Abbaye Saint-Georges de Boscherville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Saint-Georges.
Abbaye Saint-Georges de Boscherville
La nef de l'église abbatiale.
La nef de l'église abbatiale.

Ordre Bénédictin puis Mauriste
Fondation XIIe siècle
Diocèse Archidiocèse de Rouen
Fondateur Guillaume de Tancarville
Style(s) dominant(s) Roman
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
Site web www.abbaye-saint-georges.com
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Commune Saint-Martin-de-Boscherville
Coordonnées 49° 26′ 39″ N 0° 57′ 52″ E / 49.4442, 0.9645 ()49° 26′ 39″ Nord 0° 57′ 52″ Est / 49.4442, 0.9645 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-Georges de Boscherville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Abbaye Saint-Georges de Boscherville

L'abbaye Saint-Georges de Boscherville se trouve dans la commune de Saint-Martin-de-Boscherville, en Seine-Maritime. L'église abbatiale est presque intégralement de style roman.

L'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1]. La salle capitulaire fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1875[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbaye fut construite du XIIe au XIIIe siècle sur le site d'un ancien temple païen. Des fouilles archéologiques entreprises en 1981 ont révélé la présence d'un fanum[2] gaulois de la fin du Ier siècle av. J.-C. et une chapelle funéraire chrétienne du VIIe siècle.

Cependant, elle fut précédée au XIe siècle par une collégiale voulue par Raoul Fitzgérald le Chambellan, chambellan du duc de Normandie. Le choix de Raoul de créer un collège de chanoines à Boscherville peut s'expliquer « vraisemblablement parce que ses ancêtres reposaient dans la petite chapelle Saint-Georges située dans l'enceinte de [leur] manoir »[3].

Son fils Guillaume de Tancarville entreprend de la remplacer par une abbaye bénédictine, après en avoir « expulsé les chanoines »[4]. L'année 1113 voit l'arrivée de moines bénédictins en provenance de l'abbaye de Saint-Évroult (Orne) qui remplacent les chanoines.

En 1235, la voûte de la nef en charpente est remplacée par une voûte gothique en pierre. Vers 1250, l'abbaye qui comprend 24 moines, plus les 6 dans d'autres prieurés, ne respecte plus la règle[5].

Pendant les Guerres de religion, l'abbaye est saccagée trois fois par les huguenots : en 1562, en 1570 (salle capitulaire) et en 1590 (logis de l'abbé).

En 1659, l'abbaye est réformée par les Mauristes. En 1690, les Mauristes édifient les bâtiments conventuels.

Sous la Révolution, la municipalité de Saint-Martin-de-Boscherville décide d'utiliser l'église abbatiale Saint-Georges pour la pratique du culte, l'église Saint-Martin étant jugée trop petite et excentrée.

Lors de travaux dans la salle capitulaire en 1978, fut retrouvée une magnifique crosse d'abbé en laiton gravé et poinçonné, datant du début du XIIIe siècle.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Vue générale de l'abbaye Saint-Georges de Boscherville
Abside de l'église

Église abbatiale[modifier | modifier le code]

Église abbatiale (XIIe siècle) avec tour-lanterne et orgue (1627)[6].

Dalle funéraire d'Antoine Le Roux (1535)[7].

Salle capitulaire[modifier | modifier le code]

Salle capitulaire (XIIe siècle) avec chapiteaux historiés. Propriété du département de Seine-Maritime.

Des fouilles y ont été effectuées en 1978-1979 par Jacques Le Maho.

Bâtiment monastique[modifier | modifier le code]

Il subsiste une partie des bâtiments monastiques édifiés par les moines mauristes (XVIIe siècle).

Cloître[modifier | modifier le code]

Le cloître a entièrement disparu. Un remarquable chapiteau du XIIe siècle représentant onze musiciens et une acrobate est conservé au musée des Antiquités de Rouen.

Chapelle des Chambellans[modifier | modifier le code]

La chapelle des Chambellans est une chapelle du XIIIe siècle située au nord.

Jardins[modifier | modifier le code]

Les jardins à la française du XVIIe siècle ont été redessinés récemment à partir des plans anciens. Ils se composent d'un potager, d'un verger et de parterres de plantes aromatiques et médicinales.

Ils ont reçu le label « jardin remarquable ».

