Shloka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Shloka (sanskrit, en devanāgarī श्लोक et selon IAST : śloka; signifiant "chant", à partir de la racine śru, "oreille"[1])[2] est une catégorie de strophe de la métrique indienne, dérivé de l'Anuṣṭubh (en) védique. Son invention est attribuée à Vālmīki. La strophe est formée de quatre padas octosyllabes[3]. Il est devenu le mètre le plus fréquent à partir du IVe siècle, par exemple Mahabharata et Ramayana, sont composés presque exclusivement en shlokas.[4]

Selon la tradition cette forme est issue d'une composition spontanée de Valmiki en colère d'avoir vu un chasseur abattre l'un des deux oiseaux d'un couple[5], shloka prenant forme de malédiction contre le chasseur :

« मा निषाद प्रतिष्ठां त्वमगमः शाश्वतीः समाः।यत्क्रौञ्चमिथुनादेकमवधीः काममोहितम्॥ ; mā niṣāda pratiṣṭhā tvamagamaḥ śāśvatīḥ samāḥyat krauñcamithunādekam avadhīḥ kāmamohitam [6]; Tu ne trouveras nul repos pendant de longues années d’éternité,/ Pour avoir tué un oiseau amoureux et sans méfiance ![7] »

Selon la tradition, cette strophe née du chagrin de Valmiki face à la douleur de l'oiselle qui pleurait son compagnon tué par un chasseur, est le premier shloka de la littérature sanskrite.

Le shloka est un couplet de deux hémistiches de chacun 16 syllabes, eux-mêmes composés de deux Pādas de huit syllabes, et qui peuvent prendre la forme pathyā ("normale"), ou une parmi plusieurs formes vipulā ("étendues")[5], selon la table de fréquence suivante (où "" représente laghu, léger, et "" représente guru, lourd).

Sur 2579 hémistiches de Kalidasa, Magha, Bharavi, et Bilhana, les quatre formes admissibles de shloka ont une pat respective de : 2289, 116, 89, 85[1].

Les contraintes de constructions sont les suivantes :[8]

  • General
  1. Les 1ere et 8eme syllabes des deux pādas sont libres.
  2. Syllabes 2-3 : forme "⏑ ⏑" exclue ; "⏑ –", "– ⏑" ou "– –" sont permis
  3. Syllabes 2-4 du second pāda : forme "– ⏑ –" exclue
  4. Syllabes 5-7 du second pāda : forme "⏑ – ⏑" requise (cadence iambique).
  • forme normale (pathyā)
  1. Syllabes 5-7 du premier pāda : forme "⏑ – –" requise
  • formes étendues (vipulā): la 4ème syllabe du premier pāda est obligatoirement "" . En outre, une des formes suivantes est présente :
  1. na-vipulā: Syllabes 5-7 "⏑ ⏑ ⏑"
  2. bha-vipulā: Syllabes 2-7 "– ⏑ – – ⏑ ⏑" ou bien "– – – , – ⏑ ⏑" (avec une césure)
  3. ma-vipulā: Syllabes 2-7 "– ⏑ – – , – –" (avec une césure après la 5ème)
  4. ra-vipulā: Syllabes 5-7 ", – ⏑ –" (après une césure))

La forme shloka s'incarne dans les poèmes épiques Bhagavad Gita, Mahabharata, Ramayana, Puranas, Smritis mais aussi dans les traités scientifique de l'hindouisme comme les Sushruta Samhita et Charaka Samhita.[9][10],[11] Par exemple, la Mahabharata présente de nombreux mètres, mais mais une proportion écrasante -- environ 95% -- sont des shlokas de type anustubh, et pour le reste essentiellement du type tristubh.[12]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Théorie du sloka, ou mètre héroïque sanskrit. Antoine-Léonard Chézy. Éd. Dondey-Dupré, 1827.
  • Edward Vernon Arnold, Vedic Metre in its historical development, Cambridge University Press (Reprint 2009), [détail de l’édition] (ISBN 978-1113224446, lire en ligne)
  • Charles Philip Brown, Sanskrit prosody and numerical symbols explained, London, Trübner & Co., (lire en ligne)
  • H.T. Colebrooke, Miscellaneous Essays, vol. 2, London, Trübner and Co., , 57–146 p.
  • Michael Coulson, Teach Yourself Sanskrit, Hodder and Stoughton, coll. « Teach Yourself Books »,
  • Michael Hahn, Ratnākaraśānti's Chandoratnākara, Kathmandu, Nepal Research Centre,
  • E.W. Hopkins, The Great Epic of India, New York, C. Scribner's Sons, [détail de l’édition], « Epic versification »
  • M. Patwardhan, Chandoracana, Bombay, Karnataka Publishing House,
  • Ludo Rocher, The Puranas, Otto Harrassowitz Verlag, (ISBN 978-3447025225)
  • Annette Wilke et Oliver Moebus, Sound and Communication: An Aesthetic Cultural History of Sanskrit Hinduism, Walter de Gruyter, (ISBN 978-3-11-018159-3, lire en ligne)
  • Horace Hayman Wilson, An introduction to the grammar of the Sanskrit language, Madden, [détail de l’édition] (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Macdonell, Arthur A., A Sanskrit Grammar for Students, Appendix II, p. 232 (Oxford University Press, 3rd edition, 1927).
  2. Dictionnaire Héritage du Sanscrit de Gérard Huet
  3. Macdonell, Arthur A., A Sanskrit Grammar for Students, Appendix II, p. 233 (Oxford University Press, 3rd edition, 1927)
  4. Hopkins 1901, p. 191-192.
  5. a et b Monier Monier-Williams, A Sanskrit-English Dictionary, Oxford University Press, , 1029–1030 p. (lire en ligne)
  6. Sacred-Texts.com
  7. Buck, William and van Nooten, B. A. Ramayana. 2000, page 7
  8. Steiner, Appendix 4; translated: Macdonald, Appendix
  9. Arnold 1905, p. 11, 50 with note ii(a).
  10. "Friedrich Max Müller 1860 67–70"
  11. Richa Vishwakarma et PradipKumar Goswami, « A review through Charaka Uttara-Tantra », AYU, vol. 34, no 1,‎ , p. 17
  12. Hopkins 1901, p. 192.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles internes[modifier | modifier le code]