Bellême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Belém (homonymie).
Bellême
Une rue du centre-ville.
Une rue du centre-ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Bellême (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Bellêmois
Maire
Mandat
Vincent Segouin
2014-2020
Code postal 61130
Code commune 61038
Démographie
Gentilé Bellêmois
Population
municipale
1 577 hab. (2011)
Densité 922 hab./km2
Population
aire urbaine
2 839 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 38″ N 0° 33′ 41″ E / 48.3772222222, 0.56138888888948° 22′ 38″ Nord 0° 33′ 41″ Est / 48.3772222222, 0.561388888889  
Altitude Min. 162 m – Max. 230 m
Superficie 1,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Bellême

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Bellême

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bellême

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bellême

Bellême est une commune française, chef-lieu de canton du département français de l’Orne, arrondissement de Mortagne-au-Perche en région Basse-Normandie, peuplée de 1 577 habitants[Note 1] (les Bellêmois).

Géographie[modifier | modifier le code]

Au cœur du Parc naturel régional du Perche, dans le département de l'Orne, Bellême se trouve sur une colline qui domine le Perche.

Toponymie[modifier | modifier le code]

De Belisama (déesse gauloise)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bellême

Les armes de la commune de Bellême se blasonnent ainsi :
De sable à une forteresse crénelée à trois tours d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Bellême.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mars 2001 Francis Geng UDF Cadre,
député de 1978 à 1993
mars 2001 mars 2008 Christiane Roussel PS Adjointe administrative
mars 2008 en cours Vincent Segouin[3] UMP Agent général d'assurances
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 577 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
2 771 2 708 2 862 3 103 3 263 3 143 3 350 3 126 3 130
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
3 153 3 108 3 199 2 935 2 825 2 656 2 563 2 599 2 627
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 338 2 187 1 944 1 992 1 938 1 792 1 697 1 627 1 844
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
1 742 1 843 1 849 1 788 1 774 1 602 1 576 1 577 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sauveur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Les Mycologiades internationales : festival annuel de mycologie.
  • Spectacle historique nocturne estival de l'association Au Cœur du Perche, Le Trésor maudit, au parc de Vigan, labellisé par la Fédération française des fêtes et spectacles historiques[11].
  • Foire de la Saint-Simon (Simon le Zélote) le 28 octobre.
  • Les illuminations de décembre depuis Noël 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[12].
  1. La Religion dans la toponymie, Syivie Lejeune. expert auprès de la Commission de toponymie de l'IGN, secrétaire de la commission nationale de toponymie, page 1, paragraphe 1, ligne 6 lire en ligne.
  2. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p.264
  3. Réélection 2014 : « Bellême (61130) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 juin 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. Laurence de Calan, Presybtères du Perche, éditions des Amis du Perche, collection "Présence du Perche", juillet 2012, p. 23. [ISBN 978-2-900122-983]
  7. « Ville Close », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. "L'emblème de la ville est menacé", mis en ligne par Amine El-Hasnaouy sur www.le-perche.fr, le 8 janvier 2014, consulté le 12 janvier 2014.
  9. Les grandes affaires criminelles de l'Orne, de Borée, Paris, 2008.
  10. Paul-Marie, Grinevald, Guillaume-André Villoteau (1759-1839) Ethnomusicographe de l'Egypte. Paris, L'Harmattan, 2014.
  11. [PDF] « Le Trésor maudit - Dossier de presse » (consulté le 24 mai 2010)
  12. « Bellême sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Plat, Bellême et ses environs, Alan Sutton, 2005 (EO), 2010 (rééd.), 128 pages, 230 illustrations.
  • Jean-Luc Romet, Une histoire illustrée de Bellême et du Perche, édition des Amis du Perche, 1994, 96 pages, 27 écrivains et illustrateurs.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :