Émissaire (hydrologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Émissaire.
L'Abhainn Mhòr, émissaire du loch Leòsaid en Écosse, au Royaume-Uni.

Un émissaire ou exutoire est un cours d'eau qui constitue le déversoir, naturel ou non, d'un plan d'eau tel un lac.

Croquis d'un lac ou étang dont l'eau se déverse par un exutoire dans un cours d'eau : l'émissaire.

On peut aussi parler de la décharge naturelle ou forcée des lacs ou plans d'eau.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ce type de cours d'eau permet l'évacuation du trop plein d'une étendue d'eau à l'inverse des affluents qui constituent un apport d'eau. Le débit d'un émissaire, lorsqu'il n'est pas contrôlé par un système artificiel tel des vannes ou un barrage, est ainsi directement dépendant des apports des affluents[1].

Un émissaire ne prend pas forcément sa source au plan d'eau dont il constitue l'exutoire car il peut aussi être l'un de ses affluents. C'est le cas du Rhône avec le lac Léman en Suisse : le fleuve prend sa source au glacier du Rhône, se jette dans le lac Léman et en ressort à Genève.

Un émissaire est aussi un fossé qui sert à évacuer l'eau qui s'écoule par ruissellement ou par drainage[2].

Absence d'émissaire ou endoréisme[modifier | modifier le code]

Lorsque l'émissaire d'un plan d'eau est absent, celui-ci est dit endoréique ; le déficit en eau étant assuré par l'infiltration ou l'évaporation.

Aérien ou souterrain[modifier | modifier le code]

Dans le cas général, un émissaire est aérien mais il peut aussi être souterrain lorsque les infiltrations constituent une véritable rivière souterraine qui peut ressortir à l'air libre sous la forme d'une résurgence. Ce cas de figure se rencontre avec la rivière Santa Fe (en) en Floride qui disparaît par infiltration dans une doline remplie d'eau et réapparait en surface quelques kilomètres plus loin pour finalement se jeter dans le golfe du Mexique.

Inversion de sens : émissaire/tributaire[modifier | modifier le code]

Dans le cas d'un émissaire entre deux lacs il peut arriver, suivant le niveau des eaux de chacun des deux lacs, que le sens s'inverse : l'émissaire devient tributaire : exemple le canal de São Gonçalo : pendant soixante-dix pour cent (70%) du temps la Lagoa Mirim se déverse dans la Lagoa dos Patos et le flux s'inverse le reste du temps en période d'étiage ou de basses eaux, - normalement de novembre à mai - : l'émissaire devient tributaire du Lagoa Mirim.

On retrouve ce même phénomène dans les graux où la mer se déverse dans la lagune en cas de tempêtes, ou de fortes marées. Exemple au Grau du Roi, où l'embouchure du Vidourle a deux ou trois étangs en communication avec la Mer Méditerranée : l'étang du Ponant à l'ouest et à l'est le plan d'eau du Vidourle et l'étang du Médard.

Exemples[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Emissarium », sur http://penelope.uchicago.edu (consulté le 8 novembre 2013)
  2. « émissaire », sur www.larousse.fr (consulté le 1er novembre 2013)