Paul Berg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berg.
image illustrant une personnalité image illustrant américain image illustrant un chimiste
Cet article est une ébauche concernant une personnalité américaine et un chimiste.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Paul Berg (30 juin 1926 à Brooklyn à New York) est un biochimiste américain et professeur émérite à l'université Stanford. Il obtint une moitié du prix Nobel de chimie de 1980[1] pour ses travaux sur les acides nucléiques dont il est le plus ancien lauréat en vie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a organisé en 1975 la Conférence d'Asilomar, qui appelait à un moratoire sur les manipulations génétiques, afin d'éviter que des bactéries génétiquement modifiées puissent se disperser dans l'environnement, cela puisse consiste le principe de précaution[2]

En 1980, il est lauréat de la moitié du prix Nobel de chimie (l'autre moitié a été remise à Walter Gilbert et à Frederick Sanger) « pour ses études fondamentales de la biochimie des acides nucléiques, avec un regard tourné vers l'ADN recombinant[1] ». La même année il avait obtenu le Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale fondamentale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for his fundamental studies of the biochemistry of nucleic acids, with particular regard to recombinant-DNA » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1980 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 25 août 2010
  2. Leçon inaugurale d'Anne Fagot-Largeau au Collège de France

Liens externes[modifier | modifier le code]