Sleepy Hollow (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sleepy Hollow.

Sleepy Hollow
La Légende du cavalier sans tête

Titre original Sleepy Hollow
Réalisation Tim Burton
Scénario Andrew Kevin Walker
Kevin Yagher
d'après la nouvelle
La Légende de Sleepy Hollow
de Washington Irving
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre fantastique
horreur
Sortie 1999
Durée 105 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sleepy Hollow : La Légende du cavalier sans tête (Sleepy Hollow) est un film fantastique germano-américain de Tim Burton, librement adapté de la nouvelle homonyme de Washington Irving, La Légende de Sleepy Hollow, et sorti en 1999.

Le film, dont le développement a commencé en 1993, était prévu pour être à l'origine un slasher à petit budget mais Paramount Pictures décida par la suite d'en confier la réalisation à Burton avec des moyens plus importants. Burton y laisse transparaître dans son aspect visuel, au gothisme assez marqué, ses influences sur le plan de l'horreur, notamment les œuvres de Hammer Film Productions, et y explore des thèmes comme la recherche de ses origines et la confrontation entre la raison et les forces de l'imaginaire. À sa sortie au cinéma, Sleepy Hollow a connu un important succès commercial et a été accueilli plutôt favorablement par la critique. Il a reçu plusieurs récompenses, dont l'Oscar de la meilleure direction artistique et deux BAFTA Awards.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1799, l'inspecteur new-yorkais Ichabod Crane (Johnny Depp), 24 ans, un homme rationnel aux méthodes scientifiques d'avant-garde, est envoyé enquêter dans le village de Sleepy Hollow, où les corps du riche bourgeois Peter Van Garrett, de son fils et de la veuve Winship ont été retrouvés décapités, la tête ayant disparu. Crane rencontre à son arrivée les notables du village, Baltus Van Tassel, le révérend Steenwick, le juge Philipse, le docteur Lancaster et le notaire Hardenbrook, qui lui apprennent que le responsable de ces crimes serait le cavalier sans tête, un cruel mercenaire hessois mort pendant la guerre d'indépendance des États-Unis et qui serait revenu des enfers dans le but de faucher des têtes.

Crane reste sceptique devant cette histoire de revenants et commence à mener son enquête au moment où un quatrième meurtre est commis. Le fils de la victime, le jeune Masbath, un adolescent désormais orphelin, se met au service de Crane. Ce dernier fait également la connaissance de Katrina Van Tassel, la fille de Baltus, et commence à nouer des liens avec elle, au grand dam de Brom Van Brunt, soupirant de la jeune femme, qui se fait passer pour le cavalier afin d'effrayer Crane. Le juge Philipse est ensuite à son tour décapité par le cavalier sans tête sous les yeux de Crane, à qui il s'apprêtait à faire des révélations. L'inspecteur, accompagné du jeune Masbath et de Katrina, se rend alors à « l'arbre des morts », censé être la tombe du cavalier ainsi qu'un point de passage vers les enfers, et y découvre les têtes de ses victimes. Il s'aperçoit également que la tête du cavalier a disparu et en conclut que celui-ci fauche des têtes en représailles. La nuit suivante, le cavalier tue le villageois Killian et sa famille, ainsi que Van Brunt, qui avait tenté de l'arrêter.

Crane découvre au cours de ses recherches que Van Garrett s'était marié en secret avec la veuve Winship et lui avait légué sa fortune, et il soupçonne alors Baltus Van Tassel, le suivant sur la liste des héritiers, d'être celui qui a invoqué le cavalier. Suite au suicide d'Hardenbrook, la population de Sleepy Hollow tient une réunion d'urgence dans l'église au moment où le cavalier fait sa réapparition. Baltus voit le cavalier foncer sur son épouse l'épée levée et se réfugie dans l'église, où le revenant ne peut pénétrer. Mais les notables se disputent entre eux et Steenwick tue Lancaster avant d'être lui-même abattu par Baltus. Ce dernier est ensuite entraîné hors de l'église par le cavalier, qui le décapite. Crane, qui sait que Katrina s'intéresse à la sorcellerie, est désormais convaincu que la jeune femme est l'instigatrice des meurtres.

Le cœur meurtri, l'inspecteur décide de quitter Sleepy Hollow mais se rend alors compte que le supposé cadavre de Lady Van Tassel n'est en fait pas le sien. La belle-mère de Katrina se révèle être celle qui a invoqué le cavalier, à qui elle commande de tuer Katrina, dernière personne à se dresser entre elle et l'héritage. Le cavalier poursuit avec acharnement Katrina, Crane et Masbath, jusqu'à ce que l'inspecteur parvienne à arracher son crâne des mains de Lady Van Tassel et le lui restitue. Le cavalier regagne alors les enfers en emportant avec lui Lady Van Tassel. Crane rentre ensuite à New York en compagnie de Katrina et du jeune Masbath.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sleepy Hollow est le 8e long métrage du réalisateur Tim Burton.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources voxographie : AlloDoublage (VF)[2] et doublage.qc.ca (VQ)[3]

Production[modifier | modifier le code]

Développement et préproduction[modifier | modifier le code]

En 1993, Kevin Yagher, un concepteur de maquillage qui a également réalisé deux épisodes des Contes de la crypte, a l'idée d'adapter au cinéma La Légende de Sleepy Hollow, une nouvelle de Washington Irving. Il est présenté par l'intermédiaire de son agent au scénariste Andrew Kevin Walker et les deux hommes passent quelques mois à écrire une première version d'un script[4], transformant notamment le personnage d'Ichabod Crane, qui est dans la nouvelle un maître d'école, en inspecteur de police new-yorkais[5]. Yagher et Walker proposent ensuite ce scénario à plusieurs sociétés de production et concluent un accord avec le producteur Scott Rudin, que le scénario de Walker pour Seven a impressionné[6]. Rudin met une option sur le projet pour le compte de Paramount Pictures, l'accord prévoyant que Yagher sera chargé de la réalisation et Walker du scénario alors que les deux hommes se partageront le crédit de l'adaptation à l'écran[4]. Après avoir réalisé Hellraiser 4, Yagher prévoit de faire de Sleepy Hollow un slasher à petit budget mais Paramount s'oppose à ce concept et relègue l'implication de Yagher dans le film à la conception des prothèses de maquillage[7].

Sherry Lansing, présidente de Paramount, réactive le projet en 1998[6]. Le producteur Adam Schroeder, qui a travaillé avec Tim Burton sur le tournage d'Edward aux mains d'argent, suggère que ce réalisateur dirige le film[8]. Burton, qui sort à ce moment du projet avorté d'un film sur Superman, Superman Lives, est engagé pour réaliser Sleepy Hollow au mois de juin 1998[9]. Il explique à ce sujet : « Je n'avais encore jamais fait quelque chose qui était aussi proche du film d'horreur, ce qui est amusant car c'est le genre de films que j'apprécie probablement le plus »[4]. Son intérêt pour réaliser un film d'horreur trouve son origine dans son amour pour les films de Hammer Film Productions et pour Le Masque du démon, et en particulier pour la sensation d'irréalité qui se dégage de ces films et qui vient du fait qu'ils ont été tournés principalement dans des studios d'enregistrement[10]. Sleepy Hollow rend en conséquence hommage aux œuvres de Hammer Film Productions[11], ainsi qu'à Frankenstein (avec Boris Karloff) et aux films d'horreur de Roger Corman[12]. Le cavalier sans tête fascine également Burton depuis son apprentissage au California Institute of the Arts, lorsque l'un de ses professeurs, qui avait travaillé en tant que dessinateur sur Le Crapaud et le Maître d'école, lui a montré des dessins du cavalier qu'il avait réalisés[4]. Burton travaille avec Walker sur la réécriture du scénario, et Tom Stoppard est également engagé pour y apporter son aide, bien qu'il ne soit pas crédité au générique du film, ajoutant un aspect comique au personnage d'Ichabod Crane et développant sa relation romantique avec Katrina Van Tassel[13].

The Headless Horseman Pursuing Ichabod Crane, par John Quidor (1858).

Paramount Pictures demande à Burton d'envisager Brad Pitt, Liam Neeson et Daniel Day-Lewis pour jouer le rôle d'Ichabod Crane[14], mais Johnny Depp est le premier choix du réalisateur et est engagé en juillet 1998 pour sa troisième collaboration avec Burton[15]. L'acteur demande à ressembler physiquement au personnage tel que le décrit Irving dans sa nouvelle, ce qui inclurait une prothèse nasale, de grandes oreilles et des doigts très longs, mais Paramount refuse sa suggestion[16]. Après avoir lu la nouvelle version du scénario, Depp, ne souhaitant pas représenter son personnage comme un acteur de films d'action l'aurait fait, décide de le rendre encore plus sensible et fragile, avec un côté féminin très développé, et s'inspire de l'interprétation d'Angela Lansbury dans Mort sur le Nil[6]. Concernant les talents de détective du personnage, Depp trouve son inspiration dans Sherlock Holmes tel qu'il est joué au cinéma par Basil Rathbone[16].

Winona Ryder est contactée par Burton pour interpréter le personnage de Katrina Van Tassel mais elle décline sa proposition et c'est Christina Ricci, qui a travaillé avec Rudin sur La Famille Addams, qui est alors engagée pour le rôle[10]. Burton, qui aime travailler avec des acteurs qu'il a déjà dirigés, persuade Michael Gough (Alfred dans Batman et Batman : Le Défi) de sortir de sa retraite pour jouer dans le film[8], qui marque également les retrouvailles du réalisateur avec Jeffrey Jones (qui a déjà joué dans Beetlejuice et Ed Wood), Christopher Walken (Max Shreck dans Batman : Le Défi) et Martin Landau (Béla Lugosi dans Ed Wood), ce dernier apparaissant pour un caméo au début du film où il est victime du cavalier sans tête. Lisa Marie, qui est alors la petite amie de Burton, et Christopher Lee apparaissent aussi brièvement dans le film, la première interprétant la mère d'Ichabod Crane dans des scènes de flashbacks, et le second jouant le rôle du bourgmestre qui charge Ichabod d'enquêter sur les meurtres, ce dernier caméo étant un hommage supplémentaire rendu à Hammer Film Productions (Lee s'étant rendu célèbre par son interprétation du comte Dracula dans plusieurs films produits par la Hammer)[17].

Tournage[modifier | modifier le code]

Il est prévu à l'origine de tourner le film principalement en extérieurs et avec un budget de 30 000 000 $[18]. Des repérages sont effectués dans la vallée de l'Hudson, dans l'État de New York, avec l'aide de l'Historic Hudson Valley[5], et l'équipe du film décide de commencer le tournage à Tarrytown au mois d'octobre 1998[15], avant de changer d'avis. Le chef décorateur Rick Heinrichs commente à ce sujet que les sites repérés étaient merveilleux « mais ne se prêtaient pas tout à fait à l'expressionnisme que nous recherchions et qui voulait exprimer une sensation de pressentiment »[19]. D'autres sites sont alors étudiés, dans le Massachusetts, mais aucun ne se révèle satisfaisant, problème qui vient s'ajouter à la difficulté de trouver dans la région de New York des studios disponibles suffisamment grands pour abriter les nombreux plateaux de la production. Scott Rudin suggère alors de déplacer le tournage en Angleterre[4].

Paysage anglais rappelant les « bois du Ponant » dans le film.

Rudin pense en effet que l'Angleterre peut offrir des artisans capables de concevoir les décors et les costumes qui conviennent au design du film[20]. Tim Burton, qui a déjà réalisé Batman entièrement en Angleterre, donne son accord, et l'équipe anglaise du département artistique ayant travaillé sur Batman est alors engagée par Paramount[8]. Le début du tournage est repoussé au 20 novembre 1998 et commence aux studios de Leavesden, que l'équipe de Star Wars, épisode I : La Menace fantôme vient tout juste de libérer[18]. La plus grande partie du tournage se déroule à Leavesden, ainsi qu'aux studios de Shepperton, où est construit le plateau utilisé pour les scènes de l'« Arbre des morts »[6] (lequel est conçu par le sculpteur britannique Keith Short[21]). De nombreux décors sont créés par Heinrichs et son équipe dans l'environnement totalement contrôlé de Leavesden, le design très gothique des décors étant influencé par les films produits par Hammer Film Productions, le style architectural des colons d'origine néerlandaise, le cinéma expressionniste et les illustrations de Theodor Seuss Geisel[10]. Un plateau, spécialement étudié pour le rendu des effets sonores, est consacré aux scènes de chevauchées du cavalier sans tête dans la forêt et les champs, avant d'être transformé successivement en cimetière, en champ de maïs et en champ de bataille enneigé, toujours pour des scènes centrées autour du cavalier sans tête. Un plateau temporaire est construit à l'extérieur des studios pour figurer une rue de New York et un réservoir sur les quais de cette même ville[18].

Burton, impressionné par le travail d'Emmanuel Lubezki sur le film De grandes espérances, l'engage comme directeur de la photographie. Les deux hommes envisagent de tourner le film en noir et blanc et dans un format d'image académique utilisé dans les années 1930 mais cela se révèle infaisable et ils optent alors pour un effet monochromatique afin de renforcer l'aspect fantastique[8]. Ils utilisent abondamment la fumée et un éclairage doux pour accompagner l'utilisation de l'objectif grand angle. Des effets de lumière accentuent l'énergie dynamique du cavalier sans tête et le contraste de la pellicule est augmenté en postproduction pour intensifier le côté monochromatique[22].

Les studios de Leavesden, une ancienne usine aéronautique, posent cependant des problèmes en raison de leurs plafonds relativement bas, et l'équipe du film doit pallier cet inconvénient en multipliant les jeux de lumière et de fumée pour masquer ces plafonds[18]. Une fois les scènes en studios bouclées, le tournage se poursuit ensuite pendant un mois, en mars 1999, à Hambleden, dans le Buckinghamshire, où le village de Sleepy Hollow a été construit en quatre mois par Heinrichs et son équipe pour un coût de 1 300 000 $. Douze bâtiments ont ainsi été construits dont plusieurs sont dotés d'intérieurs détaillés[4]. Le tournage se termine le 10 mai 1999 à Yonkers, dans l'État de New York, où quelques scènes de dernière minute sont ajoutées[5]. L'acteur Ian McDiarmid, qui interprète le Dr Lancaster et qui avait, juste auparavant, joué le rôle de Palpatine dans La Menace fantôme, compare l'esthétique des deux films, affirmant que les décors sur des plateaux aident les acteurs à entrer plus naturellement dans leur rôle et qu'après avoir tourné devant les écrans bleus de Star Wars, il était merveilleux de voir une équipe recréer tout un monde avec de véritables décors. « C'est de cette manière que les films doivent être faits », conclut-il[20].

Postproduction[modifier | modifier le code]

La plus grande partie des 150 effets spéciaux du film sont réalisés par Industrial Light & Magic[23], tandis que Kevin Yagher supervise les effets de maquillage. Tim Burton décide de faire appel à l'infographie aussi peu que possible, en partie en réaction à tous les effets numériques qu'il a utilisés pour Mars Attacks![8]. Ray Park officie en tant que doublure du cavalier sans tête pour les cascades et porte un masque de ski bleu, effacé numériquement par ILM, pour un effet d'incrustation[13]. Burton et Rick Heinrichs appliquent pour Sleepy Hollow plusieurs des techniques qu'ils ont utilisé en animation en volume sur Vincent, comme la perspective forcée[24]. Pour les scènes se déroulant dans le moulin à la fin du film, deux décors, un pour chaque étage, ont été construits sur deux plateaux différents, et une miniature de presque cinq mètres de haut a été réalisée pour l'incendie et l'explosion du moulin[25]. Ce n'est également que pendant la postproduction, au cours du processus de montage, que Burton s'est rendu compte de la participation de Francis Ford Coppola dans le film, en tant que producteur minoritaire, quand on lui a envoyé une copie de la bande-annonce du film et qu'il a vu le nom de Coppola dessus[8].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sleepy Hollow (bande originale).

La bande originale de Sleepy Hollow a été composée par Danny Elfman, collaborateur habituel de Tim Burton. Le thème principal est toujours le même mais est repris à travers différentes orchestrations et harmonisations au cours des différents morceaux qui composent l'album. Elfman fait un usage considérable des bois (contrebasson, clarinette contrebasse), des cuivres (tuba wagnérien, cimbasso) et d'un chœur au registre grave pour souligner la tension et le côté sinistre et surnaturel du film tout en disséminant par moments des morceaux plus éthérés et romantiques[26].

Promotion[modifier | modifier le code]

Pour assurer la promotion de Sleepy Hollow, Paramount Pictures présente une bande-annonce du film lors de la Comic-Con de San Diego au mois d'août 1999[27]. Au mois d'octobre, le studio met en ligne un site web que le magazine Variety décrit comme « le plus ambitieux marketing électronique jamais réalisé pour un film »[28]. Les visiteurs du site peuvent voir des photos et des bandes-annonces du film, des entretiens avec des membres de l'équipe de tournage, un documentaire sur le making of, et une présentation détaillée de plusieurs plateaux utilisés comme décors. Arthur Cohen, président du marketing mondial de Paramount, explique que la création de ce site a été influencée par les différents articles favorables concernant le film parus au cours des mois précédents sur des sites spécialisés dans le cinéma[28]. Dans les semaines précédant la sortie de Sleepy Hollow, des jouets représentant plusieurs personnages du film sont également mis à la vente par McFarlane Toys[29].

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

La sortie nationale aux États-Unis a lieu le dans 3 069 salles, le film rapportant au box-office 30 060 467 $ pour son premier week-end d'exploitation et se classant ainsi au deuxième rang des recettes hebdomadaires derrière Le monde ne suffit pas, sorti le même jour[30]. Il rapporte au total 101 071 505 $ aux États-Unis et au Canada, et 206 071 502 $ dans le monde entier[30], ce qui le place, en termes de recettes au box-office, au 20e rang des films sortis en 1999[31].

Il a réalisé 2 480 451 entrées en France (ce qui le classe au 16e rang de l'année 2000 pour les entrées réalisées dans ce pays), 302 443 en Belgique et 122 889 en Suisse. Il a également dépassé les deux millions d'entrées au Royaume-Uni (2 308 846) et le million d'entrées en Allemagne (1 804 011) et en Espagne (1 523 968)[32].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film a reçu un accueil critique plutôt positif, recueillant 67 % de critiques favorables, avec un score moyen de 6,3/10 et sur la base de 126 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes[33]. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 65/100, sur la base de 35 critiques collectées[34].

Parmi les critiques positives, Roger Ebert, du Chicago Sun-Times, trouve le film visuellement superbe et salue la performance d'acteur de Johnny Depp, estimant qu'il est « capable de se fondre dans son personnage, et jamais plus aisément que dans un film réalisé par Burton »[35]. Pour Richard Corliss, du Time Magazine, il s'agit d'un exercice de style virtuose et du film de Tim Burton « le plus beau et le plus étrange depuis Batman : Le Défi »[36]. Janet Maslin, du New York Times, évoque un film qui laisse transparaître « la riche imagination et la tendresse cachée » de Burton, à la distribution impressionnante et aux décors et costumes somptueux, mais elle le déconseille aux âmes sensibles[37].

D'autres critiques sont plus mesurées, ou même franchement négatives. Ainsi, Jonathan Rosenbaum, du Chicago Reader, pense que le film est « une expérience visuelle enchanteresse » et est servi par des acteurs talentueux, mais déplore un scénario prévisible et très éloigné de la nouvelle d'Irving[38]. Owen Gleiberman, d'Entertainment Weekly, compare le film à La Momie, estimant qu'il est sans surprises, avec un final ressemblant à n'importe quel autre des productions du même genre des dix dernières années[39]. Et Mick LaSalle, du San Francisco Chronicle, éreinte le film, trouvant la réalisation de Burton « inexistante », l'histoire dépourvue « de tension et de sincérité », et les scènes entre Depp et Christina Ricci « affreusement plates »[40].

En France, les critiques l'ont salué de façon quasi-unanime, le film obtenant une moyenne de 4,4 étoiles sur 5 pour les critiques presse sur le site Allociné[41]. Pour Samuel Blumenfeld, du Monde, « Tim Burton a poussé son projet à son point le plus extrême, faisant de Sleepy Hollow l'un de ses plus beaux films, et certainement le plus étrange » ; Pierre Vavasseur, du Parisien, évoque « un film tout simplement magnifique qui mêle avec habileté pas mal d'ingrédients : de l'horreur au pur romantisme en passant par un humour indéniable et une jolie maîtrise des canons propres au genre fantastique » ; pour David Matarasso, de L'Écran fantastique, Burton « n'a rien perdu de sa fantaisie ni de sa mélancolie » mais « nous surprend en revanche par ses sanglants appétits », ajoutant que « le style et les préoccupations de Tim Burton s'expriment donc ici dans toute leur plénitude »[41] ; Jean-Pierre Dufreigne, de L'Express, salue particulièrement les décors et le jeu de Johnny Depp et estime que « des profondeurs du mal, magnifiquement figuré par les racines d'un arbre torturé, Burton fait surgir sur un cheval de cauchemar le romantisme le plus débridé »[42] ; Cédric Delelée, de Mad Movies, parle de « chef-d'œuvre » « d'une beauté stupéfiante » « entre cauchemar et conte de fées » et « transcendé par la participation incandescente de Danny Elfman » ; pour Françoise Maupin, du Figaroscope, « Burton excelle à recréer un univers onirique, baignant dans le mystère », faisant du film un « mélange inattendu d'horreur et de fantaisie » ; Gérard Delorme, de Première, évoque « un grand et beau film », regrettant seulement que Burton fasse plus « un travail d'illustrateur que d'auteur » ; pour Serge Kaganski, des Inrockuptibles, c'est « un film superbement peint, une œuvre de la nuit très plaisante à regarder mais pas vraiment bouleversante, limitée par sa trame quelque peu prévisible »[41] ; et Jean-Claude Loiseau, de Télérama, estime que « les fulgurances de style effacent jusqu'au souvenir des maladresses »[43]. En Belgique, Luc Honorez, du Soir, évoque « un magnifique conte horrifique permettant divers niveaux de lectures, du divertissement pur à l'étude sociologique en passant par la quête du monstre qui, depuis le début des temps, vit dans nos têtes »[44].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Prix Catégorie Récipiendaire(s)
1999
LAFCA Awards[45] Meilleurs décors Rick Heinrichs
BSFC Awards[46] Meilleure photographie Emmanuel Lubezki
2000 Oscars[47] Meilleure direction artistique Rick Heinrichs et Peter Young
BAFTA Awards[48] Meilleure direction artistique Rick Heinrichs
Meilleurs costumes Colleen Atwood
Saturn Awards[49] Meilleure actrice Christina Ricci
Meilleure musique Danny Elfman
Satellite Awards[50] Meilleure musique Danny Elfman
Meilleure photographie Emmanuel Lubezki
Meilleur son Gary Alper, Skip Lievsay et Frank Morrone
Meilleure direction artistique Rick Heinrichs, Ken Court, John Dexter, Andrew Nicholson et Leslie Tomkins
Meilleurs costumes Colleen Atwood
Art Directors Guild Awards[51] Meilleure direction artistique dans un film Rick Heinrichs, Les Tompkins, John Dexter, Kevin Phipps, John Wright Stevens, Ken Court, Andrew Nicholson, Bill Hoes, Julian Ashby, Gary Tompkins et Nick Navarro
Costume Designers Guild Awards[52] Meilleurs costumes pour un film d'époque ou fantastique Colleen Atwood
Sierra Awards[53] Meilleure direction artistique Rick Heinrichs
OFCS Awards[54] Meilleure photographie Emmanuel Lubezki

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Prix Catégorie Récipiendaire(s)
2000
Oscars[47] Meilleure photographie Emmanuel Lubezki
Meilleurs costumes Colleen Atwood
BAFTA Awards[48] Meilleurs effets visuels Jim Mitchell, Kevin Yagher, Joss Williams et Paddy Eason
Saturn Awards[54] Meilleur film d'horreur
Meilleur acteur Johnny Depp
Meilleure réalisation Tim Burton
Meilleur scénario Andrew Kevin Walker
Meilleur acteur dans un second rôle Christopher Walken
Meilleure actrice dans un second rôle Miranda Richardson
Meilleurs costumes Colleen Atwood
Meilleurs effets spéciaux Jim Mitchell, Joss Williams, Kevin Yagher et Mark S. Miller
Meilleur maquillage Kevin Yagher et Peter Owen
Satellite Awards[50] Meilleur acteur dans un film musical ou une comédie Johnny Depp
Meilleur montage Chris Lebenzon
Meilleurs effets spéciaux Jim Mitchell et Joss Williams
MTV Movie Awards[55] Meilleur méchant Christopher Walken
ASC Awards[56] Meilleure photographie dans un film Emmanuel Lubezki
Chlotrudis Awards[57] Meilleure photographie Emanuel Lubezki
Ruban d'argent[54] Réalisateur du meilleur film étranger Tim Burton
CFCA Awards[54] Meilleure photographie Emmanuel Lubezki
Sierra Awards[54] Meilleure musique Danny Elfman
Meilleure photographie Emmanuel Lubezki
Meilleurs costumes Colleen Atwood
Young Artist Awards[58] Meilleure actrice Christina Ricci
Teen Choice Awards[54] Meilleure actrice Christina Ricci

