Maurice Chevit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maurice Chevit
Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Maurice François Chevit
Naissance
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 88 ans)
Saint-Maurice, France
Films notables Le Coup de sirocco
Les Bronzés font du ski

Maurice Chevit est un acteur et dramaturge français, spécialiste de seconds rôles, né le dans le 12e arrondissement de Paris et mort le [1] à Saint-Maurice dans le Val-de-Marne.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une famille d'émigrés juifs polonais, Maurice Chevit (Maurice Chlewitzki) fait des études de dessinateur industriel. Bûcheron pendant la Seconde Guerre mondiale, il est ensuite chaudronnier, carrossier et livreur aux Halles[2]. Il débute au théâtre au lendemain de la guerre, et fait sa première apparition à l'écran en 1946 dans Le Père tranquille de René Clément.

En est créé au théâtre de la Huchette à Paris, Pepita ou Cinq cents francs de bonheur, une comédie en trois actes qu'il a écrite avec Henri Fontenille, dont il interprète l'un des rôles aux côtés de Jacqueline Maillan, Pierre Mondy et Jacques Jouanneau.

On le voit dans de nombreux petits rôles au cinéma dans les années 1950 et 1960 avec des réalisateurs comme Henri Decoin, André Cayatte ou encore Costa-Gavras. Mais c'est sur les planches, auprès de Jean Mercure, Jean Vilar, Pierre Fresnay et plus tard Jacques Rosner, Jorge Lavelli, qu'il bâtit sa réputation.

C'est après 50 ans que Maurice Chevit est enfin reconnu au cinéma, en participant, notamment, à de grands succès du box-office comme Le Coup de sirocco d'Alexandre Arcady en 1979 et surtout, la même année, Les Bronzés font du ski : il y est le savoureux Marius, petit-ami excentrique de Dominique Lavanant dans ce film de Patrice Leconte, qui lui offrira dix ans plus tard un autre rôle marquant dans Le Mari de la coiffeuse. Toujours vert, Maurice Chevit émeut en vieux Juif nostalgique dans Madame Jacques sur la Croisette et Voyages d'Emmanuel Finkiel.

Il remporta son premier Molière du meilleur comédien dans un second rôle en 2002 pour Conversation avec mon père de Herb Gardner (en), mise en scène de Marcel Bluwal, puis, trois ans plus tard, son second Molière du meilleur comédien dans un second rôle en 2005, pour son interprétation dans la pièce Brooklyn Boy de Donald Margulies, mise en scène de Michel Fagadau.

Il mettra en scène à deux reprises la pièce de théâtre "Retournements" de Vladimir Volkoff, en 1987 (Montreux, Suisse) et 1992 (Nouveau Théâtre Mouffetard, Paris). Cette pièce ayant pour acteur principal Marie-Pierre de Gérando fit salle comble à chaque représentation.

Maurice Chevit est le père de Frédéric Chevit[3], ancien directeur du service des sports de France Télévisions.

Filmographie comme acteur (non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mort de l'acteur et dramaturge français Maurice Chevit », sur leparisien.fr, (consulté le 4 juillet 2012)
  2. Journal "La Vie Catholique" n°1323, semaine du 16 au 22 décembre 1970, page 43, article de M-C Bouton : "Le petit roi sans or, ni encens".
  3. « L'acteur français Maurice Chevit est mort », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 juillet 2012)
  4. Hervé Dumont, « Histoire & Cinéma I - La France », sur Encyclopédie du film historique (consulté le 2 janvier 2016)
  5. « Le Miroir aux alouettes », sur archives.arte.tv (consulté le 4 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]