Transcription du russe en français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Il existe de nombreuses manières d'effectuer une romanisation de l'alphabet cyrillique russe vers le français ou plus généralement vers l'alphabet latin. Il faut cependant distinguer la transcription et la translittération. Si la translittération est une méthode stricte et normalisée qui consiste à substituer à chaque graphème d'un système d'écriture un graphème ou un groupe de graphèmes d'un autre système, indépendamment de la prononciation, la transcription, moins formelle et propre à chaque langue, essaie généralement de traduire le plus fidèlement possible la phonétique originale dans la langue de destination. Ainsi, par exemple, le compositeur russe Шостакович est transcrit en français Chostakovitch mais également Schostakowitsch en allemand, Shostakovich en anglais, Xostakovitx en basque, Sosztakovics en hongrois, Szostakowicz en polonais, Șostakovici en roumain, Sjostakovitj en suédois, Šostakovič en tchèque, Šostakovitš en estonien ou encore Şostakoviç en turc, respectant ainsi les règles de prononciation de chaque langue.

Transcription conventionnelle du russe en français[modifier | modifier le code]

La transcription du russe en français est une transcription phonétique lettre à lettre, donnant pour chaque caractère russe un équivalent en français (à l'exception notamment du signe mou ь). Certaines exceptions subsistent, notamment pour garder la proximité d'écriture (par exemple entre les « e » russe et français, comme dans le cas des politiciens russes Gorbatchev ou Eltsine), plutôt que de retranscrire les lettres phonétiquement (voir exemples dans le tableau ci-dessous).

Il existe cependant des noms transcrits et popularisés avant que la norme actuelle soit fixée[1]. On peut ainsi trouver le nom du compositeur russe Рахма́нинов transcrit sous la forme ancienne[2] Rachmaninoff ou encore Rachmaninov alors que la transcription normalisée serait Rakhmaninov. De même, les prénoms des monarques de Russie, des personnalités ou d'écrivains du passé sont traduits, comme il est d'usage dans les autres langues et non pas transcrits. Ainsi, Николай I devient Nicolas Ier et non pas Nikolaï Ier. Joseph Staline, Léon Tolstoï ou encore Léon Trotski ont également leur prénom traduit, imposé par l'usage. De plus, les noms d'origine étrangère sont traditionnellement retranscrits selon la langue d'origine (ainsi le cinéaste soviétique Эйзенштейн se transcrit Eisenstein et non Eïzenchteïn).

Depuis que la Russie a adopté, au milieu des années 1990, la transcription des noms russes sur les passeports selon la phonétique anglaise en remplacement de la phonétique française (traditionnelle depuis l'époque tsariste), il est de coutume d'adopter dans les médias francophones cette forme anglaise (c'est généralement le cas des sportifs, par exemple : la joueuse de tennis Svetlana Kuznetsova au lieu de Svetlana Kouznetsova[3]).

En orthographe française, le son [e~ɛ] se note par un accent aigu ou grave sur la lettre e (Léningrad, Léonid), sauf si cette lettre est suivie d'une consonne double ou deux sons consonne (Perm, Alekseï). Néanmoins, une grande tolérance est actuellement observée, et l'on trouvera également Iénisseï et Ienisseï, Kémérovo et Kemerovo.

Lettre russe Lettre ou
combinaison
française
Cas Exemples Variantes[4]
А, а a tous les cas Владимир → Vladimir
Б, б b tous les cas БорисBoris
В, в v tous les cas Павлов → Pavlov w
Г, г gu avant un e ou un и Сергей → Sergueï
ГеоргийGueorgui
gh
g tous les autres cas Новгород → Novgorod
Д, д d tous les cas Менделеев → Mendeleïev
Е, е e après une consonne Чехов → Tchekhov é
après un и ou un й, Киев → Kiev
au début du mot,
s'il s'agit d'une convention admise
ЕльцинEltsine
(par convention admise)
ïe après une voyelle autre que и ou й Дудаев → Doudaïev ïé
ie au début du mot, ЕкатеринбургIekaterinbourg ié, é, e
ou après ь ou ъ, Васильев → Vassiliev
ou s'il s'agit d'une convention admise Тургенев → Tourgueniev
(par convention admise)
Ё, ё io tous les cas Пётр → Piotr
Королёв → Koroliov
ë
e s'il s'agit d'une convention admise Горбачёв → Gorbatchev
(par convention admise)
Ж, ж j tous les cas Нижний → Nijni g
З, з z tous les cas Казимир → Kazimir s
И, и ï après une voyelle autre que и Михаил → Mikhaïl
i tous les autres cas Мир → Mir
Й, й non transcrit mots finissant par ий Достоевский → Dostoïevski
mots finissant par ый Грозный → Grozny
ï tous les autres cas Алексей → Alekseï
Андрей → Andreï
К, к k tous les cas Александр → Aleksandr
КалининградKaliningrad
Л, л l tous les cas Малевич → Malevitch
М, м m tous les cas Дума → Douma
Н, н ne en fin de mot après un и ou un ы Гагарин → Gagarine
Солженицын → Soljenitsyne
n tous les autres cas МагаданMagadan
Байконур → Baïkonour
О, о o tous les cas Волга → Volga
П, п p tous les cas Спутник → Spoutnik
Р, р r tous les cas Самара → Samara
С, с ss entre deux voyelles Новосибирск → Novossibirsk ç, c
s tous les autres cas Курск → Koursk
Т, т t tous les cas Владивосток → Vladivostok
У, у ou tous les cas УльяновOulianov u après а,о
u s'il s'agit d'une convention admise Туполев → Tupolev
(par convention admise)
Ф, ф f tous les cas Прокофьев → Prokofiev
Х, х kh tous les cas Михаил → Mikhaïl
ХабаровскKhabarovsk
h
Ц, ц ts tous les cas ЦветaеваTsvetaïeva tz
Ч, ч tch tous les cas ЧерненкоTchernenko
Ш, ш ch tous les cas Пушкин → Pouchkine
Щ, щ chtch tous les cas ЩедринChtchedrine
Ъ, ъ non transcrit Il est possible de trouver ce caractère
transcrit sous la forme d'une apostrophe
Ы, ы y tous les cas Черномырдин → Tchernomyrdine ui
Ь, ь non transcrit Il est possible de trouver ce caractère
transcrit sous la forme d'une apostrophe
Область → Oblast'
Э, э e tous les cas ЭлистаElista é
Ю, ю ou après un и ou un й Биюлин → Biouline
ïou après une voyelle autre que и ou й Нефтеюганск → Nefteïougansk u
iou tous les autres cas ЮрийIouri
you s'il s'agit d'une convention admise Союз → Soyouz
(par convention admise)
Я, я a après un и ou un й Мария → Maria
Майя → Maïa
ïa après une voyelle autre que и ou й Маяковский → Maïakovski
ia tous les autres cas ЯрославльIaroslavl
ya s'il s'agit d'une convention admise ЯлтаYalta
(par convention admise)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sergueï Sakhno, « Nom propre en russe : problèmes de traduction » [PDF],‎ décembre 2006 (consulté le 10 juillet 2009).
  2. Telle qu'elle était écrite sur les passeports, dont la langue internationale était le français, avant les années 1950.
  3. Ce qui n'est pas sans provoquer des erreurs : ainsi le nom du joueur de tennis Южный, Ioujny (Youzhny) est régulièrement prononcé de façon erronée Iouzny.
  4. Ces variantes, pour n'être pas conseillées, se rencontrent parfois.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]