Nocé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noces.
Nocé
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Nocé (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Perche Sud
Maire
Mandat
Philippe Planchenault
2014-2020
Code postal 61340
Code commune 61309
Démographie
Gentilé Nocéens
Population
municipale
800 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 46″ N 0° 40′ 53″ E / 48.379444, 0.68138948° 22′ 46″ Nord 0° 40′ 53″ Est / 48.379444, 0.681389  
Altitude Min. 127 m – Max. 234 m
Superficie 21,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Nocé

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Nocé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nocé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nocé

Nocé est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 800 habitants[Note 1] (les Nocéens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Nocé est un village situé au cœur du parc naturel régional du Perche, dans la haute vallée de l'Erre, dans le sud-est de l'Orne et de la Basse-Normandie, mais historiquement compris dans le Perche[1].

Communes limitrophes de Nocé[2]
Colonard-Corubert Colonard-Corubert, Bellou-sur-Huisne Verrières
Saint-Jean-de-la-Forêt Nocé[2] Dancé
Saint-Aubin-des-Grois Préaux-du-Perche Berd'huis

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nom tiré d'un type toponymique *Naviciacum, nom en -acum, signifiant « propriété de Navicius », patronyme roman (VIe-IXe siècles). Attesté seulement en 1145 sous la forme Noceium.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fief de Courboyer, cité en 1364, relevait de la châtellenie de Bellême ; le manoir fut construit à la fin XVe siècle[3].

En 1840, Nocé qui comptait 1 406 habitants (1836) a absorbé la commune de Saint-Quentin-le-Petit et ses 200 habitants[4] ; cette dernière porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom d'Unité[5].

L'assassinat de madame Chauveau par son cousin, le vagabond Alphonse Belot, le 7 janvier 1909 a défrayé la chronique judiciaire ornaise, jugé à la cour d'assises de l'Orne le 9 avril de la même année[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Nocé

Les armes de la commune de Nocé se blasonnent ainsi :
D'or au sautoir de gueules cantonné de quatre lionceaux de sable[7].
(Ce sont les armes des Barville, seigneurs de Nocé)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1991 mars 2008 Jean-Paul Hoppenot    
mars 2008 en cours Philippe Planchenault[8] SE Chef de poste enrobés
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 800 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Nocé a compté jusqu'à 1 735 habitants en 1846.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
1 145 1 161 1 202 1 259 1 406 1 664 1 735 1 661 1 655
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 603 1 589 1 520 1 561 1 415 1 349 1 401 1 208 1 166
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 097 1 112 949 942 926 865 887 828 782
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
705 633 588 735 760 778 780 800 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[13].

Sports[modifier | modifier le code]

L'Étoile sportive nocéenne fait évoluer une équipe de football en division de district[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre de Fontenay sire de la Reynière (1541-1610), capitaine de la ville et du château de Bellême, gouverneur du Perche de 1589 à 1610, il fut propriétaire du manoir de Courboyer à Nocé.
  • Jacques Laporte, né à Nocé en 1627, est l'ancêtre des Laporte canadiens. Paul Chomedey de Maisonneuve, fondateur de Montréal, fut son témoin de mariage en 1657[15].
  • Léopold Nègre (1879-1961) est enterré au cimetière de Nocé : médecin et biologiste, chef de service à l'Institut Pasteur, président de la Société française de la tuberculose ; il a participé à l'élaboration du BCG, Son beau-père, François Charon, médecin, gendre du pasteur John Bost, est né à Nocé.

Noms de famille représentatifs de Nocé [réf. nécessaire] :

  • Famille Mercier
  • Famille Lemeunier
  • Famille Quillet
  • Famille Giraud

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simone Frétard et Jacques Plat, Le canton de Nocé (Chap. 5 Nocé), Alan Sutton, 2009
  • Georges Gouget, L'enseignement primaire à Nocé entre 1795 et 1870, s.d.
  • Georges Gouget, Nocé au temps passé, s.d.
  • Georges Gouget, La Révolution à Nocé, s.d.
  • Docteur Pierre Jousset, Les Cercueils de Nocé, 1867

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir carte du Perche
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Les Cahiers Percherons, "Les manoirs du canton de Nocé" (1re partie), par Ph. Siguret.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Nocé », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 30 juillet 2012)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Quentin-le-Petit », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 30 juillet 2012)
  6. Jean-François Miniac, Les Nouvelles Affaires criminelles de l'Orne, De Borée, Paris, 2009, 384 pages (ISBN : 978-2-84494-959-2).
  7. « GASO, la banque du blason - Nocé Orne » (consulté le 25 août 2013)
  8. Réélection 2014 : « Nocé (61340) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 juin 2014)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  11. « Église Saint-Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Laurence de Calan, Presybtères du Perche, éditions des Amis du Perche, collection "Présence du Perche", juillet 2012, p. 111-113. [ISBN 978-2-900122-983]
  13. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 25 août 2013)
  14. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Et. S. Nocé » (consulté le 10 août 2009)
  15. S. Frétard et J. Plat, Le canton de Nocé, p. 51

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :