Ajnata Kaundinya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kaundinya
Buddha visiting his five old friends Roundel 26 buddha ivory tusk.jpg
Biographie
Activité
Autres informations
Religion

Ajnata Kaundinya (IAST : Ājñātakauṇḍinya, Pali : Aññātakokondañña) est le premier moine bouddhiste à avoir atteint le nirvana.

Disciple de Bouddha, faisant partie d'une troupe de cinq ascètes, il fut celui qui en entendant le premier discours de son maître près de Varanasi, en Inde, vers le VIe (ou Ve) siècle avant notre ère, sorti de la vie des souffrances[1]. À l'origine Ajnata Kaundinya était un brahmane.

Dans le chapitre VIII du Sūtra du Lotus, “La prophétie de l’illumination à cinq cents disciples”, il est parmi les cinq cents arhat qui souhaiteraient recevoir une prophétie d’illumination. Shakyamuni la leur délivre : Kaundinya est le premier de ceux qui atteindront l’anuttara-samyak-sambodhi et deviendront des bouddhas désignés du même nom de Samantaprabhāsa[2]. Il regrette avec les autres l’erreur d’avoir été prêt à se «contenter d’une sagesse insignifiante» alors qu’ils étaient «capables de parvenir à la sagesse de l’Ainsi-venu» : comme l’ami fortuné de la parabole du joyau dans la doublure du vêtement, le Bouddha, lorsqu’il était encore un bodhisattva, les avait instruits et convertis en leur insufflant «la détermination de rechercher la sagesse omnisciente». Ils avaient oublié tout cela au bout de quelque temps, ils étaient devenus indifférents et ignorants en se contentant du peu qui se présentait. L’Honoré du monde les éveille et les rend conscients de l’inestimable trésor qu’ils possèdent[3],[4].

Après sa crémation, le Bouddha mit ses cendres dans un reliquaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Princeton dictionary of buddhism par Robart E. Buswell Jr et Donald S; Lopez Jr aux éditions Princeton University Press, (ISBN 0691157863), pages 24 et 25.
  2. (en) « Samantaprabhasa, Samantaprabhāsa: 2 definitions », sur www.wisdomlib.org, (consulté le 24 août 2020)
  3. Sylvie Servan-Schreiber et Marc Albert, Le Sûtra du Lotus 妙法蓮華経, Paris, Les Indes savantes,‎ , 323 p. (ISBN 978-2-84654-180-0), SdL-VIII, 151-155.
  4. Institut de philosophie orientale et ACSBN, Sūtras bouddhiques : un héritage spirituel universel, Paris, Les Indes savantes, , 228 p. (ISBN 978-2-84654-445-0), p. 214-215.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

articles connexes[modifier | modifier le code]