Thierry Lhermitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lhermitte.
Thierry Lhermitte
Description de cette image, également commentée ci-après

Thierry Lhermitte en 2014 au festival de Deauville.

Naissance (62 ans)
Boulogne-Billancourt, France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Acteur
Films notables Les Bronzés
La Banquière
Le père Noël est une ordure
Les Ripoux
La Totale !
Le Zèbre
Un Indien dans la ville
Le Dîner de cons
Quai d'Orsay
Séries notables Doc Martin

Thierry Lhermitte, né le à Boulogne-Billancourt, est un acteur français.

Ayant fait partie de la troupe du Splendid, Thierry Lhermitte est notamment connu pour ses rôles dans les films Les Bronzés, Le père Noël est une ordure, Un Indien dans la ville, Le Dîner de cons ou encore la trilogie des Ripoux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Thierry Lhermitte est arrière petit-fils de Léon Lhermitte[1], petit-fils de Jean Lhermitte et neveu de François Lhermitte.

Élève au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine, il y rencontre Michel Blanc, Christian Clavier et Gérard Jugnot avec qui il a suivi des cours d’art dramatique. Ils débutent ensemble au café-théâtre où ils créent la troupe du Splendid avec Josiane Balasko, Valérie Mairesse, Marie-Anne Chazel et Bruno Moynot.

Carrière[modifier | modifier le code]

Remarqué pour son physique de « jeune premier » dès le film Les Bronzés en 1978, Thierry Lhermitte enchaîne les grands succès populaires dans les années 1980 : Les Ripoux avec Philippe Noiret, L'Année prochaine... si tout va bien avec Isabelle Adjani, Le père Noël est une ordure avec ses anciens partenaires du Splendid, Le Mariage du siècle avec Anémone

En 1987, en plein succès, il fait un tour du monde avec sa famille à bord d’un voilier[2].

En 1994, il obtient son plus grand succès avec Un Indien dans la ville. Il s'essaye une fois à la réalisation d'un film à sketches, Les Secrets professionnels du Dr Apfelglück, mais mais l’expérience a été, selon lui, un échec.

Thierry Lhermitte lors du festival de Cannes 1998.

Dans les années 1990, il mène en parallèle sa carrière d'acteur à succès (La Totale !, Le Dîner de consetc.) et une carrière de producteur, qu'il abandonnera après la déception commerciale du film Le Prince du Pacifique en 2000.

Les années 2000 sont surtout marquées par les retrouvailles du Splendid dans Les Bronzés 3 : Amis pour la vie, gros succès de l'année 2006. Retrouvailles encore avec les Ripoux 3, ou avec Jacques Villeret dans Effroyables Jardins.

En 2001, il surprend en tenant le rôle principal du film Une affaire privée de Guillaume Nicloux, un grand rôle dramatique où il excelle.

Après quelques seconds rôles au cinéma, c'est à la télévision qu'il décide de faire son retour en janvier 2011 dans la série Doc Martin. Il quitte la série au terme de la quatrième saison, diffusée au printemps 2015. La même année, il remporte un joli succès dans la mini-série policière de France 2, Les Témoins.

Autres activités et prises de position[modifier | modifier le code]

Thierry Lhermitte créée [Quand ?] une société de multimédia, France Cinéma Multimedia[3],[4] et, avec Louis Becker, les société de production de cinéma ICE et ICE3 (Nuit d'ivresse, Un Indien dans la villeetc.).

[Quand ?] Il prend position en faveur de la loi Hadopi destinée à lutter contre le piratage des œuvres. Il est par ailleurs administrateur de Trident Media Guard (TMG) qui est le prestataire choisi [Quand ?] par le gouvernement pour la mise en œuvre de cette loi[5],[6].

Depuis 2011, il tient régulièrement une chronique dans Le Magazine de la santé[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié, Thierry Lhermitte a trois enfants et habite à Paris.

Parrain de la fondation pour la recherche médicale depuis 2004, il lutte lui-même contre la prosopagnosie[8], maladie rarissime qui efface sans prévenir la mémoire visuelle des visages, y compris le sien[9].

Le 5 novembre 1998[10], lors de son passage dans La Grosse Emission sur Comédie !, il fait une démonstration réussie du patator à Alain Chabat, qui se prend lui aussi au jeu, popularisant cet instrument en France[11].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Box-Office[modifier | modifier le code]

Thierry Lhermitte en séance de dédicaces avec l'équipe des Bronzés à la Fnac de Paris en septembre 2006.
Titre Année Entrées
Les Bronzés 3 : Amis pour la vie 2006 10 355 928
Le Dîner de cons 1998 9 247 001
Un Indien dans la ville 1994 7 947 786
Les Ripoux 1984 5 882 397
Le Placard 2001 5 317 828
Papy fait de la résistance 1983 4 103 933
Ripoux contre ripoux 1990 2 917 115
La Banquière 1980 2 394 073
Les Bronzés 1978 2 308 644
La Vengeance d'une blonde 1994 2 039 370
Grosse Fatigue 1994 2 015 230
Les hommes préfèrent les grosses 1981 1 931 038
Le Zèbre 1992 1 867 714
La Totale 1991 1 639 813
Les bronzés font du ski 1979 1 535 781
Les Rois du gag 1985 1 510 930
Le Mariage du siècle 1985 1 493 351
La Femme de mon pote 1983 1 485 746
Nuit d'ivresse 1986 1 381 464
Promotion canapé 1990 1 324 814
Effroyables Jardins 2003 1 034 539
Le Prince du Pacifique 2000 1 028 773

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/les-plus-beaux-villages-au-pays-de-leon-lhermitte Les plus beaux villages / Au pays de Léon Lhermitte, dans L'Union, 2010.
  2. Stéphanie Gatignol, « Thierry Lhermitte, bien dans sa coquille », sur Pleine Vie,‎
  3. [« http://www.fcm.fr » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)]
  4. « France Cinema Multimedia (FCM) » sur IMDB.com (consulté le 15 août 2015).
  5. « Thierry Lhermitte se la joue chevalier du Web », Laurent Calixte, Challenges.fr, 26 novembre 2009.
  6. « HADOPI : Trident Media Guard désignée pour traquer les réseaux », Marc Rees, pcinpact.com, 25 janvier 2010.
  7. « Thierry Lhermitte témoigne de sa rencontre avec un chercheur soutenu par la Fondation pour la Recherche Médicale », Centre-francais-fondations.org, 25 mai 2012.
  8. « Dix anecdotes étonnantes sur les talents du cinéma », sur Allociné,‎
  9. Bernard Achour, magazine Les années laser no  206, mars 2014, page 43 : « Thierry Lhermitte splendide ! ».
  10. « Les EFAP1 tous Azimuts », Mathilde Barbier, sur le site http://www.efap.com (consulté le 15 août 2015).
  11. « Contre les drones, le hack des années 90 : le patator », Rémi Noyon, Rue89, 14 août 2015 (consulté le 14 août 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]