Padmasambhava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Padmasambhava
Guru Rinpoche in mist 2.jpg
Biographie
Naissance
Autres informations
Religion
Dorje Drolö, la forme la plus courroucée de Padmasambhava, manifestation de la folle sagesse, qui incarne les forces de l'intuition et de la compassion au-delà de la logique et des conventions[1].
Padmasambhava in Rewalsar, India.JPG

Padmasambhava (littéralement né du lotus, sanskrit : पद्मसम्भव Padmasambhava, traduit en tibétain : པདྨ་འབྱུང་གནས།, Wylie : pad+ma-'byung-gnas (EWTS), pinyin tibétain : bämajungnä ou en chinois traditionnel : 蓮花生 ; pinyin : Liánhuāshēng) est un maître bouddhiste du VIIIe siècle né probablement durant le premier quart de ce siècle, dans la vallée de Swat au Pakistan aussi appelé Guru Rinpoché (« précieux maître »). Bien qu'il ait existé historiquement, on ne sait rien de lui à part qu'il participa à la construction, à la demande du roi Trisong Detsen, du premier monastère bouddhiste à Samye au Tibet[2], qu'il quittera en raison de intrigues de la cour.

Un certain nombre de légendes ont grandi autour de la vie et les actes de Padmasambhava, et il est largement vénéré comme un « second Bouddha » à travers le Tibet, le Népal, le Bhoutan et les états himalayens de l'Inde.

Dans le bouddhisme tibétain, il est associé à la littérature des terma[3], et serait une émanation d'Amitabha lié à des tertöns à qui il apparaîtrait dans des rencontres visionnaires et la pratique du gourou yoga , en particulier dans les écoles Rimé . Les membres de l'école Nyingma le considèrent comme le fondateur de leur tradition.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon la vie légendaire de Padmasambhava, ce dernier est né quelques années après le Parinirvâna du Bouddha sous forme miraculeuse au milieu d'un lac dans le royaume d'Oddiyana situé dans l'actuelle vallée du Swat[4]. Il aurait vécu de nombreux siècles avant de venir au Tibet. Pour les tibétains dans la lignée du Dzogchen Nyingmapa, le Bouddha Shakyamouni représente le principe du Bouddha qui donne tous les enseignements fondamentaux rassemblés dans les sutra. Padmasambhava est un avec le Bouddha Shakyamouni mais représente le principe, plus élevé encore, du maître qui révèle tous les enseignements à caractère initiatique des tantras. En d'autres termes, Ils ne sont pas différents mais Bouddha Shakyamouni représente l'aspect exotérique du Bouddhisme alors que Padmasambhava représente l'aspect ésotérique[5],[6],[7].

Padmasambhava n'est pas seulement le fondateur du bouddhisme au Tibet, il est également à l'origine de la tradition terma ou « Trésors spirituels » transmis par ceux qui les découvrent, les Tertöns de l'école nyingmapa. À plusieurs reprises dans ses enseignements Padmasambhava prophétisa la venue au Tibet des Karmapas de l'école Kagyu.

Selon la tradition, Padmasambhava est apparu sur terre incarné en un enfant de 8 ans dans une fleur de lotus (d’où le nom sanskrit de Padmasambhava) flottant sur le lac Dhanakosha (en), dans le royaume d'Oddiyana situé dans le Gandhâra près de la frontière actuelle entre l'Afghanistan et le Pakistan (précisément dans la vallée du Swat). Indrabhûti, le roi d'Oddiyana, très impressionné par cette apparition miraculeuse, l'aurait reconnu comme héritier. Selon la tradition, Padmasambhava, eut comme disciple fervente une princesse indienne, Mandarava. Le roi son père en fut furieux et décida de le brûler ; mais l’ascète survécut sain et sauf, et du bûcher émergea un lac qui fut appelé Rewalsar ou Tsopéma. Objet de vénération l’endroit est donc sacré et attire les pèlerins. Autour du lac, de dimensions plutôt modestes, s’élèvent différents temples.

Accusé du meurtre d'un ministre malfaisant, Padmasambhava est banni de la cour et choisit alors de vivre - comme Shiva - dans les cimetières et de s'astreindre à l'ascèse et à la pratique du yoga. Il aurait aussi étudié à Nâlandâ au Bihar les enseignements de Shantarâkshita. La capacité de Padmasambhava à mémoriser et comprendre les textes ésotériques après une seule écoute établit sa réputation comme maître parmi les maîtres.

Toujours d'après la tradition, sa renommée atteint alors le Tibet et Trisong Detsen, le 38e souverain du pays, dont le royaume est assailli par des déités malfaisantes de la montagne. Il l'invite vers 750 à utiliser ses pouvoirs pour les soumettre conformément aux principes tantriques, en les réorientant vers la pratique du dharma au lieu de les éliminer. Il fonde alors au Tibet le premier monastère du pays, Samyé Gompa, procède à l'initiation des premiers moines et répand dans le peuple la pratique du bouddhisme tantrique.

Au Tibet, on lui attribue 25 ou 26 disciples directs, tous dotés de pouvoirs extraordinaires selon les textes tibétains. Peu après son arrivée au Tibet, le roi Trisong Detsen lui offrit en présent sa femme, la dâkinî Yeshe Tsogyal, épousée deux ans plus tôt. Cet acte de générosité fit scandale et suscita la colère des ministres restés fidèles à la religion Bön. Le couple tantrique dut fuir à Tidro, dans une grotte située au nord-est de Lhasa, jusqu’à ce que les esprits se soient apaisés.

Au Bhoutan, il est associé au célèbre monastère de Taktsang ou « nid du tigre » construit au sommet d'une falaise surplombant de 500 m la vallée de Paro. Il serait venu là, d'après la tradition, depuis le Tibet sur le dos de sa parèdre indienne, la dâkinî Mandarâva, qu'il a transformée en tigresse volante pour effectuer ce voyage. C'est sous cette forme courroucée qu'il aurait là soumis toutes les forces négatives de la région.

Dans l'histoire du Sikkim le passage du maître indien Padmasambhava s'est produit au IXe siècle. On rapporte que Padmasambhava y aurait béni la terre, introduit le bouddhisme et annoncé l'ère de la monarchie qui arrivera des siècles plus tard.

En Inde, on le connaît sous les noms de Padmâkara, Padmavajra, Suroruha et Vararuchi.

Matthieu Ricard déclare :

« Au Tibet, Padmasambhava, Né-du-Lotus, le plus souvent connu sous le nom de Guru Rinpoché, le « précieux maître », est révéré comme un second Bouddha. [...] Pour les Tibétains, Padmasambhava est considéré comme une manifestation du Bouddha Shakyamouni. En effet, dans la Parinirvâna, on trouve une prédiction dans laquelle Shakyamouni annonce qu'il reviendra par une naissance immaculée afin de répandre les enseignements des tantras[8]. »

En effet, dans le Sutra des prédictions de Maghada[9] et dans le Sutra du nirvāna [10], le Bouddha Shakyamouni déclare qu'il reviendra sous une forme plus puissante, quelques années après le Parinirvâna pour donner des enseignements plus élevés. Enfin, le Tantra de la personnification parfaite de la nature inégalée dit:

« Huit ans après mon passage en nirvana
Je réapparaîtrai dans le pays Oddiyana,
Portant le nom de Padmasambhava.
Je deviendrai le seigneur des enseignements du Mantra secret[11] »

Philippe Cornu écrivit :

« Padmasambhava, que tous les tibétains nomment d'ailleurs Guru Rinpoché, « Le Précieux Guru », est bien plus que le personnage historique dont les tibétologues s'accordent à reconnaître le passage bref au Tibet au VIIIe siècle [...] N'est-il pas considéré comme le second Bouddha, avec la mission d'enseigner le Tantra? Padmasambhava est en vérité le symbole vivant du bouddhisme tibétain, la personnification du principe essentiel de la transmission des enseignements tantriques et du Dzogchen, c'est-à-dire le Maître par excellence[12]. »

Statues représentant Padmasambhava[modifier | modifier le code]

Les statues représentant Padmasambhava renferment parfois des reliques et des textes du dharma notamment lorsqu'elles ont été consacrées par des Lamas.

En mai 2007, le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie (TCHRD) affirme que la police armée chinoise a démoli une statue colossale de Padmasambhava au monastère de Samyé et que les blocs de la destruction de la statue ont été transportés en un endroit inconnu. La statue avait été construite avec les fonds généreusement donnés par deux passionnés chinois de la ville industrialisée de Guangzhou de la province du Guangdong[13].

Célébrations[modifier | modifier le code]

Selon le calendrier lunaire tibétain, le 10e jour du 5e mois de l'année de singe est habituellement célébré comme la naissance de Guru Rinpoché et considéré comme de bon augure car il survient une fois dans un cycle de 12 ans. Dans une pareille occasion, le , le 14e dalaï-lama donna un enseignement à Tso Péma[14]

Mantra[modifier | modifier le code]

Mantra court[modifier | modifier le code]

OM ĀH HŪM VAJRA GURU PADMA SIDDHI HŪM Benzar Guru court

Mantra long[modifier | modifier le code]

OM ĀH HŪM VAJRA GURU PADMA TÖ TRENG TSAL VAJRA SAMAYA DZA SIDDHI PALA HŪM ĀH Benzar Guru long

Prière en 7 vers[modifier | modifier le code]

Phonétique :
HŪM
ORGYEN YUL GYI NUB CHANG TSAM
PÉMA KESAR DONGPO LA
YA TSEN CHOG GI NGÖ DRUP NYÉ
PÉMA JUNG NÉ SHYÉ SU DRAK
KHOR DU KHANDRO MANG PÖ KOR
KHYÉ KYI JÉ SU DAK DRUP KYI
CHIN GYI LAP CHIR SHEK SU SOL
GURU PEMA SIDDHI HŪM

Traduction (Rigpa, 2005) :
HŪM
Aux confins nord-ouest du pays d'Oddiyāna,
Au cœur d'une fleur de lotus,
Doué du merveilleux et suprême accomplissement,
Tu es connu sous le nom de « né du lotus »
Une assemblée de nombreuses dākinīs t'entoure ;
Je te suis afin d'accomplir ta nature ;
Je t'en prie : viens me bénir de ta grâce !
GURU PADMA SIDDHI HŪM

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chögyam Trungpa Rinpoché, Folle sagesse. Éditions du Seuil, 1993. 204 p. (ISBN 2-02-015674-1)
  2. (en) Kværne, Per, The Tibetan history reader, New York, Columbia University Press, (ISBN 9780231144698), p. 168
  3. Schaik, Sam van. Tibet: A History. Yale University Press 2011, page 34-5, 96-8.
  4. (en) Gyalwa Changchub, Namkhai Nyingpo, Lady of the Lotus-Born: The Life and Enlightenment of Yeshe Tsogyal, Shambhala Publications, 2002, (ISBN 1570625441 et 9781570625442), p. 237
  5. Philippe Cornu, Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme. Nouvelle édition augmentée, Éditions du Seuil, Paris, 2006. 952 p. (ISBN 2-02-082273-3).
  6. Philippe Cornu, Padmasambhava : la magie de l'éveil (avec la collaboration de Virginie Rouanet ; préface de Sogyal Rinpoché). Éditions du Seuil, coll. « Points. Sagesses » no 116, Paris, 1997. 275 p. (ISBN 2-02-023671-0).
  7. Chögyam Trungpa Rinpoché, Folle sagesse Paris : Seuil, 1993.
  8. Himalaya bouddhiste par Matthieu Ricard, Olivier et Danielle Föllini, éditions de la Martinière, 2002, p. 12.
  9. Clarifying the True meaning de Tsélé Natsok Rangdröl, p. 412.
  10. Voir en ligne
  11. Pond of White lotus flowers de Sétchen Gyaltsap, Collected works, volume 2, p. 20.
  12. Padmasambhava, Philippe Cornu, Éditions du Seuil, 1997.
  13. Colossal Guru Rinpoche's statue demolished in Tibet
  14. http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=37812

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Frédéric, Dictionnaire de la civilisation indienne, Robert Laffont, 1987
  • Le Dict de Padma, récit mi-réel mi-mythique de la vie de Padmasambhava.
  • Le Bardo Thödol, Le Livre des Morts Tibétain composé par Padmasambhava, il fut écrit par sa femme, Yeshe Tsogyal.
  • La Légende du grand stoûpa, suivi de La Vie du Guru Né-du-Lotus.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :