Albert Schweitzer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schweitzer.
Albert Schweitzer
Portrait de Albert Schweitzer

Voir et modifier les données sur Wikidata

Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à KaysersbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
à LambarénéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s)
Conjoint(e) Helene Schweitzer-BresslauVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant(s) Rhena Schweitzer Miller (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université de Strasbourg
Titres

Doctorats

  • philosophie
  • théologie
  • médecine
Profession(s) Pasteur
Musicien
Médecin
Distinction(s) Prix Nobel de la paix (), officier de la Légion d'honneur (d) (), citoyen d'honneur de la ville de Francfort (d), prix de la paix des libraires allemands (), prix Goethe (), ordre Pour le Mérite et Grand prix littéraire d'Afrique noire ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie des sciences morales et politiquesVoir et modifier les données sur Wikidata

Albert Schweitzer, né le à Kaysersberg et mort le à Lambaréné (Gabon), est un médecin, pasteur et théologien protestant, philosophe et musicien alsacien.

L'hôpital qu'il développe dans la forêt équatoriale au bord de l'Ogooué à partir de 1913 le fait connaître dans le monde entier. En 1952, l'attribution du prix Nobel de la paix lui apporte la consécration et une visibilité médiatique considérable.

Personnage marquant du XXe siècle, « homme universel », il est en même temps une figure emblématique de l'Alsace, de la théologie libérale ou des admirateurs de Jean-Sébastien Bach. On voit parfois en lui un précurseur de l'action humanitaire, de l'écologie, de l'antispécisme et du mouvement antinucléaire.

La notion de « respect de la vie » (Ehrfurcht vor dem Leben) et son indignation devant la souffrance sont au cœur de la démarche d'Albert Schweitzer, qui s'est voulu « un homme au service d'autres hommes », tourné vers l'action.

Nourri d'une double culture allemande et française, il bénéficie d'une aura internationale, mais, à l'exception de son Alsace natale, son œuvre reste peu connue en France où elle a été diffusée plus tardivement. L'auteur prolifique a laissé de nombreux travaux, sermons, lettres et documents, pas encore tous exploités. De leur côté, témoins, disciples et détracteurs, en Europe ou en Afrique, apportent des points de vue contrastés, que la recherche s'emploie à mettre en perspective.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les années alsaciennes (1875-1913)[modifier | modifier le code]

La question de la nationalité[modifier | modifier le code]

Acte de naissance
(coll. Musée Albert-Schweitzer de Kaysersberg).

La nationalité d'Albert Schweitzer fait parfois l'objet d'un débat, car les circonstances de sa vie personnelle et de celle de sa femme se conjuguent avec plusieurs épisodes majeurs de l'histoire contemporaine. Cette réflexion comporte des aspects à la fois juridiques et culturels.

Né en Alsace en 1875, de parents français devenus allemands après le rattachement de l’Alsace-Lorraine à l’Empire germanique en 1871, comme tous les Alsaciens demeurés sur place (alors que deux de ses oncles, dont Charles, le grand-père de Jean-Paul Sartre, optent pour la France où ils vivent déjà), il est d’abord allemand. Après la Première Guerre mondiale, Albert Schweitzer réside à Strasbourg avec sa femme. Il est – automatiquement[1] – réintégré dans la nationalité française en application du traité de Versailles. En revanche sa femme Hélène, née à Berlin et allemande de naissance, a dû obtenir sa naturalisation.

Ses origines alsaciennes le placent d'emblée à la croisée de deux cultures[2], dont il se réclame à de nombreuses reprises[note 1]. Conscient de cet « héritage fatal » et de ce « beau privilège », guidé par une vision universaliste des cultures, il a choisi de n'en renier aucune[2], mais cette double loyauté l'a parfois mis en mauvaise posture et n'a pas toujours été comprise. La plupart de ses ouvrages ayant été écrits en allemand et traduits tardivement, c'est seulement au début des années 1950 que « la France découvre qu'il est citoyen français[3] ».

Enfance[modifier | modifier le code]

Église de Gunsbach.

Les premières années d'Albert Schweitzer sont connues à travers ses propres récits, tels que Souvenirs de mon enfance (1924[note 2]) et Ma vie et ma pensée (1931)[note 3], mais les sermons, la correspondance et les nombreuses archives utilisées par les biographies les plus récentes rendent compte d'une évolution plus complexe[4].

Il naît le à Kaysersberg (aujourd'hui dans le Haut-Rhin)[5]. Deuxième d'une fratrie de cinq, il est le fils de Louis Schweitzer, un pasteur érudit de tendance libérale, et d'Adèle Schillinger, elle-même fille de pasteur, décrite comme passionnée quoique réservée, et intéressée par la politique. La famille compte, parmi ses ascendants, d'autres pasteurs, mais surtout de nombreux enseignants[6]. Son père, resté en Alsace après 1870, devient pasteur à Gunsbach, quelques mois après la naissance d'Albert, qui y vit désormais. Albert parle plusieurs langues : l'alsacien familial, l'allemand à l'église et à l'école, et le français qu'il utilise dans sa correspondance et pour une partie de ses lectures (son père possède une riche bibliothèque dans les deux langues et est abonné au périodique de langue française le Journal des missions évangéliques). Il s'initie à la musique avec son père, qui le fait jouer de l'orgue paroissial lorsqu'il a neuf ans.

Albert Schweitzer a une enfance heureuse, proche de la nature. Il fréquente l'école de Gunsbach, puis celle de Munster. Il fait ses études secondaires au lycée de Mulhouse (1888-1893), hébergé par un grand-oncle et sa femme, et prend des cours de piano et d'orgue avec Eugène Münch, le frère aîné d'Ernest Münch, qui l'introduit à la musique de Beethoven et de Bach. Il peut s'entraîner sur l'orgue de l'église Saint-Étienne à Mulhouse et consacre à son professeur sa première œuvre écrite[7]. En juin 1893 il obtient son Abitur, puis séjourne durant l'été à Paris, chez son oncle paternel Auguste Schweitzer, dont l'épouse Mathilde prend en charge ses premiers cours d'orgue avec le compositeur et organiste Charles-Marie Widor[8].

L'Université et l'Église[modifier | modifier le code]

En octobre 1893, il entreprend un double cursus de philosophie et de théologie protestante à l'université de Strasbourg, qu'il doit interrompre en 1894-1895 pour effectuer son service militaire dans le 143e régiment d'infanterie (de), cantonné à Strasbourg[9]. Sa solide constitution et un régime d'études selon lui peu contraignant, lui permettent de continuer à se former, tout en poursuivant de surcroît l'orgue et la musicologie[10]. Inspiré par son environnement familial, il a opté assez spontanément pour la théologie et, contrairement à d'autres condisciples, il ne doute pas de ce choix. La Kaiser-Wilhelms-Universität – qui cherche à germaniser les élites alsaciennes – attire alors d'excellents spécialistes et Albert Schweitzer apprécie tout particulièrement les enseignements de Heinrich Julius Holtzmann. Exégète réputé du Nouveau Testament, celui-ci pratique, comme ses collègues strasbourgeois, la méthode dite « historico-critique », qui refuse une lecture littérale de la Bible[11].

Alors qu'il se consacre à ses études, il vit, à l'âge de 21 ans, une sorte d'« épiphanie », citée par nombre de biographes :

« En 1896, aux vacances de la Pentecôte, par un rayonnant matin d'été, je m'éveillai à Gunsbach, et l'idée me saisit soudain que je ne devais pas accepter mon bonheur comme une chose toute naturelle et qu'il me fallait donner quelque chose en échange. »

Se référant à l'exemple de Jésus, il en conclut qu'il a le droit de vivre pour la science jusqu'à sa trentième année, mais qu'il devra se consacrer ensuite à un « service purement humain »[12], même si les modalités de cet engagement futur ne lui apparaissent pas encore clairement.

Enfant, il a été marqué par les sermons prononcés par son père et se destine à son tour à la prédication, qu'il apprécie particulièrement. En mai 1898 il obtient l'autorisation de prêcher (licentia concionandi) et effectue plusieurs stages auprès du pasteur Charles Théodore Gérold de l'église Saint-Nicolas de Strasbourg[note 4]. Le , Schweitzer reçoit l'ordination de l'Église luthérienne d'Alsace et de Lorraine et le il est nommé vicaire (de) de la paroisse[note 5] de Saint-Nicolas. Il demeure dans ces fonctions jusqu'en 1912, sans demander à devenir pasteur titulaire comme il aurait pu le faire, car la condition de vicaire lui laisse davantage de temps pour ses autres activités, la musique et la théologie[13]. Cependant, alors qu'il a consacré ses recherches universitaires à la pensée religieuse de Kant et soutenu sa thèse de philosophie en 1899[14], son engagement comme prédicateur lui ferme une carrière académique en philosophie, malgré les éloges des éminents membres de son jury, Theobald Ziegler et Wilhelm Windelband[11].

Ses études sont entrecoupées de séjours d'études. Il passe le semestre d'hiver 1898-1899 chez son oncle à Paris où il étudie l'orgue et le piano avec Charles-Marie Widor et Marie Jaëll. Pendant l'été suivant, il se rend à Berlin où il côtoye des musiciens, des artistes et des penseurs tels que Adolf von Harnack, Otto Pfleiderer, Julius Kaftan ou Friedrich Paulsen. Il apprécie tout particulièrement les cours de Georg Simmel et se lie avec Carl Stumpf[15].

À son retour, il achève une thèse de théologie sur La Cène dans ses rapports avec la vie de Jésus et l'histoire du christianisme primitif[16], puis complète ce cursus par une thèse d'habilitation sur Le secret de la messianité et de la passion de Jésus[17]. En 1902 il est nommé Privatdozent à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg, une position précaire non rémunérée[18]. En même temps il devient le directeur du Collegium Wilhelmitanum, connu aujourd'hui encore sous le nom de « Stift ». C'est le foyer qui héberge les étudiants en théologie, dont il est aussi l'aumônier et le répétiteur. Il conserve ce poste jusqu'en 1906.

Hélène Bresslau[modifier | modifier le code]

Selon la version « officielle »[19], Albert Schweitzer fait la connaissance d'Hélène Bresslau en 1898, à l'occasion d'un mariage. Quoique de santé délicate, c'est une jeune fille indépendante et précoce – elle enseigne dès l'âge de 16 ans. Fille de l'historien allemand Harry Bresslau, professeur à l'université de Strasbourg depuis 1890, elle prend des cours de piano au conservatoire de Strasbourg et devient aussi l'une des premières étudiantes en histoire et histoire de l'art de l'université. Elle partage avec Albert sa passion pour la musique : elle chante dans le chœur de Saint-Guillaume, qu'il accompagne parfois à l'orgue à la demande de son fondateur et directeur, Ernest Münch. Ils font aussi de longues promenades à bicyclette le long du Rhin et c'est au cours de l'une de ces excursions qu'ils concluent en 1902 le pacte d'une amitié profonde et durable[20].

Jusqu'à leur mariage en 1912, Albert et Hélène échangent une abondante correspondance, aujourd'hui publiée[21]. Le couple aura une fille unique, Rhéna (de) (1919-2009).

Les années africaines (1913-1965)[modifier | modifier le code]

L'appel de l'Afrique[modifier | modifier le code]

Le jeune enseignant se trouve à l'aube d'une carrière universitaire, mais il réfléchit encore au sens qu'il souhaite donner à sa vie. Il envisage par exemple d'éduquer des enfants abandonnés et de les recueillir au Stift, ou de s'occuper de vagabonds ou d'anciens détenus[22].

Dans Ma vie et ma pensée, il raconte comment, à l'automne 1904, son regard tomba « machinalement » sur un article d'Alfred Boegner – un Alsacien directeur de la Société des missions à Paris – déplorant le manque de personnel pour la Mission au Congo – l'actuel Gabon. Il aurait pris aussitôt sa décision : « Mes recherches avaient atteint leur terme »[23]. L'un de ses biographes, Pierre Lassus, relativise cette explication conjoncturelle : la famille Schweitzer était déjà abonnée au Journal des missions, s'intéressait de longue date aux problèmes coloniaux, lisait les récits d'Eugène Casalis.

Dans sa première biographie, Souvenirs de mon enfance, Schweitzer évoquait aussi l'effet que produisit sur son imagination juvénile la contemplation répétée de la « figure herculéenne » d'un « nègre », « au visage triste et méditatif », sculptée au pied de la statue de l'amiral Bruat par Bartholdi.

Le choix de l'Afrique précède donc celui de la médecine, qui n'est que le moyen de se mettre « au service direct de l'humanité »[23]. Selon lui, il s'agit avant tout de soigner, de soulager les souffrances pour expier les crimes de la colonisation.

Le choix de la médecine[modifier | modifier le code]

Albert Schweitzer informe ses proches de sa décision de partir au Congo. Son amie Hélène le soutient, mais ses parents – tout particulièrement sa mère – sont désolés de le voir sacrifier l'université et la musique à un projet qui leur semble déraisonnable[24]. En 1905 il commence son cursus à la faculté de médecine de Strasbourg. En 1910 il passe le Physikum (de) (cycle préclinique). En 1910 il obtient la mention Très bien à l'examen terminal des études théoriques de médecine. Il effectue plusieurs stages pratiques, notamment en chirurgie, dans les services du professeur Madelung[9]. En 1912 il est habilité à exercer la médecine (Approbation als Artzt). Il complète sa formation par des cours à l'Institut des maladies coloniales de Paris[25]. En 1913 il soutient une thèse consacrée aux jugements psychiatriques sur Jésus[26], un sujet très éloigné de la pratique médicale à laquelle il se destine. Ce choix inattendu a fait l'objet de nombreux commentaires[27].

De son côté, Hélène Bresslau, nommée inspectrice des orphelinats de Strasbourg en 1905, entreprend en 1909 une formation d'infirmière à Francfort et cherche sa propre voie, alors qu'un mariage n'est pas encore à l'ordre du jour, car Albert hésite d'abord à l'entraîner dans une existence aussi périlleuse. Pourtant le couple se marie civilement à Strasbourg le 15 juin 1912, puis à l'église de Gunsbach trois jours plus tard[28].

Pendant ses études de médecine, il a continué à enseigner le Nouveau Testament et publié en 1906 une Histoire des recherches sur la vie de Jésus[29]. Il a également poursuivi ses activités de musicien et de musicologue. En 1905, il publie, en français, J. S. Bach, le musicien-poète[30], dont paraîtra en 1908 à Leipzig une édition allemande considérablement augmentée. Il consacre un ouvrage à la facture d'orgue en France et en Allemagne[31]. À trois reprises il accompagne à l'orgue l'Orfeó Català de Barcelone[9].

Une série d'obstacles a cependant retardé le départ en Afrique. Après la cession d'une partie du Congo français à l'Allemagne le , la Société des missions évangéliques de Paris, organisme qui coordonne les missions protestantes en France, se montre plutôt réticente à l'idée de recruter un citoyen allemand, universitaire et théologien libéral de surcroît. Après une dépression de quelques mois, le jeune médecin accepte finalement de partir à ses propres frais. Pour financer cette expédition, il donne des concerts et sollicite ses amis, en Alsace et à Paris. Il réunit des médicaments et du matériel médical pour deux ans – soixante-dix caisses – et emporte aussi le piano à pédalier d'orgue, en bois résistant aux termites, spécialement réalisé pour lui par la Société Jean-Sébastien Bach de Paris, dont il est un membre actif[32]

Prudent, il envisage la possibilité d'un retour pour des raisons de santé et cherche à préserver son poste à l'université, mais la Faculté de théologie n'y consent pas. Le , alors qu'il est parti depuis deux semaines et fait escale à Dakar, il se résout à envoyer sa lettre de démission au recteur de l'université de Strasbourg[11].

L'installation à la mission[modifier | modifier le code]

Matériel en partance
(coll. Musée africain de Gunsbach).

Le Albert et Hélène Schweitzer quittent Gunsbach pour embarquer le 26 mars à Bordeaux sur le paquebot Europe. Le ils arrivent à Andende, la station missionnaire protestante située au bord du fleuve Ogooué, à trois kilomètres de Lambaréné, dans l'actuelle province du Moyen-Ogooué[33]. Elle compte alors une vingtaine de cases.

Maquette de la maison d'Andende
(coll. Musée africain de Gunsbach).

Annoncée au son du tam-tam, leur arrivée ne passe pas inaperçue et le succès est immédiat[34]. Comme la baraque en tôle promise n'est pas disponible, le médecin utilise d'abord sa maison comme pharmacie et installe la salle d'opération dans un vieux poulailler. Peu à peu, des huttes en bambou sont construites pour accueillir les malades. Entre le 5 juin et le 9 janvier 1914, l'hôpital a déjà accueilli plus de mille patients[33]. Le médecin est secondé par sa femme infirmière et deux auxiliaires africains, N'zeng, secrétaire de santé, et Joseph – ancien cuisinier de Savorgnan de Brazza – qui fait aussi office de traducteur dans les différentes langues locales[34]. La région est réputée inhospitalière. Dans ses Notes et nouvelles de la part du prof. Dr Albert Schweitzer. Lambaréné (1913)[35], Albert Schweitzer en décrit les principales pathologies : les parasitoses intestinales, le paludisme, la lèpre, la maladie du sommeil. Il soigne les plaies, les gales, les ulcères et opère hernies étranglées et tumeurs éléphantiasiques[33].

Devant ces conditions précaires, il obtient le financement et la construction d'un dispensaire sur un terrain situé en contrebas. Une case en tôle ondulée posée sur du ciment abrite deux pièces, à laquelle s'ajoutent un logement pour l'infirmier, une salle d'attente et un dortoir[33].

Avant son départ Albert Schweitzer s'était engagé auprès de la Société des missions à ne pas prêcher mais, sur le terrain, il y est autorisé par les missionnaires. Il prononce donc de nombreux sermons[36], dont le premier trois jours après son arrivée. Il dispose de peu de loisirs, mais joue chaque soir de l'orgue avec son piano à pédalier[34].

Les années de guerre[modifier | modifier le code]

Alors que la mobilisation générale a été décrétée en France le , les Schweitzer – en tant que ressortissants allemands sur le territoire d'une colonie française – sont mis en garde à vue dès le 5 août. Le praticien doit alors cesser ses activités. Il est autorisé à les reprendre en novembre, mais de manière réduite. Comme il ne peut plus quitter le pays pour se réapprovisionner en médicaments, il contracte de lourdes dettes auprès de la Société des missions[9].

En septembre 1917, Albert et Hélène Schweitzer sont arrêtés, considérés comme prisonniers de guerre et envoyés en France, d'abord consignés dans une caserne à Bordeaux, puis internés dans un camp de prisonniers civils à Notre-Dame-de-Garaison dans les Hautes-Pyrénées. En mars 1918 ils sont transférés au camp de Saint-Rémy-de-Provence. Au mois de juillet, ils bénéficient d'un échange de prisonniers entre la France et l'Allemagne et regagnent l'Alsace le 8 août[9]. Albert Schweitzer est très affecté par ce conflit qui oppose deux nations chrétiennes auxquelles il est lié. Physiquement affaibli – le il subit une première intervention chirurgicale[9] –, il pense aussi son œuvre compromise[37].

Dans l'intervalle il a mené une réflexion philosophique sur l'état de la civilisation. Le titre de son ébauche – publiée plus tard –, Wir Epigonen (« Nous, les Épigones »), lui est inspiré par une réflexion entendue chez la veuve de Curtius à Berlin en 1899 : « Nous ne sommes après tout que des Épigones ! ». Il est comme « frappé par la foudre » par ce jugement qui reflète exactement sa pensée : sa génération, non seulement n'a pas dépassé les précédentes, mais se contente de les imiter, voire gaspille leur héritage[38]. Dans Ma vie et ma pensée, il raconte comment, en septembre 1915, lors d'un voyage sur l'Ogooué, il a l'intuition de la notion de « Ehrfurcht vor dem Leben », que l'on traduit généralement par « respect de la vie », même si cette formulation, aujourd'hui passée dans l'usage, ne fait pas l'unanimité[39].

Les tournées en Europe[modifier | modifier le code]

Après le traité de Versailles, Schweitzer obtient – de manière automatique[1] – la nationalité française.

Avant de partir en Afrique, Albert Schweitzer avait pris la précaution de se ménager un éventuel retour à Strasbourg en tant que pasteur – ce que l'Église luthérienne d'Alsace avait accepté. En 1919 il retrouve donc son poste de vicaire à l'église Saint-Nicolas. Il est en outre nommé assistant à la clinique de dermatologie de l'Hôpital civil[9].

Ancien presbytère de Gunsbach.

Sa fille unique Rhéna naît à Strasbourg le . Il est alors âgé de 44 ans. Toute la famille s'installe au presbytère de Saint-Nicolas. Après une nouvelle intervention chirurgicale au cours de l'été[9], les voyages se succèdent, le plus souvent dans le nord de l'Europe. En décembre 1919, l'archevêque luthérien Söderblom, primat de Suède – futur prix Nobel de la paix en 1930 –, l'invite à prononcer un cycle de conférences à l'université d'Uppsala, suivi par une tournée triomphale d'autres conférences et concerts à travers le pays[40]. Ces activités lui permettent de rembourser ses dettes à la Société des missions et d'envisager un retour à Lambaréné. Il publie À l'orée de la forêt vierge, présenté comme des « récits et réflexions d'un médecin en Afrique équatoriale »[41]. Ce livre le fait connaître en Europe et lui permet par la suite de trouver de nombreux donateurs[34].

En 1921 il demande à être nommé vicaire de son père à Gunsbach et s'installe au presbytère en avril. Il reprend alors ses travaux sur la « philosophie de la civilisation ». Il est régulièrement sollicité pour des conférences et des concerts en Suisse, à nouveau en Suède, en Grande-Bretagne, au Danemark, à Prague[9]. En 1922, ses interventions auprès de missionnaires réunis pour un séminaire d'été à Selly Oak (en), près de Birmingham, sont particulièrement remarquées. Il y insiste sur le caractère éthique du christianisme, beaucoup plus marqué que dans d'autres religions[42]. Ces textes sont publiés l'année suivante sous le titre Les religions mondiales et le christianisme[9].

En mai 1923, la famille s'installe dans une maison qu'il a fait construire à Königsfeld, en Forêt-Noire. Hélène et Rhéna y demeureront pendant ses absences et lui-même pourra venir s'y reposer de temps en temps et se consacrer à l'écriture[43]. Il publie deux tomes de son œuvre philosophique, Décomposition et reconstruction de la civilisation[44] et La civilisation et l´éthique[45], textes remaniés des conférences données à Uppsala. En 1924 il achève la rédaction des Souvenirs de mon enfance, avant son retour à Lambaréné[9].

En parallèle il a continué de se former par des stages de gynécologie et de soins dentaires à Strasbourg, et de médecine tropicale à Hambourg[9].

Lambaréné[modifier | modifier le code]

Localisation de Lambaréné dans le bassin de l'Ogooué.

Le , Albert Schweitzer est de retour à Lambaréné, mais sa femme et sa fille ne sont pas du voyage. Au cours des décennies suivantes il alterne quatorze séjours plus ou moins longs en Afrique avec des tournées de conférences et de concerts en Europe, puis aux États-Unis, qui lui permettent de financer ses projets. Il en profite pour achever plusieurs de ses œuvres et enregistrer des disques. Sa notoriété croît et les honneurs se succèdent. Sa famille l'accompagne quelquefois, mais la santé déclinante d'Hélène lui rend ces séjours de plus en plus difficiles.

À son arrivée en 1924, le docteur Schweitzer a retrouvé son hôpital à l'abandon. De nouveaux bâtiments s'avèrent encore plus nécessaires lorsque la région est touchée quelques mois plus tard par une grande famine et une épidémie de dysenterie[34]. Mais dans l'intervalle, plusieurs nouveaux collaborateurs sont venus étoffer l'équipe : Noel Gillespie, un étudiant anglais, Marc Lauterburg, un chirurgien suisse, et plusieurs Alsaciens : l'infirmière Mathilde Kottmann, le docteur Victor Nessmann de Pfaffenhoffen et l'ancienne institutrice Emma Haussknecht qui restera trente ans aux côtés du médecin[46].

