Bas-Maine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
  • Le Bas-Maine est la région ouest de l'ancienne province du Maine.
    Maine
    Elle correspond aux deux tiers nord du département de la Mayenne. La dénomination Bas et Haut est tardive, vraisemblablement à partir du XVIe siècle. Le Bas étant la partie économique et agricole pauvre de cette province du Maine, le Haut la partie riche selon R. Musset[1].
  • Situé dans l'ensemble du Massif armoricain, où se trouve son point culminant, à 417 m, le mont des Avaloirs (Pré-en-Pail), le Bas-Maine est assez bien individualisé, malgré certaines incertitudes des limites historiques par rapport aux pays voisins. Au Nord, il est bordé par les barres gréseuses du Bocage normand. À l'Est, une marche forestière: réduite au Nord à trois massifs, (forêt d'Écouves, Multonne et Pail), au Sud, la forêt de Sillé et la forêt de Charnie, le sépare des plaines du Bassin parisien occidental. À l'Ouest, c'est une vieille marche de défense et de contrebande, avec des restes forestiers et des landes, qui le coupe de la Bretagne. La frontière Sud avec l'Anjou est toujours restée plus incertaine, commence bien là où cessent d'intervenir les influences de la Loire[2].
  • Son territoire abrite une espèce de mousse plus ou moins endémique de cette région (Orthotrichum rivulare Turn.) qui vit sur les troncs d'arbres des régions de landes[3].
  • Ce territoire a été occupé, vers le IIe siècle av. J.-C., par les Diablintes l'un des quatre peuples composant la grande tribu gauloise des Aulerques qui avaient pour capitale l'actuel Jublains qui dérive directement du nom de cette population. Elle est à 10 km sud est de Mayenne.
  • Cette région pauvre et frontière avec le pays de franc-salé [1] qu'est la Bretagne, fut le siège de contrebande du sel. C'est sur ce terreau que se développa à proprement parler la chouannerie durant la Révolution avec ses héros[6]qui se reconnaissaient entre eux la nuit en imitant le cri du chat-huant ou chouette.
  • Le parler de cette région du Bas-Maine a fait l'objet d'études à la fin XIXe siècle par G. Dottin[7]. Et en 1980, une étude sur les parlers et traditions du Bas-Maine a été publiée par le Cercle Jules-Ferry[8] de Laval.
  • La géographie a été bien étudiée, entre autres, par René Musset[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b MUSSET René Le Bas-Maine, étude géographique, 1917.
  2. Le LANNOU Maurice, Les régions géographiques de la France: Volume 1, 1964, p. X-24.
  3. Annales des sciences naturelles: Botanique et biologie végétale. Masson 1874.p. 308.
  4. TROUILLARD Charles. Origines féodales et religieuses du Bas-Maine: étude sur Bourg-Nouvel, 1868
  5. Le FIZELIER Jules, Études et récits sur Laval et le Bas-Maine, 1884.
  6. Jacques Duchemin des Cepeaux. Lettres sur l'origine de la chouannerie et sur les chouans du Bas-Maine. 1825.
  7. DOTTIN Georges : Glossaire et parlers du Bas-Maine, département de la Mayenne, 1899
  8. Etude sur les Parlers et Traditions du Bas-Maine et du Haut-Anjou. Le Patois mayennais, édité par le Cercle Jules-Ferry, 1980, Laval