Piliers d'Ashoka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le pilier de Vaishali.

Les piliers d'Ashoka sont une série de colonnes dispersées dans toute la partie nord du sous-continent indien, érigées ou du moins gravées par édit du roi maurya Ashoka pendant son règne au IIIe siècle av. J.-C. Originellement, il devait y avoir de très nombreux piliers, mais seulement dix-neuf comportant des inscriptions gravées subsistent encore, dont six surmontés d'un chapiteau décoré d'animaux, les représentations animales étant une cible pour l'iconoclasme musulman et beaucoup ne sont conservés que dans un état fragmentaire. D'une hauteur moyenne de douze à quinze mètres et pesant jusqu'à cinquante tonnes, ces piliers ont été traînés, parfois sur des centaines de kilomètres, jusqu'à l'endroit où ils ont été érigés.

Un des plus connus est celui de Sarnath, qui marque l'endroit où Gautama Bouddha aurait enseigné pour la première fois son dhamma et est donc le début du Sangha bouddhiste. Le chapiteau de ce pilier est devenu l'emblème national de l'Inde.

Principaux piliers subsistants[modifier | modifier le code]

Chapiteau au taureau, en provenance de Rampurva, règne d'Ashoka, Musée indien, Calcutta. IIIe siècle av. J.-C.

Chapitaux subsistants[modifier | modifier le code]

Sept chapiteaux subsistent, consistant en cinq chapiteaux à l'effigie de lions, le chapiteau le plus à l'ouest à l'effigie d'un éléphant, et un chapiteau à l'effigie d'un taureau dans le nord du territoire. Ces chapiteaux sont composés d'une base lotiforme, probablement d'inspiration Perse, d'un tore torsadé ou non, d'un abaque représentant soit un bandeau floral intégrant des palmettes (taureau de Rampurva, éléphant de Sankissa), soit des oies sauvages hamsa (lions de Rampurva, Lauria-Nandangarh), soit des animaux et des Roues de la Loi (Sarnath). Enfin ils sont surmontés d'animaux (lions, taureau, éléphant) sculptés de façon réaliste[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Art de l'Inde: diversité et spiritualité" par Anne-Marie Loth Éditions Chapitre Douze, Bruxelles-Paris 2006, p. 25 [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :