Forces armées du Moyen-Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les forces armées du Moyen-Orient désignent les armées nationales de la région Moyen-Orient. Les pays du conseil de coopération du Golfe (créé en 1981) ont signé des accords de coopération et de sécurité commune en matière de défense et de lutte antiterroriste[1], et font partie d'organisations internationales de coopération militaire. Mais ils ne sont pas parvenus à mettre en place une structure collective au sein d'un commandement unique.

Le pacte de Bagdad (1955-1979) regroupait autour du Royaume-Uni, l'Iran, l'Irak, la Turquie et le Pakistan. Construite sur le modèle de l'OTAN et conçue comme le prolongement de l'OTASE au Moyen-Orient, cette alliance contraignait les nations aussi bien à la coopération mutuelle et à la protection qu'à la non-intervention dans les affaires des autres membres.

Les armées nationales modernes[2] des différents pays s'affrontèrent à de nombreuses reprises, notamment lors des différentes guerres entre les pays arabes et Israël (guerre israélo-arabe de 1948-1949, guerre des Six Jours, guerre du Kippour ...), lors de la première et la seconde guerre du Golfe. Plus récemment, les forces militaires des pays de la péninsule arabique ont eu à se battre contre des groupes terroristes, notamment au Yémen[3], au sud de l'Arabie saoudite[4], en Syrie, en Irak et dans le Sinaï égyptien[5].

Politique de défense[modifier | modifier le code]

La mise en place d'organisations de coopération régionale a permis de développer la défense régionale :

  • La Ligue arabe possède également un organe chargé de la coordination militaire entre les États membres, le Conseil de défense. Celui-ci a été institué en 1950 par le traité de défense commune et de coopération économique[7].

Dépenses militaires par pays[modifier | modifier le code]

Rang
mondial
Forces armées Dépenses
militaires[10]
Pourcentage
du PIB
Date
0 a 0 0 0
7 Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 46 219 10,1 % 2012
14 Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis 16 062 6,9 % 2012
15 Drapeau de la Turquie Turquie 23 000 2,4 % 2013
19 Drapeau d’Israël Israël 15 209 6,5 % 2012
24 Drapeau de l'Iran Iran 7 463[11] 1,8 %[11] 2012
35 Drapeau de l'Irak Irak 4 663 5,4 % 2012
39 Drapeau du Koweït Koweït 4 700 4,4 % 2012
40 Drapeau d'Oman Oman 4 047 9,7 % 2012
41 Drapeau de l'Égypte Egypte 3 719 2,1 % 2012
53 Drapeau de la Syrie Syrie 2 236 4,0 % 2012
61 Drapeau de la Jordanie Jordanie 1 400 6,1 % 2012
67 Drapeau du Yémen Yémen 1 222[11] 3,9 %[11] 2012
73 Drapeau du Liban Liban 875 4,1 % 2012
75 Drapeau de Bahreïn Bahreïn 731 3,7 % 2012
79 Drapeau de Chypre Chypre 550 1,8 % 2012

États non reconnus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Conseil de coopération du Golfe : Une coopération de sécurité et de défense renforcée ?, Ceri, septembre 2011.
  2. Les armées nationales mises en place après la Seconde Guerre mondiale et l’accès à l'indépendance qui se fit progressivement.
  3. « Terrorisme au Yémen », sur La Presse (consulté le 13 août 2016).
  4. L'Arabie saoudite et le terrorisme, tribune d'un officier saoudien.
  5. « Comment Facebook relaye la «guerre oubliée» en Égypte », sur Slate Afrique (consulté le 13 août 2016).
  6. (en) Coopération militaire au sein du Conseil de coopération du Golfe, globalsecurity.org.
  7. Traité de défense commune et de coopération économique des États de la Ligue arabe.
  8. Les exportations d'armes vers des pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord par les États-Unis, la Russie et les pays de l'UE, Amnesty International, le 19 octobre 2011.
  9. Louis Imbert, « Comment l'Arabie saoudite envisage sa coalition contre l'État islamique », sur Le Monde, (consulté le 13 août 2016).
  10. À prix et taux de changes constants (en millions d'US dollars).
  11. a, b, c et d Pas remis à jour depuis 2008.