Saint-Loubouer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Saint-Loubouer
Grande Rue de Saint-Loubouer.
Grande Rue de Saint-Loubouer.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Mont-de-Marsan
Canton Adour Armagnac
Intercommunalité Communauté de communes d'Aire-sur-l'Adour
Maire
Mandat
Jean-Jacques Dufau
2014-2020
Code postal 40320
Code commune 40270
Démographie
Population
municipale
443 hab. (2015 en augmentation de 2,07 % par rapport à 2010)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 41″ nord, 0° 25′ 08″ ouest
Altitude Min. 72 m
Max. 166 m
Superficie 16,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Saint-Loubouer

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Saint-Loubouer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Loubouer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Loubouer

Saint-Loubouer est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département des Landes (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Site vallonné aux confins du Tursan et de la Chalosse, dans le vignoble de Tursan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Loubouer[1]
Fargues Buanes Classun
Vielle-Tursan Saint-Loubouer Eugénie-les-Bains
Bats,
Urgons
Castelnau-Tursan Bahus-Soubiran

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

De la station celtibérienne, puis romane et gasconne appelée aujourd’hui Saint-Loubouer, ne subsiste aujourd’hui que le vaste camp romain du Castera, situé au nord-ouest de la commune.

Le bourg actuel s’est formé grâce à l'afflux d'habitants autour d’une abbaye bénédictine établie au Xe siècle, sur l’extrémité d’un promontoire. Il se compose d’une rue unique, l’actuelle Grande-Rue, aboutissant à l’église abbatiale. Vers le XIIIe siècle, il est fortifié et prend l’aspect d’une bastide, comme il s’en crée alors dans la région. Grâce à l’escarpement naturel du sol, les terrassements de défense qui l’entourent sont peu élevés. Seul le côté sud présente à l’origine deux issues protégées par deux portes fortifiées avec pont-levis, dont l'une subsiste encore. Cette porte, appelée tour Maubourguet, est surmontée d’une tour carrée massive à un étage. C’est le seul point d’entrée et de sortie du village.

En 1443 se tient l'assemblée des État généraux des villes du Tursan ralliées à la Couronne.

Des 7 et 10 septembre 1569, le village est ravagé par les troupes huguenotes lors des guerres de religion. L'église primitive de Saint-Loubouer et le bourg sont presque entièrement détruits.

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta le nom révolutionnaire de Castera[2].

Aux XVIIIe siècle et XIXe siècle, les eaux thermales de Saint-Loubouer sont exploitées jusqu'à la création de la station d'Eugénie-les-Bains en 1861.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Aline Lalanne   Retraitée enseignement
2014 en cours Jean-Jacques Dufau DVD Artisan

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2015, la commune comptait 443 habitants[Note 1], en augmentation de 2,07 % par rapport à 2010 (Landes : +4,92 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3721 2591 3211 1301 2481 3111 2671 2601 246
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 200939929917329818760750707
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
708717635600590575529453440
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
466456438425408410426434443
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]