Théâtre national de la Colline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Colline - théâtre national
Type Théâtre
Lieu Paris XXe, Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 51′ 52″ nord, 2° 23′ 51″ est
Architecte(s) Valentin Fabre et Jean Perrottet, assistés d'Alberto Cattani
Inauguration 7 janvier 1988
Nb. de salles 2
Capacité 655
160
Statut juridique EPIC
Tutelle Ministère de la Culture
Direction Wajdi Mouawad
Site web http://www.colline.fr

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Théâtre national de la Colline

Géolocalisation sur la carte : 20e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 20e arrondissement de Paris)
Théâtre national de la Colline

Fondé en 1988 et implanté dans l'Est parisien, la Colline est l'un des six théâtres nationaux avec la Comédie-Française, le Théâtre de l'Odéon, le Théâtre national de Chaillot, le Théâtre National de l'Opéra-Comique et le Théâtre national de Strasbourg. Consacré aux écritures théâtrales contemporaines et modernes (XXIe et XXe siècles), constituées tant par les textes que par la mise en scène, la Colline est dirigé depuis 2016 par le metteur en scène Wajdi Mouawad.

Historique[modifier | modifier le code]

Origines du théâtre : 1963 - 1988[modifier | modifier le code]

Le Théâtre de la Colline est inauguré par François Léotard le , à la suite de la décision de Jack Lang de construire un nouvel édifice à l'emplacement du Théâtre de l'Est parisien fondé par Guy Rétoré. Les bases d'un lieu institutionnel consacré au théâtre y sont en effet jetées par celui-ci en 1964, lorsque est fondée une Maison de la Culture. En 1963, Guy Rétoré avait installé sa troupe de création théâtrale la Guilde (fondée en 1951), dans un ancien cinéma rénové de Ménilmontant, le Zénith. La Maison de la Culture acquiert le statut de Centre dramatique national en 1966, statut qui consacre son activité de création. En 1972, à la suite du travail exemplaire de Guy Rétoré dans un quartier populaire de la capitale, Jacques Duhamel en fait l'un des théâtres nationaux parisiens.

1988 - 2020 : de Jorge Lavelli à Wajdi Mouawad[modifier | modifier le code]

Jorge Lavelli, premier directeur de la Colline, propose au Ministère de la Culture (France) de présenter des œuvres exclusivement contemporaines jamais produites auparavant. À l'issue de son troisième mandat, en novembre 1996, il laissera ce théâtre comme étant, dans le paysage des théâtres subventionnés parisiens, celui où se présentent plus spécifiquement les auteurs vivants français et étrangers.

Le 12 novembre 1996, Alain Françon succède à Jorge Lavelli à la tête du théâtre. Celui-ci propose d'étendre à tout le XXe siècle le champ des auteurs présentés dans le but d'une mise en perspective de la dramaturgie littéraire et théâtrale de la fin du XIXe au début du XXIe siècle.

Le , Stéphane Braunschweig quitte le Théâtre national de Strasbourg après avoir été nommé à la direction de la Colline. Ce dernier continue de porter une attention particulière aux auteurs vivants français et étrangers et souhaite faire de la Colline un lieu d'émergence de nouvelles écritures scéniques.

Le , Wajdi Mouawad est nommé directeur du théâtre, après le départ de Stéphane Braunschweig pour le théâtre de l'Odéon. Son projet artistique pour La Colline s’articule autour de quatre axes fondamentaux : l’écriture et la création, la diversité, la jeunesse et le territoire.

Le lieu[modifier | modifier le code]

Le bâtiment, représentatif de l'architecture des années 1980, a été conçu par les architectes Valentin Fabre et Jean Perrottet, assistés d'Alberto Cattani (concepteurs du Théâtre de la ville). Sa façade de verre et ses nombreux espaces de circulation sont représentatifs de l'attachement du lieu à son ouverture sur le quartier et aux rencontres avec ses différents publics. La décoration est l’œuvre de l'architecte d'intérieur Annie Tribel-Heinz.

Le théâtre est doté de deux salles de spectacle, le Grand théâtre (655 places) et le Petit théâtre (160 places). Il dispose également d'un atelier de construction à Noisy-le-Sec ainsi que de plusieurs espaces de répétition : l'un aux dimensions du plateau, situé dans le bâtiment principal, et deux autres rue des Prairies.

Sur une façade de verre est écrit en italiques dans une couleur orangée : « Le poète ne peut rien, on ne l'écoute que lorsqu'il glorifie le monde, mais non quand il le représente tel qu'il est. »
Citation du dramaturge autrichien Hermann Broch, inscrite temporairement sur la façade de verre du théâtre en 2018.

Statuts et activités[modifier | modifier le code]

La Colline est un établissement public à caractère industriel et commercial placé sous la tutelle du ministre chargé de la culture.

Une douzaine de spectacles sont présentés chaque saison : 3 à 4 créations, plusieurs coproductions et des spectacles déjà créés[réf. souhaitée].

Le théâtre attire entre 80 000 et 100 000 spectateurs chaque année.[réf. nécessaire]

Artistes associés[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (septembre 2018)

Saison 2011-2012[1] :

Saison 2012-2013[1] :

Saison 2013-2014[1] :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Des années soixante aux années Colline, un parcours en liberté d'Alain Satgé et Jorge Lavelli, PUF, 1996
  • Quittez le théâtre affamés de changement : les douze années d’Alain Françon à la direction du Théâtre de la Colline, Collectif, Biro Éditeur, 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]