Porsche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porche.
Porsche
logo de Porsche
Création 1931
Dates clés 1938 : Porsche Type 64
1948 : Porsche 356
1963 : Porsche 911
Fondateurs Drapeau : Autriche Ferdinand Porsche
Drapeau : Autriche Ferry Porsche
Forme juridique Société européenne (AG)
Slogan There is no substitute
Siège social Drapeau d'Allemagne Zuffenhausen, Stuttgart (Allemagne)
Direction Drapeau : Allemagne Oliver Blume
(Pdt. du Directoire)
Drapeau : Autriche Wolfgang Porsche
(Pdt. du Conseil de surveillance)
Activité Automobile
Produits Véhicules sportifs et haut de gamme
Société mère Volkswagen AG
Effectif 19 500 (janvier 2014)
Site web www.porsche.com
Chiffre d’affaires en augmentation 14,3 milliards d'euros (exercice 2013)
Résultat net en augmentation 2,04 milliards d'euros (exercice 2011)

Porsche (prononcé en allemand : [ˈpɔʁʃə] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est un constructeur d'automobiles de luxe et de sport allemand. La société fut fondée en 1931 par Ferdinand Porsche, puis reprise par son fils Ferry Porsche. Ferdinand Porsche est l'ingénieur qui créa la première Volkswagen. Les principales usines du constructeur sont situées à Leipzig et à Zuffenhausen et comptaient plus de 17000 salariés en 2012[1].

Porsche est le constructeur automobile le plus rentable de l'histoire. C'est chronologiquement la dixième marque[2] à avoir intégré le groupe Volkswagen AG[3]. En 2015, ses ventes mondiales se sont élevées à plus de 225 000 véhicules, en forte hausse par rapport à 2014[4].

Description[modifier | modifier le code]

Le capital du groupe Porsche, dont le siège social est situé à Zuffenhausen (un quartier de Stuttgart), est détenu pour moitié par les familles Porsche et Piëch. Elles possèdent la totalité des actions à droit de vote, les 60 % restant étant répartis entre actionnaires privés et institutionnels. La capitalisation boursière de la compagnie s'élève à 7,98 milliards d'euros en janvier 2009. Au 1er trimestre 2009, elle employait 12 774 salariés[5].

Fin 2009, lors de la crise financière, la firme ne parvint pas à refinancer un emprunt à court terme de 10 milliards de dollars contracté pour s'assurer le contrôle de Volkswagen : la firme la plus rentable de l'automobile était au bord de la faillite. C'est ainsi qu'à la suite d'un bras de fer d'un an, c'est finalement Porsche qui fut racheté par Volkswagen[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

La toute première automobile de Porsche est la Lohner-Porsche, un véhicule hybride (essence-électrique) développé au tout début du XXe siècle par Ferdinand Porsche. Cette voiture fait sensation lors de sa présentation à l'exposition universelle de Paris en 1900[7]. La deuxième Porsche fut le modèle 64, disponible en 1938[8].

En 1933, Ferdinand Porsche répond à la demande de Hitler et développe un modèle d'automobile démocratique, qui sera commercialisé en 1938 sous le nom de « Volkswagen », « voiture du peuple ». Elle est connue en France sous le nom de Coccinelle.

Le troisième modèle de Porsche fut la 356, de 1948, qui était une Volkswagen Coccinelle modifiée. Elle était construite à Gmünd en Autriche, où la société avait été évacuée en 1944, mais qui après avoir construit quarante-neuf voitures retourna à Zuffenhausen. Ferdinand mourut peu après et c’est son fils Ferry Porsche qui prit les rênes. Les dernières 356 sortirent avec un quatre cylindres à plat totalement conçu par Porsche.

Matériel militaire[modifier | modifier le code]

Deux Tiger II équipés de tourelles Porsche

Ferdinand Porsche fut un constructeur d'armement au service de l'Allemagne Nazie. Il fut à l'origine de la conception de plusieurs chars allemands, dont le Jagdpanzer Elefant (nommé aussi Ferdinand, prénom de son fabricant), la Volkswagen Kübelwagen, un véhicule similaire à la Jeep Américaine et dérivé de la Coccinelle. Il présenta une étude sur un char lourd, le futur Tiger I, marché qui fut cependant remporté par Henschel, et une autre sur son successeur, le Tiger II, et, même si une nouvelle fois le marché fut remporté par Henschel, la tourelle type Porsche fut mise en production un moment le temps que celle d'Henschel, meilleure que celle de Porsche, soit produite. Porsche développa aussi un des projets de char super-lourd, le Maus, même s'il était dubitatif quant à son aboutissement. À la fin de la guerre, Ferdinand Porsche échappa de peu à un procès. Porsche n'a pas cessé sa production d'armement, la firme a par exemple été contactée pour la mise au point du successeur du Leopard I, le futur Leopard II.