Bulletin d'hospitalisation (1947)
(coll. Musée Albert-Schweitzer de Kaysersberg).

Le médecin décide de construire un nouvel hôpital à Lambaréné, à trois kilomètres en amont de l'Ogooué. Fort de ses deux expériences à Andende, il améliore la résistance de l'installation et le confort à l'intérieur des bâtiments, dotés d'une meilleure ventilation. Des cases séparées abritent les différentes populations (Fang et Galoa), les nouveaux opérés, les accouchées ou les tuberculeux. Le déménagement a lieu le , mais l'afflux de patients ne tarit pas et de nouveaux aménagements sont sans cesse nécessaires. La dotation liée au prix Nobel lui permet d'achever en 1955 la construction du « village de lumière », destiné aux lépreux[34].

Le vécu quotidien des patients est un peu mieux connu depuis qu'un chercheur gabonais, Augustin Emane, a mené pendant plusieurs années des enquêtes, dans leurs langues, auprès d'une soixantaine de témoins[47]. Il explore les similitudes entre le médecin européen et l'onganga, le guérisseur ou mage local, et souligne que cet espace atypique n'est pas un « village-hôpital », comme on l'a souvent dit, mais plutôt une sorte de campement protecteur et provisoire. Enfin, les représentations iconiques contrastées de Schweitzer en Occident et en Afrique ne seraient, l'une comme l'autre, que des artifices reflétant deux cultures très différentes, mais ce malentendu peut, selon lui, s'avérer productif.

La consécration[modifier | modifier le code]

Dès 1920, l'université de Zurich l'avait nommé docteur honoris causa pour l'ensemble de ses activités[48]. Le la ville de Francfort lui décerne le prix Goethe[9]. Le 5 décembre de la même année il est nommé docteur honoris causa de la Faculté de philosophie de Prague[9].

La notoriété internationale d'Albert Schweitzer s'étend lorsque sa femme visite les États-Unis avec leur fille en 1937 et y donne des conférences. Les premiers envois de médicaments et de vivres de la part d'associations américaines arrivent en 1942. Les médias prennent alors le relais. Le Life le désigne comme « le plus grand homme du monde »[49]. Après avoir décliné plusieurs invitations, lui-même ne se rend qu'une seule fois aux États-Unis, au début de l'été 1949. Le 8 juillet il prononce deux conférences (l'une en français, l'autre en allemand) sur Goethe à Aspen (Colorado), dont l'écrivain Thornton Wilder assure la traduction simultanée. Le 11 juillet 1949 il fait la une du magazine Time[50].

En Europe les distinctions se multiplient au cours des années 1950. La France le nomme chevalier (1948), puis officier de la Légion d'honneur (1950)[51]. Le il reçoit à Francfort le prix de la paix des libraires allemands[9]. Le 3 décembre il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques à Paris[9]. Le , le roi Gustave VI de Suède lui remet la médaille du prince Charles[52]. Le , il reçoit la médaille Paracelse, décernée par le corps médical en Allemagne[9]. Albert Schweitzer est le lauréat du prix Nobel de la paix pour l'année 1952. En son absence, il est remis à l'ambassadeur de France en Norvège le [53]. En 1955, la reine Elizabeth lui décerne l'ordre du Mérite (Order of Merit)[9]. Il reçoit en outre, à Bonn, les insignes de l'ordre Pour le Mérite (Friedensklasse)[9] et, en France, la médaille d'or de la Ville de Paris.

Au Gabon, le président de la République Léon Mba lui remet en 1961 la croix d'officier et la plaque de grand-officier de l'Étoile équatoriale[54].

Le combat pour la paix[modifier | modifier le code]

Les horreurs de la Première Guerre mondiale, puis de la Seconde, nourrissent de longue date la réflexion d'Albert Schweitzer, et sa correspondance avec ses amis Albert Einstein[55] et Robert Oppenheimer témoigne de son inquiétude croissante devant la montée du péril nucléaire, mais dans un premier temps il préfère se tenir à l'écart des débats[56]. L'attribution du prix Nobel en 1952 ne lui permet plus guère de s'y soustraire. Après l'explosion de la première bombe à hydrogène sur l'atoll de Bikini le , le quotidien britannique Daily Herald obtient une interview assez personnelle publiée le 14 avril[57], qui touche le grand public, mais n'a pas l'effet escompté auprès des scientifiques. Lorsqu'il se rend à Oslo pour recevoir son prix le , son discours sobre et factuel, Le problème de la paix dans le monde d'aujourd'hui, déçoit un peu les militants pacifistes. Cependant l'enthousiasme populaire est considérable, à tel point qu'un journal norvégien recommande à ceux qui voudraient serrer la main du lauréat de donner plutôt une couronne pour l'hôpital – une suggestion très entendue[56].

En avril 1955, Albert Einstein meurt, désespéré de n'avoir pas été entendu, et Albert Schweitzer se sent désormais investi d'une mission. Le 24 avril 1957, Radio Oslo diffuse son appel, Declaration of Conscience, relayé par de nombreuses radios dans le monde. Il y décrit en détail l'histoire des essais nucléaires, leur puissance et leurs effets à court et long terme[56]. L'année suivante la même radio diffuse les 28, 29 et 30 avril, trois nouveaux appels contre l'armement atomique. Ces discours sont aussitôt réunis dans une brochure, Paix ou guerre atomique[58], et traduits en plusieurs langues.

En pleine guerre froide, le docteur Schweitzer est descendu dans l'arène politique[59] et devra en payer le prix. Il indispose les militaires américains, agace les politiques – Adenauer et son ministre Strauss voudraient la bombe pour la Bundeswehr –, et inquiète ses amis qui craignent pour l'œuvre de Lambaréné et son financement, car les critiques pleuvent désormais : son hôpital, sa personnalité, ses compétences et ses idées sont tour à tour mis en cause. Il poursuit son combat jusqu'à la fin de sa vie, félicitant Kennedy et Khrouchtchev lorsque les deux chefs d'État signent le un traité d'interdiction partielle des essais nucléaires.

Les dernières années[modifier | modifier le code]

Tombe du docteur Schweitzer à Lambaréné.

Le , le docteur Schweitzer retourne à Lambaréné pour la quatorzième et dernière fois. Il y reçoit la visite de personnalités, André Malraux venu pour la proclamation de l'indépendance du Gabon en août 1960, puis l'abbé Pierre en 1961, poursuit sa correspondance et achève l'édition critique Schirmer des œuvres intégrales pour orgue de J.- S. Bach. Le cinquantenaire de l'arrivée des Schweitzer à Lambaréné est commémoré le , son 90e anniversaire est célébré le . L'hôpital continue de s'agrandir et compte désormais 560 lits[9].

Le , à l'âge de 90 ans, Albert Schweitzer meurt à Lambaréné après une courte maladie. Il est enterré le lendemain dans le petit cimetière proche du fleuve Ogooué qu'il avait, à la demande de sa femme, aménagé devant la maison pour sa famille et ses collaborateurs. Les cendres d'Emma Hausknecht, son assistante, décédée le à Strasbourg, y reposaient déjà et celles de son épouse Hélène, morte à Zurich le , y avaient été déposées le [60]. Celles de leur fille Rhéna Schweitzer-Miller les y rejoignent en 2009[61].

Une croix blanche porte l'inscription « Ci-gît le docteur Albert Schweitzer né le 14-1-1875, décédé le 4-9-1965 ».

Un « homme universel »[modifier | modifier le code]

Une lettre de 1906[62], adressée par le jeune Albert Schweitzer à sa future femme Hélène, atteste qu'il était très conscient d'être un « homme universel » : « Quelquefois l'« universalité » de mon esprit me fait peur [...] je le porte comme un poids [...] mais, ensuite [...] je suis fier d'être plus universel que les autres et je me sens capable de rester à la hauteur pour tout ».

Musicien[modifier | modifier le code]

Parmi les passions d'Albert Schweitzer, la musique occupe, chronologiquement, la première place. Sa double culture lui donne accès très tôt aux esthétiques allemande et française. Reconnu comme analyste et interprète de l'œuvre de Bach, il contribue aussi à la recherche sur l'histoire de l'orgue et de sa facture[63]. Son talent constitue selon lui une « grande chance »[64], puisque le succès de ses concerts lui permet de contribuer au financement de son village-hôpital en Afrique.

Formation

Enfant sensible, il est parfois pris d'un véritable trouble, proche de l'évanouissement, lorsqu'il entend de la musique[65]. Après ses premières gammes au village, il se forme auprès de plusieurs maîtres, dont le premier est Eugène Münch, l'organiste de l'église Saint-Étienne à Mulhouse où il est lycéen. Par lui il fait la connaissance de son frère, Ernest Munch, qu'il remplace quelquefois à l'orgue de l'église Saint-Guillaume de Strasbourg et auquel il succède. Leur attachement commun à l'œuvre de Jean-Sébastien Bach est, selon Fritz Münch – fils d'Ernest et beau-frère d'Alfred –, à l'origine d'une véritable « tradition Bach » à Strasbourg[66]. C'est ensuite à Paris qu'il va se perfectionner, d'abord auprès de Charles-Marie Widor, compositeur et organiste à l'église Saint-Sulpice, qui dispose d'un instrument prestigieux. Il étudie aussi le piano avec Marie Jaëll et Isidor Philipp.

Musicologue
Premières mesures de la Toccata et fugue en ré mineur.

Avec ces éminents professeurs, il découvre d'autres compositeurs, mais reste fidèle à Bach, à qui il consacre une étude approfondie, Jean-Sébastien Bach, le musicien-poète[67]. L'ouvrage, préfacé par Widor, est publié en français en 1905, mais, devant son succès, l'éditeur lui propose de le traduire en allemand. De fait le jeune homme en profite pour le remanier et cette nouvelle version considérablement augmentée paraît en 1908. En 1912 il entreprend, en collaboration avec Widor dont il reste proche[68], l'édition complète des œuvres pour orgue de Bach pour le compte de G. Schirmer, un éditeur américain. Elle ne sera achevée que 50 ans plus tard[65]. Les musicologues contemporains se sont éloignés des conceptions de Schweitzer, mais ses travaux ont marqué l'histoire de l'organologie[66].

Concertiste

Sa réputation croît en Europe où il est de plus en plus sollicité. En 1905 il participe à la fondation de la Société Jean-Sébastien Bach avec Gustave Bret (1875-1969), puis accompagne parfois le chœur et l'orchestre qui se produisent à la salle Gaveau. À partir de 1908, il est également invité à Barcelone, à plusieurs reprises, pour accompagner l'Orfeó Català. Sous l'influence de Widor, Schweitzer, qui voulait que toutes les voix puissent être entendues distinctement, adopte à l'orgue un tempo que l'on juge aujourd'hui assez lent. Moqueur, le compositeur Nicolas Nabokov précisait : « ce qu'est la Volkswagen à la Porsche »[65].

Son activité de concertiste s'étale sur une période comprise en 1892 et 1955[69]. On a recensé à ce jour 487 récitals dans 11 pays, particulièrement en Europe du Nord. Pendant les années 1920-1930, il donne ainsi plus de 120 concerts aux Pays-Bas, en Suède et au Danemark[70].

Quelques instruments utilisés[note 6]

Plusieurs interprétations de Schweitzer, à Londres – au Queen's Hall (1928) et à All Hallows-by-the-Tower (1935) –, à l'église Sainte-Aurélie de Strasbourg (1936) et à l'église paroissiale de Gunsbach (1951-1952), ont fait l'objet d'enregistrements, pour His Master's Voice, puis Columbia Records. Ces quelque 70 enregistrements historiques concernent principalement des pièces d'orgue de Jean-Sébastien Bach, mais aussi de Felix Mendelssohn, César Franck et Charles-Marie Widor[71].

Facteur d'orgues

L'organiste Schweitzer est également un facteur d'orgue engagé dans la réforme alsacienne de l'orgue[72]. Il publie un petit essai en 1906[73] et participe en 1909 à la publication d'un règlement international pour la construction des orgues[74]. À l'église Saint-Thomas de Strasbourg, où il a organisé le 28 juillet 1909 le premier concert anniversaire de la mort de Jean-Sébastien Bach – qui deviendra une tradition –, il lutte aussi pour la sauvegarde de son orgue Silbermann[65]. Avec Émile Rupp, organiste de l'église Saint-Paul de Strasbourg[75], il dénonce la nouvelle « orgue d'usine », plus technique et plus puissante, mais privée de sentiments.

