Ossé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ossé
Ossé
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Intercommunalité Pays de Châteaugiron Communauté
Statut commune déléguée
Maire délégué
Mandat
Denis Gâtel
2021-2027
Code postal 35410
Code commune 35209
Démographie
Gentilé Osséens
Population 1 259 hab. (2018 en augmentation de 5.89 % par rapport à 2013)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 21″ nord, 1° 26′ 58″ ouest
Altitude Min. 44 m
Max. 78 m
Superficie 8,99 km2
Élections
Départementales Châteaugiron
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Châteaugiron
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
Ossé
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
Ossé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Ossé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Ossé

Ossé est une ancienne commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Châteaugiron, avec Saint-Aubin-du-Pavail[1].

Elle est peuplée de 1 259 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Les habitants et habitantes de la commune d'Ossé sont appelés les Osséens et les Osséennes.

Situation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune d'Ossé.

Ossé se situe à une vingtaine de kilomètres de Rennes. Pourtant, faisant partie traditionnellement de l'ancien canton de Châteaubourg, elle faisait partie du Pays de Vitré avant d'être englobée dans le nouveau canton de Châteaugiron, qui dépend du Pays de Rennes depuis sa fusion en 2017 (en même temps que Saint-Aubin-du-Pavail) avec la nouvelle commune de Châteaugiron au sein de laquelle elle a le statut de commune déléguée.

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Faisant partie du Bassin de Rennes, le relief d'Ossé est assez plat, les altitudes rencontrées allant de 74 mètres pour le point le plus haut (dans le sud-ouest du finage communal, au sud du lieu-dit La Mazure) à 47 mètres, dans la vallée de l'Yaigne, près du Grand Rollier, également dans le sud-ouest de la commune ; c'est d'ailleurs dans cette partie du territoire communal, proche de Châteaugiron, que les dénivelés sont les plus importants. Le bourg d'Ossé est vers une soixantaine de mètres d'altitude, sur le versant nord de la vallée de l'Yaigne, ce cours d'eau étant un affluent de rive droite de la Seiche et un sous-affluent de la Vilaine.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le paysage agraire traditionnel est celui du bocage avec un habitat dispersé en écarts formés de petits hameaux et de fermes isolées. Le voisinage de Châteaugiron et surtout la proximité de Rennes expliquent que le bourg, traditionnellement de peu d'importance, se soit notablement étendu depuis la décennie 1990 avec la création de lotissements à l'ouest et au nord du bourg ancien ; le reste du territoire communal est par contre préservé de toute rurbanisation.

Transports[modifier | modifier le code]

Le bourg d'Ossé est desservi par les deux routes départementales D 34 (venant de Domagné et se dirigeant vers Châteaugiron) et D 93 (venant de Châteaubourg et allant vers Saint-Aubin-du-Pavail et Amanlis). L'ancienne Route nationale 163bis, actuelle D 463 (axe Rennes - Châteaugiron - La Guerche-de-Bretagne) longe presque la partie sud du territoire communal, limité au sud-est par l'ancien chemin des saulniers (actuel D 104).

La LGV Bretagne-Pays de la Loire traverse la partie nord de la commune d'Ossé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie, étymologie et origines[modifier | modifier le code]

Les renseignements manquent sur les origines d'Ossé, mais cette paroisse existait au XIVe siècle, puisqu'une charte de l'abbaye de Saint-Melaine indique en 1347 le nom de son recteur à l'époque, Jacques de Charot. Ce recteur devait appartenir à la famille noble qui possédait le manoir de Charot en Ossé[2].

L'ancienneté de la paroisse d'Ossé n'est connue qu'indirectement par celle de ses manoirs : le Plessis d'Ossé est antérieur au XVe siècle et le Plessis-Rufflé, seigneurial et fortifié, fut pris et pillé en 1589 par les troupes d'Henri IV[3].