1963 : La 911, modèle phare[modifier | modifier le code]

Une 911 S de 1967.

Historiquement, la première ébauche de la 911 date de 1959. La version définitive, quant à elle, a été présentée au Salon automobile de Francfort en septembre 1963, sous le nom « 901 ». Cependant Peugeot ayant déposé tous les numéros comportant un zéro central, le nom fut abandonné au profit de l'actuelle désignation « 911 ». Elle se devait de garder un air de famille avec les 356, et cette première génération en reprend les principaux codes visuels. Mais dans le compartiment moteur, on a opté pour un six cylindres à plat de 2 litres, plus léger, refroidi par air, et toujours placé à l'arrière. Ainsi naquit la 911 qui, dès lors, n'a cessé d'évoluer avec son moteur « boxer » au couple enthousiasmant et au son particulier, que les amateurs affectionnent. Ce modèle reste la référence et le modèle le plus emblématique de la marque.

Négociations et rachats[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2005, Porsche a décidé d'augmenter sa part du capital dans la société Volkswagen, avec laquelle il a toujours entretenu des liens étroits (VW-Porsche 914, Audi RS2, Porsche 924). Le Porsche Cayenne partage d'ailleurs sa plateforme avec le VW Touareg. Cette participation s'est encore accrue en 2006, pour atteindre 27,4 % du capital, Porsche se réservant la possibilité de monter jusqu'à 29,9 % (dépasser le seuil des 30 % l'obligerait légalement à lancer une OPA). Au cours de l'été 2006, Porsche obtient l'autorisation de l'État allemand de prendre la minorité de blocage de Volkswagen, en prenant ainsi le contrôle[9].

Après avoir franchi les 30 % du capital, la marque de voitures de sport a été contrainte par la réglementation boursière de lancer une offre publique d'achat sur le reste du capital. Mais l'opération échoua, Porsche proposant délibérément un prix trop faible. Depuis août 2007, le groupe tente d'augmenter ses parts dans Volkswagen[10]. Porsche possédait 50,76 % des parts de Volkswagen à partir du 6 janvier 2009 et avait annoncé vouloir monter à 75 % d'ici la fin de l'année 2009[11].

En 2009, en tentant d'acquérir une majorité de contrôle dans Volkswagen, Porsche a accumulé une importante dette. Elle est incapable de respecter ses engagements financiers, car Volkswagen a vu son titre augmenter de façon appréciable au cours de l'année précédente, permettant à Porsche de réaliser un profit appréciable sur papier. Selon les lois fiscales allemandes, Porsche doit verser un impôt sur cette plus-value, montant en argent qu'elle ne possède pas. En juillet 2009, Porsche a accumulé des dettes dépassant 10 milliards d'euros. Pour éviter la faillite, Porsche a accepté les conditions posées par le Qatar Investment Authority, lequel injectera un important montant dans Porsche tout en l'obligeant à fusionner ses activités avec Volkswagen[12],[13],[14],[15]. — Cette fusion est annoncée le 5 juillet 2012 et est effective le 1er août 2012[16].

Le petit-fils de Ferdinand, Ferdinand Piëch, fut le président exécutif de Volkswagen, dont il est toujours le principal actionnaire en 2009. L’actuel est Martin Winterkorn précédemment chez Audi, Piëch ayant pris la présidence du conseil de surveillance (organe de contrôle plutôt que de direction) de Volkswagen.

Les années 2010[modifier | modifier le code]

Porsche a présenté, lors du Challenge Bibendum de mai 2011, un prototype de voiture électrique : le Boxster E, existant en plusieurs versions. Aucune date de commercialisation n'a été annoncée pour le moment, mais il est probable que des voitures électriques Porsche soient disponibles sur le marché dans un avenir « relativement proche »[17]. En 2015 au Salon de l'automobile de Francfort, est présenté un concept appelé « Mission E »[18]. C'est une berline à propulsion totalement électrique et se voulant très performante, avec un total de 600 ch. Elle est censée préfigurer la prochaine berline de la marque, et confirme l'orientation de Porsche vers les voitures électriques.

Après avoir introduit des motorisations hybrides sur plusieurs de ses modèles lors des dernières années (Panamera, Cayenne et 918 Spyder), Porsche a annoncé que la prochaine génération de 911 utiliserait cette technologie à partir de 2018[19].

Course[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Porsche Team.

Porsche a toujours engagé des GT classiques et obtenu de nombreuses victoires dans différentes catégories en endurance.

Chaque année, la Porsche Cup récompense le meilleur pilote privé utilisant une Porsche en compétition d'endurance et de grand tourisme.

En Formule 1, Porsche a fourni les moteurs pour McLaren de 1984 à 1987 (sous le nom TAG, Techniques d'Avant Garde).

Les débuts en endurance 1950-1979[modifier | modifier le code]

La course d'endurance des 24 Heures du Mans a particulièrement bien réussi à Porsche puisqu'elle a été gagnée à 17 reprises par la marque, sans compter les victoires par catégories. Certaines Porsche d'endurance sont devenues célèbres comme la 917 qui, avec son douze cylindres à plat de 560 ch, faisait frissonner plus d'un concurrent.

Porsche 908 Spyder

Porsche débute au Mans en 1950 avec une victoire en catégorie S 1.1 sur la Porsche 356/4 SL. Durant toutes les années 1950, Porsche a très souvent gagné dans les catégories inférieures au Mans et lors du Championnat du Monde des Voitures de Sport, mais c'est à la fin des années 1960 que Porsche et sa 908 terminent dans le haut du classement et remportent en 1969 le Championnat du Monde des Voitures de Sport. En 1970, la 917K s'impose au Mans avec le Porsche KG Salzburg et remporte aussi le WSC avec la 917K, 917L et la 908/03.

En 1971, 1976, 1977, 1979 Porsche s'impose de nouveau avec la 917K, la 936 et une victoire surprenante en 1979 avec la 935 K3.

Porsche remporte le championnat du monde d'endurance à de nombreuses reprises, et dans plusieurs catégories durant les années 1970.

Succès et domination 1980-1988[modifier | modifier le code]

Porsche 935 K3 de 1981

En 1980, la Porsche 908 sous les couleurs du Martini Racing et ultime favorite de l'édition 1980 au Mans, est battue par Jean Rondeau et sa Rondeau M379B. Après une nouvelle victoire en 1981 avec la Porsche 936, le Porsche System lance la Porsche 956. Véritable machine à gagner, la 956 a écrasé la concurrence, notamment Lancia. Victorieuse aussi en 1982, 1983, Porsche boycotte les 24 heures du Mans 1984 pour contester contre une réglementation, mais la 956 du Team Joest remporte l'édition. De 1982 à 1986, la 956 remporte le WSC. En 1985, la nouvelle 962, une évolution de la 956, remporte l'édition 1986. La 956 continue sa carrière avec des équipes privées où plus de la moitié du plateau était composé de Porsche durant les années 1980.

Porsche 956 sous les couleurs de Rothmans

L'année 1986 voit aussi la montée en puissance de Jaguar et en 1987 au Mans, le duel Jaguar-Porsche atteint son sommet. Porsche et sa 962 s'imposent au Mans et Jaguar remporte le championnat du monde de sport. En 1988, Jaguar prend sa revanche et remporte les 24H00 et le WSC avec la XJR-9. Durant cette édition, Nissan, Toyota, Mazda, et Sauber-Mercedes étaient présents. Les Sauber C9 n'ont pas pris le départ de ces 24H00 à cause de problèmes pneumatiques. 1988 sera la dernière année ou Porsche était présent officiellement en endurance. Le Joest Racing ou encore le Porsche Kremer Racing continuera tout au long des années 1990 à faire rouler des 962.

Présence via Joest Racing et Kremer Porsche 1989-1995[modifier | modifier le code]

En 1994, et à la suite d'un changement de réglementation qui a vu le groupe C disparaître ainsi que Jaguar, Peugeot, Mazda, Toyota, Mercedes, Nissan, le Dauer Porsche inscrit dans la catégorie GT1 se base sur les lignes de la 962, en fait un modèle de série (obligatoire en GT1), et la renomme Dauer 962C. Cette voiture était un véritable prototype déguisé, poussant à l'extrême les limites du règlement en GT1. Plus tard, Toyota et sa GT-One, Porsche avec la 911 GT1, Nissan et la R390 et Mercedes avec la CLK feront de mêmes durant la fin des années 1990. Après une grosse bagarre avec la Toyota 94 CV du Trust Racing, le Dauer Porsche s'impose malgré un plateau à bout de souffle.

Retour au premier plan en catégorie GT1 1996-1998[modifier | modifier le code]

En 1996, Porsche annonce son grand retour et s'inscrit en catégorie GT1 qui prend de plus en plus d’ampleur. Mais c'est le Joest Racing qui s'impose au Mans en 1996 et 1997 avec la TWR Porsche WSC-95. La 911 GT1 ratera la victoire à la suite d'un abandon en toute fin de course en 1997 alors qu'elle était en tête. En 1997, Nissan, BMW et Panoz étaient également présents.

En 1998, la concurrence continue de s’accroître avec l'arrivée de Toyota, Mercedes et de châssis maison par BMW, la firme de Munich. Porsche fait évoluer la 911 GT1 et malgré des performances en retraits en qualification, Porsche et ses 911 GT1-98 très fiables profitent du manque de fiabilité des nouvelles Mercedes CLK-LM, Toyota GT-One et des BMW V12 pour réaliser un surprenant doublé. De 1996 à 1998, la 911 GT1 a également participé en FIA GT, où la CLK-GTR était présente. En 1999, Porsche ne défendra pas son titre. Avec une catégorie GT1 devenue trop chère (et qui laissera place au LMGTP), Porsche entre 1998 et 1999 développe la Porsche LMP 2000 (connue en interne sous le nom 93R), typique d'une barquette classique. McNish et Wollek participent au développement de la voiture. Mais elle n'est jamais présentée officiellement et ce projet ne connaît finalement pas de suite. Porsche a préféré l'abandonner et utiliser ses ressources financières pour développer le Cayenne, d'après Horst Marchart, à l’époque responsable de la R&D[20]. Porsche attendra 2014 avant de revenir sur le devant de la scène dans la catégorie reine au Mans.

En LMP2 2005-2010[modifier | modifier le code]

Porsche RS Spyder

En 2005, Porsche lance le programme de la Porsche RS Spyder, premier prototype depuis l'abandon de la LMP2000 ; elle courra essentiellement aux États-Unis. C'est en 2006 que sa carrière est lancée en ALMS avec l'aide du Penske Racing en LMP2 ; elle remportera la victoire dans sa catégorie. Elle fera de même en 2007, 2008 mais aussi aux Le Mans Series 2008 en LMP2. En 2008, la RS Spyder remporte même les 12 h de Sebring au classement général, terminant devant l'Audi R10 TDI, référence en endurance. En 2008 et 2009, la RS Spyder remporte la catégorie LMP2 au Mans. 2010 sera sa dernière année avec une victoire à Mosport.

2011: Annonce du retour de Porsche[modifier | modifier le code]

La Porsche 919 Hybrid de 2014.

En 2011, Porsche annonce son grand retour au Mans et en endurance pour 2014, avec la Porsche 919 qui utilise un système hybride, tout comme Audi et Toyota. L'année 2014 est marquée par la domination de Toyota lors du championnat du Monde d'endurance. Au Mans, deux 919 Hybrid sont engagées. Nettement moins rapide et moins fiable, Porsche réussit à pointer en tête à 2H00 de l'arrivée. Talonnée par une Audi nettement plus rapide, le moteur Porsche rendra l'âme et finira non classé. L'autre Porsche termine 11e. La 919 Hybrid décroche sa première victoire à São Paulo, dernière manche du championnat.

En 2015, Porsche poursuit son engagement en championnat du monde d'endurance et remporte pour la 17e fois les 24 Heures du Mans avec un doublé de la 919 Hybrid face aux Audi, après une course impeccable sans le moindre problème mécanique. Les courses suivantes seront tout autant couronnées de succès, et Porsche remporte le championnat constructeur après les 6 Heures de Shanghai en novembre 2015. Il s'agit du treizième titre constructeur en championnat du monde d'endurance pour Porsche, qui ne l'avait pas remporté depuis 1986[21]. Un an après être revenu en LMP1, c'est donc un succès total en endurance pour la marque allemande.

