Yoga Vasishtha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La démone Karkati s'entretient avec le roi. Miniature moghole tirée d’un manuscrit (1602) de la traduction persane du Yoga Vasishtha. (Livre II, Histoire de Karkati). Chester Beatty Library, Dublin.

Le Yoga Vasishtha ou Yogavāsiṣṭha[1] (devanāgarī : योगवासिष्ठ)[2]) est un texte sanskrit de la philosophie indienne āstika[3], sans doute composé entre le viiie siècle et le xiiie siècle ap. J.-C.[4] . Il est en général attribué à Valmiki, l'auteur du Ramayana, mais serait dû au sage Vasishtha[5]. Le texte se présente sous la forme d'un dialogue entre Vasishtha et le jeune prince Rāma.

Titres, datation, forme de l’œuvre[modifier | modifier le code]

Le Yoga Vasishtha est aussi appelé Vāsiṣṭha Rāmāyana, Yogavāsiṣṭha Mahārāmāyana (« Grand Ramayana exposant l'enseignement du sage Vasishtha[6] ») ou encore Mokṣopāya (« Moyen de délivrance[7] »), ces deux derniers noms figurant dans le texte lui-même[8].

Si la date de composition est imprécise (entre le viiie siècle et le xiiie siècle ap. J.-C.), certains spécialistes penchent pour une période qui irait de 1050 à 1290. Une allusion à une œuvre de l'astronome et mathématicien indien Bhāskarācārya datée de 1150 ferait même de cette année le terminus a quo de la composition[9]. L'indianiste Michel Hulin penche lui aussi pour une rédaction au xiie siècle, au Cachemire[10].

Le Yoga Vasishtha est un ouvrage philosophique, conçu sous une forme d'une épopée et rédigé dans un style poétique populaire, constitué par un dialogue entre Rama (le héros de l'épopée) et son précepteur Vasishtha. La narration se divise en plusieurs séances qui ont lieu pendant plusieurs jours à la cour du roi, en présence de la famille royale et des courtisans[8].

Contenu et structure[modifier | modifier le code]

Le propos Yoga Vasishtha prend place dans le cadre narratif du Ramayana. Vasishtha initie le jeune Rama à ses devoirs, lui qui sera bientôt roi. Pour ce faire, il développe une métaphysique, alliée à une cosmologie et à une doctrine de l'action et de la libération finale du cycle des renaissances[10].

Le Yoga Vasishtha développe ainsi une philosophie originale à la jonction du vedanta non-dualiste, du bouddhisme idéaliste (yogacara-vijanavada) et du shivaïsme du Cachemire[4]. Il s'agit d'un « immense poème initiatique où alternent, dans un récit-cadre, des développements didactiques ou spéculatifs et des récits illustrant la vue du monde découlant de ces doctrines [mentionnées par Chenet 1984, p. 139] »[11].

Le texte comprend en effet 27 687 versets[Note 1] divisés en six livres et quelque 450 chapitres. Les six livres ou sections sont, dans l'ordre[12] :

  1. Vairagya Khanda (Le Détachement)
  2. Mumukshu Khanda (L'Attitude du Chercheur)
  3. Utpatti Khanda (La Création)
  4. Sthiti Khanda (L'Existence) ;
  5. Upasama Khanda (La Dissolution)
  6. Nirvana Prakarama (La Libération)[Note 2].

Valeur littéraire[modifier | modifier le code]

Pour Hulin, on a là un texte « d'une qualité littéraire exceptionnelle ». En mettant en scène les questions métaphysiques dans des récits riches et colorés, dont certains viennent de la mythologie hindoue et d'autres qui sont inventés par l'auteur de l'épopée[10]. Il a d'ailleurs toujours été en haute estime dans la littérature religieuse hindoue[13]. Le récit déploie nombre de récits montrant que la « réalité » du monde de la veille n'est rien d'autre qu'un rêve, ou encore fait s'interpénétrer les consciences des personnages, chacun présentant son propre rêve du monde, mettant ainsi habilement en scène l'idéalisme foncier de la doctrine qui constitue la toile de fond de l'ouvrage[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Chenet 1984, p. 40, note 1. Chenet précise que ce nombre peut varier entre 23 000 et 32 000 selon les manuscrits.
  2. Ce livre, qui couvre environ la moitié de l’œuvre complète, est divisé en deux parties: Purvardha et Uttarārdha (Arjunwadkar, 2001, p. 213).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Vasiṣṭha » in Gérard Huet, The Sanskrit Heritage Dictionary (Consulté le 22 juillet 2020)
  2. Monier Monier-Williams, Sanskrit-English Dictionary (Rev. Ed. 2008)
  3. Qui reconnait l'autorité des écritures sacrées comme le Veda, orthodoxe. (Voir « āstika » in Gérard Huet, The Sanskrit Heritage Dictionary.) (Consulté le 22 juillet 2020)
  4. a et b Chenet 1984, p. 139.
  5. Chappel, 1984, p. ix-x.
  6. Chenet 1984, p. 139-140.
  7. « mokṣopāya in Gérard Huet, The Sanskrit Heritage Dictionary (Consulté le )
  8. a et b Arjunwadkar 2001, p. 215.
  9. Arjunwadkar 2001, p. 214.
  10. a b c et d Michel Hulin, L'Inde des sages : les plus beaux textes de l'hindouisme et du bouddhisme, Escalquens, Oxus, (1re éd. 2000), 234 p. (ISBN 978-2-84898-114-7), p. 113
  11. André Padoux, « Michel Hulin. Sept récits initiatiques tirés du Yoga-Vasistha » in: Revue de l'histoire des religions, tome 205, n°3, 1988. pp. 324-325. (Lire en ligne - consulté le 22 juillet 2020)
  12. Venkatesananda et Repusseau, 2016, p. 7-8.
  13. Chenet 1984, p. 140.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Complètes[modifier | modifier le code]

  • (en) The Yogavāsisṭha of Valmiki : with the comment (trad. et édition par Wāsudeva Laxmaṇa Śāstrī Paṇsīkar / Commentaire de Ānandabodhendrasarasvatī), New Delhi, Motilal Banarsidass, (1re éd. 1911), 2 vol. - 1572 p. (ISBN 978-81-208-3146-9)
  • (en) The Yoga-Vāsishtha-Mahārāmāyana of Vālmiki / (transl. from the original Sanskrit by Vihāri-Lāla Mitra), Delhi & Varanasi, Indological Book House, 1988-1989 (1re éd. 1891), 4 vol. / 484+1208+694+1167 p.
    François Chenet (1984, p. 40 note 1) qualifie cette traduction d'« assez défectueuse », mais relève que « [son] mérite reste d'avoir été un travail de pionnier ».

Abrégées[modifier | modifier le code]

  • (en) Swami Venkatesananda (with an introduction and bibliography by Christopher Chapple), The Concise Yoga Vasistha, New York, State University of New York Press, , XVIII+430 p. (ISBN 978-0-87395-954-4, lire en ligne)
  • (en) Swami Venkatesananda (préf. de Swami Ranganathananda), Vasiṣṭha's Yoga, New York, State University of New York Press, , 780 p. (ISBN 978-0-7914-1364-7, lire en ligne)
  • (en) Venkatesananda, The Supreme Yoga : Yoga Vasiṣṭha, New Delhi, Motilal Banarsidass Publications, , 402 p. (ISBN 978-81-208-1964-1)
  • Venkatesananda (trad. du sanskrit par de l’orignal, résumé et présenté par Swami Venkatesananda; trad. de l'anglais par Patrice Repusseau), Le Yoga Vasistha, Paris, InnerQuest, , 799 p. (ISBN 978-2-9517169-8-8)
    Traduction de l'ouvrage intitulé Vasiṣṭha's Yoga.
  • Le monde est dans l'âme (Yoga-Vāsishtha) : extraits des instructions du Sage Vāsishtha au Prince Rama, son disciple, et Histoire de la Reine Chudala (trad. du sanscrit de Valmiki [en anglais] par Hari Prasad Shastri (1937) ; [trad. française de Roger Du Pasquier]), Milan, Archè, coll. « Ratna - Joyaux de la tradition orientale, 1 », , 166 p. (ISBN 978-88-7252-081-9)
  • Michel Hulin (trad. du sanskrit par du sanskrit avec introduction et notes par Michel Hulin), Sept récits initiatiques tirés du Yoga-Vasistha, Paris, Berg International, (1re éd. 1987), 194 p. (ISBN 978-2-37020-045-7, présentation en ligne)

Laghu Yoga Vasishta[modifier | modifier le code]

  • Laghu Yoga Vasishta (trad. into English by K. Narayanaswami Aiyer (1854 - 1918)), Chennai, Theosophical Publishing House, , 742 p. (ISBN 978-1-9756-1497-3, lire en ligne)

Études[modifier | modifier le code]

  • François Chenet, Psychogenèse et cosmogonie selon le Yoga-vāsiṣṭha : « Le monde est dans l'âme », t. I + II, Paris, De Broccard, 1998-1999, 748 p. (ISBN 2-86803-671-6 et 2-868-03672-4)
  • David Dubois (trad. du sanskrit), L'essence du yoga selon Vasistha. Un classique de la spiritualité indienne, Paris, Almora, , 210 p. (ISBN 978-2-35118-246-8)
  • Patrick Mandala (préf. de Denise Desjardins), Le yoga-vâsishtha. L'expérience de la non-dualité, Paris, Accarias - L'Originel, paris, 290 p. (ISBN 978-2-86316-082-4)

Articles[modifier | modifier le code]

  • [Chenet 1984] François Chenet, « Vie et mort selon le Yogavasistha », Revue de l'histoire des religions, vol. 201, no 2,‎ , p. 139-170 (DOI https://doi.org/10.3406/rhr.1984.4320)
  • [Arjunwadkar 2001] (en) Krishna S. Arjunwadkar, « Yoga-Vāsiṣṭha - A Frank Appraisal », Annals of the Bhandarkar Oriental Research Institute, vol. 82, nos 1/4,‎ , p. 213-231 (lire en ligne)