Richard Willstätter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Richard Willstätter
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
(à 69 ans)
Muralto
Nom de naissance
Richard Martin WillstätterVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Drapeau de l'Empire allemand Allemand
Domicile
Formation
Activités
Conjoint
Sophie Leser (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Maître
Directeurs de thèse
Distinctions
Archives conservées par
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 1425)[1]
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 1426a)[2]
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 1427)[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Renommé pour

Richard Martin Willstätter (né le à Karlsruhe et mort le à Muralto) est un chimiste allemand,. Il a inventé la chromatographie sur papier indépendamment de Mikhaïl Tsvet. Il est surtout connu pour ses travaux sur la chlorophylle qui lui ont valu de recevoir le prix Nobel de chimie en 1915[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1894, Willstätter soutient son doctorat sous la direction d'Alfred Einhorn à l'université de Munich sur la structure de la cocaïne. Il devient alors assistant d'Adolf von Baeyer à Munich et poursuit ses recherches sur les alcaloïdes[5]. Il réussit la synthèse des alcaloïdes tropaniques des solanacées mydriatiques (atropine, tropine et tropinone), celle de la cocaïne dont il vient d'établir la structure et, avec Ernest Fourneau, celle d'un autre amino-alcool naturel, la lupinine, alcaloïde mineur des lupins[6].

En 1905, il est nommé professeur à l'université de Zurich et commence à étudier la chlorophylle. Il élucide sa structure et montre que celle du pigment sanguin hème ressemble à la porphyrine présente dans la chlorophylle. Il réussit, le premier, à synthétiser le cyclooctatétraène. Il devient ensuite professeur de chimie à l'université de Berlin et directeur de l'Institut Kaiser-Wilhelm de chimie (1912-1916). Il établit au cours de ses recherches la structure de nombreux pigments de fleurs et de fruits. Lorsque son travail est interrompu par la Première Guerre mondiale, il se tourne vers le développement d'un masque à gaz.

Il est lauréat du prix Nobel de chimie de 1915 « pour ses recherches sur les pigments des plantes, spécialement la chlorophylle[4] ».

En 1916, Willstätter succède à Baeyer à Munich. Pendant les années 1920, il étudie les mécanismes des réactions enzymatiques et tente de montrer que les enzymes sont des substances chimiques et non des organismes biologiques. Étant juif, il démissionne de son poste à Munich en 1924 pour protester contre les pressions antisémites[7]. En 1933, le groupe Sandoz « aryanise » son conseil d'administration et le démet de ses fonctions. Il continue ses recherches à titre privé, d'abord à Munich puis en Suisse après 1939.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://archivdatenbank-online.ethz.ch/hsa/#/content/e0ed5d982627435b883ed66baad73488 » (consulté le )
  2. « http://archivdatenbank-online.ethz.ch/hsa/#/content/ce104321e4c241f38ebbdc7e518c33cd » (consulté le )
  3. « http://archivdatenbank-online.ethz.ch/hsa/#/content/143aa6811b444e69b3043c5643140c2d » (consulté le )
  4. a et b (en) « For his researches on plant pigments, especially chlorophyll » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1915 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le
  5. (de) Richard Willstätter, Aus meinem Leben. Von Arbeit. Musse und Freunden, Weinheim-Bergstrasse, Verlag Chemie, , p. 91-94.
  6. (de) Richard Willstätter et Ernest Fourneau, « Ueber Lupinin », Ber. dtsch. chem. Ges., vol. 35,‎ , p. 1910-1926.
  7. (de) Richard Willstätter, Aus meinem Leben. Von Arbeit. Musse und Freunden, Weinheim-Bergstrasse, Verlag Chemie, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]