L'année suivante en 2016, Porsche remporte une nouvelle fois les 24h du Mans avec la 919 n°2, en s'imposant miraculeusement face à la Toyota n°5 victime d'une panne à 5mn de la fin de la course. C'est donc une 18e victoire que signe Porsche aux 24h du Mans, la deuxième consécutive depuis leur retour.

Conseil[modifier | modifier le code]

Porsche a fourni un service de conseil pour de nombreuses marques comme Studebaker, RUF Automobile GmbH, Seat, Daewoo, Mercedes-Benz, Peugeot, Lada, Audi et Subaru, ainsi qu'à l'origine de la renaissance d'Harley-Davidson.

Usines et logistique[modifier | modifier le code]

Les modèles Cayenne, Macan et Panamera sont assemblés dans une nouvelle usine à Leipzig où l'a été la supercar Carrera GT. Les modèles 911 et Boxster sont assemblés dans l'usine de Zuffenhausen, et les Cayman et une partie des Boxster sont assemblés en Allemagne dans l'ancienne usine Karmann (laquelle appartient depuis mars 2011 au groupe VW, sous le nom de Volkswagen Osnabrück GmbH).

La quasi-totalité de ses approvisionnements et de ses livraisons passe par le chemin de fer[réf. nécessaire].

Ventes annuelles[modifier | modifier le code]

En 2013, les ventes de Porsche s'élèvent à 162 000 véhicules, en hausse de 15 % par rapport à 2012[22].

Ls[23].

Ventes annuelles mondiales de Porsche
Année Nombre de véhicules vendus Variation annuelle
2003 71 141
2004 81 542 + 14,6 %
2005 90 411 + 10,9 %
2006 95 919 + 6,1 %
2007 103 405 + 7,8 %
2008 88 935 - 14,0 %
2009 76 731 - 13,7 %
2010 97 273 + 26,8 %
2011 118 868 + 22,2 %
2012[24] 141 105 + 18,7 %
2013 162 145 + 14,9 %
2014 189 849 + 17,1 %
2015[4] 225 121 + 19 %

[modifier | modifier le code]

Le logo de Porsche est inspiré du blason de Stuttgart[25], brochant sur celui de l'État libre populaire de Wurtemberg ainsi que les bois de cerfs des armoiries de la Maison Wurtemberg.

Modèles[modifier | modifier le code]

Tracteurs Porsche Junior
Porsche 993 Cabriolet.
Porsche 911 Carrera S (type 997)

Tracteurs[modifier | modifier le code]

Modèles routiers[modifier | modifier le code]

Modèles actuels[modifier | modifier le code]

