Collégiale Saint-Michel de Blainville-Crevon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Collégiale Saint-Michel de Blainville-Crevon
Image illustrative de l'article Collégiale Saint-Michel de Blainville-Crevon
Présentation
Culte Catholique romain
Type Collégiale
Rattachement Archidiocèse de Rouen
Début de la construction 1489
Fin des travaux 1491
Style dominant Gothique flamboyant
Protection Logo monument historique Classé MH (1927)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Commune Blainville-Crevon
Coordonnées 49° 30′ 16″ N 1° 17′ 53″ E / 49.504539, 1.297932 ()49° 30′ 16″ Nord 1° 17′ 53″ Est / 49.504539, 1.297932 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Collégiale Saint-Michel de Blainville-Crevon

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Collégiale Saint-Michel de Blainville-Crevon

La collégiale Saint-Michel à Blainville-Crevon est aujourd’hui l’église paroissiale de la commune. Elle a été fondée par Jean d’Estouteville, seigneur de Torcy et de Blainville, conseiller de Charles VII, chevalier de l’Ordre de Saint-Michel[2], maître-arbalétrier sous Louis XI et lieutenant-général entre la Seine et la Somme sous Charles VIII. L’église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 20 avril 1927[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jean d’Estouteville, seigneur de Blainville, fonde par acte le 5 janvier 1489[3] la collégiale. Dédiée à la Trinité et à Saint-Michel, elle est construite de 1489 à 1491. La collégiale est dédiée par l’archevêque Robert de Croixmare. Elle réunit un collège composé d'un trésorier, un chantre et six chanoines[4] qui prient pour Jean d'Estouteville, son épouse Françoise de La Rochefoucauld et les rois sous lesquels il sert. Son patronage relevait du seigneur de Blainville.

En 1783, le service paroissial y est transféré par décision de Dominique de La Rochefoucauld, archevêque de Rouen, l’église paroissiale Saint-Germain étant en mauvais état[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

La collégiale est de style gothique flamboyant. La courte période de construction permet d’avoir un bâtiment très homogène. Les matériaux employés sont la pierre pour les sculptures, les murs sont composés de grès et de silex en damier. Sa flèche polygonale est une réalisation faite en plomb.

L’intérieur est agrémenté de stalles en bois et de vitraux du XVe siècle et d’une copie de la Cène de Poussin. Des statues de saint Jean-Baptiste et saint Pierre en pierre datent du XVe siècle, tout comme celle de saint Adrien dans la chapelle Saint-Michel, qui aux dires de certains, pourrait reprendre le visage de Jean d’Estouteville.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA00100561 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. http://books.google.fr/books?id=OJ-b2-CLz7EC&pg=PA237 Lettres patentes de Louis XI, Amboise, le 1er août 1469
  3. Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, page 377.
  4. Vincent Tabbagh, « Fiche de la collégiale Saint-Michel de Blainville-Crevon », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://lamop-intranet.univ-paris1.fr/collegiales/?i=fiche&j=192>], version du 7/12/2011, consultée le 4/10/2012
  5. Fermée en 1794, elle est détruite en 1806, « Notice no IA00019972 », base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]