Santhara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Santhara - appelé aussi Sallekhana - est une pratique du jaïnisme, actuellement controversée en Inde (car assimilée au suicide). Il s'agit de la mort par le jeûne.

Le Santhara s'adresse aux personnes en fin de vie ou aux personnes ayant atteint un très haut niveau de réalisation, un des derniers stades donnés par les gunasthanas. Cette mort par le jeûne est considérée comme un moyen d'avoir une meilleure réincarnation, car selon la croyance des Jaïns, le jeûne détruirait les passions liées au corps, notamment les fluctuations du mental par rapport à la nourriture. Le karma de fin de vie serait ainsi nettoyé, et la réincarnation ne pourrait être que meilleure. Le Santhara doit être exécuté en présence d'un Muni, un moine du jaïnisme, ou un précepteur[1].

Le chiffre de 240 croyants, choisissant cette pratique pour quitter leurs enveloppes charnelles en Inde chaque année, est cité[2].

Une pratique similaire existe dans l'hindouisme : le Prayopavesa (en).

La Haute Cour de justice de l'État du Rajasthan (Rajasthan High Court) avait tenté - à plusieurs reprises, et sans succès - d'interdire cette pratique religieuse, plus particulièrement en 2015, l'assimilant alors à une forme de suicide (car le suicide était interdit en Inde jusqu'à ce que le Parlement indien a cessé de le criminaliser en en passant le Mental Healthcare Act).

Références[modifier | modifier le code]

  1. The A to Z of Jainism de Kristi L. Wiley édité par Vision Books, pages 181 et 182 (ISBN 8170946816)
  2. « 'Over 200 Jains embrace death every year' », Express India, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]