Archidiocèse de Malines-Bruxelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 01′ 48.4″ N 4° 28′ 43.6″ E / 51.030111, 4.478778 ()

Archidiocèse de Malines-Bruxelles
(la) Archidioecesis Mechliniensis-Bruxellensis
La cathédrale Saint-Rombaut de Malines.
La cathédrale Saint-Rombaut de Malines.
Informations générales
Pays Belgique
Affiliation Église catholique en Belgique
Archevêque Mgr André Léonard
Langue(s) liturgique(s) français
néerlandais
Superficie 3 635 km2
Création du diocèse 12 mai 1559
Élévation au rang d'archidiocèse 12 mai 1559
Patron saint Rombaut
Province ecclésiastique Malines
Diocèses suffragants Anvers
Bruges
Gand
Hasselt
Liège
Namur
Tournai
Adresse Wollemarkt 15
2800 Mechelen
Site officiel Site officiel
Statistiques
Population 2 814 246 hab.
Population catholique 1 612 000 hab.
Nombre de paroisses 677
Nombre de prêtres 746
Nombre de diacres 98
Nombre de religieux 1 142
Nombre de religieuses 2 385
Notice sur hierarchy catholic : Consulter
Image illustrative de l'article Archidiocèse de Malines-Bruxelles
Localisation du diocèse

L’archidiocèse de Malines-Bruxelles (en latin : archidioecesis Mechliniensis-Bruxellensis ; en néerlandais : aartsbisdom Mechelen-Brussel) est un archidiocèse métropolitain de l'Église catholique en Belgique.

Créé en 1559, lors de la réorganisation des structures ecclésiastiques dans les Pays-Bas, l'archidiocèse de Malines fut immédiatement archevêché et métropolitain étant donnée l’importance politique qu’avait, à cette époque, la ville de Malines. Depuis 1991, il porte le nom d'archidiocèse de Malines-Bruxelles. Depuis 1995, il couvre les deux provinces du Brabant flamand, en Région flamande, et du Brabant wallon, en Région wallonne, ainsi que la région de Bruxelles-Capitale.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est lors de la réorganisation religieuse des Pays-Bas de 1559-1561 que l'archidiocèse de Malines a été créé, aux dépens des diocèses de Cambrai et de Liège. Il avait alors pour suffragants Ypres, Bruges, Gand, Anvers, Bois-le-Duc et Ruremonde.

Après le concordat de 1801, le territoire de l'archidiocèse de Malines fut agrandi afin de correspondre aux départements de la Dyle et des Deux-Nèthes, qui deviendront en 1815 les provinces de Brabant méridional et d'Anvers. Il est ainsi agrandi aux dépens du diocèse d'Anvers, qui disparaît. Il a alors pour suffragants : Namur, Tournai, Aix-la-Chapelle, Trèves, Gand, Liège et Mayence.

En 1821, la bulle Provida solersque réorganisa les diocèses allemands et dès lors la province ecclésiastique de Malines fut limitée aux diocèses de Namur, Tournai, Gand et Liège.

En 1827, une bulle papale donna pour suffragants à Malines Liège, Namur, Tournai, Gand, Bruges, Amsterdam et Bois-le-Duc. Cependant, cette bulle n'a jamais été appliquée complètement et les sièges de Bruges, Amsterdam et Bois-le-Duc n'ont pas été créés. Finalement seul le diocèse de Bruges fut érigé en tant que suffragant de Malines en 1834.

En 1961, l'archidiocèse de Malines fut diminué : on recréa un diocèse d'Anvers, avec un territoire correspondant à celui de la province d'Anvers, moins Malines.

Au milieu du XXe siècle eurent lieu à Malines des rencontres œcuméniques entre anglicans et catholiques, appelées conversations de Malines, à l'initiative de personnalités telles que le cardinal Désiré-Joseph Mercier et Lord Halifax. Précurseurs dans le domaine du rapprochement œcuménique entre les Églises, ces initiatives ne trouvèrent leur aboutissement que lors du concile Vatican II, dont un des successeurs de Mercier, le cardinal Léon-Joseph Suenens fut une des figures de proue.

Réorganisation[modifier | modifier le code]

Léon-Joseph Suenens, devenu archevêque de Malines en 1961, décida de réorganiser son archidiocèse afin de prendre en compte la diversité linguistique et les besoins pastoraux de son temps. Ainsi naquirent, en plus des services diocésains et des vicariats sectoriels (vicariat du Temporel, vicariat pour la Vie consacrée, vicariat de l’Enseignement), trois vicariats territoriaux:

À la tête de chaque vicariat territorial se trouve un évêque auxiliaire qui en assume la responsabilité pastorale. Les trois évêques auxiliaires sont, depuis 2011, Léon Lemmens (Brabant flamand), Jean Kockerols (Bruxelles) et Jean-Luc Hudsyn (Brabant wallon).

Suffragants[modifier | modifier le code]

L'archidiocèse de Malines-Bruxelles est métropolitain. Ses suffragants sont les diocèses suivants :

L'archevêque de Malines-Bruxelles est également l'évêque du diocèse aux Forces armées belges.

L’archevêque de Malines-Bruxelles est président de la Conférence épiscopale des évêques de Belgique.

Cathédrales et basiliques[modifier | modifier le code]

La cathédrale Saint-Rombaut de Malines est la cathédrale de l'archidiocèse[2].

La cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles, ancienne collégiale, est le co-cathédrale de l'archidiocèse[3].

Les sept basiliques mineures de l'archidiocèse sont la basilique Notre-Dame de Hanswijk[4], la basilique Notre-Dame de Montaigu[5], la basilique Notre-Dame de Consolation à Vilvorde[6], la basilique du Sacré-Cœur de Bruxelles, la basilique Notre-Dame de Basse-Wavre[7], la basilique Saint-Martin de Hal[8], la basilique Saint-Servais de Grimbergen[9].

Archevêques de Malines-Bruxelles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/Registre/fr/statistiques_population/stat_1_f.pdf
  2. (en) Primatiale Sint Romboutskathedraal (consulté le 12 avril 2013)
  3. (en) Collegiale Sint-Michiels- en Sint-Goedele-co-kathedraal (consulté le 12 avril 2013)
  4. (en) Basiliek Onze-Lieve-Vrouw van Hanswijk (consulté le 12 avril 2013)
  5. (en) Basiliek Onze-Lieve-Vrouw van Scherpenheuvel (consulté le 12 avril 2013)
  6. (en) Basiliek van Onze-Lieve-Vrouw ten Troost (consulté le 12 avril 2013)
  7. (en) Basilique Notre-Dame de Paix et de Concorde (consulté le 12 avril 2013)
  8. (en) Sint Martinusbasiliek (consulté le 12 avril 2013)
  9. (en) Sint Servaasbasiliek (consulté le 12 avril 2013)