RIA Novosti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo
Les locaux de RIA Novosti à Moscou

RIA Novosti était l'une des plus importantes agences de presse de Russie avec TASS et Interfax. Officiellement sous la tutelle du ministère de la presse et de l'information de Russie depuis le 22 août 1991, son administration centrale était basée à Moscou. Depuis avril 2014 elle a été remplacé par Rossiya Segodnya et l'agence de presse Sputnik a été lancée en novembre 2014 pour l'international, avec un site internet publié en 28 langues[1]. Rossiya Segodnya continue néanmoins à diffuser ses informations en langue russe sous le nom de RIA Novosti à travers son site ria.ru.

Son nom complet, en russe, est Российское агентство международной информации «РИА Новости» (Rossiïskoïé aguientstvo miejdounarodnoï informatsii «RIA Novosti»), le sigle « РИА » (« RIA ») étant utilisé pour Russian news & Information Agency.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de RIA Novosti remonte au 24 juin 1941, date à laquelle, deux jours après l'entrée de la Wehrmacht en URSS, fut formé le Bureau soviétique d'information (Sovinformburo) avec pour mission de couvrir à la radio et dans les journaux la situation sur le front, le travail à l'arrière et l'action des partisans. En 1944 fut créé dans la structure du Sovinformburo un bureau spécial pour la diffusion d'informations dans les pays étrangers.

En 1961 le Sovinformburo sert de base pour la création de l'agence de presse Novosti qui devient le principal organe d'information des organisations non gouvernementales soviétiques et a pour objectif de diffuser largement à l'étranger une information véridique sur l'URSS et de faire connaître à l'opinion publique soviétique la vie des peuples des pays étrangers.

Le 27 juillet 1990, l'Agence d'information Novosti (IAN) est créé sur la base de l'Agence de presse Novosti. En septembre 1991, l'IAN est transformée en Agence russe d'information (RIA) Novosti. Depuis 1993, RIA Novosti est une agence d'information et d'analyse d'État.

En décembre 2013, le président Vladimir Poutine dissout l'agence RIA Novosti afin de donner naissance à un nouvel organisme, Rossiya Segodnya (« La Russie aujourd'hui »). Cela est interprété comme un renforcement du contrôle sur les médias[2].

Domaine d'activité[modifier | modifier le code]

La directrice générale de RIA Novosti Svetlana Mironiouk avec Ayad Madani, ministre de la Culture et de l'Information d'Arabie saoudite, à Riyad, en 2007.

Les informations en provenance de Russie et des pays de la CEI constituent le vivier de l'activité de l'agence. RIA Novosti considère « l'opérativité et l'objectivité, l'indépendance par rapport à la conjoncture politique » comme les critères les plus importants de son activité.

RIA Novosti dispose d'un large réseau de correspondants sur tout le territoire de la Fédération de Russie, la CEI ainsi que dans plus de quarante pays. RIA Novosti diffuse chaque jour sur le web et par voie électronique des informations politiques, économiques, financières, scientifiques et culturelles en russe comme dans cinq langues européennes (anglais, allemand, français, espagnol) ainsi qu'en persan, arabe, japonais et chinois.

RIA Novosti sert également de cadre pour différents évènements médiatiques et conférences de presse. L'agence dispose du plus important service photographique et de l'une des banques de photos les plus riches (plus de 600 000 documents) de Russie.

RIA Novosti compte parmi ses clients l'administration du président, le gouvernement russe, le Parlement, les ministères et les autres départements du pouvoir central, les administrations locales, ainsi que des représentants du monde des affaires, des missions diplomatiques et des ONG.

RIA Novosti dispose d'un auditoire varié, allant des médias étrangers aux simples personnes intéressées en passant par des établissements commerciaux, des groupes financiers, des banques, des ambassades ou des organisations gouvernementales ou d'État.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (mul) Sputnik International
  2. Poutine renforce son contrôle sur les médias - Le Figaro/Reuters, 9 décembre 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]