Forces de sécurité palestiniennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Forces de sécurité palestinniennes
Police
Emblème
Emblème
Fondation 1993
Commandement
Directeur général Major-Général Nasser Yousef
Main-d'œuvre
Actifs 765.000

Les Forces de sécurité palestiniennes (arabe : قوات الأمن الوطني الفلسطيني) désignent l'ensemble des services de sécurité palestiniens, créés pour la plupart lors des accords d'Oslo de 1994.

Les différents services de sécurité tirent leur origine des Milices palestiniennes. En 1994, au moment de la création de l'Autorité palestinienne, bon nombre de miliciens y furent intégrés, dont une majorité du Fatah. Les miliciens du Hamas n'y ont jamais vraiment été représenté.

En 2006, lors de l'arrivée au pouvoir du Hamas, celui-ci a créé sa propre force de police, la force exécutive constituée à majorité de miliciens du Hamas.

En théorie, le ministre de l'intérieur commande toutes les forces de sécurité, y compris depuis peu la force exécutive du Hamas mais dans les faits, il ne contrôle que la police et la sécurité nationale.

Le Fatah contrôle la garde présidentielle, la sécurité préventive, les forces spéciales anti émeutes, la police militaire et les renseignements généraux.

Le Hamas contrôle sa force exécutive.

Forces de sécurité[modifier | modifier le code]

Fidèles au Fatah[modifier | modifier le code]

  • Sécurité nationale (inclut la police navale, la police des frontières, le renseignement militaire, la police de l'aviation civile et les officiers de liaison avec Israël) : 30 000 hommes
  • Police palestinienne : 7000 hommes
  • Sécurité Préventive (Troupes d'élite de la Police) : 5 000 hommes
  • Garde présidentielle : 3 300 hommes
  • Services de renseignement : 2 000 hommes

Fidèle au Hamas[modifier | modifier le code]

  • Force exécutive (Police du Hamas) : 6 000 hommes

Service de renseignement[modifier | modifier le code]

Les accords d'Oslo de 1994 ont validé la création d'un service de sécurité général palestinien (Mukhabbarat al-Alma)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Cousseran,Philippe Hayez, Renseigner les démocraties, renseigner en démocratie, Paris, Odile Jacob, (ISBN 978-2738132413), p. Chapitre 3, "La généalogie du renseignement contemporain"

Autre :