Astérix le Gaulois (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Astérix (homonymie).
Astérix le Gaulois
Description de l'image Astérix le Gaulois 1967.PNG.
Réalisation Ray Goossens
Scénario Willy Lateste
Jos Marissen
László Molnár
Sociétés de production Dargaud
Belvision
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Animation, comédie
Durée 68 minutes
Sortie 1967

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Astérix le Gaulois est un film d'animation Franco-belge réalisé par Ray Goossens et sorti en 1967. Il est adapté de la bande dessinée éponyme de René Goscinny et Albert Uderzo parue en 1961.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 50 avant J.C., Jules César a conquis toute la Gaule... sauf un petit village d'irréductibles gaulois, entouré de camps retranchés romains, situé en Armorique. Dans ce village, les guerriers, parmi lesquels Astérix et Obélix, résistent à l'envahisseur romain grâce à la potion magique préparée par le druide Panoramix qui leur donne une force surhumaine. Le centurion du camp romain de Petibonum, Caius Bonus, veut découvrir le secret de la force surhumaine des irréductibles gaulois pour devenir empereur à la place de César. Il envoie donc un espion, Caligula Minus, grimé en Gaulois, pour le découvrir. Bien que finalement démasqué par Astérix, Caligula Minus réussit à s'enfuir après avoir bu de la potion magique et annonce sa découverte à Caius Bonus. Celui-ci envoie ses légionnaires capturer Panoramix dans la forêt pour l'obliger à lui livrer le secret de la potion magique, mais le druide refuse. Au village, ne voyant pas rentrer Panoramix, Astérix part à sa recherche et rencontre un marchand de bœufs désespéré qui lui dit avoir vu un druide emmené dans un filet vers le camp de Petibonum. Bien qu'il n'ait pas bu de potion magique depuis longtemps, Astérix se fait introduire par le marchand dans le camp de Petibonum et se fie à sa ruse pour délivrer Panoramix. Après avoir retrouvé le druide, il se fait capturer aussi par les Romains, mais les deux Gaulois ont quelques idées en tête pour s'amuser aux dépens de Caius Bonus et ses hommes. Alors qu'Astérix simule d'horribles souffrances sous la torture, Panoramix feint d'accepter de faire de la potion magique aux Romains. Après une cueillette surveillée en forêt, le druide commence à préparer sa potion lorsqu'il annonce qu'il manque un ingrédient important: des fraises, alors que ce n'est plus la saison. Caius Bonus envoie ses légionnaires en chercher, mais seul Tullius Octopus parvient à rapporter des fraises, achetées à prix d'or à un marchand grec. Le centurion s'empresse d'apporter les fraises à Astérix et Panoramix qui les mangent toutes devant lui avant d'en réclamer d'autres, puis de préciser que la potion sera moins bonne sans les fraises. Panoramix reprend sa préparation et propose à Caius Bonus de gouter la potion. Mais celui-ci se méfie, craignant que ce ne soit du poison. Astérix se propose de gouter devant lui, mais le centurion refuse, craignant que le Gaulois ne profite de la potion magique pour s'échapper. C'est alors que le marchand de bœufs apparait, Caius Bonus l'invite à gouter la potion magique et à en tester les effets sur Astérix. Celui-ci feint de tomber assommé, tandis que les Romains goutent la potion. Caius Bonus ordonne à Panoramix de lui écrire la recette de la potion et envisage de supprimer les deux gaulois, puis il veut essayer sa nouvelle force mais ne parvient pas à soulever un tronc d'arbre, puis un gros rocher. C'est alors qu'il voit que lui et ses hommes ont leurs cheveux et leurs barbes qui poussent à grande vitesse. Panoramix lui révèle alors que ce n'est pas de la potion magique, mais une lotion capillaire très puissante qu'il a préparé aux Romains. Alors que le camp de Petibonum devient un grand salon de coiffure, Caius Bonus se résout à négocier avec ses prisonniers gaulois: en échange d'un contrepoison à la lotion capillaire, il accepte de leur rendre la liberté en apparence (puisqu'il envisage toujours de les supprimer). Panoramix accepte car les effets de la lotion capillaire disparaitront bientôt. Après avoir réuni tous les ingrédients, Astérix et Panoramix se rendent dans une tente pour préparer le "contrepoison", en fait un potage aux légumes, et une petite marmite de vraie potion magique pour qu'ils puissent s'échapper. Après avoir fait gouter le "contrepoison" à Astérix, Caius Bonus et ses hommes se ruent sur la marmite, puis le centurion ordonne qu'on se saisisse des Gaulois. Astérix, qui vient de boire de la potion magique, neutralise plusieurs Romains puis s'enfuit avec Panoramix vers la sortie du camp, mais il est encerclé de toutes parts par des légions romaines. Caius Bonus est sur le point de capturer à nouveau Astérix et Panoramix, mais il est demandé d'urgence dans sa tente par Jules César en personne, venu voir où le centurion en était avec les irréductibles gaulois. Celui-ci l'informe de la situation actuelle et César demande à voir les deux Gaulois. Astérix révèle alors à César les intentions de Caius Bonus: obtenir la recette de la potion magique pour avoir une force surhumaine et devenir empereur. César envoie Caius Bonus et ses hommes en Mongolie inférieure pour s'occuper de barbares, puis il libère Astérix et Panoramix qui retournent enfin au village, accueillis en héros par les autres villageois. Un grand banquet a lieu pour célébrer ce succès des irréductibles gaulois sur les Romains.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Source : Allodoublage[2]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

  • Je suis un marchand de bœufs - le marchand de bœufs
  • Je suis un marchand de bœufs (reprise) - le marchand de bœufs

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Les humains dans la bande dessinée ont cinq doigts mais ils n'ont que quatre doigts dans le film.
  • Les créateurs d'Astérix, Albert Uderzo et René Goscinny, n'ont découvert l'existence du film que lors d'une projection privée. Ce sont Georges Dargaud, leur éditeur, et Raymond Leblanc, le PDG des studios Belvision et des éditions du Lombard, qui ont mené à bien ce projet sans leur en faire part[3]. Deux autres albums ont également été adaptés en même temps : La Serpe d'or et Le Combat des chefs. Déçus par le résultat du premier opus, Albert Uderzo et René Goscinny ont exigé la destruction des deux autres films et imposé d'être partie prenante dans l'élaboration du long-métrage suivant, Astérix et Cléopâtre[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Astérix le Gaulois sur l’Internet Movie Database
  2. « Casting français du film » sur Allodoublage, consulté le 24 octobre 2012
  3. Bernard de Choisy, Uderzo-storix, Jean-Claude Lattès, 1991, p.176.
  4. Daniel Couvreur, Belvision, « Le Hollywood européen du dessin animé », Le Lombard, 2013.

Lien externe[modifier | modifier le code]