Thangka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bodhisattva Vajrapani, un des plus anciens thangkas tibétains, datant du IXe siècle.

Un thangka, aussi orthographié « tangka », « thanka » ou « tanka » (prononciation : [tʰɑːŋkɑː), littéralement « chose que l'on déroule », « rouleau »[1], est une peinture, un dessin, ou un tissu sur toile[2] originaire d'Inde et caractéristique de la culture bouddhiste tibétaine. On en trouve de toutes les tailles, depuis les thangkas portatifs que l'on peut enrouler et dérouler grâce à deux baguettes passées dans leurs ourlets, jusqu'aux thangkas monumentaux destinés à être déroulés le long d'une pente ou d'un mur et qui peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens thangkas connus proviennent de quelques sites en Inde, dont les grottes d'Ajantâ (-IIe siècle à Ve siècle), au centre de l'Inde, puis du Nord-Ouest de la Chine, comme les grottes de MogaoDunhuang, province du Gansu), sur la route de la soie. Il s'agit, dans ce second cas, de peintures murales, comme on en retrouve plus tard, dans l'art des Peintures murales du bouddhisme tibétain.

Les plus anciens tangkhas sur tissu tibétains se trouvent également dans les grottes de Mogao et datent de l'époque où cette région était une colonie de l'Empire tibétain (629–877), elles sont datées des environs de 781 à 848[3].

Sujets[modifier | modifier le code]

Bhavacakra (roue de l'existence karmique), comportant les six royaumes de la cosmologie bouddhiste, à Katmandou, au Népal.

Les sujets des thangkas relèvent du bouddhisme. Ils peuvent représenter :

Les thangkhas sont destinés le plus souvent à servir de support à la méditation.

Le sujet est représenté au centre, entouré de personnages subordonnés faisant partie de sa suite, de ses diverses formes divines, etc. Les divinités importantes du panthéon sont représentées dans la partie supérieure. La partie inférieure est réservée aux offrandes diverses et aux divinités gardiennes de la Loi[4].

Sont figurées également des montagnes, un élément de l'iconographie tibétaine traditionnelle[5].

Types[modifier | modifier le code]

Grand mur de prière dans le monastère de Gyantsé lors du festival du temple avec un thangka en 1939, photographié par l’expédition allemande au Tibet
Le mont Kailash. Thangka de la religion tibétaine Bön.

On peut distinguer de nombreux types de thangkas selon la technique et les matériaux utilisés. On trouve notamment, pour ceux peints sur toile :

  • les thangkas noirs ou nagthang, constitués de lignes dorées sur un fond uniformément noir ;
  • les thangkas dorés ou serthang, constitués de lignes dorées sur fond rouge, ou de lignes rouges ou bleues sur fond or ;
  • les thangkas de lignée spirituelle, qui représentent une lignée de grands maîtres qui se sont succédé[6].

Il existe également des thangkas en soie brodée.

Les arts Regong ont été inscrits en 2009 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[7].

Pendant la fête de l'exposition du grand thangka du Bouddha, des thangkas géants en brocart, appelés « thongdrels » sont exposés sur des murs permanents, construits à cette effet, ou à flanc de montagne.

Fabrication[modifier | modifier le code]

Peintre de thangkas travaillant à l'institut Norbulingka, en Inde.

Influences extérieures[modifier | modifier le code]

Les thangkas sont d'origine indienne.

L'influence chinoise sur la peinture tibétaine s'intensifia à partir du XIIIe siècle. Les Chinois enseignèrent aux Tibétains l'art de représenter la nature. Leur apport se manifeste principalement dans la façon de traiter les paysages[8].

Styles[modifier | modifier le code]

Le style Karma Gadri[modifier | modifier le code]

Le 8e Karmapa, chef de l’école Karma Kagyu du bouddhisme tibétain, était aussi l'artiste qui créa le style de peinture des thangkas Karma Gadri : spacieux, transparents et méditatifs[9].

Galerie[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nathalie Bazin, L'Art du Tibet. La donation Lise et Jean Mansion, Toulouse, Musée Georges-Labit, , 51 p. (ISBN 2-905880-20-1).
  2. (en) The Princeton dictionary of buddhism par Robert E. Buswell Jr et Donald S. Lopez Jr aux éditions Princeton University Press, (ISBN 0691157863), page 903.
  3. Rhie and Thurman, 122; Kossak and Singer, 3-5.
  4. Généralités sur les thangkas, TransAsiart.
  5. Thangka commissions.
  6. Marc Moniez, Christian Deweirdt, Monique Masse, Le Tibet, Éditions de l'Adret, Paris, 1999 (ISBN 2-907629-46-8), p. 181-186.
  7. UNESCO : Les arts Regong : Inscrit en 2009 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.
  8. Marc Moniez et al., op. cit., p. 184.
  9. (en) The Eighth Karmapa Mikyö Dorje (1507-1554).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :