Bol chantant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fichiers audio
Son frappé
Son frotté
Un bol chantant.

Les bols chantants sont une forme particulière de cloche renversée sans battant que l'on fait résonner à l'aide d'un maillet. Initialement utilisés comme instrument traditionnel par les écoles bouddhistes mahayana et tantriques, on les trouve essentiellement dans les régions himalayennes (Tibet, Népal, Bhoutan, Ladakh…) et dans le nord de l'Inde, mais leur usage est répandu dans nombre de régions d'influence bouddhiste.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ils sont utilisés lors de chants rituels ou parfois des cérémonies funéraires ou le culte des ancêtres, mais l'utilisation la plus répandue, en raison de leur tonalité quasi hypnotique très particulière composées d'une fréquence principale et d'une ou deux harmoniques secondaires identifiables est d'aider à la relaxation dans des cérémonies de prière et de méditation, par les moines ou les pratiquants.

La plupart des références historiques au sujet des bols chantants sont assez modernes, mais les traces matérielles les font remonter à l'âge du bronze, ce qui peut laisser penser qu'ils sont issus de pratiques chamaniques[réf. nécessaire].

La tradition tibétaine veut qu'un alliage de sept métaux différents soit employé, chaque métal se rapportant à un des sept chakras, ce qui leur donnerait, dit-on, des vertus thérapeutiques. Selon d'autres sources, les métaux utilisés font référence à sept corps du Système Solaire[1] :

Les bols traditionnels étaient réalisés à partir d'une plaque d'alliage et façonnés au marteau. Il existe encore une production artisanale au Népal[réf. nécessaire]. Les bols modernes, que l'on trouve en Chine ou en Inde, sont tournés à la machine[réf. nécessaire].

L'utilisation d'un bol se fait de plusieurs manières :

  • en le frappant à l'aide d'un maillet de feutre, de bois ou d'autres matières, comme un gong ;
  • en tournant lentement une mailloche, bâton en bois, parfois recouvert de cuir ou de caoutchouc, sur le bord extérieur ou intérieur du bol.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Le premier enregistrement utilisant des cloches tibétaines et des bols chantants est l'album Tibetan Bells (en), d'Henry Wolff et Nancy Hennings en 1972[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.bol-chantant.fr/content/11-histoire-des-bols
  2. Frank Perry, The Complete Book of Singing Bowls: Himalayan sound revelations, New Delhi, Adarsh Books, , 11-12 p. (ISBN 9788183631204)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :