Śīla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sila.

Śīla (Sanskrit) ou sīla (Pāli) (THL : Tsultrim tibétain : ཚུལ་ཁྲིམས, Wylie : tshul khrims) est généralement traduit par « vertu[1] » d'autres traductions incluent « bonne conduite[2] », « moralité[3] » « discipline morale[4] » et « précepte[5] ». Śīla fait partie des pāramitā du mahayana et des dix pāramī du theravada. Il s'agit d'une section du noble sentier octuple du bouddhisme qui se décompose en :

  1. parole juste (sammā-vācā) : ne pas mentir, ne pas semer la discorde ou la désunion, ne pas tenir un langage grossier, ne pas bavarder oisivement ;
  2. action juste (sammā-kammanta) : respectant un certain nombre de préceptes éthiques;
  3. moyens d'existence justes (sammā-ājīva) : profession juste, ce qui exclut le commerce des armes, des drogues, des poisons, des êtres humains, de la viande (Vanijja Sutta).

Préceptes[modifier | modifier le code]

Cinq Préceptes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cinq Préceptes.

Pour suivre la morale bouddhiste, il faut aussi suivre les pancasila ou Cinq Préceptes qui sont[6]:

  1. ne pas tuer de créatures vivantes,
  2. ne pas voler,
  3. ne pas avoir une mauvaise conduite sexuelle,
  4. ne pas avoir de mauvaises paroles et ne pas mentir,
  5. ne pas consommer de drogues tel l'alcool.

Ces Cinq Préceptes sont pour les laïcs (portés à huit lors des retraites ou des jours d'entraînement), des huit préceptes des anagarikas, des dix préceptes des moines novices, et enfin de toutes les règles du Vinaya pour les moines et les nonnes.

Huit Préceptes[modifier | modifier le code]

Durant les jours de pleine ou nouvelle lune, les laïcs pouvaient suivre une version plus sévère des cinq préceptes ainsi que trois supplémentaires, en guise de renoncement temporaire [7]:

  1. ne pas tuer de créatures vivantes,
  2. ne pas voler
  3. s'abstenir sexuellement,
  4. ne pas mentir au sujet de ses réalisations spirituelles
  5. ne pas consommer de drogues notamment de l'alcool,
  6. ne pas manger après midi
  7. ne pas danser, jouer de la musique et utiliser des parfums,
  8. ne pas dormir dans des lits luxueux[7].

Dix Préceptes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bouddhisme#Dix préceptes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gethin (1998), p. 170; Harvey (2007), p. 199; Ñāamoli (1999), p. 3 passim; Nyanatiloka (1988), sīla, Thanissaro (1999) et Warder (2004), p. 100.
  2. Gethin (1998), p. 170.
  3. Gombrich (2002), p. 89; Nyanatiloka (1988), sīla et Saddhatissa (1987), p. 54, 56.
  4. Bodhi (2005), p. 153.
  5. Sīla est traduit par « précepte » dans le contexte du pañca-sīlā, les dits « cinq préceptes », bien qu'Harvey (2007) traduit de façon littérale par « cinq vertus ».
  6. (en) The Princeton dictionary of buddhism par Robert E. Buswell Jr et Donald S. Lopez Jr aux éditions Princeton University Press, ISBN 0691157863, page 821
  7. a et b (en) The Princeton dictionary of buddhism par Robert E. Buswell Jr et Donald S. Lopez Jr aux éditions Princeton University Press, ISBN 0691157863, page 821, voir Sila

Liens externes[modifier | modifier le code]