Modèle Conception du moteur Cylindrée Puissance Couple maxi Taux de compression Transmission Boîte de vitesses Poids à vide (DIN) Vitesse Maxi Accélération de 0 à 100 km/h Cycle urbain (L/ 100 km) Cycle extra urbain (L/ 100 km) Cycle Mixte (L/ 100 km) Émissions de CO2 (g/km)
Boxster Moteur central 2 893 cm3 255 ch (188 kW) 290 Nm 11,5 : 1 Propulsion Méca. 6 rapports / PDK 7 Rapports 1 335 kg / 1 365 kg 263 km/h / 261 km/h 5,9 s / 5,8 s (5,6 s en mode Sport+) 13,8 l / 13,6 l 6,9 l / 6,5 l 9,4 l / 9,1 l 221 / 214
Boxster S Moteur central 3 436 cm3 310 ch (228 kW) 360 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 rapports / PDK 7 Rapports 1 355 kg / 1 380 kg 274 km/h / 272 km/h 5,3 s / 5,2 s (5,0 s en mode Sport+) 14,4 l / 14,1 l 7,2 l / 6,6 l 9,8 l / 9,4 l 230 / 221
Boxster Spyder Moteur central 3 436 cm3 320 ch (235 kW) 370 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 rapports / PDK 7 rapports 1 275 kg / 1 300 kg 267 km/h / 265 km/h 5,1 s / 5,0 s (4,8 s en mode Sport+) 14,2 l / 14,0 l 7,1 l / 6,6 l 9,7 l / 9,3 l 228 / 218
Modèle Conception du moteur Cylindrée Puissance Couple maxi Taux de Compression Transmission Boîte de vitesses Poids à vide (DIN) Vitesse Maxi Accélération de 0 à 100 km/h Cycle urbain (L/ 100 km) Cycle extra urbain (L/ 100 km) Cycle Mixte (L/ 100 km) Émissions de CO2 (g/km)
Cayman Moteur central 2 893 cm3 265 ch (195 kW) 300 Nm 11,5 : 1 Propulsion Méca. 6 rapports / PDK 7 rapports 1 330 kg / 1 360 kg 265 km/h / 263 km/h 5,8 s / 5,7 s (5,5 s en mode Sport+) 13,8 l / 13,6 l 6,9 l / 6,5 l 9,4 l / 9,1 l 221 / 214
Cayman S Moteur central 3 436 cm3 320 ch (235 kW) 370 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 rapports / PDK 7 rapports 1 350 kg / 1 375 kg 277 km/h / 275 km/h 5,2 s / 5,1 s (4,9 s en mode Sport+) 14,4 l / 14,1 l 7,2 l / 6,6 l 9,8 l / 9,4 l 230 / 221
Cayman R Moteur Central 3 436 cm3 330 ch (243 kW) 370 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 rapports / PDK 7 rapports 1 295 kg / 1 320 kg 282 km/h / 280 km/h 5,0 s / 4,9 s (4,7 s en mode Sport+) 14,2 l / 14,0 l 7,1 l / 6,6 l 9,7 l / 9,3 l 228 / 218
Cayman S Black Edition Moteur Central 3 436 cm3 330 ch (243 kW) 370 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 rapports / PDK 7 rapports  ? / ? 279 km/h / 277 km/h 5,1 s / 5,0 s (4,8 s en mode Sport+) 14,4 l / 14,1 l 7,2 l / 6,6 l 9,8 l / 9,4 l 230 / 221
Modèle Conception du moteur Cylindrée Puissance Couple maxi Taux de Compression Transmission Boîte de vitesses Poids à vide (DIN) Vitesse Maxi Accélération de 0 à 100 km/h Cycle urbain (L/ 100 km) Cycle extra urbain (L/ 100 km) Cycle Mixte (L/ 100 km) Émissions de CO2 (g/km)
Carrera Moteur arrière 3 614 cm3 345 ch (254 kW) 390 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 415 kg / 1 445 kg 289 km/h / 287 km/h 4,9 s / 4,7 s (4,5 s en mode Sport+) 15,5 l / 14,7 l 7,2 l / 6,9 l 10,3 l / 9,8 l 242 / 230
Carrera S Moteur arrière 3 800 cm3 385 ch (283 kW) 420 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 425 kg / 1 465 kg 302 km/h / 300 km/h 4,7 s / 4,5 s (4,3 s en mode Sport+) 15,9 l / 15,3 l 7,4 l / 7,1 l 10,6 l / 10,2 l 250 / 240
Carrera Cabriolet Moteur arrière 3 614 cm3 345 ch (254 kW) 390 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 500 kg / 1 530 kg 289 km/h / 287 km/h 5,1 s / 4,9 s (4,7 s en mode Sport+) 15,6 l / 14,9 l 7,3 l / 6,9 l 10,4 l / 9,9 l 245 / 233
Carrera S Cabriolet Moteur arrière 3 800 cm3 385 ch (283 kW) 420 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 510 kg / 1 540 kg 302 km/h / 300 km/h 4,9 s / 4,7 s (4,5 s en mode Sport+) 16,2 l / 15,5 l 7,6 l / 7,2 l 10,8 l / 10,3 l 254 / 242
Carrera 4 Moteur arrière 3 614 cm3 345 ch (254 kW) 390 Nm 12,5 : 1 Intégrale Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 470 kg / 1 500 kg 284 km/h / 282 km/h 5,0 s / 4,8 s (4,6 s en mode Sport+) 15,9 l / 15,2 l 7,7 l / 7,2 l 10,6 l / 10,1 l 249 / 237
Carrera 4 S Moteur arrière 3 800 cm3 385 ch (283 kW) 420 Nm 12,5 : 1 Intégrale Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 480 kg / 1 510 kg 297 km/h / 295 km/h 4,7 s / 4,5 s (4,3 s en mode Sport+) 16,5 l / 15,8 l 7,9 l / 7,5 l 11,0 l / 10,5 l 259 / 247
Carrera 4 Cabriolet Moteur arrière 3 614 cm3 345 ch (254 kW) 390 Nm 12,5 : 1 Intégrale Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 555 kg / 1 585 kg 284 km/h / 282 km/h 5,2 s / 5,0 s (4,8 s en mode Sport+) 16,2 l / 15,5 l 7,8 l / 7,4 l 10,8 l / 10,3 l 254 / 242
Carrera 4 S Cabriolet Moteur arrière 3 800 cm3 385 ch (283 kW) 420 Nm 12,5 : 1 Intégrale Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 565 kg / 1 595 kg 297 km/h / 295 km/h 4,9 s / 4,7 s (4,5 s en mode Sport+) 16,8 l / 16,1 l 8,0 l / 7,7 l 11,2 l / 10,7 l 263 / 251
Targa 4 Moteur arrière 3 614 cm3 345 ch (254 kW) 390 Nm 12,5 : 1 Intégrale Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 530 kg / 1 560 kg 284 km/h / 282 km/h 5,2 s / 5,0 s (4,8 s en mode Sport+) 15,9 l / 15,5 l 7,7 l / 7,4 l 10,6 l / 10,3 l 249 / 242
Targa 4 S Moteur arrière 3 800 cm3 385 ch (283 kW) 420 Nm 12,5 : 1 Intégrale Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 540 kg / 1 570 kg 297 km/h / 295 km/h 4,9 s / 4,7 s (4,5 s en mode Sport+) 16,5 l / 15,8 l 7,9 l / 7,5 l 11,0 l / 10, l 259 / 251
Carrera GTS Moteur arrière 3 800 cm3 408 ch (300 kW) 420 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 420 kg / 1 450 kg 306 km/h / 304 km/h 4,6 s / 4,4 s (4,2 s en mode Sport+) 15,9 l / 15,3 l 7,6 l / 7,2 l 10,6 l / 10,2 l 250 / 240
Carrera GTS Cabriolet Moteur arrière 3 800 cm3 408 ch (300 kW) 420 Nm 12,5 : 1 Propulsion Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 515 kg / 1 545 kg 306 km/h / 304 km/h 4,8 s / 4,6 s (4,4 s en mode Sport+) 16,2 l / 15,5 l 7,7 l / 7,3 l 10,8 l / 10,3 l 254 / 242
Turbo Moteur arrière 3 800 cm3 500 ch (368 kW) 650 Nm (700 Nm avec fonction Overboost) 9,8 : 1 Intégrale Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 570 kg / 595 kg 313 km/h 3,7 s / 3,6 s (3,4 s en mode Sport+) 17,3 l / 17,0 l 8,3 l / 8,1 l 11,6 l / 11,4 l 272 / 268
Turbo Cabriolet Moteur arrière 3 800 cm3 500 ch (368 kW) 650 Nm (700 Nm avec fonction Overboost) 9,8 : 1 Intégrale Méca. 6 Rapports / PDK 7 Rapports 1 645 kg / 1 670 kg 313 km/h 3,8 s / 3,7 s (3,5 s en mode Sport+) 17,5 l / 17,2 l 8,3 l / 8,2 l 11,7 l / 11,5 l 275 / 270
Turbo S Moteur arrière 3 800 cm3 530 ch (390 kW) 700 Nm 9,8 : 1 Intégrale PDK 7 Rapports 585 kg 315 km/h 2,8 s 16,5 l 8,1 l 11,4 l 268
Turbo S Cabriolet Moteur arrière 3 800 cm3 530 ch (390 kW) 700 Nm 9,8 : 1 Intégrale PDK 7 Rapports 660 kg 315 km/h 3,2 s 16,7 l 8,2 l 11,5 l 270