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

Sleepy Hollow est sorti en DVD le en région 1[59] et le en région 2[60]. La version DVD comprend le commentaire audio du film par Tim Burton, des interviews de Burton et de Johnny Depp et le making of du film. La version en disque Blu-ray est sortie le en région 1[61] et le en région 2[62].

Analyse[modifier | modifier le code]

Le film baigne dans une ambiance gothique de confrontation entre la raison et l'imagination.

Le film est une adaptation très libre de la nouvelle de Washington Irving, dont il ne reprend que quelques éléments : les noms des personnages, la légende du cavalier sans tête, et la rivalité amoureuse entre Ichabod Crane et Brom Van Brunt pour obtenir la main de Katrina Van Tassel, rivalité qui est l'élément essentiel de la nouvelle, et qui se termine par le tour joué par Van Brunt, déguisé en cavalier, à Crane (scène qui apparaît également dans le film) alors qu'elle est à peine esquissée dans l'œuvre de Tim Burton[63]. Les principales influences de Sleepy Hollow sont les productions de la Hammer (on retrouve les mêmes images contrastées, les expressions de frayeur démesurées sur les visages et les paysages gothiques, lugubres et nocturnes), les films d'horreur de Roger Corman avec Vincent Price, et les films de Mario Bava, notamment Le Masque du démon auquel Burton rend hommage dans une scène de flashback où le père d'Ichabod Crane tue sa femme en l'enfermant dans une vierge de fer. En parsemant son film de références visuelles à ces œuvres, Burton paie ainsi sa dette envers le cinéma d'horreur qui a bercé son enfance[64].

Le film explore l'identité et les origines d'une Amérique qui vient de naître à l'époque où se déroule l'action et qui est partagée entre un passé sanglant et empreint de superstitions et un avenir qu'elle espère radieux. Ainsi, Ichabod Crane, qui représente le progrès, nie ses propres origines en refoulant les souvenirs de son enfance (sa mère ayant été tuée par son père pour avoir pratiqué la sorcellerie)[65] mais retrouve finalement l'image de sa mère en Katrina, qui est elle aussi sorcière. Ce passé refoulé est aussi symbolisé par « l'arbre des morts », un « arbre-matrice qui saigne » et dont jaillit à plusieurs reprises le cavalier sans tête, qui représente les démons du passé revenant constamment, pour des scènes symbolisant un enfantement dans la douleur[66]. De la même manière, l'obscurité des images quasi-permanente au village de Sleepy Hollow représente l'obscurantisme, qui s'oppose à une scène finale lumineuse à New York symbolisant le progrès et l'espoir (tout comme l'entrée dans un nouveau siècle)[65]. Ichabod Crane, qui a rejeté son passé et a fait de la pensée rationnelle son credo, s'aperçoit néanmoins finalement qu'il a besoin de ses racines et rentre à New York avec une jeune sorcière, le passé et l'avenir étant réconciliés, de même que la magie et la science[67].

Cette opposition entre le rationnel et l'irrationnel, entre le conventionnel et l'étrange, entre la norme et ceux qui la perturbent, est une constante dans l'œuvre de Burton (Beetlejuice, Edward aux mains d'argent, Ed Wood). Ici, Ichabod Crane a trouvé un refuge dans la raison et les méthodes scientifiques pour échapper à son passé, dont le mysticisme est représentée par ses parents (une mère pratiquante de la sorcellerie et un père fanatique religieux), mais son arrivée à Sleepy Hollow va le confronter à ses démons. Il commence par réfuter la possibilité d'une explication surnaturelle mais c'est seulement en acceptant la magie et l'imaginaire qu'il va se réconcilier avec son identité[68]. La paix est d'ailleurs restaurée non pas par une victoire sur le cavalier (dont l'absence de tête symbolise l'irrationnel mais qui n'est pas mauvais par essence, ne faisant qu'obéir à la volonté de son invocatrice) mais par le fait de lui rendre sa tête, Crane ne parvenant à ce résultat qu'en acceptant l'existence de la magie, en y faisant appel (allant trouver la sorcière qui vit dans les bois pour en tirer des informations cruciales) et en réconciliant sa raison avec ses sentiments (son amour, autre élément échappant à toute logique, pour Katrina)[69].

