Fernand Bonnevie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnevie.
Fernand Bonnevie
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance
Le Fornet, Val-d'Isère (Savoie)
Décès (à 98 ans)
Val-d'Isère (Savoie)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession
Autres activités

Fernand Bonnevie, né le au Fornet à Val-d'Isère[1] et mort le dans sa ville natale[2], est un moniteur de ski français.

Il est essentiellement connu pour être le moniteur de ski de Jean-Claude Dusse, dans le film Les Bronzés font du ski[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le village du Fornet, Fernand Bonnevie commence le ski très jeune pour se rendre à diverses activités comme la messe ou le catéchisme, à Val-d'Isère. À partir des années 1930, il commence à travailler en participant à la construction de la 1re route allant de la vallée de la Tarentaise à la vallée de la Maurienne, La route de l'Iseran[5].

Ensuite, à l'arrivée des premiers skieurs à Val-d'Isère, Fernand Bonnevie décide d'ouvrir une école de ski avec son frère et trois amis. Il raconte que c'était « une école de misère. On n'était pas de bons skieurs. On donnait des cours en montagne. Les élèves avaient en moyenne 45 à 60 ans »[5].

En 1937, l'école nationale de ski de Val-d'Isère est créée. Durant l'année 1938-1939, Fernand Bonnevie réussit son examen de moniteur et est embauché par la station. Il obtient le matricule 51. Ensuite, il est convoqué pour partir à la guerre[5].

Fernand Bonnevie a exercé son métier de moniteur de ski à Val-d'Isère pendant une soixantaine d'années[3] et a eu de prestigieux élèves comme Jean Gabin ou Valéry Giscard d'Estaing[4]. Il a pris sa retraite à l'âge de 80 ans[6].

Ancien doyen de la ville de Val-d'Isère[7], un chalet porte son nom[4].

En 2012, il a cinq enfants, douze petits enfants et une quinzaine d'arrières petits enfants[4]. Très entouré par sa famille, il meurt le à Val-d'Isère à l'âge de 98 ans[2]. Il est incinéré le 28 mai dans cette même ville[8].

Les Bronzés font du ski[modifier | modifier le code]

En 1979, Patrice Leconte tourne avec la troupe du Splendid, le deuxième volet de la saga des Bronzés, Les Bronzés font du ski. Le réalisateur, qui désire « un vrai moniteur savoyard avec l'accent et le visage buriné par la réverbération du soleil sur la neige », décide de l'embaucher pour qu'il joue son propre rôle. Fernand Bonnevie devient donc, le moniteur de ski de Jean-Claude Dusse, personnage interprété par Michel Blanc[9].

Les Bronzés font du ski remporte un succès mitigé comparé au premier opus lors de sa sortie en salle, et devient au fil des années, l'un des films culte du cinéma français. Plusieurs répliques sont restées célèbres, notamment celles de Fernand Bonnevie qui, lors des cours de ski, bassinait Jean-Claude Dusse avec son « planté de bâton », ou lorsqu'il lui propose d'aller « boire un verre de vin chaud ». Cette dernière réplique aurait pu ne pas être gardée dans le film, car Fernand Bonnevie avait peur « qu'on prenne tous les moniteurs de ski pour des poivrots »[4].

Lors d'une rediffusion du film en 2008, Fernand Bonnevie raconte qu'on lui parle toujours du planté du bâton et que « pendant des années, on a frappé à ma porte. Même les Japonais sont venus ! ». Il ajoute « le planté du bâton, ça n'existe plus. Aujourd'hui, les skieurs vont beaucoup trop vite ! »[3].

Interrogé en 2012, son petit-fils le décrit comme « quelqu'un qui a beaucoup de charisme », avant d'ajouter « le film n'a pas changé sa vie. Il est resté moniteur. Mais il est devenu une star à Val-d'Isère. Ses répliques sont restées cultes »[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]