Ahamkara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ahaṃkāra (en sanskrit IAST ; devanāgarī: अहंकार)[1] est un concept de la philosophie hindoue qui fait référence à l'ego[2] lié à l'individualité humaine. C'est aussi dans l'Advaita Vedānta l'identification (adhyāsa) au soi individuel ou personnel (jīva) et l'attachement orgueilleux (abhimāna (en)) à son ego.

Ahaṃkāra est l'une des trois composantes de l'antaḥkaraṇa dans le système philosophique du Sāṃkhya, un des six darśana. Le védanta ajoute citta à ces trois principes, on parlera d'organe interne quadruple (antaḥkaraṇa catustaya)[3]. Dans la philosophie du yoga, le terme asmitā lui est préféré et n'a pas la même dimension cosmologique[4].

Origines[modifier | modifier le code]

On trouve le terme ahaṃkāra dans l'une des plus anciennes Upanishad, la Chandogya Upanishad[5].

Dans la philosophie samkhya[modifier | modifier le code]

Dans la philosophie classique du samkhya (c’est-à-dire telle que codifiée dans la Samkhya Karika et ses commentaires), l’ahamkara est le principe (tattva) qui procède de la buddhi, souvent traduite par « intellect » et première évolution de la prakriti. De l’ahamkara se produisent deux évolutions parallèles : d’une part manas, le mental, et les dix facultés (buddhindriya, les cinq sens, et karmendriya, les cinq facultés d’actions) et d’autre part les cinq éléments subtils (tanmatra), d’où proviennent les cinq éléments grossiers (mahabhuta).

Ahaṃkāra et implications[modifier | modifier le code]

Ahaṃkāra dans le yoga est vu comme un « ennemi spirituel », dans l'advaita vedanta comme une instance qui voile le réel, ce qui est. Dans le bhakti yoga le dévot dépasse son ego par la dévotion, à l'aide de chants et de mantras. Le tantrisme le considère comme positif, préconisant d'utiliser son ego pour ne faire qu'un avec la vérité ultime, le divin[2].

Le karma-yogin est censé agir de façon impartiale et impersonnelle, avec effacement de son ego et équanimité[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Hulin, Le Principe de l'ego dans la pensée indienne classique : la notion d'ahaṃkāra. Institut de civilisation indienne : diffusion E. de Boccard, 1978
  • Michel Hulin, Ahaṃkāra et la non-dualité. Paris, Bayard, 2001
  • Biardeau, Madelaine : « Ahaṃkāra, the ego principle in the Upanishads. » in : CIS 8 :62-84, 1965
  • Buitenen, J.A.B. : « Studies in Sāṃkhya (II) : Ahaṃkāra » in : JAOS 77 :15-25, 1957 et in : Studies in Indian Literature and Philosophy, collected Articles. Motilal Banarsidass, Delhi, 1988, p. 53-73
  • Michel Hulin: « Reinterpreting ahaṃkāra as a possible way of solving the riddle of Sāṃkhya metaphysics », in : Asiatische Studien – Etudes Asiatiques, LIII, 3 1999, p. 713-722
  • Marzenna Jakubczak: «The Collision of Language and Metaphysics in the Search for Self-Identity: on 'ahamkara' and 'asmita' in Samkhya-Yoga», in: ARGUMENT: Biannual Philosophical Journal, issue: 1 (I) / 2011, pages: 37-48

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
  2. a et b Encyclopedia of Hinduism par C.A. Jones et J.D. Ryan publié par Checkmark Books, page 17, ISBN 0816073368
  3. Voir The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
  4. Marzenna Jakubczak: «The Collision of Language and Metaphysics in the Search for Self-Identity: on 'ahamkara' and 'asmita' in Samkhya-Yoga», in: ARGUMENT: Biannual Philosophical Journal, issue: 1 (I) / 2011
  5. Ysé Tardan-Masquelier, Les Maîtres des Upanishads (inédit): La sagesse qui libère, Points,‎ (ISBN 978-2-7578-4831-9, lire en ligne), p. 60
  6. Tara Michaël, Les voies du yoga, Points,‎ , p. 150.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]