Listes des abbés[réf. nécessaire][modifier | modifier le code]

Autres photos[modifier | modifier le code]

Abbatiale Saint Georges de Boscherville Vue de l'extérieur de l'abbatiale Vue des jardins de l'abbatiale

Abbatiale Saint-Georges de Boscherville, vue de l'extérieur

Cœur de l'abbatiale Orgue de l'abbatiale Autre vue extérieure de l'abbatiale

Chœur de l'abbatiale, orgues et vue extérieure de l'abbatiale depuis les jardins

Divers[modifier | modifier le code]

  • Guillaume de la Rivière en 1179, fait un don à l'abbaye de Saint-Victor-en-Caux, alors sous le patronage du moine Victor, puis en 1190, Philippe de la Rivière cède ses droits sur l'église de Saint-Pierre-de-Manneville à l'abbaye de Saint-Georges de Boscherville dont le même Victor est devenu Abbé[9].
  • David Hallyday et Estelle Lefébure s'y sont mariés le 15 septembre 1989
  • Le sénateur-maire centriste de Rouen Jean Lecanuet et sa femme y furent inhumés, ce qui continue de provoquer de virulentes polémiques.
  • Louis Thiry y a enregistré, sur les grandes orgues historiques un disque compact intitulé : «Un tour d'Europe à partir de Rouen : J. Titelouze : ‘Urbs Jerusalem', F. Correa de Arauxo : 2 Tientos 4° et 9° ton, G. Frescobaldi : Canzon dopo l'epistole, Ricercar dopo il credo, Toccata per l'Elevazione.- « Disque Ensemble », 1994

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Besnard, Monographie de l'église et de l'abbaye Saint-Georges de Boscherville (Seine-Inférieure), Paris, Émile Lechevalier,‎ 1899 (liens OCLC? et LCCN?)
  • Joseph Daoust, Abbaye Saint-Georges de Boscherville, Fécamp, L. Durand et fils,‎ 1954, 32 p. (lien OCLC?)
  • Marcel Degrutère, L'Orgue de l'abbaye Saint-Georges de Saint-Martin-de-Boscherville, Association des Amis de l'Orgue, Paris, 1985
  • Achile Deville, Essai historique et descriptif sur l'église et l'abbaye de St Georges de Boscherville, près Rouen, N. Périaux, Rouen, 1827 (LCCN 13003919)
  • Georges Dubosc, L'Abbaye de Saint Georges de Boscherville, impr. L. Wolf, Rouen, 1912
  • Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie, CRAHM, 2007 (ISBN 978-2-902685-39-4)
  • Jacques Le Maho, Boscherville : du temple païen à l'abbaye bénédictine, Musée départemental des Antiquités, Rouen, 1986
  • Jacques Le Maho, « L'Église Saint-Georges de Boscherville », dans Les Dossiers d'archéologie (ISSN 1141-7137), no 144, 1990
  • Jacques Le Maho, « Saint-Georges-de Boscherville : Du temple gallo-romain à l'abbaye bénédictine », dans Annuaire des cinq départements de la Normandie, 2000
  • Jacques Le Maho et Nicolas Wasylyszyn, Saint-Georges de Boscherville, 2000 ans d'histoire, Rouen, 1998
  • Hubert Postic, Les Chapiteaux romans de l'église abbatiale de Saint-Georges de Boscherville, Lecerf, Rouen, 1958
  • Nathalie Roy, Boscherville, du temple païen à l'abbaye bénédictine, Musée départemental des Antiquités, Rouen, 1986
  • Alexandre Vernon, « La Blanche Nef, Saint-Georges de Boscherville », dans Patrimoine normand (ISSN 1271-6006), no 44, 2002
  • Yannick Rose, La chapelle des Chambellans à l'abbaye Saint-Georges, à Saint-Martin de Boscherville (Seine-Maritime) : bilan des fouilles archéologiques de 1988,‎ 1998
  • R. de la Rivière, Généalogie famille de la Rivière, Archives nationales, Paris, 1972

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA00101033 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. R. Allen Brown, Anglo-Norman studies VIII: proceedings of the Battle Conference, 1985, Woodbridge et Wolfeboro, 1986, lire sur Google Livres
  3. Tancarville : un château, un canal, un pont, toute une histoire..., Rouen, PTC Éditions des Falaises,‎ 2008, 296 p. (ISBN 978-2-84811-071-4), p. 24
  4. D'après Orderic Vital, cité par Jacques Le Maho et Nicolas Wasylyszyn dans Saint Georges de Boscherville, 2e édition GRAPC, 2008.
  5. Alain Derville, La Société française au Moyen Âge, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d'Ascq, 2000, lire sur Google Livres
  6. « Notice no PM76001752 », base Palissy, ministère français de la Culture
  7. « Notice no PM76001747 », base Palissy, ministère français de la Culture
  8. Christophe Levantal, Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne : (1519-1790), Maisonneuve et Larose, Paris, 1996, lire sur Google Livres
  9. Généalogie de la Famille de la Rivière. R. de la Rivière. 1970. Archives nationales