La société et l'époque où se déroule le film étant totalement placées sous le signe du patriarcat, on peut aussi voir l'œuvre sous un angle féministe. Lady Van Tassel, dont la mère a été rejetée par le village à la mort de son mari, cherche à se venger de cette injustice et à obtenir un statut social influent par elle-même et non par le mariage, servitude domestique qui la cantonne au rôle d'hôtesse souriante. Et Katrina peut être vue comme la véritable héroïne de l'histoire, protégeant Crane par son livre de sorcellerie et montrant un courage plus grand (alors que Crane s'évanouit plusieurs fois au cours du film et est arachnophobe). Mais Katrina a elle aussi besoin de Crane et la fin du film présente un couple mis sur un pied d'égalité, une harmonie entre le féminin et le masculin et non une mise en opposition des deux sexes[70].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le R signifie que les mineurs (17 ans ou moins) doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.
  2. En France, le film est interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en salles.
  3. Au Québec, la projection du film est déconseillée aux mineurs de moins de 13 ans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Sleepy Hollow », The Numbers (consulté le 31 mars 2011)
  2. « Doublage français de Sleepy Hollow », AlloDoublage (consulté le 18 décembre 2013)
  3. « Doublage québécois de Sleepy Hollow », sur doublage.qc.ca (consulté le 18 décembre 2013)
  4. a, b, c, d, e et f (Burton 2006, p. 161-169)
  5. a, b et c (en) Todd Shapera, « The Legend Continues; In a Cluster of New Films This Fall, Washington Irving's Classic Rides Again », The New York Times,‎ 24 octobre 1999
  6. a, b, c et d (en) Chris Nashawaty, « Sleepy Hollow: A Head of Its Time », Entertainment Weekly,‎ 19 novembre 1999 (consulté le 28 mars 2011)
  7. (en) Kim Newman, « The Cage of Reason », Sight & Sound,‎ janvier 2000
  8. a, b, c, d, e et f (Burton 2006, p. 177-183)
  9. (en) Michael Fleming, « Burton Eyes Hollow », Variety,‎ 17 juin 1998
  10. a, b et c (en) Mark Salisbury, « Grayveyard Shift », Fangoria,‎ novembre 1999
  11. (en) Gene Seymour, « Headless In Hollywood », Newsday,‎ 17 novembre 1999
  12. (en) Bernard Weinraub, « At the Movies », The New York Times,‎ 19 novembre 1999
  13. a et b (en) David Mills, « One on One: Tim Burton », Total Film,‎ février 2000, p. 50-56
  14. (en) David Hochman, « Brad Pitt May Star in the New Tim Burton Film », Entertainment Weekly,‎ 9 juillet 1998 (consulté le 29 mars 2011)
  15. a et b (en) Andrew Hindles, « Depp to Ride in Hollow », Variety,‎ 15 juillet 1998
  16. a et b (en) Rob Blackweider, « Deppth Perception », sur splicedwire (consulté le 29 mars 2011)
  17. (en) Mark Salisbury, « The American Nightmare », The Guardian,‎ 17 décembre 1999 (consulté le 29 mars 2011)
  18. a, b, c et d (en) John Calhoun, « Headless in Sleepy Hollow », Entertainment Design,‎ novembre 1999
  19. (en) « From the Drafting Board: Rick Heinrichs », Variety,‎ 23 février 2000
  20. a et b (en) Matt Wolf, « Sleepy Hollow, on the Thames », The New York Times,‎ 11 avril 1999
  21. (en) « Keith Short Sculptor », sur keithshortsculptor.com (consulté le 29 mars 2011)
  22. (en) « Cinematographer's Journal », Variety,‎ 17 janvier 2000
  23. (en) Karl Cohen, « More ILM Works Will Be in Theater This Year », Animation World Network (consulté le 30 mars 2011)
  24. (Burton 2006, p. 170-176)
  25. (en) Denise Abbott, « Entertainment by Design », The Hollywood Reporter,‎ 29 février 2000
  26. (en) Heather Phares, « Sleepy Hollow Original Soundtrack », Allmusic (consulté le 31 mars 2011)
  27. (en) Amid Amidi, « San Diego Comic-Con '99: More than Fat, Sweaty Guys », Animation World Network (consulté le 30 mars 2011)
  28. a et b (en) Marc Graser, « Par Gets Peppy with Sleepy Online », Variety,‎ 1er novembre 1999
  29. (en) David Kilmer, « McFarlane Toys Releases Sleepy Hollow Figures », Animation World Network,‎ 9 novembre 1999 (consulté le 30 mars 2011)
  30. a et b (en) « Sleepy Hollow », Box Office Mojo (consulté le 31 mars 2011)
  31. (en) « 1999 Worldwide Grosses », Box Office Mojo (consulté le 31 mars 2011)
  32. « Sleepy Hollow », Base de données Lumière (consulté le 31 mars 2011)
  33. (en) « Sleepy Hollow », sur Rotten Tomatoes (consulté le 31 mars 2011)
