Étienne Chicot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étienne et Chicot.
Étienne Chicot
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance
Fécamp, Seine-Maritime, France
Nationalité Drapeau de la France Français
Décès (à 69 ans)
Paris
Profession Acteur
Compositeur
Scénariste
Films notables Les Portes de la gloire
Hôtel des Amériques
Gomez et Tavarès
Da Vinci Code
Case départ

Étienne Chicot est un acteur français né le à Fécamp et mort le à Paris. Entre cinéma et théâtre, Étienne Chicot a joué des dizaines de personnages durant sa carrière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étienne Chicot naît le 5 mai 1949 à Fécamp mais passe son enfance en Afrique (Cameroun puis Côte d'Ivoire), suivant les affectations de son son père qui était inspecteur de l’enseignement primaire pour les Nations unis. À 20 ans, il débarque à Paris pour suivre les cours de l’École hôtelière. Il en profite pour suivre en parallèle des cours de théâtre au cours Simon. Ainsi entame-t'il une carrière d'abord théâtrale sur la scène du Théâtre national populaire puis cinématographique avec Ras le bol de Michel Huisman.

Mais c'est son rôle marquant dans On n'est pas sérieux quand on a 17 ans d’Adam Pianko qui lui permet d'accélérer sa carrière. Après un petit rôle dans Monsieur Klein de Joseph Losey, il joue dans le road movie déjanté d'Alain Cavalier, Le Plein de super (1976). Pour ce film, il a composé la musique et coécrit le scénario avec le réalisateur et une bande de copains comédiens (Patrick Bouchitey, Bernard Crombey et Xavier Saint-Macary).

En 1974, il interprète le rôle de Dédé dans Gomina, l'opéra-rock de François Wertheimer - en partie composé par Jacques Mercier et William Sheller (Anniversaire Boogie) - avec Clarisse Weber, Gérard Chambre, Jacques Villeret et Yvonne Mestre. Ce rôle lui sert de tremplin pour jouer en 1979 dans l'opéra-rock Starmania, de Michel Berger et Luc Plamondon. C'est le succès, avec son interprétation du milliardaire Zéro Janvier, qui se lance dans la politique en devenant candidat à la « présidence de l’Occident », et notamment le titre Le Blues du businessman[1], personnage créé par Claude Dubois en 1978.

Il joue en 1979 dans La Guerre des polices, en 1981 en guitariste velléitaire d'Hôtel des Amériques, en animateur radio dans Fréquence meurtre. Après 36 Fillette de Catherine Breillat en 1988, il obtient en 1991 un rôle de médecin pris dans la tourmente du début de la guerre d’Algérie dans Le Vent de la Toussaint, et celui d'un coopérant dans Après la pluie. En 1989, Étienne Chicot est récompensé par un Molière pour Une absence de Loleh Bellon.

Après avoir abordé la télévision à la fin des années 1970, avec la série Médecins de nuit, les années 1990 sont les années consacrées au petit écran. Dès le début des années 2000, c'est le retour vers le cinéma avec, notamment, Les Portes de la gloire, Gomez et Tavarès, Palais royal ! et Da Vinci Code.

Étienne Chicot meurt le à Paris[2], à l'âge de 69 ans[3],[4] .

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]
Années 1980[modifier | modifier le code]
Années 1990[modifier | modifier le code]
Années 2000[modifier | modifier le code]
Années 2010[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Comme compositeur[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Récompense et nominations[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]