Wat (architecture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wat et Vat.
De gauche à droite, Viharn, Chedi et Haw Trai du Wat Phra That Chang Kham, Nan

Un wat (du pali : avasa et du sanskrit : avasatha; parfois orthographié vat) est un temple-monastère au Cambodge, au Laos ou en Thaïlande. Littéralement, wat (thaï : วัด ;khmer : វត្ត ; en lao, on trouve parfois vat : ວັດ) signifie « école ». Mais à proprement parler, un wat est un monastère et une école bouddhistes, avec des moines qui y résident. Donc, en toute rigueur, un site bouddhiste sans moine résident ne peut pas être appelé wat, même si le terme est fréquemment employé de manière plus vague, y compris pour désigner des ruines de temples antiques.

En outre, en Thaïlande, dans la langue quotidienne, wat désigne n'importe quel lieu de culte, à l'exception d'une mosquée ou d'une synagogue. Ainsi, un wat tchin est un temple chinois (bouddhiste ou taoïste), un khaek wat un temple hindou, et un wat kris, wat krit ou wat farang une église chrétienne.

Organisation[modifier | modifier le code]

De gauche à droite, Chedi et Bôt du Wat Suan Tan, Nan.

Un wat-type comprend les bâtiments suivants :

  • chedi (du sanskrit chaitya - temple) - le reliquaire habituellement conique ou en forme de cloche, contenant parfois des reliques de Bouddha ;
  • bôt ou ubosoth (du pâli uposatha) - la salle de prière la plus sacrée, également appelée « salle d’ordination » car c’est là que les nouveaux moines prononcent leurs vœux. C'est un bâtiment rectangulaire en brique, recouvert d'une charpente en bois et d'un toit de tuiles très pentu, parfois à plusieurs pans superposés. Les fenêtres, quand elles existent, sont petites. En face de l'entrée se trouve une grande statue du Bouddha, assis sur un piédestal. Le bôt est entouré de huit pierres angulaires, les stèles Sima, souvent décorées d'une roue de la loi (dharmacakra) et destinées à détourner les forces du mal. Une neuvième stèle Sima est enterrée sous le bôt[1].
  • viharn ou wihaan (du sanskrit vihara) - une salle de réunion et de prière, architecturalement semblable au bôt, mais sans stèles Sima et moins décorée ;
  • mondop (du sanskrit mandapa) - habituellement un bâtiment carré ouvert sur les côtés, recouvert de quatre voûtes et d'un toit pyramidal, utilisé pour abriter les textes ou les objets religieux de culte.
  • sala (du sanskrit shala - école) - un pavillon pour le repos et des activités diverses ;
  • haw trai - bibliothèque où les écrits bouddhistes sont conservés ;
  • haw klawng - tour du tambour ;
  • haw rakhang - tour de la cloche.

Les moines vivaient à l'origine dans le viharn. Leurs habitations (y compris leurs cellules, les kutis) sont aujourd'hui séparées des bâtiments sacrés.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Exemples célèbres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Laos :

Bonzes au Wat Phrathat Doi Suthep, près de Chiang Mai

Thaïlande :

Cambodge :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Jacq-Hergoualch, Le Siam, Guide Belles Lettres des Civilisations, Les Belles Lettres 2004, (ISBN 2-251-41023-6), p. 133-134.