Claude Cohen-Tannoudji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cohen et Cohen-Tannoudji.
Claude Cohen-Tannoudji
Description de cette image, également commentée ci-après

Claude Cohen-Tannoudji en 2007.

Naissance (84 ans)
Constantine (Algérie)
Nationalité française
Domaines Physique
Institutions École Normale Supérieure, Collège de France
Étudiants en thèse Serge Haroche, Prix Nobel de physique, (2012)
Bernard Decomps
Renommé pour Mécanique quantique
Distinctions Médaille d'or du CNRS (1996)
Prix Nobel de physique (1997)

Claude Cohen-Tannoudji est un physicien français à Constantine en Algérie. Le prix Nobel de physique 1997 lui est décerné, ainsi qu'à Steven Chu et William D. Phillips, pour leurs recherches sur le refroidissement et le confinement d'atomes par laser[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Cohen Tannoudji se présente en ces termes : « Je suis né le 1er avril 1933 à Constantine en Algérie, qui faisait alors partie de la France. Ma famille, originaire de Tanger, s'était installée en Tunisie puis en Algérie au XVIe siècle, après avoir fui l'inquisition en Espagne. De fait, notre nom, Cohen-Tannoudji, signifie simplement famille Cohen de Tanger. »[2]

L'essai historique, rédigé par son neveu Denis Cohen-Tannoudji, Les Enfants d'Yishmaël apporte un éclairage plus approfondi sur les origines familiales de Claude Cohen-Tannoudji[3]. Il poursuit ses études au lycée Bugeaud d'Alger. Il est reçu à l'École Normale Supérieure (Ulm) en 1953 et passe l'agrégation de sciences physiques en 1957.

Claude Cohen-Tannoudji travaille au laboratoire Kastler Brossel de l'École normale supérieure à Paris, où il avait été étudiant auprès d’Alfred Kastler et Jean Brossel. En 1973, il est nommé professeur titulaire de la chaire de physique atomique et moléculaire au Collège de France où il enseigne jusqu'en 2003-2004.

Il reçoit en 1996 la médaille d'or du CNRS[4]. Également, avec Steven Chu et William Daniel Phillips, il est colauréat du prix Nobel de physique de 1997 « pour le développement de méthodes servant à refroidir et à confiner des atomes à l'aide de la lumière laser[1] ».

Il est l'auteur d'ouvrages universitaires de physique quantique.

Humaniste, il a notamment signé, avec d'autres lauréats du prix Nobel, un appel demandant qu'une délégation du Comité des droits de l'enfant de l'ONU rende visite à un enfant tibétain en résidence surveillée depuis 1995 en Chine, Gendhun Choekyi Nyima, reconnu comme 11e panchen-lama par le 14e dalaï-lama, Tenzin Gyatso.

Il a trois enfants : Alain, Joëlle et Michel. Son frère, Gilles Cohen-Tannoudji (né en 1938), est également physicien.

Formation[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Claude Cohen-Tannoudji lors de la soirée « Paris de la Recherche » en 2009.

Distinctions scientifiques[modifier | modifier le code]

Claude Cohen-Tannoudji en 1999.

Autres distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for development of methods to cool and trap atoms with laser light » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 1997 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 27 juin 2010
  2. (en) Claude Cohen-Tannoudji, « Claude Cohen-Tannoudji - Autobiography », Fondation Nobel, (consulté le 28 août 2012)
  3. Denis Cohen-Tannoudji, Les enfants d'Yishmaël : Itinéraires séfarades maghrébins, du Moyen Age à nos jours, Hermann, (ISBN 978-2705670580, présentation en ligne)
  4. Centre national de la recherche scientifique, « Claude Cohen-Tannoudji reçoit la Médaille d'or du CNRS 1996 », sur http://www.cnrs.fr (consulté le 5 février 2014)
  5. http://houches.ujf-grenoble.fr/fr/presentation/hier-et-aujourd-hui/
  6. Leçons du Collège de France.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :