Forces armées qatariennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Forces armées qatariennes
القوات المسلحة القطرية
Image illustrative de l’article Forces armées qatariennes
Branches Forces terrestres qatariennes
Qatar Air Force
Marine du Qatar
Commandement
Commandant en chef Hamad ben Khalifa Al Thani
Ministre de la défense Major général Hamad Bin Ali Al Attiyah[Quand ?]
Chef d'état-major major-général Ghanem bin Shaheen Al-Ghanem[Quand ?]
Main-d'œuvre
Âges militaires 18 ans
Actifs 11 800 hommes
Budgets
Budget 1,930 milliards de dollars 2015
Industrie
Fournisseurs étrangers Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Allemagne Allemagne

Les Forces armées qatariennes ou Forces armées qataries sont les forces militaires du Qatar.

Hormis les officiers supérieurs, la presque totalité des forcées armées qatariennes sont composées de soldats étrangers[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Dassault Mirage F1 qatari durant la guerre du Golfe de 1991.

Le Qatar fait partie du Conseil de coopération du Golfe mais a des très mauvaises relations avec l'Arabie saoudite. Il dispose de traité de coopération ainsi qu'un accord de défense avec la France depuis 1994[2], d'accord de coopération avec le Royaume-Uni et les États-Unis. Ces derniers y ont installé un important quartier-général du United States Central Command depuis 2002[3], celui-ci étant depuis 2009 dans la base aérienne d'Al Oudeid. En 2017, la Turquie dispose d'un contingent sur place[4].

Le Qatar possède une base en Érythrée et, suite à un accord en février 2017, construit une base navale dans le port de Barbera au Somaliland[5].

Les principales forces aériennes sont basées à l'aéroport international de Doha.

Historique[modifier | modifier le code]

Défilé lors de la fête nationale qatari le 18 décembre 2013.
McDonnell Douglas C-17 Globemaster III de l'armée de l'air qatari.

Le majorité du matériel militaire qu'a acheté l'émirat depuis son indépendance est français.

Le Qatar a joué un rôle dans la guerre du Golfe notamment à la bataille de Khafji (1991).

De juin 2010 à la crise diplomatique de 2017, elle disposait d'un contingent d'interposition de 450 hommes à la frontière entre Djibouti et l'Érythrée[6].

Le Qatar a participé à la mise en place de la zone d'interdiction aérienne lors de l'intervention militaire de 2011 en Libye.

En novembre 2013, un projet de loi rendant la conscription obligatoire pour les hommes, d'une durée limitée à trois mois pour les diplômés, quatre pour les autres, est dévoilé[7].

Le , la France signe un contrat avec le Qatar pour l'acquisition de 24 avions de combat Dassault Rafale[8],[9].

Le , à l'occasion de la visite du président Emmanuel Macron, le Qatar lève l'option d'acquisition de 12 avions supplémentaires, portant le total commandé depuis 2015 à 36 appareils, et pose une nouvelle option sur 36 autres[10]. Avec l'achat de 36 (nombre non confirmé) F-15QA (pour Qatar Advanced) avant l’été et de 24 Eurofighter en octobre 2017, cela fait 3 types différents d'avions de combat commandés en deux ans à des nations différentes[11].

Début avril 2018, il est annoncé que les femmes peuvent effectuer le service militaire[12].

Les importations d'armes au Qatar ont augmenté de 166 % entre 2013 et 2017 en comparaison de la période 2008-2012[1];

Armée de terre[modifier | modifier le code]

Article principal : Forces terrestres qatariennes.

Les Forces terrestres qatariennes disposent, en 2017, de 8 500 hommes, centrés autour d'une brigade blindée. Elle dispose d'une cinquantaine de chars de combat, de 300 véhicules blindés, 91 pièces d'artillerie de divers calibres[4] et depuis 2017 de missiles balistiques à courte portée chinois[13].

Véhicules blindés et artillerie[modifier | modifier le code]

Colonne d'AMX-10 RC en 2013.

Armement individuel[modifier | modifier le code]

Force aérienne[modifier | modifier le code]

En 2017, l'aviation de combat qatari est relativement réduite avec 12 Mirage 2000 et 6 Alpha Jet en service à cette date[4]. Des commandes pour accroître considérablement sa puissance ont eu lieu.

Marine qatarienne[modifier | modifier le code]

Article principal : Marine du Qatar.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Angélique Mounier-Kuhn, « Sous blocus, la presqu’île du Qatar prend le large », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  2. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/qatar/la-france-et-le-qatar/
  3. (en) THREATS AND RESPONSES; U.S. and Qatar Sign Pact to Update Bases, The New York Times, 12 décembre 2002
  4. a b c d et e Robert Beckhusen, « The Qatari Military Is Terribly Outgunned », sur http://warisboring.com/, (consulté le 9 juin 2017).
  5. (en) « Somaliland agrees to UAE naval base in northern port », sur http://www.thenational.ae/, (consulté le 19 juin 2017).
  6. « Le Qatar retire ses troupes de la frontière entre l’Érythrée et Djibouti », sur Radio France International, (consulté le 18 juin 2017).
  7. Marc Cher-Leparrain, « Deux monarchies du Golfe instaurent un service militaire obligatoire », sur Orient XXL, (consulté le 11 mars 2014)
  8. « Dassault Rafale : le contrat est signé au Qatar », sur Air Cosmos,
  9. « François Hollande au Qatar pour la signature de la vente de 24 Rafale », sur Le Monde,
  10. D. L. avec AFP, « Le Qatar commande 12 Rafale supplémentaires », sur bfmbusiness.bfmtv.com,
  11. Frédéric Lert, « Que peut faire le Qatar de ses 84 Rafale, F-15 et Eurofighter ? », sur https://www.aerobuzz.fr/, (consulté le 31 décembre 2017).
  12. http://www.bfmtv.com/international/le-qatar-autorise-les-femmes-a-effectuer-le-service-militaire-1413289.html
  13. Henri Kenhmann, « Le Qatar se dote du missile balistique chinois BP-12A », sur /www.eastpendulum.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  14. rMichel Cabirol, « Armement : le char Leclerc mis KO au Qatar par le Leopard de Krauss-Maffei », sur La Tribune, (consulté le 9 juin 2016).
  15. (en) « AMX-10RC », sur http://www.army-guide.com/ (consulté le 9 juin 2017).
  16. « Le Qatar signe un contrat pour l'achat de 24 Eurofighter Typhoon », sur www.defens-aero.com, (consulté le 31 décembre 2017).
  17. (en) Leigh Giangreco, « State Department approves Kuwait and Qatar fighter jet sales », sur https://www.flightglobal.com, (consulté le 20 novembre 2016).