Armée royale jordanienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Armée de terre royale jordanienne
(arabe : القوات البرية الاردنية)
Image illustrative de l’article Armée royale jordanienne
Drapeau de Armée de terre royale jordanienne

Création 1920
Pays Drapeau de la Jordanie Jordanie
Branche Terre
Type Armée
Effectif 90 000
Fait partie de Forces armées jordaniennes
Anniversaire 10 juin
Guerres Guerre israélo-arabe de 1948
opérations de Retribution (en)
Guerre des Six Jours
Guerre d'usure
Guerre du Kippour
Commandant Lieutenant général Mashal Mohammad

L'armée royale jordanienne (arabe: القوات البرية الاردنية) fait partie des Forces armées jordaniennes. Elle tire ses origines d'unités comme la Légion arabe. Elle a livré des combats à Israël en 1948, 1956, 1967, et 1973. L'armée a également combattu les Syriens et l'OLP au cours de Septembre noir en 1970.

Origine[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

La Légion arabe jusqu'en 1948[modifier | modifier le code]

Formée en 1920, la Légion arabe de Transjordanie (le royaume ne devient la Jordanie qu'en 1949) n'est à l'origine qu'une petite force de patrouille du désert avec quelques fortins et équipements de communications, commandée par des officiers des forces britanniques du Moyen-Orient, Frederick Peake (en) (pour les Arabes, « Peake Pacha ») auquel succède en 1939 John Bagot Glubb (« Glubb Pacha »)[1]. Cette armée se compose, à l'origine, d'une compagnie d'infanterie, une compagnie de cavalerie. En 1923, son effectif total ne dépasse pas 750 hommes. En 1933, la première force mécanisée est formée. Cet élément se composait de trois véhicules et de 120 hommes, y compris la Force mobile du désert, montée sur dromadaires. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la légion atteint environ 1 600 hommes.

En 1941, la Légion prend part aux opérations de la guerre anglo-irakienne puis de la campagne de Syrie contre la France de Vichy[1].

La 1re brigade est alors formée. En 1942, le 2e bataillon est créé ; il devient plus tard la 2e brigade. L'armée poursuit son expansion en nombre et en équipement.

En 1946, au moment de l'indépendance, la Légion arabe compte 8 000 hommes avec 3 régiments mécanisés et 13 compagnies d'infanteries, plus une force de police civile de 2 000 hommes[1].

Guerre de 1948[modifier | modifier le code]

En 1948, la Légion arabe n'a ni chars d'assaut ni aviation mais seulement 50 voitures blindées, quelques pièces d'artillerie légère et des mortiers[1]. Elle compte deux brigades ; deux garnisons et quatre bataillons ont été fusionnés pour constituer six bataillons. L'armée se compose d'une division d'infanterie, une brigade d'artillerie, une batterie de mortiers, une batterie d'artillerie.

Après l'annonce du plan de partage de la Palestine des Nations unies, en 1947 et la promulgation de la décision britannique de mettre fin à leur mandat en Palestine le 15 mai 1948, les Arabes et Juifs de Palestine s'affrontent dans la guerre civile de 1947-1948. En mai 1948, les pays de la Ligue arabe décident d'envoyer leurs forces pour aider les Palestiniens. La Légion arabe entre en Palestine avec d'autres forces arabes le 15 mai 1948. L'armée jordanienne se montre la plus efficace des armées arabes engagées. Appuyée par un petit contingent des forces armées irakiennes, elle parvient à couper la route de Jérusalem à Latroun, s'emparer de la vieille ville de Jérusalem et des faubourgs environnants (Jérusalem-Est) et des territoires connus plus tard sous le nom de Cisjordanie, remportant pratiquement la seule victoire arabe du conflit[1].

Les unités de la Légion arabe participent à plusieurs batailles avec les forces juives de la Haganah :

  • Attaque du convoi de Ben Shemen à Beit Nabala le 14 décembre 1947 ;
  • Bataille de Neve Yaakov le 18 avril 1948 ;
  • Attaque du Kibboutz Gesher les 27 et 28 avril 1948 ;
  • Bataille de Kfar Etzion 13 à 15 mai 1948 ;
  • Batailles de Latroun le 17 mai 1948 ;
  • Bataille pour Jérusalem (en) de 1947-1948 ;
  • Attaque du kibboutz de Gezer le 10 juin 1948 ;
  • Tarqumia le 24 octobre 1948.

