et de Mater Magna). L'appellation de Mogontiacum dérive du nom de Mogon, dieu suprême de la mythologie celtique. L'évêché est fondé au IVe siècle. Les évêques de saint Crescent à Lucius Annaeus (Ie-IVe siècles) n'ont pas laissé de traces écrites et d'aucuns les qualifient de légendaires. Intégré au royaume d'Austrasie mérovingien puis à la Lotharingie carolingienne, il fait ensuite partie du Saint-Empire romain germanique: l'évêque est alors souverain de Mayence et prince du Saint Empire, avant de devoir céder le pouvoir politique à la bourgeoisie de la ville au XIIIe siècle.

À la fin du IIe siècle, il existait une communauté chrétienne dans cette ville frontière romaine. Depuis le IVe siècle, Mayence est devenu siège épiscopal, et, en 746, saint Boniface fut élu évêque de Mayence. En 781, le siège de Mayence fut érigé en archidiocèse. Saint Lull devint le premier archevêque de Mayence résidentiel. Sous Richulf, une magnifique église qu'il enrichit d'ornements précieux fut édifiée, appartenant à l’abbaye Saint-Alban devant Mayence.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Raban-Maur Alcuin Otgar.jpg
Les portes de bronze de la cathédrale; dans les deux panneaux supérieurs sont gravés les droits civiques accordés par Adalbert.

En 838-839, Otgar soutient Louis le Pieux contre la rébellion de son fils Louis le Germanique qui tente de prendre le pouvoir dans toute la Francie orientale. Raban Maur, moine bénédictin érudit, devint archevêque de Mayence. Il avait été ordonné prêtre par Haistulph, et à la mort d'Otgar lui succéda. Il y réprima beaucoup d'abus ecclésiastiques, chercha, mais en vain, à réconcilier Louis le Débonnaire et ses fils, et présida plusieurs synodes. Il déploya aussi une charité sans bornes lors de la famine de 850.

Charles d'Aquitaine fut archevêque de Mayence et premier archi-chancelier le 8 mars 856. Son successeur Liutbert de Mayence fut archi-chancelier pour l’Empire carolingien entre 863 et 889.

Guillaume de Mayence, fils d'Otton Ier du Saint-Empire, est nommé après la mort de l'archevêque Frédéric, opposant à Otton. Guillaume reçoit la confirmation du pape Agapet II et le titre de vicaire apostolique du royaume de Germanie, dépendant directement du Saint-Siège. Il reçoit également de son père le titre d'archi-chapelain de l'Empire. C'est pendant son mandat que le Pontificale Romano-Germanicum fut compilé.

Willigis est un personnage central dans l'Histoire de Mayence. Depuis l’archevêque Willigis (975-1011), à l’origine de la construction de la cathédrale de Mayence, la fonction d’archevêque de Mayence resta combinée avec celle de chancelier du Saint Empire romain de la Nation Germanique. Il promeut le rayonnement de sa province ecclésiastique entre autres par la Donation de Vérone attribuée au diocèse de Mayence. C'est sous son égide que la fonction de chancelier du Saint-Empire fut définitivement liée à celle de prince-électeur de Mayence.

Le 11 novembre 1036 (jour de la Saint-Martin), Bardo de Mayence consacra en présence des deux Saliques, Henri III et Conrad II le Salique, la cathédrale Saint-Martin qu’il avait fait restaurer et agrandir après l'incendie. Il exerçait une grande influence sur les consécration d'églises et d'autels et l’attribution des évêchés vacants. Le 19 octobre 1049, il présida le synode de Mayence contre la simonie et le mariage des prêtres en présence de Henri III.

Arnoul de Selenhofen fut nommé archevêque de Mayence en 1153 auprès de Frédéric Barberousse. Énergique et brutal dans sa gestion du stylet, il provoqua la rébellion de ses vassaux et des bourgeois de Mayence. Pendant son absence en Italie, où il fut envoyé par l'empereur auprès du Pape, une rébellion ouverte éclata. Quand il retourna à Mayence, la foule le conspua et il dut s'enfermer à l'abbaye Saint-Jacques près de Mayence, où il fut finalement assassiné.

Raoul de Zähringen a été élu en 1160 par les fidèles mayençais comme successeur d'Arnoul de Selenhofen, mais l'empereur Frédéric Barberousse ne lui donne pas son placet. Les luttes d'influence et les tensions considérables entre la Maison de Hohenstaufen et la Maison de Zähringen en étaient une des causes. Après l'excommunication de Raoul (concile de Lodi 1161), Christian Ier von Buch lui a succédé.