On rencontre les appellations suivantes : Ecclesia de Ouceyo (en 1347), Ousseyum (en 1516)[2].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1400, le manoir du Plessis-d'Ossé appartenait au sieur du Pan, et le manoir des Grés à Jean de Montbeille[4], ce dernier appartenant à la famille de Montbeille qui disposait de fiefs sur Boistrudan (dont la famille était originaire), Moulins, Issé, Ossé et Bais au XVe siècle. En 1440, le duc Jean V de Bretagne régla un différend survenu au sujet du droit de sépulture en l'église d'Ossé entre le sieur du Pan, seigneur du Plessix, et le sieur de Montbeille, seigneur des Grées. Jean de Montbeille avait accompagné les troupes dirigées par Richard de Bretagne qui combattirent les Anglais en Guyenne en 1419[5].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Un chemin des saulniers (emprunté par les faux-sauniers pratiquant la contrebande du sel entre la Bretagne et le Maine, pays de gabelle, passe à la limite des communes de Veneffles (désormais annexée par la commune de Châteaugiron) et d'Ossé avec celles de Chaumeré (désormais annexée par la commune de Domagné) et Saint-Aubin-du-Pavail, puis à la limite de celle de Cornillé avec celles de Torcé et Louvigné-de-Bais avant de rejoindre, via Étrelles et Argentré-du-Plessis, Le Pertre. Ce chemin des saulniers est d'origine ancienne, c'est probablement une ancienne voie romaine ; son tracé se lit encore très bien sur une carte, empruntant successivement de l'ouest vers l'est des tronçons des routes départementales D 93, D 104, D 35, à nouveau D 104 et enfin D 33[6].

En 1570 le manoir du Plessis-Rafflé était à Raoul Le-Roi, seigneur du lieu. Tenu par un parti ligueur, ce manoir fut assiégé en 1589, pendant les Guerres de la Ligue par les troupes du roi Henri IV, qui s'en emparèrent et y firent un butin considérable[4]. Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Ossé en 1778 :

« Ossé ; dans un fond ; à trois lieues et demie à l'est-sud-est de Rennes, son évêché, sa subdélégation et son ressort. On y compte 1 100 communiants[Note 2] ; la cure est à l'Ordinaire. Son territoire, arrosé par les eaux de la rivière de la Seiche, renferme des terres fertiles et des prairies.[4] »

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Ossé en 1845 :

« Ossé (sous l'invocation de saint Sulpice) ; commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom, aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : la Claraiserie, la Ville-Brel, , la Beucherie, Launay, les Juguenières, la Menerbière, la Haute et la Basse Masure. Maisons principales : Charot, le Plessis. Superficie totale : 899 hectares, dont (...) terres labourables 676 ha, prés et pâturages 127 ha, bois 13 ha, vergers et jardins 37 ha, landes et incultes 12 ha (...). Moulins : 2 (d'Ossé, à eau ; des Grées, à vent). Le bourg d'Ossé est situé dans la partie nord de cette petite commune, qui s'étend à son extrémité sud-ouest jusqu'à la route de Rennes à La Guerche. Celle-ci lui sert de limite sur une longueur de 8 à 900 mètres. Géologie : schiste argileux. On parle le français.[7] »

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Osséporte les noms de 39 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux 3 sont morts en Belgique (dont Isidore Anger dès le à Pilkem dans le cadre de la Première bataille d'Ypres), 2 (Constant Lelièvre et Marie Aubin) sont morts en Serbie en 1918 ; Arsène Desnos est mort de maladie alors qu'il était prisonnier en Allemagne le (donc après l'armistice) ; les autres sont décédés sur le sol français (parmi eux Joseph Chrétien, soldat au 44e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Hem-Monacu (Somme) et Toussaint Roger, soldat au 70e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Saint-Christophe-à-Berry (Aisne), tous deux décorés de la Médaille militaire et de la Croix de guerre[8]. Pierre Bobille, soldat du 145e régiment d'infanterie, blessé grièvement le à Neuville-sur-Waast (Nord) et mort des suites de ses blessures le reçut tardivement à titre posthume ces mêmes décorations par un décret ministériel du [9].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Une "Fête des poilus" se tint à Ossé le [10]. Le 16 mères de famille d'Ossé reçurent la Médaille de la Famille Française[11]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Ossé porte les noms de 4 soldats (Joseph Boulay, Albert Letronnier (décédé le à Halle-sur-Saale (Allemagne) alors qu'il était en captivité), Théodore Letronnier (tué à l'ennemi à Dormans (Marne) le ) et Joseph Saffray (tué au champ d'honneur à Hamel (Nord) le ) morts pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[8].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Michel Gaulay, chasseur au 1er régiment de chasseurs à cheval, est décédé le en Algérie des suites de la Guerre d'Algérie[8].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Au , la commune d'Ossé a quitté Vitré Communauté pour rejoindre la communauté de communes du Pays de Châteaugiron[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1802 Joseph Beuchère[Note 3] ...  
1802   Benjamin Gilbert[Note 4] ...  
1805 1829 Joseph Beuchère (retour) ...  
1829 1852 Benjamin Gilbert (retour) ...  
1852 1860 Jean Beuchère[Note 5] ... Propriétaire.
1860 1869 Pierre Sourdrille[Note 6] ... Cultivateur.
1869 1881 Jean-Marie Rabaux[Note 7] ... Cultivateur.
1881 1888 Pierre Sourdrille (fils)[Note 8] ... Cultivateur. Fils de Pierre Sourdrille, maire entre 1860 et 1869.
1881 19.. Julien Sourdrille[Note 9] ... Cultivateur. Fils de Pierre Sourdrille (fils), maire entre 1881 et 1888.
19.. 19.. Jean Marie Pannetier[Note 10] ... Agriculteur
19..     ...  
19.. mars 1977 Jean Leprêtre[Note 11] ... Agriculteur
mars 1977 septembre 1977[13]
(décès)
Joseph Désilles ... Agriculteur
octobre 1977[14] juin 1995 Joseph Menard (père) ... Retraité de l'agriculture
juin 1995[15] mars 2008 René Verron ... Retraité de l'agriculture
mars 2008 En cours Joseph Menard (fils)[16] UMP-LR Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18],[Note 12].

En 2018, la commune comptait 1 259 habitants, en augmentation de 5,89 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : 5,31 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
793695820915852833867913886
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
887860824787782762710706659
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
616632622506514540551487454
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4544424206307057729681 1731 189
2018 - - - - - - - -
1 259--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La paroisse d'Ossé n'existe plus en tant que paroisse. Elle a été rattachée à la paroisse de Saint-Luc en pays de Châteaugiron[21]. Cette paroisse est composée de six communautés :

La paroisse de Saint-Luc-en-Châteaugiron est rattachée au doyenné de Cesson[22] et fait partie du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo[23].

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Sulpice[modifier | modifier le code]

Datant du XVIe siècle, sa nef se termine par un chevet droit, et à laquelle ont été ajoutées deux chapelles formant des bras de croix[24]; elle a été fortement remaniée par Arthur Regnault à la fin du XIXe siècle avec notamment l'érection d'un nouveau clocher[25].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les Croix[modifier | modifier le code]

Trois Croix existent ans la commune : une croix en granite de 5 mètres de haut à la Croix Chambière (elle porte une inscription : « Souvenir de mission 1878 »), une autre, également en granite et aussi de 5 mètres de haut, devant l'église (elle porte l'inscription « Pater et Ave pour les hommes du purgatoire ») et la troisième, en béton, se trouve route de Chancé, au lieu-dit Rolier (elle porte l'inscription « Pater et Ave 100 jours d'indulgence »[26].

Le Plessix d'Ossé[modifier | modifier le code]

C’était la maison seigneuriale de la paroisse. Elle relevait de la baronnie de Châteaugiron. Le Plessix d'Ossé appartint successivement aux familles du Pan, Glé de la Costardaye, de la Baume-Leblanc de la Vallière et Le Prestre de Châteaugiron.

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Il est situé sur la place de l'Église.

La première pierre du monument aux morts a été posée le dimanche 3 octobre 1920 avec monsieur Jean Marie Pannetier, maire de la commune, M. Morin recteur de la paroisse, et M. le sous-préfet de Vitré[27].

À l'intérieur de l'église, se trouve une plaque commémorative pour les morts de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale. Sur le monument aux morts et la plaque de l'église figurent les listes des morts de ces guerres[Note 13].

Le four à pain[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activité culturelle et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. Personnes en âge de communier.
  3. Joseph Beuchère, né le à Ossé, décédé le à Ossé.
  4. Benjamin Gilbert, né le à Ossé, décédé le à la Homelais en Ossé.
  5. Jean Beuchère, né le 26 brumaire an IV () à Ossé, décédé le au bourg d'Ossé.
  6. Pierre Sourdrille, né le à Domagné, décédé le à Ossé.
  7. Jean-Marie rabaux, né le à la Perdriotais en Veneffles, décédé le au Haut Charot en Ossé.
  8. Pierre Sourdrille, né le au Plessis en Ossé, décédé le à Saint-Aubin-du-Pavail.
  9. Julien Sourdrille, né le au Plessis en Ossé.
  10. Jean Marie Pannetier, né le à Laumelais en Ossé, décédé le à Ossé.
  11. Jean-Marie Leprêtre, né en 1907 à Ossé, décédé en 1990 à Ossé.
  12. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  13. MemorialGenWeb.org - liste des Morts pour la France sur le monument aux morts et la plaque de l'église

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté du 13 juin 2016 portant création de la commune nouvelle de Châteaugiron », sur Legifrance, (consulté le ).
  2. a et b « Ossé : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune du canton de Châteaubourg) », sur infobretagne.com (consulté le ).
  3. G.Corbe, "Guide historique et statistique du département d'Ille-et-Vilaine", Imprimerie Landais et Oberthur, Rennes, 1847
  4. a b et c Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 3, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og/page/326/mode/2up
  5. « Famille de Montbeille - Histoire et généalogie à Plœuc », sur Histoire et généalogie à Plœuc (consulté le ).
  6. Paul Banéat, Étude sur les voies romaines du département d'Ille-et-Vilaine, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1927, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k122073r/f98.image.r=Domagn%C3%A9
  7. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjgmozsjd7sAhUvDmMBHenQDc8Q6wEwAHoECAEQAQ#v=onepage&q=Oss%C3%A9&f=false
  8. a b et c Eric Blanchais, « MémorialGenWeb Relevé », sur memorialgenweb.org (consulté le ).
  9. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 4 septembre 1927, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6571995/f7.image.r=Oss%C3%A9?rk=2188852;0
  10. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 5 avril 1920, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646323k/f4.image.r=Oss%C3%A9?rk=85837;2
  11. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 29 décembre 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6478692/f4.image.r=Oss%C3%A9?rk=236052;4
  12. Arrêté préfectoral du 28 décembre 2009
  13. « Nécrologie : M. Joseph Désilles maire d'Ossé », Ouest-France, 5 septembre 1977 (archives du journal)
  14. « M. Ménard Joseph, nouveau maire d'Ossé », Ouest-France, 13 octobre 1977 (archives du journal)
  15. « La nouvelle équipe municipale : René Verron, nouveau maire », Ouest-France, 21 juin 1995 (archives du journal)
  16. [1]
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 2018 .
  21. Armelle, « L'assomption à Notre Dame de la Rivière », sur blogspot.com, Blogger, (consulté le ).
  22. http://www.dcesson35.cef.fr
  23. http://catholique-rennes.cef.fr/?-L-Eglise-en-Ille-et-Vilaine-
  24. « Eglise Saint-Sulpice », sur paysdechateaugiron.bzh (consulté le ).
  25. Notice no IA00130753, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Site culturel - Visitez Les croix d'Ossé Ossé (35410) », sur sortir-en-bretagne.fr (consulté le ).
  27. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646323k/f4 - Ouest-Eclair Edition de Rennes du 5 octobre 1920 ,no 7243

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]