Numéros de série[modifier | modifier le code]

Depuis l'année modèle 1981, les numéros de série (Vehicle Identification Number) comportent 17 caractères, selon le format suivant :

  • 1,2,3 : WPO (code du fabricant : W=Allemagne, P = Porsche, 0 pour les voitures, 1 pour les Cayenne)
  • 4 : Z (sauf aux États-Unis)
  • 5 : Z (sauf aux États-Unis)
  • 6 : Z (sauf aux États-Unis : 0 = ceintures de sécurité, 2 = airbag)
  • 7,8 : deux premiers chiffres du type de véhicule (91 = 911, 92 = 924 ou 928, 93 = 930, 96 = 911(963), 98 = Boxster & Cayman, 99 = 911(993 & 996 & 997), 9P = Cayenne
  • 9 : Z
  • 10 : année modèle (A=1980 → H=1987, J=1988 → N=1992, P=1993, R=1994 → T=1996, V=1997 → Y=2000, 1=2001 → 9=2009
  • 11 : site de production (S = Stuttgart, N = Neckarsulm, U = Uusikaupunki)
  • 12 : 3e chiffre du type de véhicule (exemple : 7 pour un Boxster 987)
  • 13 : variable (type de moteur ou de châssis)
  • 14,15,16,17 : numéro de série de 0001 à 9999

Exemple : WP0ZZZ98Z9U72xxxx est une Boxster S, année modèle 2009, fabriquée à Uusikaupunki.

