Nastika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nastika (IAST: nāstika) est un terme signifiant « quelqu'un disant: 'il n'est pas' », 'na-asti'. Il est appliqué par les hindouistes orthodoxes pour désigner les athées et ceux qui ne reconnaissent pas l'autorité des Védas, comme le bouddhisme, le jaïnisme, et le charvaka[1]. Pour des jaïns tels Haribhadra, ce sont les charvakas qui sont nastika[2]. Le terme nāstika (non āstika) est par ailleurs l'un des synonymes de Cārvāka[3].

L’une des mentions les plus anciennes des termes nastika et astika se trouve dans la grammaire de Panini, sans que ceux-ci soient définis. Ce n’est qu’au VIIème siècle que les commentateurs Jayaditya et Vamana définiront ces termes dans leur commentaire, la Kāśikā-vṛtti : « L’āstika est celui qui croit que ‘il existe un autre monde’ et le nāstika est celui qui croit qu’ ‘un autre monde n’existe pas’ »[2]. Le terme ‘nastika’ est également employé deux fois dans les Lois de Manu, le plus connu des traités de loi : « Tout ‘deux-fois-né’ (dvija qui méprise les deux racines (shruti et smriti) sur la base de la science de la logique devrait être exclus en tant que nāstika, insulteur du Véda ». Medhâtithi, un commentateur du IXème siècle de ce texte explique cette phrase en affirmant que la science de la logique se réfère « aux œuvres des natiskas, c’est-à-dire des bouddhistes, charvakas, etc., dans lesquels il est proclamé encore et encore que le Veda est contraire au dharma ». Bouddhistes et jaïnes considéraient les sacrifices védiques comme contraire au dharma, à la morale et au principe de non-violence (ahimsa), mais ils n’étaient pas les seuls. Les tenants de la philosophie samkhya et yoga dénonçaient également la violence des sacrifices animaux.[2].

Les jaïns définissent le nastika comme quelqu’un qui ne croit pas au bien et au mal (c-à-d à la loi du karma), à un au-delà ou/et à un soi (comme les bouddhistes). Le sens d’athée est moderne. Nastika est employé en ce sens dans les langues moderne (Hindi, Bangla, Marathi)[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, page 143, ISBN 8170945216
  2. a, b et c Andrew J. Nicholson, Doxography and Boundary-Formation in Late Medieval India, in World View and Theory in Indian Philosophy, Manohar, 2012
  3. a et b "Development of Materialism in India: the pre-Cārvākas and the Cārvākas". Ramkrishna Bhattacharya, Esercizi Filosofici 8, 2013, pp. 1-12