Diocèse de Pamiers, Couserans et Mirepoix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 06′ 51″ N 1° 36′ 32″ E / 43.114167, 1.60889

Diocèse de Pamiers
(-Couserans-Mirepoix)
(la) Dioecesis Apamiensis
(-Conseranensis-Mirapicensis)
Image illustrative de l'article Diocèse de Pamiers, Couserans et Mirepoix
Le clocher de la cathédrale Saint-Antonin de Pamiers.
Pays Drapeau de la France France
Église catholique (latine)
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse suffragant
Création 16 septembre 1295
Suppression 1801-1822
Affiliation Église catholique en France
Province ecclésiastique Toulouse
Siège Évêché
8, place du Mercadal
BP 10122
09104 Pamiers cedex
Conférence des évêques Conférence des évêques de France
Titulaire actuel vacant
Langue(s) liturgique(s) français
Calendrier grégorien
Paroisses 313
Prêtres 59
Religieux 3
Religieuses 103
Territoire Ariège
Superficie 4 903 km2
Population totale 138 500 (2004)
Population catholique 99 350 (2004)
Pourcentage de catholique 71,7 %
Site web ariege-catholique.cef.fr/
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse de Pamiers (dioecesis Apamiensis, en latin) est une église particulière de l'Église catholique en France.

Érigé en 1295, il est le diocèse historique du comté de Foix. Supprimé en 1801, il est rétabli dès 1822. Il couvre la majeure partie du département de l'Ariège. Il est suffragant de l'archidiocèse de Toulouse. Depuis 1910, les évêques résidentiels puis diocésains de Pamiers relèvent joignent à leur titre ceux de Couserans et de Mirepoix, deux anciens sièges épiscopaux situés dans le département de l'Ariège. La dénomination officielle du diocèse est ainsi diocèse de Pamiers (-Couserans-Mirepoix) (dioecesis Apamiensis (-Couseranensis-Mirapicensis), en latin). Le siège épiscopal est vacant depuis le transfert de Philippe Mousset à Périgueux en juin 2014.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Pamiers couvre le département de l'Ariège, à l'exception des sept communes du canton de Quérigut[1] qui relève du diocèse de Carcassonne et Narbonne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Pamiers est érigé 23 juillet 1295, par la bulle Romanus Pontifex[2] du pape Boniface VIII, par partition du diocèse de Toulouse.

Par la bulle Salvator noster du 11 juillet 1317[3], le pape Jean XXII élève le diocèse de Toulouse au rang d'archidiocèse métropolitain. Le diocèse de Pamiers est un de ses suffragants.

Le 26 septembre 1317, il cède une partie de son territoire au diocèse de Mirepoix érigé par le Jean XXII.

À la suite du concordat de 1801, par la bulle Qui Christi Domini du 29 novembre 1801[4], le pape Pie VII supprime le diocèse de Pamiers ainsi que ceux de Couserans et de Mirepoix.

Par la bulle Paternae charitatis du 6 octobre 1822[5], Pie VII rétablit le diocèse de Pamier. Il couvre le département de l'Ariège, à l'exception du canton de Quérigut.

Le 11 mars 1910, l'évêque de Pamier est autorisé à joindre à son titre ceux des évêchés supprimés de Couserans et de Mirepoix.

Cathédrales[modifier | modifier le code]

La cathédrale Saint-Antonin de Pamiers est l'église cathédrale du diocèse[6].

La cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède de Saint-Lizier, est l'ancienne église cathédrale du diocèse de Couserans[7].

La cathédrale Saint-Lizier de Saint-Lizier[8].

La cathédrale Saint-Maurice de Mirepoix est l'ancienne église cathédrale du diocèse de Mirepoix[9].

Les évêques de Pamiers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des évêques de Pamiers.

Les évêques de Mirepoix et de Couserans[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Artigues, Carcanières, Mijanès, Le Pla, Le Puch, Quérigut et Rouze.
  2. (la) La bulle Romanus Pontifex du 23 juillet 1295, dans Bullarum diplomatum et privilegiorum sanctorum Romanorum pontificum Taurinensis editio, vol. IV, p. 132-133 (consulté le 2 juillet 2013)
  3. (la) La bulle Salvator noster du 11 juillet 1317, dans Bullarum diplomatum et privilegiorum sanctorum Romanorum pontificum Taurinensis editio, vol. IV, p. 245-247 (consulté le 2 juillet 2013)
  4. (la) La bulle Qui Christi Domini du 29 novembre 1801, dans Bullarii romani continuatio, t. XI, Rome, 1845, p. 245-249 (consulté le 2 juillet 2013)
  5. (la) La bulle Paternae charitatis du 6 octobre 1822, dans Bullarii romani continuatio, t. XV, Rome, 1853, p. 577-585 (consulté le 2 juillet 2013)
  6. (en) Cathédrale Saint-Antonin (Pamiers) (consulté le 2 juillet 2013)
  7. (en) Ancienne cathédrale Notre-Dame de la Sède (Saint-Lizier) (consulté le 2 juillet 2013)
  8. (en) Ancienne cathédrale Saint-Lizier (Saint-Lizier) (consulté le 2 juillet 2013)
  9. (en) Ancienne cathédrale Saint-Maurice (Mirepoix) (consulté le 2 juillet 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]