1949-1967[modifier | modifier le code]

Entre 1950 et 1966, la Jordanie reste relativement à l'écart des guerres israélo-arabes, bien que des escarmouches frontalières l'opposent aux forces israéliennes. En 1953, la Légion arabe, reçoit ses premiers chars, de fabrication britannique. En 1956, elle compte environ 25 000 hommes encadrés par des officiers arabes bien formés, qui remplacent les Britanniques. Elle prend alors le nom d'Armée jordanienne, bien que l'ancienne appellation reste parfois utilisée pendant quelques années. Elle ne participe pas à la guerre israélo-égyptienne de 1956. En 1959, Glubb Pacha prend sa retraite, remplacé par un chef d'état-major jordanien[1].

En 1957, l'armée se dote de la 4e brigade d'infanterie et d'une autre brigade d'artillerie de campagne. En 1958, elle reçoit de l'artillerie lourde et la même année, la brigade blindée devient une division de blindés et, en 1961, un corps blindé. Pendant cette période, la 40e brigade blindée, la 60e brigade blindée et le Royal Guard Brigade sont créés.

Combats frontaliers de 1956[modifier | modifier le code]

Le 11 septembre, une force israélienne s'infiltre en territoire jordanien à Al-Rahwa, dans le secteur d'Hébron, et attaque le poste de police. Après de longs affrontements avec une unité jordanienne, la force israélienne doit se retirer.

Le 10 octobre 1956, une force ennemie, estimée à une brigade d'infanterie motorisée, soutenue par de l'artillerie de moyenne portée et 10 avions de combat, attaque les villes arabes de Hubla, Nabi Ilyas (en) et Azroun. Après des combats autour de Nabi Ilyas, les attaquants sont contraints de se retirer des collines de Qalqilya.

Intervention au Koweït en 1963[modifier | modifier le code]

Lorsque le Koweït déclare son indépendance le 19 juin 1961, le gouvernement irakien le revendique comme une partie intégrante de son territoire national. En conséquence, la Ligue arabe appelle à la formation d'une force d'urgence arabe pour protéger le Koweït, à laquelle participent l'Arabie saoudite, l'Égypte, le Soudan, la Jordanie et la Tunisie. La participation jordanienne inclut un bataillon d'infanterie renforcé par un peloton anti-aérien qui se retire le 13 décembre 1963.

Combats frontaliers de 1966[modifier | modifier le code]

Le 13 novembre 1966, les forces israéliennes attaquent le village palestinien de Sammu avec une brigade d'infanterie et deux bataillons de chars, appuyés par de l'artillerie et des avions de combat. Après de violents combats contre les unités de l'armée jordanienne, les forces israéliennes se retirent. Bien que les forces israéliennes aient été repoussées, l'armée jordanienne a subi de lourdes pertes.

Réorganisation et aide américaine[modifier | modifier le code]

En 1965, le roi Hussein ordonne la formation de cinq brigades d'infanterie. L'armée est divisée en deux fronts : Est et Ouest, dix bataillons d'infanterie se partageant entre les deux. En 1967, une nouvelle brigade blindée a été créé.

À partir de 1960, la Jordanie reçoit une aide militaire limitée des États- Unis. Ceux-ci, par crainte de voir les Soviétiques s'implanter dans le pays, accroissent leur soutien en envoyant des chars M48 Patton en 1964 et des chasseurs Lockheed F-104 Starfighter, d'un modèle périmé, en 1966. Les États- Unis et le Royaume-Uni sont les deux principaux fournisseurs de l'armée royale[1].

Guerre des Six Jours - 1967[modifier | modifier le code]

Estimant qu’Israël est une menace, l'Égypte a déclaré l'état d'urgence et a commencé à concentrer ses forces dans le désert du Sinaï. La Jordanie a signé un accord de défense avec l'Égypte. En conséquence Israël a ordonné la pleine mobilisation de ses forces le 25 mai 1967.