La Réforme[modifier | modifier le code]

L'État et la société au diocèse de Mayence au temps des Lumières[modifier | modifier le code]

Le diocèse au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La Révolution française provoqua l’effondrement de l’archidiocèse de Mayence, dont le territoire fut redessiné.

Après la tourmente révolutionnaire, soucieux de restaurer la paix civile et religieuse en France, le premier consul Napoléon Bonaparte signe un concordat avec le pape Pie VII, le 26 messidor An IX (15 juillet 1801). Ratifié le 23 fructidor An IX, ce traité est promulgué par la loi du 18 germinal An X (8 avril 1802), en même temps qu'un ensemble de dispositions qui lui sont attachées, appelés articles organiques. Ces derniers sont décidés unilatéralement par le gouvernement français. Les cultes sont en charge d'un « service public », auquel l’État alloue un budget. La seule église du diocèse construite à cette époque est l'église Saint-Achatius de Zahlbach. Le concordat de 1801 remodela le territoire du diocèse de Mayence : celui-ci correspondait au département du Mont-Tonnerre. En outre, l'évêque de Mayence n'avait plus rang d'archevêque et devenait suffragant de l'archevêque de Malines[1].

Au cercle de Mayence (Mainzer Kreis), succède le cercle alsacien sous l'épiscopat de Mgr Colmar (Bruno Franz Leopold Liebermann, André Raess). C'était un mouvement plutôt ultramontain.

Le Congrès de Vienne (1815) détacha le territoire du diocèse de la France et le concordat de 1801 cessa donc de s'y appliquer.

En 1821, la bulle Provida solersque réorganisa les circonscriptions religieuses d'Allemagne : le territoire du diocèse de Mayence fut modifié afin de correspondre aux frontières du grand-duché de Hesse (ces frontières sont toujours celles du diocèse actuel). Il cessa également de relever de la province ecclésiastique de Malines et rejoignit celle de Fribourg-en-Brisgau[2].

L’évêque social Wilhelm Emmanuel von Ketteler (1850-1877) fut, par son travail sur les questions sociales et la liberté de l’Église, l’un des évêques les plus importants de son siècle.

Le diocèse au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Mgr Karl Lehmann a pris la direction du diocèse en 1983. Il est président de la conférence épiscopale allemande depuis 1987, et a été nommé cardinal en 2001.

Les évêques de Mayence[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des évêques de Mayence.

Édifices religieux et autres monuments[modifier | modifier le code]

Basilique Saint-Martin de Bingen
Cathédrale Saint-Pierre de Worms
La basilique Eginhard

Divisions du diocèse[modifier | modifier le code]

Le diocèse est regroupé en 20 zones pastorales:

  1. Alsfeld
  2. Alzey / Gau-Bickelheim
  3. Bergstraße milieu
  4. Bergstraße est
  5. Bergstraße ouest
  6. Bingen
  7. Darmstadt
  8. Dieburg
  9. Dreieich
  10. Erbach
  11. Giessen
  12. Mayence-ville
  13. Mayence-sud
  14. Offenbach
  15. Rodgau
  16. Rüsselsheim
  17. Seligenstadt
  18. Vettéravie-est
  19. Vettéravie-ouest
  20. Worms

Archives de la cathédrale et diocèse[modifier | modifier le code]

Archives dans la Rochusstift
Heringsbrunnengasse 4
Rochusstift
55116 Mainz

Bibliothèque Saint-Martin[modifier | modifier le code]

La bibliothèque Saint-Martin dans l'Arnsburger Hof (Hôtel d'Arnsburg) de la vieille ville était la bibliothèque scientifique du diocèse de Mayence et du séminaire du diocèse.

Établissements d'enseignement privé catholique[modifier | modifier le code]

Fêtes liturgiques[modifier | modifier le code]

Il existe au diocèse de Mayence un calendrier propre, comme nombre d'autres diocèses anciens, pour certaines fêtes de saints.

Lieux de pèlerinage[modifier | modifier le code]

Institut épiscopal de musique sacrée de Mayence[modifier | modifier le code]

La chapelle des Antonites (Mayence) abrite le grand-orgue de l'institut de musique sacrée

L'institut de musique sacrée du diocèse était localisé à la chapelle des Antonites au centre ville.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vie de sainte Hildegarde, abbesse du Mont-Saint-Rupert dans le diocèse de Mayence, écrite en 1209 par Thierri, abbé de St. Trond, traduite en 1821

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]