Emmanuelle Charpentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charpentier.
Emmanuelle Charpentier
Emmanuelle Charpentier.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
École de médecine de Hanovre (en), université d'UmeåVoir et modifier les données sur Wikidata
Domaine
Membre de
Bilderberg
Distinctions
Liste détaillée
Tang Prize (en)
BBVA Foundation Frontiers of Knowledge Award (en)
Prix Fernström (en) ()
Prix Paul Janssen pour la recherche biomédicale (en) ()
Chaire Alexander von Humboldt ()
Gabbay Award (en) ()
Hansen Family Prize (d) ()
Prix Princesse des Asturies de la recherche scientifique et technique (d) ()
Prix Gruber pour la génétique (en) ()
Prix Louis-Jeantet de médecine (en) ()
Breakthrough Prize in Life Sciences ()
Médaille Carus (d) ()
Prix Massry (en) ()
Q2586286 ()
Ernst-Jung-Preis für Medizin (d) ()
Prix Gottfried Wilhelm Leibniz ()
Médaille Otto Warburg (en) ()
Prix L'Oréal-UNESCO pour les femmes et la science ()
Prix Gairdner ()
Prix Paul-Ehrlich-et-Ludwig-Darmstaedter ()
Meyenburg Prize (en) ()
Prix Alpert de la Warren Alpert Foundation (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Emmanuelle Marie Charpentier (née le à Juvisy-sur-Orge) est une microbiologiste, généticienne et biochimiste française, membre de l'Académie des technologies.

Études et carrière[modifier | modifier le code]

Emmanuelle Charpentier étudie la biochimie et la microbiologie à l'université Pierre-et-Marie-Curie puis obtient en 1995 un doctorat en microbiologie à l'Institut Pasteur. À partir de 1996, elle entame différents post-doctorats aux États-Unis à l'université Rockefeller à New York, au centre médical universitaire de l'université de New York au Skirball Institute à New York et au St. Jude Children's Research Hospital (en) à Memphis[1].

En 2002, elle obtient un contrat de chef d'un groupe de recherche en tant que professeur invitée puis assistante professeur à l'université de Vienne en Autriche où elle reste jusqu'en 2009. Elle déménage ensuite à l'université d'Umeå où elle prend la tête d'une équipe et devient professeure associée en 2009.

En 2013, elle devient professeur à l'École médicale d'Hanovre et au Centre for Infection Research de Brunswick en Allemagne.

Depuis 2014, elle est titulaire de la Chaire Alexander von Humboldt et partage son temps entre les trois institutions d'Umeå, Hanovre et Brunswick[2].

En avril 2014, la société CRISPR Therapeutics qu'elle co-fonde avec les Dr Craig Mello (prix Nobel de médecine 2006[3]), Dr Daniel Anderson, Dr Chad Cowan, Dr Matthew Porteus, annonce avoir levé vingt-cinq millions de dollars de fonds afin de développer, à des fins thérapeutiques, l'édition génétique basée sur la technologie CRISPR-Cas9[4],[5],[6].

En 2015, Emmanuelle Charpentier accepte l'offre de la Société Max-Planck de devenir membre scientifique et directrice de l'Institut Max-Planck d'infectiologie à Berlin. Emmanuelle Charpentier maintient sa position de professeure invitée à l'université d'Umeå.

Travail et contributions scientifiques[modifier | modifier le code]

Emmanuelle Charpentier travaille sur la régulation de l'expression des gènes du point de vue de l'ARN microbien ainsi que sur les bases moléculaires de l'infection. Elle s'intéresse également à la manière dont les bactéries luttent contre les agents pathogènes. Emmanuelle Charpentier a établi sa renommée mondiale en identifiant et en déchiffrant les mécanismes moléculaires du système immunitaire bactérien CRISPR/Cas9. Elle a aussi inventé la technique de CRISPR/Cas9 en collaboration avec Jennifer Doudna qui a révolutionné le domaine de l'ingénierie génétique[7]. Pour cette découverte, elle a reçu de nombreux et prestigieux prix.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Florence Rosier, « Emmanuelle Charpentier le charmant petit monstre du génie génétique »,
  2. (en) « Charpentier lab » (consulté le 4 mars 2015)
  3. (en) « Nobel prize for genetic discovery », BBC,‎ (lire en ligne)
  4. « CRISPR - Cas9 : intervenir sur l'ADN humain ? Des chercheurs alertent sur le risque de dérive éthique », sur www.industrie-techno.com (consulté le 17 octobre 2015)
  5. « CRISPR », sur crisprtx.com (consulté le 17 octobre 2015)
  6. Yann Verdo, « Crispr, la découverte qui met la génétique en ébulltion », Les Échos Week-end, 15 avril 2016.
  7. (en) Martin Jinek et al., « Programmable dual-RNA-guided DNA endonuclease in adaptive bacterial immunity. », Science, vol. 337, no 6096,‎ , p. 816-821 (PMID 22745249, DOI 10.1126/science)
  8. (en) « EMBO membership for Emmanuelle Charpentier » (consulté le 4 mars 2015)
  9. « Attribution du prix Jean-Pierre Lecocq 2014 » (consulté le 4 mars 2015)
  10. (en) « Alexander von Humboldt Professorship – The Award Winners 2014 » (consulté le 4 mars 2015)
  11. (en) « Paul Janssen Award Winners » (consulté le 4 mars 2015)
  12. (en) « Gabbay Awards Current Winners » (consulté le 4 mars 2015)
  13. (en) « Recipients Of The 2015 Breakthrough Prizes In Fundamental Physics And Life Sciences Announced » (consulté le 4 mars 2015)
  14. (en) « Ernst Jung Prize for Medicine 2015 » (consulté le 4 mars 2015)
  15. « Les lauréats du Prix Louis-Jeantet de médecine 2015 » (consulté le 4 mars 2015).
  16. « Massry winners helped launch gene editing revolution » (consulté le 28 janvier 2016).
  17. « DFG - Deutsche Forschungsgemeinschaft - Prof. Dr. Emmanuelle Charpentier - Gottfried Wilhelm Leibniz-Preisträgerin 2016 », sur www.dfg.de (consulté le 2 février 2016)
  18. « Douze nouveaux membres élus à l’Académie des technologies », sur www.academie-technologies.fr (consulté le 16 février 2017)
  19. « Emmanuelle Charpentier - Lauréat du Canada Gairdner International Award 2016 »

Liens externes[modifier | modifier le code]