  34. (en) « Sleepy Hollow », sur Metacritic (consulté le 31 mars 2011)
  35. (en) Roger Ebert, « Sleepy Hollow », Chicago Sun-Times,‎ 19 novembre 1999 (consulté le 1er avril 2011)
  36. (en) Richard Corliss, « Tim Burton's Tricky Treat », Time Magazine,‎ 22 novembre 1999 (consulté le 1er avril 2011)
  37. (en) Janet Maslin, « Headless Horseman with Quite a Head Count », The New York Times,‎ 19 novembre 1999 (consulté le 1er avril 2011)
  38. (en) Jonathan Rosenbaum, « Hollow Rendition », sur jonathanrosenbaum.com (consulté le 1er avril 2011)
  39. (en) Owen Gleiberman, « Sleepy Hollow », Entertainment Weekly,‎ 26 novembre 1999 (consulté le 1er avril 2011)
  40. (en) Mick LaSalle, « Sleepy Hollow, a Yawner », San Francisco Chronicle,‎ 19 novembre 1999 (consulté le 1er avril 2011)
  41. a, b et c « Sleepy Hollow - Critiques Presse », sur AlloCiné (consulté le 31 mars 2011)
  42. Jean-Pierre Dufreigne, « Dieu que l'horreur est jolie! », L'Express,‎ 3 février 2000 (consulté le 31 mars 2011)
  43. Jean-Claude Loiseau, « Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête », Télérama (consulté le 31 mars 2011)
  44. Luc Honorez, « Tim Burton ne perd pas la tête! », Le Soir (consulté le 31 mars 2011)
  45. (en) « 1999 LAFCA Awards », sur Los Angeles Film Critics Association (consulté le 28 mars 2011)
  46. (en) « 1999 BSFC Awards », sur Boston Society of Film Critics (consulté le 28 mars 2011)
  47. a et b (en) « 72nd Oscars Ceremony », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le 28 mars 2011)
  48. a et b (en) « Awards Database », sur British Academy of Film and Television Arts (consulté le 28 mars 2011)
  49. (en) « Past Saturn Awards », sur Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films (consulté le 28 mars 2011)
  50. a et b (en) « 2000 4th Annual Satellite Awards », sur International Press Academy (consulté le 28 mars 2011)
  51. (en) « 4th Annual Excellence in Production Design Awards », sur Art Directors Guild (consulté le 28 mars 2011)
  52. (en) « Winners for the 2nd Annual Costume Designers Guild Awards », sur Costume Designers Guild (consulté le 28 mars 2011)
  53. (en) « 1999 LVFCS Sierra Award Winners », sur Las Vegas Film Critics Society (consulté le 28 mars 2011)
  54. a, b, c, d, e et f (en) « Awards for Sleepy Hollow », sur Internet Movie Database (consulté le 28 mars 2011)
  55. (en) « 2000 MTV Movie Awards », sur MTV (consulté le 28 mars 2011)
  56. (en) « 14th Annual ASC Awards », sur American Society of Cinematographers (consulté le 28 mars 2011)
  57. (en) « 6th Annual Awards », sur Chlotrudis Society for Independent Film (consulté le 28 mars 2011)
  58. (en) « 21st Annual Young Artist Awards », Young Artist Foundation (consulté le 28 mars 2011)
  59. (en) « Sleepy Hollow: DVD », sur Allmovie (consulté le 31 mars 2011)
  60. « Sleepy Hollow : DVD », sur AlloCiné (consulté le 31 mars 2011)
  61. (en) « Sleepy Hollow : Blu-ray », sur Allmovie (consulté le 31 mars 2011)
  62. « Sleepy Hollow : Blu-ray », sur AlloCiné (consulté le 31 mars 2011)
  63. « Sleepy Hollow », sur lorliaswood.fr (consulté le 10 avril 2011)
  64. (en) Alison McMahan, The Films of Tim Burton, The Continuum International Publishing Group Inc.,‎ 2005 (lire en ligne), p. 72
  65. a et b Christian Viviani, « Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête », Positif, no 468,‎ février 2000, p. 14-15
  66. Philippe Leclercq, « La Légende du cavalier sans tête », sur teledoc (consulté le 1er avril 2011)
  67. Damien Stroka, « Sleepy Hollow », sur Objectif Cinéma (consulté le 1er avril 2011)
  68. (en) Joseph P. Natoli, Memory's Orbit: Film and Culture, 1999-2000, State University of New York Press,‎ 2003 (lire en ligne), p. 69-71
  69. (en) Jason Horsley, The Secret Life of Movies, McFarland & Company Inc.,‎ 2009 (ISBN 978-0-7864-4423-6), p. 152-153
  70. Marc-Jean Filaire, « Pour une approche féministe de Sleepy Hollow de Tim Burton », sur cadrage.net (consulté le 1er avril 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Salisbury (dir.), Burton on Burton, Faber & Faber,‎ 2006 (ISBN 0-57122-926-3)
  • Alice Vincens, « L'arbre de la mort », dans la revue Entrelacs : Cinéma et audiovisuel no 6, Toulouse, 2007 [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 23 avril 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.