Modèles de course[modifier | modifier le code]

Porsche 917 - 1970
Porsche 936 - 1977
Porsche 962 - 1985

Prototypes et concept-cars[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Porsche : travailler moins pour gagner autant, Le Point, 13 décembre 2012
  2. En ayant rejoint : Audi, Bentley, Bugatti, Lamborghini, Man, Seat, Skoda, Scania et Volkswagen, auxquels s'ajoute depuis 2012 une onzième marque : Ducati.
  3. http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2015/09/23/29006-20150923ARTFIG00249-la-galaxie-des-marques-du-groupe-volkswagen.php
  4. a et b Communiqué de presse : « En 2015, Porsche franchit la barre des 225 000 voitures vendues dans le monde », sur Porsche.com.
  5. http://www.google.com/finance?q=ETR:PAH3
  6. Arte, « Porsche contre Volkswagen - Le duel fratricide »,‎ (consulté le 15 janvier 2011)
  7. https://www.porsche-holding.com/fr/histoire/ferdinand_porsche/le_genie_createur
  8. « Porsche type 64 », sur www.sportwagen.fr (consulté le 24 mai 2011).
  9. Prise de contrôle de l'Italie par Porsche, Le Figaro, 10 juillet 2006]
  10. Volkswagen : Porsche veut prendre plus de 50 % du capital, Le Monde, 04.09.2007.
  11. http://www.leparisien.fr/automobile/porsche-rachete-50-de-vw-06-01-2009-363653.php
  12. (en) Daniel Schäfer, « €50m payoff for ousted Porsche chief », The Financial Times,‎ (consulté le 25 juillet 2009)
  13. (en) Daniel Schäfer, « Porsche chief ousted in merger with VW », The Financial Times,‎ (consulté le 25 juillet 2009)
  14. (en) Daniel Schäfer, « Just another week at the office for Piëch », The Financial Times,‎ (consulté le 25 juillet 2009)
  15. (en) Daniel Schäfer, « Wiedeking Is to Blame for the Porsche Disaster », Spiegel Online,‎ (consulté le 25 juillet 2009)
  16. AFP et Reuters, « Le rachat de Porsche par Volkswagen finalisé le 1er août 2012 », sur Le Monde, le 5 juillet 2012.
  17. Nicolas Meunier, « Porsche Boxster E (2011) », sur http://auto.nouvelobs.com,‎ (consulté le 24 mai 2011)
  18. Audric Doche, « Porsche Mission E : 500 km d'autonomie avec 600 ch », sur caradisiac.com,‎ (consulté le 17 septembre 2015).
  19. Mael Pilven, « La prochaine Porsche 911 sera... hybride ! », sur http://news.autoplus.fr,‎ (consulté le 19 juin 2015)
  20. Geoffroy Barre, « Audi, Porsche, Toyota : retrouvailles, 15 ans plus tard ! », sur www.endurance-magazine.fr,‎ (consulté le 14 juillet 2015).
  21. (en) « Porsche secures World Championship title by another one-two win », sur Porsche.com (consulté le 13 novembre 2015).
  22. La Tribune 11/12/2013
  23. Communiqué de presse : « Porsche enregistre à nouveau un chiffre d’affaires et un résultat record », sur www.porsche.com,‎ (consulté le 14 août 2015).
  24. (en) Nat Shirley, « Porsche set new global sales record in 2012 », sur www.leftlanenews.com,‎ (consulté le 15 août 2015).
  25. (en) Aric Chen, « Stuttgart, Germany ; Motor Stadt (Psst ! This Isn't Michigan) », The New York Times,‎ (consulté le 18 mars 2009)
  26. Name for new Porsche SUV is Macan Porsche press release No. 23/12 - 16 février 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]