Forces arabes

  • Forces armées jordaniennes : plusieurs brigades d'infanterie, deux brigades blindées et 20 avions de combat, répartis dans des positions défensives dans les deux fronts ouest et est.
  • Irak: deux brigades d'infanterie, une brigade mécanisée, une brigade blindée, et 34 avions.
  • Syrie : une brigade d'infanterie est entré dans les frontières jordaniennes le 7 juin, et a quitté le 9 juin 1967, impliqué dans toutes les actions militaires.
  • Arabie saoudite: une brigade d'infanterie et une compagnie blindée qui est arrivé à Al-Modawara le 21 mars de 1968.
  • Égypte : deux bataillons de Rangers est arrivé en Jordanie le 3 juin 1967. Leur mission principale était de détruire six aérodromes israéliens. En raison de leur arrivée tardive dans les territoires occupés, ils ne pouvaient pas accomplir leur mission.

La forces israéliennes

  • Quatre brigades d'infanterie
  • Trois brigades mécanisées
  • Deux brigades de parachutistes
  • Deux brigades blindées avec leurs éléments complets d'assistance standard
  • 286 avions de combat de types différents.

Lorsque les opérations militaires étaient sur les deux fronts égyptiens et syriens, Israël a redéployé une partie de ses forces de ces fronts au front jordanien.

À 07h30, le 5 juin 1967, les Israéliens surprend les États arabes avec une série de frappes aériennes continues dirigées contre les aérodromes arabes. En conséquence, la plupart de la force aérienne arabe a été neutralisé.

Au cours de la bataille de la Colline des Munitions; 71 soldats jordaniens sont tués. Finalement, l'armée jordanienne a été chassée de Jérusalem-Est.

1967-1973 : guerre[modifier | modifier le code]

Après la guerre de 1967, l'armée a été réarmée. En 1968, l'armée a attaqué les troupes israéliennes qui avaient pénétré dans le territoire jordanien à la poursuite de la guérilla palestinienne (la bataille de Karameh); les Jordaniens ont forcé les Israéliens à se retirer.

Des affrontements quotidiens ont continué sur le front jordanien après la guerre de 1967 jusqu'au milieu des années 1970 (la guerre d'usure). La plus célèbre était la bataille de Karameh.

En 1968, les forces israéliennes ont traversé la frontière et se dirigent sur la ville de Karameh mais ont reculé après un bombardement lourd de armée jordanienne.

Septembre 1970 est connu comme Septembre noir dans l'histoire arabe. En septembre 1970, le roi Hussein a demandé l'annulation d'une tentative par des insurgés armés palestiniens à renverser sa monarchie. La violence a fait des victimes civiles des deux côtés. Le conflit armé a duré jusqu'en juillet 1971.

Octobre 1970, le régime baasiste de Syrie avait tenté d'intervenir à l'appui des Palestiniens en envoyant une colonne blindée dans le nord de la Jordanie. Les Forces terrestres et aériennes jordaniennes ont pu arrêter cette avance et une combinaison de pression politique internationale et la discorde au sein de l'armée syrienne a mené à une retraite syrienne.

En 1973, la guerre du Kippour, la 40e brigade blindée a été envoyé sur le front syrien et a joué un rôle important dans les combats.

Après 1977[modifier | modifier le code]

Depuis la réorganisation majeure de 1977 l'Armée jordanienne a gardé la 5e division blindée déployé entre la frontière irakienne et Ramtha à la frontière syrienne.

La 12e division mécanisée déployée depuis Ramtha travers Umm Qays de la rivière Zarqa dans une posture défensive qui couvre Israël

La 4e division mécanisée déployée depuis Zarqa River, de nord de As Salt à la mer Morte face à la Syrie et Israël.

La 3e Division blindée est à la fois la réserve stratégique et la protection principale contre une troubles internes. Une unités est déployées à Zarqa, dans le nord; près de la capitale Amman avec une brigade de la garde royale composé de tribus bédouines connus pour leur fidélité de longue date à la monarchie, et Qatraneh dans le sud couvrant la route vers l'Arabie saoudite.

En 1996, l'armée jordanienne a finalement établi un commandement des opérations spéciales, Cette force inclut désormais la 71e et 101e bataillons des forces spéciale, la 81e et 91e bataillons para-commandos.

Armée actuelle[modifier | modifier le code]

La structure organisationnelle de l'armée a été traditionnellement basée sur deux divisions blindées et deux divisions mécanisées. Celles-ci ont été transformées en une forces, plus mobiles, basé en grande partie sur une structure de la brigade capable de réagir rapidement en cas d'urgence.

