Diocèse de Beauvais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

49° 25′ 55″ N 2° 04′ 52″ E / 49.432, 2.08118

Diocèse de Beauvais
(-Noyon-Senlis)
(la) Dioecesis Bellovacensis
(-Noviomensis-Silvanectensis)
Image illustrative de l'article Diocèse de Beauvais
La cathédrale Saint-Pierre de Beauvais
Pays France
Église catholique
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse
Création IVe siècle
Affiliation Église catholique en France
Province ecclésiastique Reims
Siège Beauvais
Diocèses suffragants aucun
Conférence des évêques Conférence des évêques de France
Titulaire actuel Mgr Jacques Benoit-Gonnin
Langue(s) liturgique(s) français
Calendrier grégorien
Territoire Oise
Superficie 5 860,2 km2
Population totale 807 692 (2012)
Site web oise.catholique.fr/
Image illustrative de l'article Diocèse de Beauvais
Localisation du diocèse
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse de Beauvais (en latin : Dioecesis Bellovacensis) est un diocèse de l'Église catholique en France. Érigé au IVe siècle, il est le diocèse historique du Beauvaisis, pays traditionnel de Picardie. Supprimé en 1801, il est rétabli dès 1822. Il couvre le département de l'Oise. Il est suffragant de l'archidiocèse métropolitain de Reims. Depuis 1851, les évêques de Beauvais relèvent les titres d'évêques de Noyon et de Senlis. Mgr Jacques Benoit-Gonnin en est l'évêque depuis 2010.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, le Beauvaisis aurait été évangélisé par Saint Lucien qui serait le premier évêque de Beauvais. Le diocèse de Beauvais semble n'avoir été érigé qu'au IVe siècle. Marin est le premier évêque attesté.

Sous l'Ancien Régime, l'évêque de Beauvais était le premier comte et pair ecclésiastique du Royaume. À ce titre, il assistait l'archevêque de Reims lors du sacre des rois de France et portait le manteau royal que recevait le nouveau roi.

En 1790, la constitution civile du clergé maintient le siège épiscopal de Beauvais.

Par la bulle Qui Christi Domini du 29 novembre 1801, le pape Pie VII supprime le siège épiscopal de Beauvais et incorpore le territoire du diocèse à celui d'Amiens qui couvre alors les départements de l'Oise et de la Somme et est suffragant de l'archidiocèse métropolitain de Paris.

Par la bulle Paternae charitatis du 6 octobre 1822, Pie VII rétabli le siège épiscopal de Beauvais pour le département de l'Oise.

Le 12 avril 1851, l'évêque de Beauvais et ses successeurs sont autorisés à joindre à leur titre ceux d'évêques de Noyon et de Senlis.

Territoire[modifier | modifier le code]

À la veille de la Révolution française, le diocèse de Beauvais confinait : au nord-ouest, avec celui d'Amiens ; au nord-est, avec celui de Noyon ; à l'est, avec celui de Soissons ; au sud-est, avec celui de Senlis ; au sud, avec l'archidiocèse de Paris ; et, au sud-ouest et à l'ouest, avec l'archidiocèse de Rouen. Il était divisé en trois archidiaconés, subdivisés en dix doyennés : l'archidiaconé de Bray comprenait les trois doyennés de Beauvais, Bray et Montagne ; celui de Clermont, les trois doyennés de Beaumont, Clermont et Mouchy ; celui de Breteuil, les quatre doyennés de Breteuil, Coudun, Pont et Ressons.

Lors de la création des départements, des paroisses du diocèse de Beauvais sont rattachés au département de Seine-et-Oise : Asnières-sur-Oise, Beaumont-sur-Oise, Bernes-sur-Oise, Bruyères-sur-Oise, Champagne-sur-Oise, Frouville, L'Isle-Adam, Maffliers, Mours, Nesles-la-Vallée, Fontenelle, Nointel, Noisy-sur-Oise, Parmain, Persan, Ronquerolles, Saint-Martin-du-Tertre, Seugy et Viarmes.

En 1802, la paroisse de Ferrières-en-Bray est rattachée à la Seine-Inférieure et à l'archidiocèse de Rouen.

Évêques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des évêques de Beauvais.

Paroisses[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Beauvais compte aujourd'hui quarante-cinq paroisses réparties en dix secteurs.

Le secteur du Beauvaisis comprend les quatre paroisses de Beauvais-Centre, Beauvais-Nord, Beauvais-Sud et Breles ; celui du Clermontois, les cinq paroisses de Clermont, de Liancourtois, de Mouy, de Nointel et de Pont-Sainte-Maxence ; celui du Compiégnois, les cinq paroisses de Compiègnes-Nord, de Compiègne-Sud, de la Plaine-d'Estrée, du Ressontois et de la Vallée de l'Aisne ; celui du Creillois, les trois paroisses du Creillois-Centre, du Creillois-Nord et du Creillois-Sud ; celui du Noyonnais, les cinq paroisses de Carlepont, de Guiscard, de Lassigny, de Noyon et d'Oise-et-Matz ; celui de l'Oise normande, les quatre paroisses de Crèvecœur-le-Grand, du Haut-Beauvaisis, du Pays de Bray et de Picardie verte ; celui du Pays de France, les cinq paroisses de Chantilly, de Précy-sur-Oise, de Senlis, du Serval et de Thève-et-Nonette ; celui du Pays picard, les trois paroisses de Brèche-et-Noye, du Pays de Chaussée et du Plateau picard ; celui du Valois, les quatre paroisses de Crépy-en-Valois, du Haudouin, du Multien et de la Vallée de l'Automne ; celui de Vexin-Thelle, les paroisses d'Auneuil, de Chaumont-en-Vexin, de Méru-les-Sablons, du Pays de Noailles, de Saint-Louis-en-Thelle, du Vexin-Nord et du Vexin-Sud.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]