En raison de la position critique de la Jordanie (en sandwich entre l'Irak, la Syrie, l'Arabie saoudite et Israël), elle maintient une armée défensive, avec quatre commandements régionaux, le Commandement nord, le commandement central, le commandement Est et le commandement sud.

L'armée jordanienne contribue également à des missions de maintien de la paix des Nations unies dans le monde entier, avec plusieurs contingents envoyés en Afrique, en Afghanistan, en Croatie, en Bosnie, des parties de l'ancienne de Union soviétique, et même aussi loin à Haïti et le Timor oriental. L'armée jordanienne a créé un centre régional d'excellence en ce qui concerne la formation des forces spéciales, ayant reçu une formation à la fois au Royaume-Uni et aux États-Unis. les forces spéciales jordaniennes ont formé leur homologues d'Algérie, Bahreïn, Irak, Koweït, Liban, Libye, Maroc, Oman, Qatar, Arabie saoudite, Émirats arabes unis et le Yémen.

Commandant en chef[modifier | modifier le code]

Sa majesté le roi Abdallah II est le commandant suprême des forces armées jordaniennes. Ce pouvoir lui est accordé par la Constitution de 1952. Il exerce le droit de nommer et de révoquer tous les membres du haut commandement des forces armées de la Jordanie, et a le pouvoir d'exercer le commandement et le contrôle de toutes les unités des forces armées.

Chefs d'état-major[modifier | modifier le code]

Le siège de l'armée de la Jordanie est appelée le Commandement général des forces armées et se trouve à Amman. Ce siège est sous la supervision du chef de l'état-major général, qui est nommé par le roi.

Chefs d'état-major est un groupe d'officiers qualifiés militairement et techniquement pour conseiller le commandant et d'aider à la prise de décision, ils traduisent décision du commandant en ordres.

Ils sont chargés de surveiller le niveau des l'unités et le niveau des formations.

  • Garde royale Brigade (Sayed Al-Shuhada)
  • Commandement nord jordanien
  • Commandement central jordanien
  • Commandement de l'Est jordanien
  • Commandement sud jordanien
  • Commandement des opérations spécials
  • 3e Division blindée roi Abdallah II
  • Commandement des gardes-frontières (égale à une Division)
  • 30e Brigade des missions spéciales
  • Police militaire royale

Équipement actuel[modifier | modifier le code]

[Quand ?]

Équipement[modifier | modifier le code]

Photo Nom Origine Type Nombre Notes
Char de combat
Challenger 1 suspension.jpg Al-Hussein Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Char 392[2],[3] ~ 402[4] Challenger 1
Phoenix Drapeau des États-Unis États-Unis Char 182[5],[6],[7],[8],[9] M60A3[5],[6],[7],[8],[9]
Khalid MBT (7527914654).jpg Al-Khalid Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Char 274 + 90[4] FV4030/2 MBT[10]
M60a1 lesany.jpg M60A1 Drapeau des États-Unis États-Unis Char 82
Centurion cfb borden 1.JPG Tariq Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Char 293 Char Centurion
Transport de troupes
M113A2MK-1J Drapeau des États-Unis États-Unis Véhicule de transport de troupes +1,300 incluant 70 M106A2, 93 M901 ITV, 7 M1059[11]
Pantserrupsvoertuig YPR-765.jpg AIFV Drapeau des États-Unis États-Unis Véhicule de transport de troupes 213 165 YPR-765 pri.50 incluant YPR-806 prbrg surplus Pays-Bas[4],[12],[13]

48 AIFV-B surplus Belge[4]

ACV-300 Adnan.jpg ACV-S (en) Drapeau de la Turquie Turquie Véhicule de transport de troupes 100
FV103 Spartan IFOR.jpg FV103 Spartan (en) Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Véhicule de transport de troupes 100
M577 command vehicle.jpg M577 Drapeau des États-Unis États-Unis Véhicule de transport de troupes +300 200 M577A2
Véhicule de combat d'infanterie
AIFV Drapeau des États-Unis États-Unis Véhicule de combat d'infanterie 233 220 YPR-765 surplus Pays-Bas[4],[12],[13]

13 AIFV-B-C25 surplus Belgique[4]

Ratel IFV at the Castle, Cape Town.jpg Ratel IFV (en) Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud Véhicule de combat d'infanterie 341 20 mm / 23 mm[4],[14],[15]
BMP-2 Drapeau de l'URSS Union soviétique Véhicule de combat d'infanterie 35[4]
Véhicule de reconnaissance
Scimitar upgraded.jpg FV107 Scimitar Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Véhicule de combat d'infanterie 175 [4],[16]
FV101 Scorpion Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Véhicule de combat d'infanterie 50 [4],[17],[18]
Artillerie
M109A2 Drapeau des États-Unis États-Unis Obusier automoteur 341 [4],[12],[13]
M110A2 Drapeau des États-Unis États-Unis Obusier automoteur 120[4]
M102 Howitzer A1206 Tai Iraq 2004.JPG M102A1 Drapeau des États-Unis États-Unis obusier tracté 54
USArmy M114 howitzer.jpg M114 Drapeau des États-Unis États-Unis obusier tracté 18 en stock
HIMARS - missile launched.jpg HIMARS Drapeau des États-Unis États-Unis Lance-roquettes multiples 12[4],[19] 12 lanceur - 432 missiles,
JORDANIAN WM-120.jpg WM-120 MLRS (en) Drapeau de la République populaire de Chine Chine Lance-roquettes 24 Portée max 120 km[20],[21],[22],[23].
Jordanarmyissa.jpg AB-19 Drapeau de la Jordanie Jordanie Lance-roquettes 32[24]
Hanwha-70 Drapeau de la Jordanie Jordanie Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud Lance-roquettes 20 [4],[25],[26]
Air Defense
IMG 2077 pantsir-s1.jpg Pantsir-S1E Drapeau de la Russie Russie
Osa-AKM.jpg 9K33 Osa Drapeau de l'URSS Union soviétique 48
Strela 10.jpg 9K35 Strela-10 Drapeau de l'URSS Union soviétique 50
M163 "Vulcan Cannon" Hear It!.jpg M163 Vulcan Drapeau des États-Unis États-Unis 181
Cheetah PRTL.jpg PTRL Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest 60 [27],[28].
SHILKA.JPG ZSU-23-4 Shilka Drapeau de l'URSS Union soviétique 48[4]
9K338 Igla-S (NATO-Code - SA-24 Grinch).jpg Igla-S Drapeau de la Russie Russie 182
IGLA-S MANPADS at IDELF-2008.jpg SA-18 Igla Drapeau de la Russie Russie 100
SA-16 launcher and missile.jpg SA-16 Igla-1 Drapeau de l'URSS Union soviétique 240
SA-14 missile and launch tube.jpg SA-14 Strela-3 Drapeau de l'URSS Union soviétique 300
Véhicule blindé léger
Humvee in difficult terrain.jpg Humvee Drapeau des États-Unis États-Unis Véhicule blindé léger +600 250 M998A0 HMMWVs, 50 M1165A1B3 HMMWVs[29]
Desert Iris Drapeau de la Jordanie Jordanie Véhicule blindé léger 450[30],[31]
Al-Thalab (Fox) LRPV Drapeau de la Jordanie Jordanie 200[32],[33]
International MaxxPro.jpg MaxxPro MRAP Drapeau des États-Unis États-Unis 100
Mine resistant ambush protected vehicles.jpg Cougar CAT II MRAP (en) Drapeau des États-Unis États-Unis 149 57 Cougar CAT II, 5 Cougar CAT II EOD, 10 Cougar CAT II ENG W/O ISS, 41 Cougar CAT II Surge W/O ISS, 16 Cougar CAT II Surge with ISS and 20 Cougar CAT II
Permissions-Errors-Rg-33.jpg RG-33L MRAP (en) Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 39 39 RG-33L MRAP .
AEV J8 2.8L Turbodiesel 02.jpg Jeep J8 (en) Drapeau des États-Unis États-Unis [34]
AB2 Al-Jawad Drapeau de la Jordanie Jordanie 65
LTATV (en) Drapeau de la Jordanie Jordanie 50 [35],[36].
Day of the Armed Forces of Azerbaijan 2011 (2).jpg Matador (mine protected vehicle) (en) Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 50
Daimler Ferret armoured car picture-018.JPG Ferret hybride Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 50
Mbombe-infanteriegevegsvoertuig, Waterkloof Lugmagbasis.jpg Mbombe Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 0(50) En commande[37].
Anti-char
M901 ITV Drapeau des États-Unis États-Unis 93[4]
Mobile Missile Launcher.jpg YPR-765 prat Drapeau des États-Unis États-Unis +55 [12],[13]
Hires 090509-A-4842R-001a.jpg BGM-71 TOW Drapeau des États-Unis États-Unis 339 [4],[38]
Bombeiros de Vigo manipulando un TOW da BRILAT durante unha exhibición.JPG M41 TOW ITAS Drapeau des États-Unis États-Unis 285 [4],[39]
Dragon 04.jpg M47 Dragon Drapeau des États-Unis États-Unis 310 3 080 missiles
Army-fgm148.jpg FGM-148 Javelin Drapeau des États-Unis États-Unis 192 [40],[41]
9M133 Kornet.JPG AT-14 Kornet Drapeau de la Russie Russie 200 2 000 missiles[4],[42]
Nashab Drapeau de la Russie Russie Drapeau de la Jordanie Jordanie 25 000 [43]
RPG-27 (en) Drapeau de l'URSS Union soviétique 6 000[44]
Grenade launchers RPG-26.jpg RPG-26 (en) Drapeau de l'URSS Union soviétique 3 000[45]
APILAS-AUSA88.jpg APILAS Drapeau de la France France 2,300
Copperhead.jpg M712 Copperhead (en)

M712 Copperhead (en)

Drapeau des États-Unis États-Unis 100[46]
Mortier
Mor120.jpg Brandt Drapeau de la France France Mortier 300
Mortar M29.jpg M29 mortar (en) Drapeau des États-Unis États-Unis Mortier 450
M106 Mortar carrier Dutch army 12002 KU-84-01 pic1.JPG M106 mortar carrier (en) Drapeau des États-Unis États-Unis 70
W-86 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Mortier 200 200 W-86 120 mm[47]
WW-90 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Mortier 375 375 WW-90 60 mm [39]
PPT89 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Mortier 1275 1275 PPT89 60 mm[39]
Radar & Surveillance System
Defense.gov News Photo 960420-A-3327S-004.jpg TPQ-36 (en) Drapeau des États-Unis États-Unis 12[4]
AN TPQ-37 Firefinder radar.JPEG TPQ-37 (en) Drapeau des États-Unis États-Unis 6[4]
Flycatcher Mk1[48] Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 11 [28]
Distant Sentry[49] Drapeau de l'Italie Italie Drapeau des États-Unis États-Unis [41],[50]
Logistique
M88 Armored Recovery Vehicle in pm.jpg M88 Recovery Vehicle Drapeau des États-Unis États-Unis 52 [51]
Improved M-578 armored recovery vehicle, 1985.JPEG M578 Light Recovery Vehicle (en) Drapeau des États-Unis États-Unis 30 M110A2 Howitzer
Al Monjed ARV.jpg AL Monjed ARV Drapeau de la Jordanie Jordanie 20 AL-Monjed ARV est basé sur M-60A1[52]
FV4204 ARV Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 49[4]
Bergepanzer2.jpg Leopard 1 ARV Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest 5[28] [28] .
M113 i.jpg YPR-806 & M806 Drapeau des États-Unis États-Unis +90[12],[13] [4]
Hemtt iraq.jpg HEMTT Drapeau des États-Unis États-Unis 8x8
LMTV.jpg FMTV (en) Drapeau des États-Unis États-Unis 250 ~ 300 M1078, M1083, M1085A1, M1089, M1091[53],[54]
M35A2 with winch.jpg M35 (en) Drapeau des États-Unis États-Unis 1200 [55]
US Marine Corps 030224-M-XT622-034 USMC M923 (6X6) 5-ton cargo truck heads a convoy departing Camp Matilda, Kuwait crop.jpg M800 & M900 Truck Drapeau des États-Unis États-Unis 400 ~ 600 refurbishment for M800 and M900 by JOMSS[56]
DAF-YAM 4442-2.jpg DAF Trucks Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 467 [12],[13]
A Company, 9th Engineer Battalion, firing the MICLIC in training, Andar, Afghanistan 2011.jpg M58 MICLIC (en) Drapeau des États-Unis États-Unis
Aardvark demining vehicle.JPEG Aardvark JSFU Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni +12
Pearson Combat Dozer UDK1 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni +60 [57]
A Fox NBC-detection vehicle is transported by a HETS trailer.jpg Heavy Equipment Transport System Drapeau des États-Unis États-Unis 215
A British Scammell Commander 6x4 tractor truck leaves the Danish cargo ship Dana Cimbria during Operation Desert Shield.JPEG Scammell Commander Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 100
Military trucks laden with ammunition convoy.jpg M915A2 (en) Drapeau des États-Unis États-Unis 60

Armes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Spencer C. Tucker (dir.), "Jordan, Armed Forces" in The Encyclopedia of Middle East Wars, vol. 1, ABC Clio, 2010, p. 661-665.
  2. « Challenger 1994-2004 Report »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. (en) « Jordan to receive UK tanks », BBC News, (consulté le 10 novembre 2019)
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w « Trade Registers »
  5. a et b « M60A3 – Main Battle Tank (M60) Deployed in Operation Desert Storm », Army Technology (consulté le 10 novembre 2019)
  6. a et b « Raytheon Company : Investor Relations : News Release »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  7. a et b (en) Massoud Derhally, « Raytheon wins US$ 50 mill contract to upgrade Jordan's M60 tanks », sur ArabianBusiness.com, (consulté le 10 novembre 2019)
  8. a et b « Raytheon To Upgrade Jordanian M60 Fire Control System.(Raytheon Aircraft Co.) - Defense Daily »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  9. a et b « Article: Raytheon wins $64.8 million contract to upgrade Jordanian M60 main... »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  10. (en) Reuters, « Iraq Gives Captured Iranian Arms to Jordan », Los Angeles Times (consulté le 9 décembre 2014)
  11. (en) « UD to Upgrade M113 Tracked Vehicles for Jordanian Armed Forces », sur DefenceTalk.com,
  12. a b c d e et f (en) « Netherlands Sells Army Vehicles to Jordan »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  13. a b c d e et f (en) Ministry of Defence, « Army materiel to be delivered to Jordan »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  14. « Ratel Raw Report »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  15. « Rattel »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  16. (en) « Alvis FV107 Scimitar - Armed Reconnaissance Vehicle - History, Specs and Pictures - Military Tanks, Vehicles and Artillery », militaryfactory (consulté le 10 novembre 2019)
  17. « jresco.com »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  18. « jresco.com »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  19. (en) « Artillery: Jordan Gets Its Smart Rockets » (consulté le 10 novembre 2019)
  20. « Russia said the international market, China began to sell WM-120 multiple rocket launchers »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  21. (en) « Defense & Security Intelligence & Analysis: IHS Jane's »
  22. (zh) « 中国外贸型WM-120多管火箭炮 »
  23. (zh) « 约旦大赞我WM-120火箭炮 称其为战略武器 – 铁血网 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  24. (en) « Defense & Security Intelligence & Analysis: IHS Jane's »
  25. « S. Korea to Sell Multiple Rocket Launchers to Jordan », The Korea Times,‎ (lire en ligne)
  26. (en) « 70 mm Multiple Rocket System MRS Hanwha Corporation Indo Defence 2010 South Korea Korean Defence UK », Army Recognition, (consulté le 10 novembre 2019)
  27. (nl) « Jordanië koopt overtollige tanks », NOS Nieuws (consulté le 10 novembre 2019)
  28. a b c et d (en) « Dutch Cheetah air defence guns sold to Jordan - LWI - Land Warfare - Shephard Media », sur www.shephardmedia.com, (consulté le 10 novembre 2019)
  29. « Vehicles shipped in support of coalition partner mission », army.mil,‎ (lire en ligne)
  30. « Defense & Security Intelligence & Analysis: IHS Jane's »
  31. (en) « Desert Iris 4x4 light multi rôle utility wheeled vehicle technical data sheet specifications picture - Army Recognition - Army Recognition »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  32. « Defense & Security Intelligence & Analysis: IHS Jane's »
  33. (en) « Al-Thalab Long-Range Patrol Vehicle », Army Technology (consulté le 10 novembre 2019)
  34. (en) Andrew White, « SOFEX 2010: Jordan to receive Jeep 18 ISVs and J8s », (consulté le 28 juillet 2013)
  35. (en) « SOFEX 2014 Jane's Exhibition | Jane's 360 », sur www.janes.com (consulté le 10 novembre 2019)
  36. (en) « KADDB and KIG participation at SOFEX 2012 », sur Al Bawaba (consulté le 10 novembre 2019)
  37. (en) « Jordan armed forces to sign a contract for production of 50 Mbombe armoured fighting vehicles »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Armyrecognition.com,
  38. (en) « Jordan Raw Report »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Missiles & Munitions&#93
  39. a b et c (en) « Jordan Raw Report Guns & Air Defense Systems] »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  40. (en) « Javelin Block 0 », sur www.deagel.com, (consulté le 10 novembre 2019)
  41. a et b (en) « Jordan – JAVELIN Guided Missile Systems »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Defense Security Cooperation Agency (consulté le 28 juillet 2013)
  42. (en) « Kornet », sur deagel.com,
  43. « Eurasian Development Bank : News of the Region : RPG-32 Hashim plant due to be opened in Jordan in May 2012 – official »
  44. « RPG-27 Raw Report »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  45. « RPG-26 Raw Report »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  46. « Defense & Security Intelligence & Analysis: IHS Jane's »
  47. (en) « KADDB starts work on vehicle-mounted mortar »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  48. « Thales »
  49. « DRS Technologies »
  50. Defense Industry Daily staff googletag.display;, « Jordans JBSP Border Security Program », sur Defense Industry Daily (consulté le 10 novembre 2019)
  51. (en) Jennifer Bacchus, « Jordanian visitors choose recovery vehicles for overhaul »,
  52. « Defense & Security Intelligence & Analysis: IHS Jane's »
  53. « BAE to display combat vehicles at Jordan show »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  54. (en) « BAE Systems Receives $6 Million US Army Contract for FMTV Trucks for Jordan », sur deagel.com, (consulté le 10 novembre 2019)
  55. « results »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  56. « M800 & M900 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) « Copie archivée » (version du 19 février 2019 sur l'Internet Archive)
  57. « Defense & Security Intelligence & Analysis: IHS Jane's »
  58. Jane's Special Forces Recognition Guide, Ewen Southby-Tailyour (2005) p. 446.
  59. (zh) « 中華民國軍方證實國造T86步槍及T91步槍銷往約旦(T86 & T91 sold to Jordan confirmed by ROC army) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  60. « 中華民國軍方證實國造T86步槍及T91步槍銷往約旦(T86 & T91 sold to Jordan confirmed by ROC army) » (zh)
  61. a b c d e f g h i j et k Jones, Richard D. Jane's Infantry Weapons 2009/2010. Jane's Information Group; 35e édition (27 janvier 2009). (ISBN 978-0-7106-2869-5).
  62. a et b (en) Jane's Infantry Weapons 2009/2010, Coulsdon, Jane's Information Group, , 35th éd., 944 p. (ISBN 978-0-7106-2869-5)
  63. a b c d e et f Shea, Dan (Spring 2009). "SOFEX 2008". Small Arms Defense Journal, p. 29.
  64. (en) Jane's Infantry Weapons 2009/2010, Coulsdon, Jane's Information Group, , 35th éd., 944 p. (ISBN 978-0-7106-2869-5)
  65. Daniel Watters, « The 5.56 X 45mm: 2008 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The Gun Zone (consulté le 27 janvier 2009)
  66. a b et c « Special Operations Report -Spotlight Jordan »
  67. (en) Terry Gander, Jane's Infantry Weapons 2006–2007, Londres, Jane's Information Group, , 922 p. (ISBN 978-0-7106-2755-1), p. 22
  68. « Special Operations Report - Spotlight Jordan »
  69. « The Viper »
  70. « Modern Firearms », guns.ru (consulté le 9 décembre 2014)
  71. Gale, Ivan, « Five companies to watch for », The National newspaper, (consulté le 21 juin 2010)
  72. Kasler, 79
  73. Diez, Octavio (2000). Armament and Technology. Lema Publications, S.L. (ISBN 84-8463-013-7).
  74. « SER_08.pdf — www.sipri.org »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Spencer C. Tucker (dir.), "Jordan, Armed Forces" in The Encyclopedia of Middle East Wars, vol. 1, ABC Clio, 2010, p. 661-665 [1]