Lorsqu'il quitte l'Alsace en 1913, Albert Schweitzer emporte le piano à pédalier d'orgue qui lui a été offert : il pourra ainsi continuer à s'exercer pour ses futurs concerts en Europe[65].

Théologien[modifier | modifier le code]

Albert Schweitzer s'inscrit dans la ligne du protestantisme libéral, courant théologique qui critique les conceptions traditionnelles et qui s'efforce de repenser et de reformuler le message chrétien pour qu’il soit compréhensible pour des esprits modernes et qu’il puisse les interpeller[76].

Il examine les dogmes « de manière historique et critique », les considérant comme « une expression de la foi, expression non pas immuable et éternellement valable, mais historiquement datée, marquée par son contexte »[77]. Président d'honneur de l'Association française des protestants libéraux, il a également été très proche des unitariens américains qui l'ont soutenu à la fin de la Deuxième Guerre mondiale[78]. Il se situe souvent à contre-courant des grandes tendances contemporaines – ce qui lui vaut de vives oppositions, en particulier de théologiens proches des positions de Karl Barth – et prône avant tout une « théologie de l'action »[79].

Ses travaux portent principalement sur le Nouveau Testament, Jésus de Nazareth, l'apôtre Paul, les religions du monde et les spécificités du christianisme[78].

L'appel de Jésus 
Reimarus (1749).

La réflexion de Schweitzer, étudiant, puis jeune enseignant à la Faculté de théologie de Strasbourg, s'inscrit dans le contexte général des quêtes du Jésus historique, commencées à la fin du XVIIIe siècle avec Reimarus.

Sa monumentale Histoire des recherches sur la vie de Jésus (1906)[80] met en évidence la grande diversité des interprétations, toutes anachroniques, qu'il discute et critique tour à tour. Étienne Trocmé, à propos de sa présentation d'un Jésus prédicateur eschatologique, fait remarquer que lui-même n’échappe pas à un ancrage temporel[81]. Schweitzer souligne l'« étrangeté » de Jésus (il appartient à un monde culturel totalement différent du nôtre) et son mystère (nous ne pouvons pénétrer dans sa vie intime ni déterminer sa relation exacte avec Dieu)[82]. Sa personne, son être, sa nature profonde nous sont hermétiques et inconnaissables, mais son message vaut pour tout homme à toute époque[81].

Il voit en lui l'inspirateur de sa propre vie, notamment lorsqu'il fait le choix de l'Afrique, qu'il interprète comme une réponse à l’appel de Jésus : « Toi, suis-moi ! »[77].

Spécificité du christianisme 

Au XIXe siècle, de nombreux théologiens qualifient le christianisme de « religion absolue » (autrement dit, de « religion parfaite », alors que les autres sont fausses ou défectueuses)[78], affirmation que la Grande Guerre discrédite pour beaucoup d'Européens, dont certains recherchent d'autres formes de spiritualité, notamment du côté des sagesses orientales.

En 1922, Albert Schweitzer déclare à des missionnaires anglais réunis à Selly Oak que la religion chrétienne ne doit « revendiquer aucun privilège, mais prendre part au combat des idées, en ne comptant que sur la force de sa vérité intrinsèque »[78].

La comparaison entre les religions fait apparaître la spécificité du christianisme qui réside dans son message à la fois mystique et éthique. Schweitzer distingue deux types de spiritualités. Les unes, plutôt dualistes, opposent la vérité divine à un monde foncièrement mauvais, dont il faut alors se détacher pour pratiquer l'ascèse et la contemplation. Les autres, plutôt monistes, voient dans le monde l'expression de la volonté divine et prônent donc l'acceptation et la soumission. Selon Schweitzer, l'Évangile n'entre dans aucune de ces deux catégories : son eschatologie propose une vision dynamique, celle d’une transformation profonde de la réalité[78]. Le monde ne doit ni être méprisé ni être idéalisé, mais transformé par l’action de Dieu dans les hommes. Le christianisme joint indissociablement mystique (relation avec l'absolu) et éthique (engagement dans le monde). Dans le contexte spécifique de l'entre-deux-guerres, Schweitzer ne s'appesantit pas sur le judaïsme, écarte l'islam, et concentre ses recherches sur les religions de l'Antiquité, les spiritualités de l'Inde[83], puis celles de la Chine (il n’achèvera pas le livre qu'il voulait leur consacrer).

Prédication

Fils et petit-fils – par sa mère – de pasteurs, Albert Schweitzer s'engage dans une voie qui semble d'abord toute tracée. À partir de 1898, il a l'occasion de prononcer quelques sermons à Strasbourg et à Gunsbach[84]. Entre 1900 et 1912, puis à nouveau de 1918 à 1922, Albert Schweitzer, devenu vicaire à la paroisse de Saint-Nicolas, déploie alors une intense activité de prédication et en éprouve un « bonheur indicible »[85]. Puis il lui arrive de prononcer d'autres sermons, sans être desservant d'une paroisse, notamment à Stockholm et à Londres[84]. Au cours de ses différents séjours à Lambaréné, il continue de prêcher jusqu'à sa mort en 1965[86].

À travers ces sermons, préparés avec soin, il s'applique essentiellement à interpréter les paroles de Jésus dans les évangiles, exhortant, en termes enthousiastes, ses paroissiens à œuvrer à l'avènement du Royaume de Dieu par l'action. Ce Royaume, que les premiers chrétiens se représentaient comme une cité merveilleuse dans un futur post apocalyptique, ce monde-ci étant détruit pour laisser la place à « un nouveau ciel et une nouvelle terre »[87], il en propose une autre vision, celle de la transformation de la terre et des hommes selon l'idéal chrétien de justice, d'humanité et de sincérité. Action humaine et action divine se conjuguent pour y parvenir, et chacun peut y prendre sa part (mitwirken), même si les obstacles sont nombreux : découragement, indifférence, habitudes et préjugés[85].

Des centaines de sermons ont été conservés et constituent un matériau de choix pour l'étude de sa pensée[84].

Philosophe[modifier | modifier le code]

Statue de Kant sur la corniche du Palais universitaire de Strasbourg.

Pour Albert Schweitzer, théologie et philosophie doivent se rencontrer et collaborer[79]. À partir de ses premiers travaux sur la philosophie kantienne, il développe une œuvre originale, restée inachevée[88]. Ses recherches le conduisent à l'élaboration d'un principe central, le respect de la vie, qui anime sa pensée et son action tout au long de sa vie.

Lecture de Kant

En 1899 il soutient, sous la direction de Theobald Ziegler, une thèse consacrée à la philosophie de la religion chez Kant[14], le « philosophe du devoir »[89]. L'approche kantienne interpelle l'étudiant dont toute l'éducation religieuse a été imprégnée du sens du devoir, mais il en propose une critique radicale : Kant a, selon lui, manqué de courage pour fonder son éthique dans la pensée et ne répond pas véritablement à la question primaire du « quoi faire ? ». À la fin de sa vie il en viendra à une éthique déontologique inspirée de Kant, allant en quelque sorte « avec Kant au-delà de Kant », pour reprendre la formule du néokantien Hermann Cohen.

Le jury de thèse a salué sa « grande pénétration d'esprit » et son travail est publié chez un éditeur reconnu[90], mais son engagement de prédicateur lui ferme la possibilité d'une carrière universitaire en philosophie. Il opte alors pour la théologie.

Philosophie de la civilisation 

La Première Guerre mondiale lui apparaît comme un symptôme révélateur du déclin de la civilisation européenne[91] et le conduit à élaborer une Kulturphilosophie, dont deux tomes sont publiés en 1923. Il n'achèvera pas le troisième, dont on publiera le brouillon après sa mort[92]. Dans le premier volume[93], il brosse un tableau très sombre de la situation de l'humanité[94]. La culture européenne – sa mission civilisatrice – a échoué, mais force est de constater que les autres n'ont pas mieux réussi. C'est dans le second tome[95] qu'il développe son principe du « respect de la vie ».

Interrogeant le rapport entre notre représentation du monde (Weltanschauung) et l'éthique, il reprend après Kant ces deux questions fondamentales : « Que puis-je savoir ? » et « Que dois-je faire ? ». Pour éclairer sa démarche, il explore d'autres cultures, en particulier la pensée de l'Inde[96] et celle de la Chine[97]. Sa pensée est également nourrie par ses échanges avec d'autres philosophes et des personnalités de son temps, telles que le Tchèque Oskar Kraus, qui lui présente son compatriote, le président Tomáš Masaryk, Albert Einstein, Bertrand Russell, Linus Pauling ou Karl Jaspers[98]. Elle s'incarne dans l'action, sur le terrain en Afrique comme sur la scène internationale, lorsqu'il s'engage contre l'arme nucléaire.

Respect de la vie 

Le « respect de la vie » constitue le fondement de l'éthique d'Albert Schweitzer, qui en a fait « l'étendard »[99] de son œuvre et de sa vie, même si ce principe est loin de résumer la totalité de sa pensée éthique. C'est la formulation qu'il a lui-même choisie pour transposer Ehrfurcht vor dem Leben, une expression allemande que l'on pourrait aussi traduire par « respect craintif » ou « crainte respectueuse devant la vie », puisque le verbe ehren signifie « honorer » et fürchten, « redouter »[100].

Flottage du bois sur l'Ogooué à Lambaréné (2006).

La genèse de cette idée a été expliquée, voire mise en scène[79], par Schweitzer et abondamment citée en tant que moment fondateur de sa pensée[101]. En septembre 1915, au cours d'un long trajet en pirogue sur l'Ogooué pour se rendre au chevet d'une malade, alors qu'il cherche en vain à élaborer une conception élémentaire et universelle de l'éthique, il vit une expérience inattendue :

« Le soir du troisième jour alors que nous avancions dans la lumière du soleil couchant, en dispersant au passage une bande d'hippopotames, soudain m'apparurent sans que je les eusse pressentis ou cherchés les mots : respect de la vie. La porte d'airain avait cédé[102]. »

Cette nouvelle illumination[103] cristallise une sensibilité et une réflexion antérieures. En effet, lors d'un cours donné le 13 février 1912 à l'université de Strasbourg, il a déjà traité du thème du respect de la vie. Il s'agissait alors de mettre l'accent sur le caractère irremplaçable de tout être vivant et sur la responsabilité de l'homme à l'égard de tous les êtres vivants[104]. Dès 1909, dans un sermon du 7 février, il utilisait Ehrfurcht dans un contexte un peu différent pour inviter ses paroissiens à ressentir ce sentiment de crainte respectueuse envers Jésus[105].

La notion de respect de la vie ne désigne pas seulement un sentiment ou un état d'âme. Il s'agit d'une attitude dynamique, d'un combat à mener, pour servir la vie et la défendre parfois contre le danger qu’elle représente pour elle-même[79]. Toutefois, à ses yeux, ce n'est pas une éthique développée, ni « un système clos et complet », car beaucoup de problèmes susbsistent, auxquels Schweitzer se confronte en de nombreuses occasions, comme en témoigne sa correspondance. Ouvrant la route pour des solutions réfléchies et créatives, ce principe constitue avant tout un fondement, une orientation : chaque vie est sacrée et il n'y a pas de hiérarchie de valeur entre les différentes formes de vie[106] : « je suis une vie qui veut vivre, au milieu d’autres vies qui veulent vivre »[note 7].

Condition animale 

Le jeune Albert, élevé à la campagne, était entouré d'animaux. C'est un enfant sensible, révolté par les mauvais traitements qui leur sont infligés[107]. Il protège les escargots, les vers de terre, également les plantes[108].

Son éducation lui révèle le message d'amour et de non-violence de la Bible[109], mais, dans ses écrits ultérieurs, il dénonce l'indifférence de la philosophie européenne à la protection des animaux, alors que l'amour du prochain préconisé par le christianisme contient « implicitement » la compassion envers les bêtes[107]. Au fil de ses lectures, il retrouve ces notions chez les penseurs indiens et chinois. Le jaïnisme, avec la notion d'ahimsa, retient particulièrement son attention et influence sa pensée[109].

En Afrique équatoriale, où le bien-être des animaux ne constitue pas alors une priorité, le docteur Schweitzer surprend par l'attention qu'il porte même aux plus petites espèces[110]. À côté des cases destinées aux patients, il a aménagé une sorte de refuge pour les animaux, accueillant des singes, des chiens, des chats, des poules ou des pélicans – il eut pour compagnon un pélican nommé « Parsifal », auquel il donne la parole dans un petit ouvrage[111] –, voire des antilopes[109]. Il réprouve totalement la chasse et lui-même est principalement végétarien, quoique sans ostentation[112].

Son éthique du respect de la vie s'étend donc explicitement à toute forme de vie. Il a conscience que l’être humain, comme tout vivant, se trouve dans l'impossibilité d'éviter totalement le sacrifice d'autres vies pour sa propre survie, et sa démarche prend en compte cette dimension. Il préconise un changement radical, réfléchi et déterminé du comportement des hommes[109].

Médecin[modifier | modifier le code]

La panoplie du médecin de brousse
(coll. Musée Albert-Schweitzer de Kaysersberg).

L'activité médicale d'Albert Schweitzer est à l'origine de sa notoriété auprès du grand public, mais, selon le chercheur gabonais Hines Mabika, elle a suscité moins de recherches historiques que ses autres travaux[113].

Outre son autobiographie, Ma vie et ma pensée, son abondante correspondance avec Hélène permet néanmoins de le suivre pas à pas au cours de ses années de formation[114]. Selon son habitude, il travaille beaucoup, et ces études, d'abord choisies comme « utiles », le passionnent et constituent pour lui une véritable « expérience sur le plan spirituel[115] ». On le voit aussi intervenir auprès de plusieurs proches, atteints de diverses pathologies, parfois à caractère psychosomatique, et apprendre à ne pas dissocier le malade de son esprit, de sa vie, de sa culture[114].

Le docteur Schweitzer arrive à Lambaréné en 1913. L'engagement des quelques missionnaires, formés en médecine, déjà à l'œuvre avant son arrivée ont été décrites par le docteur Othon Printz[116]. Ses propres Lettres de Lambaréné contiennent de nombreuses observations cliniques, mais n'ont pas été traduites en français à ce jour. En 2005, un ancien médecin colonial français, André Audoynaud, dresse contre son confrère un réquisitoire très médiatisé[113]. Dans Cœur de gazelle et peau d'hippopotame (2006), le couple Walter et Jo Munz[117] → lui médecin suisse, elle sage-femme d'origine néerlandaise – relate les dernières années d'Albert Schweitzer à Lambaréné et l'évolution ultérieure de son hôpital. Un autre chercheur gabonais, Augustin Emane, a recueilli les témoignages de patients et de leur entourage, publiés en 2013[118].

Selon le docteur Mabika, les investigations menées à ce jour ne rendent pas compte de l’apport original de Schweitzer à la médecine – notamment à la médecine tropicale –, son souci permanent d'adéquation à l'environnement social et la mise au point progressive d'une nouvelle forme d’accueil et de soins, le village-hôpital[113].

Critiques[modifier | modifier le code]

Albert Schweitzer a toujours été contesté, mais selon André Gounelle – qui lui reconnaît comme à tout être humain des faiblesses et des erreurs – , les attaques virulentes[119] dirigées contre lui dépassent le cadre d'une critique légitime : les partis pris idéologiques et le « goût de démolir les célébrités » y auraient sans doute leur part[79]. Le théologien français se demande aussi si elles ne traduiraient pas une forme de malaise, la pensée et l'action du docteur Schweitzer renvoyant chacun à ses propres responsabilités.

Premiers heurts[modifier | modifier le code]

La Société des missions
(avant 1910).

Sa lecture du Nouveau Testament suscite d'abord la désapprobation de tous, avant de faire son chemin. À la Société des missions, si l'on excepte Alfred Boegner et son neveu Marc Boegner, il est plutôt mal accueilli. On se méfie de ce théologien libéral et alsacien. Les Églises redoutent son indépendance d'esprit. De nombreux théologiens le soupçonnent de dénaturer l’Évangile et de s'éloigner du christianisme[2].

En 1913, les amis, sa famille et sa belle-famille ne comprennent pas son choix de l'Afrique et de la médecine et cherchent à l'en dissuader[120]. Sa mère meurt en 1916 sans s'être réconciliée avec lui.

Réticences françaises[modifier | modifier le code]

En dehors de l'Alsace, Albert Schweitzer a rarement trouvé en France ses plus fervents adeptes et, selon André Gounelle[2] et Matthieu Arnold[121], y reste aujourd'hui largement méconnu, y compris parmi les protestants.

Les deux guerres mondiales, la nationalité de sa femme, son propre attachement à la double culture, éveillent quelquefois le soupçon du côté français et le mythe en agace plus d'un[2].

Si Gilbert Cesbron s'enthousiasme en 1949, bien des intellectuels français ne se laissent pas séduire. La même année, dans un poème virulent[note 8] de son recueil Cantilènes en gelée, Boris Vian s'attaque au personnage[122]. Dans les années 1950, Jean-Paul Sartre, futur lauréat d'un prix Nobel qu'il refusera et coutumier des portraits au vitriol[123], le décrit comme « le plus grand filou qui soit »[124].

Ses prises de position contre l'arme nucléaire à la fin des années 1950 indisposent aussi l'État français, au moment où le général de Gaulle, de retour au pouvoir, y est favorable. Les hommages funèbres du gouvernement français seront tièdes[125].

L'avènement de la vogue humanitaire, par le biais des French doctors qui s'en réclament parfois, lui vaut une montée de popularité en France[126].

En 2001, dans un ouvrage controversé, Les Frères invisibles[127], portant sur le pouvoir de la franc-maçonnerie en France, les journalistes d'investigation Ghislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre décrivent l'influence considérable de la franc-maçonnerie parmi les chefs d'État africains et les hommes d'affaires, également dans le domaine humanitaire, ajoutant qu'Albert Schweitzer en faisait partie, mais ils n’avancent aucune preuve et cela apparaît peu vraisemblable.

En 2005, André Audoynaud publie un ouvrage polémique, Le docteur Schweitzer et son hôpital à Lambaréné : l'envers d'un mythe[128]. Ancien médecin-chef de l'hôpital public de Lambaréné, il rend hommage au théologien, mais décrie le philosophe et le musicien, et bien davantage encore le confrère, sa personnalité et ses pratiques médicales. Son réquisitoire sans concession lui vaut d'être interviewé dans le film documentaire de Georg Misch, Anatomie d'un saint (2010)[119].

Méfiance américaine[modifier | modifier le code]

Les États-Unis ont d'abord célébré et soutenu le docteur Schweitzer, mais un revirement se produit à partir de 1957[119], lorsque celui-ci prend ouvertement position contre les essais nucléaires, et plus généralement contre la course aux armements. Il devient alors persona non grata pour le gouvernement américain et certains médias voient dans ses appels une forme de propagande en faveur des thèses communistes, voire le soupçonnent d'être manipulé par des agents étrangers.

À partir de 1958, le président Eisenhower et son Secrétaire d'État Dulles cessent de lui envoyer leurs vœux à l'occasion de son anniversaire et, en mars 1959, Eisenhower refuse de participer à la cérémonie de remise du titre de docteur honoris causa par l'université de Princeton. Cependant l'arrivée au pouvoir de John Kennedy en janvier 1961 met un terme à cette crispation et, en 2009, lorsque Barack Obama reçoit à son tour le prix Nobel de la Paix, il rend hommage à Albert Schweitzer et aux autres « géants de l’histoire » – Martin Luther King, George Marshall et Nelson Mandela – qui l'ont précédé[129].

Voix africaines[modifier | modifier le code]

Pirogue taillée par des lépreux de Lambaréné en 1962
(coll. Musée africain de Gunsbach).

Dans les sermons prononcés à l'église Saint-Nicolas de Strasbourg avant 1914, Albert Schweitzer avait explicitement critiqué les entreprises coloniales de l'Allemagne et les méthodes violentes utilisées par celle-ci dans ses colonies du Sud-Ouest africain, particulièrement lors du massacre des Héréros[130]. Pourtant, dans le contexte général de la décolonisation, l'accession du Gabon à l'indépendance en 1960 fait apparaître une nouvelle forme de contestation.

En septembre 1962, l'hebdomadaire Jeune Afrique ouvre le feu avec un article intitulé « Le scandale de Lambaréné »[131]. Son auteur, Jane Rouch – une journaliste américaine, épouse de Jean Rouch –, y dénonce les carences de l'hôpital et le regard condescendant que le médecin porterait sur les Africains. Cette tentative de déconstruction du mythe met fin à une monopolisation du discours par l'Europe[132].

Avec Le Grand Blanc de Lambaréné (1994), tourné au Gabon dans les décors d'origine, le cinéaste camerounais Bassek Ba Kobhio revendique son propre regard sur l'Afrique coloniale – celui « plus authentique » du colonisé. Il fait pourtant le choix assumé de la fiction et remanie à son gré les données biographiques. De la large place faite aux dialogues entre de nombreux personnages émerge le portrait contrasté d'un homme présenté comme infatigable et passionné, mais autoritaire et paternaliste[133].

En 2013 – année de la commémoration de l'arrivée du docteur Schweitzer en Afrique –, le Gabonais Augustin Emane, en poste dans une université française, fait le bilan des huit années d'enquêtes menées sur le terrain (en fang et en galoa, rarement en français), auprès de ceux qui l'ont connu[47]. Son livre montre comment le personnage érigé en mythe en Occident a également accédé, bien différemment, au statut d'icône au Gabon, où il l'a largement conservé.

En 2014, son compatriote Noël Bertrand Boundzanga, enseignant-chercheur à l'université Omar-Bongo, rebondit sur la notion de « malentendu productif » développée par Emane et publie avec d'autres historiens et anthropologues gabonais une série d'essais souvent critiques, Le malentendu Schweitzer[134]. Le philosophe français Jean-Paul Sorg déplore à son tour que la dénonciation par Albert Schweitzer, bien avant la Grande Guerre, des atrocités du colonialisme n'ait pas été prise en compte[135]. Il attribue cette vision tronquée à l'« ère du soupçon », caractéristique d'une certaine modernité.

Héritage[modifier | modifier le code]

En 1975, à l'occasion du centenaire de sa naissance, son élève et ami Robert Minder avait déjà réuni une centaine de témoignages explorant les multiples facettes du « rayonnement d'Albert Schweitzer »[136]. Depuis ce premier bilan, les hommages et les relais n'ont cessé de se multiplier.

Associations[modifier | modifier le code]

Dès l'origine, les associations de soutien ont joué un rôle déterminant dans les réalisations d'Albert Schweitzer[137]. Avant son premier départ en Afrique (1913), il réunit des amis strasbourgeois auxquels il confie la comptabilité et les démarches administratives liées à ses projets. Puis lors de son deuxième séjour (1924) et dans la perspective de la construction de l'hôpital d'Andende, il trouve de nouveaux appuis en Suisse et en Allemagne. Une association suisse d'aide est fondée en 1949, suivie par une dizaine d'autres, en Europe, en Amérique et au Japon, ainsi que des cercles d'amis dans 23 pays[137].

Par ailleurs, l'« Association de l'hôpital du Docteur Albert Schweitzer à Lambaréné » (ASL) - créée en 1930 et dont Schweitzer préside le comité directeur jusqu'en 1956 - devient propriétaire du nouvel hôpital. À la mort de Schweitzer, l'association se renomme « Association internationale de l'hôpital Albert Schweitzer à Lambaréné et de son œuvre » (AISL)[137]. Dans les années 1970, l'AISL cède se désinvestit de la gestion de l'hôpital, au profit d'une fondation gabonaise, la « Fondation internationale de l'hôpital du Docteur Schweitzer à Lambaréné » (FISL)[138].L'AISL prend alors le nom d'« Association internationale pour l'œuvre du docteur Albert Schweitzer de Lambaréné »et s'emploie désormais à faire connaître la vie et la pensée du Dr Schweitzer. Elle gère le musée, les archives, le site Internet et publie des ouvrages[139].

Une autre association, l'« Association française des amis d'Albert Schweitzer » (AFAAS), fondée à Paris en 1952, édite les Études schweitzériennes (1990-2003)[140] et les Cahiers Albert Schweitzer (avril 1959-)[141], qui sont une mine de documents, de textes et d’études. Son siège se trouve aujourd'hui à Strasbourg.

Prix Albert-Schweitzer[modifier | modifier le code]

Plusieurs récompenses portent le nom de « prix Albert-Schweitzer ». La plus ancienne fut créée en 1969 par un mécène de Hambourg, Alfred Toepfer[142].

Musées[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

  • la maison natale d'Albert Schweitzer à Kaysersberg[143].
  • l'ancienne maison d'Albert Schweitzer à Gunsbach[144] où sont exposées les collections et les archives tandis des objets africains sont exposés à la mairie de la ville.

En Allemagne[modifier | modifier le code]

Au Gabon[modifier | modifier le code]

  • à Lambaréné, sur le site de l'ancien hôpital[147] au milieu des années 1980[148] un musée permet de voir des éléments d'origine (mobilier, matériel médical), reconstitué, ainsi que différents objets, tels souvenirs et photographies d'archives.

Œuvres d'art[modifier | modifier le code]

Monument de Gerhard Geyer à Weimar (1968).

Le personnage d'Albert Schweitzer, sa silhouette, sa moustache drue, avec ou sans casque colonial[149], ont inspiré nombre de créateurs, tout particulièrement les sculpteurs. Connus ou moins connus, ils ne peuvent être cités tous.

Le sculpteur néerlandais Pieter de Monchy au travail (1974).

Parmi eux, l'Allemagne est bien représentée. Une photographie de 1929 montre Otto Leiber, artiste allemand né à Strasbourg, achevant un buste en présence de son modèle[150]. Jürgen von Woyski est l'auteur, en 1961, d'une statuette de bronze, Professor Dr A. Schweitzer, qui le met en scène avec costume de voyage et bagages[151]. Le peintre et sculpteur allemand originaire de Bohême, Oskar Kreibich (de), peint son portrait, « à la manière de Kokoschka », selon une étude de 1962[152]. Un artiste de Halle (Saxe-Anhalt), Gerhard Geyer, est l'auteur du premier monument dédié à Albert Schweitzer[153]. Érigé à Weimar en 1968, ce groupe sculpté en bronze représente une femme africaine, son bébé et une fillette, aux côtés du médecin qui porte casque, tablier et bottes. En Alsace, c'est aussi à un artiste allemand, Fritz Behn — qui fut élève de Rodin —, que fut confié le monument érigé en 1969 sur les hauteurs de Gunsbach, au lieu-dit Kanzrain, où l'enfant du pays aimait se retirer pour contempler la nature et méditer, comme en témoigne une lettre au sculpteur : « Car là-bas j'étais celui qui était occupé à penser. Là-bas j'aimerais demeurer dans la pierre, et que l'on m'y rende visite »[154].

En 1953, le peintre polonais Feliks Szczęsny Kwarta (pl) peint un portrait qui se trouve actuellement au Collège royal de médecine à Londres[155]. Le buste exécuté par le Français Georges Boulogne en 1954 est érigé dans les jardins princiers de Monaco en 1966[156]. Aux Pays-Bas, un buste du docteur Schweitzer a été offert au Palais de la Paix de La Haye en 1958[157]. Le sculpteur néerlandais Pieter de Monchy exécute en 1974 une statue monumentale[158], érigée sur le Brink, la place centrale de Deventer, dans l'est du pays.

Le prix Nobel de la paix reçu en 1952 étend la notoriété d'Albert Schweitzer outre-Atlantique. Le graveur américain Arthur Heintzelman réalise son portrait dans les années 1950[159]. L'économiste Leo Cherne, également sculpteur de bustes de plusieurs contemporains, consacre en 1955 sa première œuvre à Albert Schweitzer[160]. Travaillant d'après des photographies, il ne l'avait pas encore rencontré, mais les deux hommes entretiendront ensuite une correspondance jusqu'à la mort du médecin. Riverside Church, une église interdénominationnelle de Manhattan construite pendant l'entre-deux-guerres, abrite une statue de Lee Lawrie[161], d'origine allemande et dont le nom est associé à de nombreuses réalisations architecturales de la première moitié du XXe siècle.

L'art contemporain n'oublie pas Albert Schweitzer : aux côtés de Nelson Mandela ou du dalaï-lama, il a rang d'icône culturelle[162], comme à la Demeure du Chaos de Saint-Romain-au-Mont-d'Or.

Théâtre et cinéma[modifier | modifier le code]

En 1949, Gilbert Cesbron, écrivain catholique engagé, rend visite pour la première fois à Albert Schweitzer à Gunsbach[163]. Il fonde de grands espoirs sur ce pasteur luthérien qu'il pense capable de revigorer un christianisme mis à mal par les horreurs de la guerre[164]. Sa pièce de théâtre, Il est minuit, docteur Schweitzer (1951), remporte un grand succès et contribue grandement à la notoriété du médecin en France. Elle est adaptée à la radio et portée à l'écran l'année suivante par André Haguet qui a confié le rôle principal à Pierre Fresnay. En 2011, le chanteur franco-gabonais Jann Halexander reprend à son compte le titre Il est minuit, Docteur Schweitzer pour l'une de ses chansons[165].

Outre le long métrage de Haguet, Albert Schweitzer a inspiré une dizaine d'œuvres cinématographiques[133]. Albert Schweitzer (1957), une hagiographie américaine d'Erica Anderson et Jerome Hill, remporte en 1958 l'Oscar du meilleur film documentaire. Un autre Américain, Gray Hofmeyr (en), réalise Médecin de l'impossible, interprété par Malcolm McDowell (1990). Le réalisateur camerounais Bassek Ba Kobhio brosse en 1990 un portrait iconoclaste, Le Grand Blanc de Lambaréné – la première représentation de Schweitzer par un cinéaste africain. En 2009, le Britannique Gavin Millar choisit de situer son Albert Schweitzer à l'orée de la guerre froide, lorsque le médecin prend ouvertement position contre l'arme nucléaire[166]. En 2010, le documentariste allemand Georg Misch (de) réalise Albert Schweitzer, anatomie d'un saint pour la télévision et le cinéma[167].

Noms d'organisations et de voies urbaines[modifier | modifier le code]

Comme d'autres lauréats, Albert Schweitzer a bénéficié de l'« effet Nobel »[168]. Outre les avantages matériels liés, directement ou indirectement à cette distinction, il acquiert en 1952 une aura internationale considérable, qui conduit de très nombreux établissements hospitaliers et scolaires, églises, institutions et voies urbaines à prendre son nom, inspirés ou non par son œuvre[169]. L'hôpital Albert-Schweitzer de Lambaréné , mais aussi celui d'Haïti, fondé en 1956 par Larry Mellon, le jardin Albert-Schweitzer dans le 4e arrondissement de Paris ou l'ancien train Albert-Schweitzer qui reliait Dortmund à Strasbourg, en constituent quelques exemples.

La situation est différente en Afrique où, à l'exception de Lambaréné, il n'y a aujourd'hui ni rues ni établissements scolaires à son nom dans aucune ville du Gabon, ni de volonté particulière du gouvernement — qui reste le principal financier de l'hôpital — d'en faire une icône, contrairement à ce qui s'est passé dans le cas de Savorgnan de Brazza, par exemple[170].

Philatélie et numismatique[modifier | modifier le code]

Médaille commémorative allemande (1965).

Albert Schweitzer constitue à lui seul un thème de collection, comme en témoigne une exposition de 2013 à Kaysersberg qui réunissait les quelque 1 300 pièces (timbres, enveloppes, photos) d'un philatéliste passionné[171].

Les premiers timbres à l'effigie du docteur ont été émis à Monaco en 1955, à l'occasion de son 80e anniversaire[172]. En 1960 la toute jeune République gabonaise dédie son premier timbre à Albert Schweitzer[173], puis, au fil des ans, en émet d'autres en hommage au médecin, à son hôpital et même à son pélican[174], ainsi qu'un timbre en or en 1965. Alors qu'en amont du centenaire de la naissance d'Albert Schweitzer en 1975, A. Brenet avait dressé une déjà riche « Histoire philatélique d'Albert Schweitzer »[172], cette année-là une centaine de timbres sont émis par 36 pays[172].

Les commémorations se succèdent et, en 2015, à l'occasion du 50e anniversaire de son décès, un nouveau timbre est créé par la Société philatélique Union 1877 de Strasbourg[175].

Des médailles commémoratives sont également frappées à son effigie, notamment en RFA et en RDA[176].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications principales[modifier | modifier le code]

  • Eugène Münch 1857-1898, éd. imprimerie J. Brinkmann, Mulhouse, 1898, 33 p.
  • (de) Die Religionsphilosophie Kants von der Kritik der reinen Vernunft bis zur Religion innerhalb der Grenzen der blossen Vernunft, éd. J. C. B. Mohr, Freiburg i. B., Leipzig, Tübingen, 1899, 325 p. (publication de sa thèse de philosophie, Die Religionsphilosophische Skizze der Kritik der reinen Vernunft, 1899)
  • (de) Das Abendmahl im Zusammenhang mit dem Leben Jesu und der Geschichte des Urchristentums (thèse de théologie soutenue en 1900, publiée chez J. C. Mohr, Tübingen, 1901)
  • (de) Das Leidens- und Messianitätsgeheimnis, eine Skizze des Lebens Jesu, (habilitation soutenue en 1902, publiée à Tübingen/ Lepzig, 1901
Trad. : Le secret historique de la vie de Jésus, (trad. Annie Anex-Heimbrod), éd. Albin Michel, Paris, 1961
Trad. « Art comparé de la facture et du jeu de l'orgue en France et en Allemagne », in L'Orgue, nos 122-123, avril-septembre 1967, p. 40-62
  • (de) Johann Sebastian Bach, éd. Breitkopf & Härtel, Leipzig, 1908; ce livre n'est pas une traduction allemande du précédent mais une ré-écriture complète par Albert Schweitzer pour le public germanophone de l'ouvrage magistral écrit en français avec les encouragements de Charles-Marie Widor et d'Ernest Münch et publié en 1905. Le livre en allemand conserve sa préface de Charles-Marie Widor.
  • (de) Internationales Regulativ für Orgelbau. Entworfen und bearbeitet von der Sektion für Orgelbau auf dem dritten Kongress der Internationalen Musikgesellschaft (en collab. avec l'abbé François-Xavier Mathias), Artaria, Vienne, Breitkopf et Haertel, Leipzig, 1909, 46 p.
Trad. : Règles internationales pour la construction des orgues, Strasbourg, 1909
  • (de) Geschichte der Paulinischen Forschung von der Reformation bis auf die Gegenwart, Georg Olms Verlag, 1911, 197 p.
  • (de) Kritik der von medizinischer Seite veröffentlichten Pathographien über Jesus, Université de Strasbourg, 1913 (thèse de médecine)
    Publiée sous le titre Die psychiatrische Beurteilung Jesu: Darstellung und Kritik, éd. J. C. Mohr, Tübingen, 1913, 46 p.
  • Notes et nouvelles de la part du prof. Dr Albert Schweitzer Lambaréné (s. Ogooué, Gabon français), Imprimerie M. DuMont Schauberg, Strasbourg, 1913, 21 p.
  • (de) Geschichte der Leben-Jesu-Forschung, Mohr-Siebeck, Tübingen, 1913 (édition revue et augmentée de Von Reimarus zu Wrede, 1906)
  • (de) Zwischen Wasser und Urwald. Erlebnisse und Beobachtungen eines Arztes im Urwalde Aequatorialafrikas, M. Drechsel, Bern, 1921, 165 p.
Trad. : À l'orée de la forêt vierge : récits et réflexions d'un médecin en Afrique équatoriale, La Concorde, Lausanne, 1923, 192 p. ; plusieurs rééd. chez Albin Michel, dont 1985, 219 p. (ISBN 2-226-02307-0)
  • (de) Kulturphilosophie. Verfall und Wiederaufbau der Kultur, Bern 1923.
  • (de) Aus meiner Kindheit und Jugendzeit, Librairie évangélique, 1924, 73 p.
Trad. : Souvenirs de mon enfance, éd. de la Concorde, Lausanne, 1926, plusieurs rééd. chez Albin Michel, Paris, dont 1984, 108 p. (ISBN 2-226-02161-2)
  • (de) Das Christentum und die Weltreligionen (conférences de Selly Oak, 1922)
Trad. : Les religions mondiales et le christianisme, Van Dieren, Paris, 2000, 80 p. (ISBN 978-2-911087-17-2)
  • (de) Das Messianitäts- und Leidensgeheimnis, Mohr, Tübingen, 1929, 109 p.
  • Nouvelles de Lambaréné – Du printemps à l’automne 1924, éd. Librairie évangélique, Strasbourg, 1925
  • (de) Selbstdarstellung, Felix Meiner, Leipzig, 1929
  • (de) Die Mystik des Apostels Paulus, Mohr, Tübingen, 1930
Trad. : La mystique de l'apôtre Paul (traduction de l'allemand par Marcelle Guéritot), éd. Albin Michel, Paris, 1962
  • (de) Aus meinem Leben und Denken, Meiner, 1931, 211 p.
Trad. : Ma vie et ma pensée, éd. Albin Michel, Paris, 1960 (plus. réimpr.), 286 p. (ISBN 978-2-226-24643-1) (la traduction française omet certains passages de l'original).
  • (de) Afrikanische Jagdgeschichten, Éditions des Sources, Strasbourg, 1936, 16 p.
  • (de) Afrikanische Geschichten, Meiner, Hamburg, 1938, 98 p.
Trad. : Histoires de la forêt vierge, éd. Payot, Paris, 1941 (rééd. Payot, 1952, 174 p.)
  • (de) Die Weltanschauung der indischen Denker: Mystik und Ethik, C. H. Beck, Munich, 1935, 201 p.
Trad. : Les grands penseurs de l'Inde : étude de philosophie comparée, éd. Payot, Paris, 1936, plusieurs rééd. dont 2004, 271 p. (ISBN 978-2-228-89851-5)
  • Goethe : L'homme et l’œuvre, impr. des Dernières Nouvelles d'Alsace, Strasbourg, 1949, 16 p. (conférence faite à Aspen, Colorado, extrait de Les Saisons d'Alsace, no 1, 1950)
  • Paix ou guerre atomique, éd. Albin Michel, Paris, 1958, 60 p. (discours radiodiffusés)
  • Histoire de mon pélican (photographies de Anna Wildikann), éd. Albin Michel, Paris, 1963, 72 p.

Autres éditions posthumes[modifier | modifier le code]

  • (de) Reich Gottes und Christentum (édition et préface d'Ulrich Neuenschwander), J. C. B. Mohr (P. Siebeck), Tübingen, 1967, 212 p., réédité sous la direction d'Ulrich Luz, Ulrich Neuenschwander et Johann Zürcher, C. H. Beck, München, 1995, 508 p. (ISBN 3-406-39130-3)
  • (de) Gesammelte Werke in fünf Bänden (éd. Rudolf Grabs), Beck, Munich, 1974
  • La civilisation et l’éthique (trad. Madeleine Horst, avant-propos par Robert Minder, préface du pasteur Georges Marchal), éd. Alsatia, Colmar, 1976, 215 p. (trad. du tome premier de Kultur und Ethik et dernière partie du second tome de Kulturphilosophie)
  • La paix par le respect de la vie (adresse au lecteur par Robert Minder, traduction, notes et conclusion par Madeleine Horst), éd. de la Nuée Bleue, Strasbourg, 1979, 328 p. (ISBN 2-7165-0037-1) (traduction des 16 premiers chapitres du tome 2 de Kultur und Ethik)
  • Humanisme et mystique (textes choisis par Jean-Paul Sorg), éd. Albin Michel, Paris, 1995, 531 p. (ISBN 978-2-226-07893-3)
  • Conversations sur le Nouveau Testament (Gespräche über das Neue Testament, trad. de l'allemand par Pierre Kemner, préf. de Jean-Paul Sorg, postf. de Winfried Döbertin), éd. Brepols, Paris, 1996, 196 p. (ISBN 2-503-83024-2)
  • (de) Straßburger Vorlesungen (édité par Erich Gräßer et Johann Zürcher), C. H. Beck, München, 1998, 759 p. (ISBN 3-406-39130-3)
  • (de) Kultur und Ethik in den Weltreligionen (édité par Ulrich Körtner et Johann Zürcher), C. H. Beck, München, 2001, 467 p. (ISBN 9783406477829)
  • (de) Geschichte des chinesischen Denkens (édité par Bernard Kaempf et Johann Zürcher), C. H. Beck, München, 2002 (élaboration en 1937), 360 p. (ISBN 978-3-406-48181-9)
  • (de) Wir Epigonen : Kultur und Kulturstaat (édité par Ulrich Körtner et Johann Zürcher), Beck, München, 2005, 416 p. (ISBN 3-406-52765-5)
  • Respect de la vie, textes choisis et présentés par Bernard Kaempf, introduction d'Alexandre Minkowski, Éditions Arfuyen, 1990.

Correspondance[modifier | modifier le code]

en allemand 
  • (de) Albert Schweitzer. Briefe aus Lambarene (1924-1927), C. H. Beck, München, 2009 (première éd. 1928, puis 1955), 191 p. (ISBN 978-3-406-59261-4) (lire extrait en ligne [35])
  • (de) Gerhardt Fischer (éd.), Briefe aus dem Lambaréné-Spital, Berichte aus den Jahren 1930-1954, Union Verlag, Berlin, 1981, 292 p.
  • (de) Werner Zager (éd.) Albert Schweitzer. Theologischer und philosophischer Briefwechsel 1900-1965, C.H. Beck, München, 2006, 941 p. (ISBN 3-406-54900-4)
en français 
  • Correspondance entre Albert Schweitzer et Hélène Bresslau (introduction et notes de Jean-Paul Sorg), Jérome Do Bentzinger, Colmar, 3 vol., tome 1, 1901-1905 : L'Amitié dans l'amour, 2005, 250 p. (ISBN 2-84960-048-2) ; tome 2, 1906-1909 : L'Amour dans l'amitié, 2009, 334 p. (ISBN 978-2-84960-182-2) ; tome 3, 1910-1912 : L'Alliance, 2011, 331 p. + pl. (ISBN 978-2-84960-287-4)
  • « Lettres à Albert Einstein », in Études schweitzeriennes, no 2, 1991
  • « Lettres à Oskar Kraus (Prague et Londres) », in Études schweitzeriennes, no 3, 1992
  • « Lettres à Gustav von Lüpke » (traduites par Jean-Paul Sorg), in Études schweitzeriennes, no 8, printemps 1998
  • « Lettres à Nikos Kazantzakis », in Études schweitzeriennes, no 9, 2000
  • Lettres à Annette, rédigées par Albert Schweitzer et quelques-unes de ses collaboratrices entre 1920 et 1966, Otterswiller, édition Albert Frey, 2010
  • Correspondance avec Charles Michel (1936-1965), tirage privé
  • L'anthologie Humanisme et mystique réunie par Jean-Paul Sorg, contient d'autres lettres inédites par ailleurs.

Sermons[modifier | modifier le code]

Une thèse sur la prédication d'Albert Schweitzer entre 1898 et 1948, soutenue à Strasbourg en 2012, recense textes et analyses, mais nombre de sermons sont aujourd'hui considérés comme perdus [84].

  • (de) Straßburger Predigten (édition et postface d'Ulrich Neuenschwander), C.H. Beck, München, 1re éd. 1966, 169 p. (dix-sept sermons prononcés entre 1900 et 1919)
  • Vivre : paroles pour une éthique du temps présent (préface de Georges Marchal, traduction Madeleine Horst, postface d'Ulrich Neuenschwander, éd. Albin Michel, Paris, 1re éd. 1970 (traduction des Strassburger Predigten)
  • (de) Predigten 1898-1948 (édités par Richard Brüllmann et Erich Gräßer), C. H. Beck, München, 2001, 1 392 p. (ISBN 3-406-39130-3)
  • Les sermons de Lambaréné (édités par Jean-Paul Sorg et Philippe Aubert), Strasbourg, 2000, Études schweitzériennes, no 10
  • Agir : 21 sermons sur les missions et l'humanitaire (traduction, introduction et postface Jean-Paul Sorg), Éditions Ampelos, 2009, 193 p. (ISBN 978-2-35618-029-2)
  • L'Esprit et le Royaume (30 sermons traduits et édités par Jean-Paul Sorg), Arfuyen, Strasbourg, 2015, 252 p. (ISBN 978-2-845-90214-5)

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Albert Schweitzer a enregistré plusieurs compositions de Mendelssohn, César Franck et Charles-Marie Widor, mais il a surtout réalisé de nombreux enregistrements de l'œuvre pour orgue de Jean-Sébastien Bach, à Londres (1928 et 1935), Strasbourg (1936) et Gunsbach (1951-1952)[177]. Le numéro du Bach-Werke-Verzeichnis (BMV) permet de situer chacun dans la liste des œuvres de Johann Sebastian Bach.

Londres (Queen's Hall, mai 1928, et Barking, All Hallows-by-the-Tower, 16-18 décembre 1935)
  • BMV 668 Vor deinen Thron tret' ich en sol majeur(1928)
  • BMV 727 Herzlich tut mich verlangen en si mineur (1928)
  • BMV 534 Prélude et fugue en fa mineur (1935)
  • BMV 541 Prélude et fugue en sol majeur (1935)
  • BMV 542 Prélude (Fantaisie) et fugue en sol mineur (1935)
  • BMV 545 Prélude et fugue en do majeur (1935)
  • BMV 565 Toccata et fugue en ré mineur (1935)
  • BMV 578 Fugue en sol mineur (1935)
Strasbourg (Église Sainte-Aurélie, 20-29 octobre 1936)
Gunsbach (Église paroissiale, 1951-1952)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Je suis Allemand, je n'ai jamais cessé de l'être par mon identité la plus profonde et ma façon d'être au monde. Toutefois, j'aime la France, j'ai pour elle le respect que lui doit tout homme épris de progrès et de paix » (interview de Claude Bourdet, France-Observateur , 16 mars 1961.
  2. D'abord publié en allemand sous le titre Aus meiner Kindheit and Jugendzeit. Voir Othon Prinz, « Albert Schweitzer : la genèse des Souvenirs de mon enfance. Avec présentation de deux textes inédits récemment retrouvés », in Revue d'histoire et de philosophie religieuses, tome 94, no 3, 2014, p. 275-302 [1]
  3. D'abord publié en allemand sous le titre Aus meinem Leben und Denken, édité en français en 1960
  4. C'est dans cette église qu'il bénira notamment, le , le mariage de Theodor Heuss, futur premier président de la République fédérale d'Allemagne
  5. Saint-Nicolas comptait alors deux paroisses séparées, une allemande et une française.
  6. Certains de ces instruments ont subi des transformations dans l'intervalle.
  7. (de) Ich bin Leben, das leben will, inmitten von Leben das leben will
  8. [...] Qu'il soit minuit, qu'il soit midi
    Vous me faites chier, docteur Schweitzer
    Il importait que ce fût dit...

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Matthieu Arnold, « On ne peut enfermer le docteur Schweitzer dans aucune catégorie », in La Croix, 27 décembre 2013.
  2. a, b, c, d et e André Gounelle, « Albert Schweitzer au carrefour des cultures », Études schweitzériennes, 1991, no 2.
  3. Emane 2013, p. 21.
  4. (de) Nils Ole Oermann, Albert Schweitzer : 1875-1965 ; eine Biographie, München, Beck, 2009, 367 p. ; (de) Thomas Suermann, Albert Schweitzer als "homo politicus": eine biographische Studie zum politischen Denken und Handeln des Friedensnobelpreisträgers, BWV Verlag, Berlin, 2012, 569 p. ; Arnold 2013
  5. Arnold 2013, p. 19-34
  6. Arnold 2015, p. 11-13
  7. Lassus 1995, p. 297
  8. Gustave Woytt, « Schweitzer, Albert, Louis », in Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, 1999, vol. 34 p. 3587-3589
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t « La vie et l'œuvre écrite d'Albert Schweitzer. Chronologie », AFAAS
  10. Arnold 2015, p. 14-16
  11. a, b et c Matthieu Arnold, « Les Serments de Strasbourg. Albert Schweitzer et l'université de Strasbourg », Les Saisons d'Alsace, février 2013, p. 18-23
  12. Trad. Ma vie et ma pensée, Albin Michel, 1960, p. 94
  13. Wirrmann et Sorg 2015, p. 97
  14. a et b (de) Die Religionsphilosophie Kants von der Kritik der reinen Vernunft bis zur Religion innerhalb der Grenzen der blossen Vernunft, éd. J. C. B. Mohr, Freiburg i. B., Leipzig, Tübingen, 1899, 325 p.
  15. Ma vie et ma pensée, op. cit.
  16. (de) Das Abendmahl im Zusammenhang mit dem Leben Jesu und der Geschichte des Urchristentums, 2 vol., éd. J. C. Mohr, Tübingen, 1901
  17. Das Messianitäts- und Leidensgeheimnis Jesu. Eine Skizze des Lebens Jesu
  18. Arnold 2015, p. 17-18
  19. (en) Patti M. Marxsen, « Helene Schweitzer Bresslau » (Project Continua)
  20. Patti M. Marxsen, « Hélène Schweitzer Bresslau. Une âme entre deux mondes», Les Saisons d'Alsace, février 2013, p. 12-17 ; (en) Patti M. Marxsen, « Helene Schweitzer Bresslau »[2] ; (de) Verena Mühlstein, Helene Schweitzer Bresslau: Ein Leben für Lambarene, München: C. H. Beck Verlag, 1998
  21. Correspondance entre Albert Schweitzer et Hélène Bresslau (introduction et notes de Jean-Paul Sorg), Jérome Do Bentzinger, Colmar, 3 vol., tome 1, 1901-1905 : L'Amitié dans l'amour, 2005, 250 p. (ISBN 2-84960-048-2) ; tome 2, 1906-1909 : L'Amour dans l'amitié, 2009, 334 p. (ISBN 978-2-84960-182-2) ; tome 3, 1910-1912 : L'Alliance, 2011, 331 p. + pl. (ISBN 978-2-84960-287-4) ; Matthieu Arnold, « La correspondance entre Albert Schweitzer et Hélène Bresslau (1901-1905), À propos d'une édition récente », in Revue d'histoire et de philosophie religieuses, tome 86, 2006/4, p. 515-532
  22. Arnold 2013, p. 164
  23. a et b Lassus 1995, p. 251-254
  24. Arnold 2015, p. 19-21
  25. Arnaut 2009, p. 62
  26. (de) Kritik der von medizinischer Seite veröffentlichtenten Pathographien über Jesus, publiée la même année à Tübingen sous le titre Die Psychiatrische Beurteilung Jesu [3]
  27. (de) Michael Seidel, « Albert Schweitzer's MD thesis on Criticism of the medical pathographies on Jesus », Wurzbg Medizinhist Mitt., 2009, no 28, p. 276-300
  28. Arnold 2013, p. 240
  29. (de) Von Reimarus zu Wrede: eine Geschichte der Leben-Jesu-Forschung, J.C.B. Mohr , Tübingen, 1906
  30. Jean-Sébastien Bach. Le musicien-poète, éd. Breitkopf & Härtel, Leipzig, 1905
  31. (de) Deutsche und französische Orgelbaukunst und Orgelkunst, Breitkopf & Härtel, 1906, 51 p.
  32. Arnold 2015, p. 20-21
  33. a, b, c et d Hines Makiba, « L'hôpital Albert Schweitzer de Lambaréné, 1913-2013 », in Angela Berlis, Hubert Steinke, Fritz von Gunten, Andras Wagner, Albert Schweitzer : Facetten einer Jahrhundertgestalt, Haupt Verlag, Bern, 2013, p. 199 (ISBN 978-3-258-07779-6)
  34. a, b, c, d, e et f Christophe Wyss, « Lambaréné. Histoire d'un hôpital », in Les Saisons d'Alsace, février 2013, p. 62-69
  35. Notes et nouvelles de la part du prof. Dr Albert Schweitzer Lambaréné (s. Ogooué, Gabon français), Imprimerie M. DuMont Schauberg, Strasbourg, 1913, 21 p.
  36. Jean-Paul Sorg et Philippe Aubert (dir.), Les sermons de Lambaréné, Études schweitzeriennes, no 10, 2007 (2e éd.), 190 p. ; Matthieu Arnold, « Les renvois autobiographiques dans les sermons de Lambaréné d'Albert Schweitzer », in Dominique Diner et François Igersheim (dir.) Terres d'Alsace, chemins de l'Europe : mélanges offerts à Bernard Vogler, Presses Universitaires de Strasbourg, 2003, p. 33-49
  37. Arnold 2015, p. 21
  38. Lassus 1995, p. 162
  39. Emane 2013, p. 222
  40. Minder 1975, p. 287
  41. À l'orée de la forêt vierge : récits et réflexions d'un médecin en Afrique équatoriale, La Concorde, Lausanne, 1923, 192 p.
  42. Présentation par Bernard Reymond de l'ouvrage Les religions mondiales et le christianisme, Van Dieren, Paris, 2000, p. 5-9 (ISBN 2-911087-17-8)
  43. (de) Das Albert-Schweitzer-Haus, Königsfeld im Schwarzwald [4]
  44. (de) Verfall und Wiederaufbau der Kultur, Beck, Munich, 1923, 65 p. [5]
  45. (de) Kultur und Ethik, P. Haupt, Berne, Beck, 1923, 280 p. [6]
  46. (de) Almut Reichenbecher et Hermann Reichenbecher, Emma Haussknecht 1895-1956 ; 30 Jahre mit Albert Schweitzer in Lambaréné ; eine Biographie, Berlin, Pro Business, , 2e éd., 236 p. (ISBN 9783939430261)
  47. a et b Emane 2013
  48. Minder 1975, p. 128 et 290
  49. (en) « The greatest man in the world. That is what some people call Albert Schweitzer, jungle philosopher », Life, 6 octobre 1947
  50. Time
  51. Il est promu officier de la Légion d’honneur par décret du 22 août 1950, « sur le rapport du Ministère de la France d’Outre-Mer, en qualité de Médecin à Lambaréné-Gabon, Afrique équatoriale française. », in Gabriel Braeuner, Histoires d'Alsace [7]
  52. An anthology, Beacon Press, 1956, p. 330-331
  53. (en) The Nobel Peace Prize 1952. Albert Schweitzer: Acceptance Speech [8]
  54. Wirrmann et Sorg 2015, p. 224
  55. « Lettres à Albert Einstein », in Études schweitzeriennes, no 2, 1991
  56. a, b et c (en) James Brabazon, « The Nobel Peace Prize and the Bomb », in, Albert Schweitzer: A Biography, Syracuse University Press, 2000 (2e éd.), p. 443-463
  57. (en) « The H-bomb: There is anguish in my heart, says Dr Albert Schweitzer »
  58. Paix ou guerre atomique, Albin Michel, 1958, 60 p.
  59. (de) Thomas Suermann, Albert Schweitzer als “homo politicus”: eine biographische Studie zum politischen Denken und Handeln des Friedensnobelpreisträgers, BWV Verlag, Berlin, 2012, 569 p., analysé par Gabriel Braeuner, « Homo politicus ? », dans Les Saisons d'Alsace, février 2013, p. 24-31
  60. (de) Verena Mühlstein, Helene Schweitzer Bresslau: ein Leben für Lambarene, C.H. Beck, 2010, p. 270 (ISBN 9783406607677)
  61. « Rhena Schweitzer-Miller reposera aux côtés de son père à Lambaréné », L'Union, 14 mars 2009
  62. Lettre à Hélène, août 1906, Correspondance, II, no 179, p. 46, cité dans Arnold 2013, p. 63
  63. Wirrmann et Sorg 2015, p. 10
  64. Témoignage dans l'émission Cinq colonnes à la une, 2 juin 1961 [9]
  65. a, b, c, d et e Benoît Wirrmann, « Le maître de musique », in Saisons d'Alsace, février 2013, p. 98-103
  66. a et b Myriam Geyer, « Albert Schweitzer », in La vie musicale à Strasbourg sous l'empire Allemand (1871-1918), Publications de la société savante d'alsace, Strasbourg, 1999, p. 245-249 (ISBN 2-904920-23-4)
  67. Jean-Sébastien Bach, le musicien-poète, éd. Breitkopf & Härtel, Leipzig, 1905, [lire en ligne]
  68. Benoît Wirrmann, « La formation musicale d'Albert Schweitzer : apprentissage et publications musicologiques », in Wirrmann et Sorg 2015, p. 18-37
  69. Arnaud Richard, « L'évocation du concertiste et son influence dans la sphère parisienne », in Wirrmann et Sorg 2015, p. 39-40
  70. Wirrmann et Sorg 2015, p. 17
  71. A. Richard, loc. cit., in Wirrmann et Sorg 2015, p. 49
  72. Benoît Wirrmann, « Des orgues et de la facture d'orgues chez Albert Schweitzer », in Wirrmann et Sorg 2015, p. 54-65
  73. (de) Deutsche und französische Orgelbaukunst und Orgelkunst, Breitkopf & Härtel, Leipzig, 1906, 51 p.
  74. (de) Internationales Regulativ für Orgelbau (en collab. avec François-Xavier Mathias), Artoria, Vienne, Breitkopf et Haertel, Leipzig, 1909, 46 p.
  75. Fédération francophone des amis de l'orgue, La réforme alsacienne de l'orgue inspirée par Émile Rupp et Albert Schweitzer : ses apports jusqu'à nos jours pour la facture d'orgue, l'édition et l'interprétation de l'œuvre d'orgue de J.S. Bach, Ed. Organa Europae, Saint-Dié-des-Vosges, 1990, 144 p.
  76. André Gounelle, Penser la foi. Pour un libéralisme évangélique, Van Dieren, Paris, 2006, p. 29-38 (ISBN 978-2-911087-54-7).
  77. a et b Matthieu Arnold, « Albert Schweitzer et la vie de Jésus. La place de la Geschichte der Leben-Jesu-Forschung dans son œuvre théologique et humanitaire », Études théologiques et religieuses, no 4, 2009, p. 513-534
  78. a, b, c, d et e André Gounelle, « Les grands thèmes théologiques de Schweitzer » [10]
  79. a, b, c, d et e André Gounelle, « Schweitzer propose une théologie de l'action », in Réforme, 29 juillet 2015 [11]
  80. (de) Von Reimarus zu Wrede. Eine Geschichte der Leben-Jesu-Forschung, Mohr-Siebeck, Tübingen, 1906
  81. a et b Étienne Trocmé, « Albert Schweitzer et la vie de Jésus », Revue d'histoire et de philosophie religieuses, no 56, 1976, p. 32 sq.
  82. Bernard Reymond, « Albert Schweitzer et l'étrangeté de Jésus », in Sur la trace des théologies libérales : un demi-siècle de rencontres, de lectures et de réflexions, Van Dieren, Paris, 2002, p. 49-54 (ISBN 2-911087-42-9)
  83. Les grands penseurs de l'Inde : étude de philosophie comparée, éd. Payot, Paris, 1936
  84. a, b, c et d Serge Tillmann, La prédication d'Albert Schweitzer 1898-1948, Université de Strasbourg, 2012, 363 p. (thèse de théologie protestante) [lire en ligne]
  85. a et b « Le pasteur : exhorter à demeurer en Jésus et à œuvrer au Royaume par l'action », in Arnold 2015, p. 34-45
  86. Matthieu Arnold, « Schweitzer, pasteur et prédicateur », in Réforme, 29 juillet 2015
  87. Apocalypse, 21:1
  88. Wirrmann et Sorg 2015, p. 11
  89. Chris Doude van Troostwijk, « Maîtres du devoir : Albert Schweitzer, lecteur d'Emmanuel Kant, élève de Théobald Ziegler », in Wirrmann et Sorg 2015, p. 113-120
  90. Arnold 2013, p. 56
  91. Wirrmann et Sorg 2015, p. 11
  92. Reich Gottes und Christentum
  93. Verfall und Wiederaufbau der Kultur
  94. André Gounelle, « Albert Schweitzer : Le respect de la vie », in Ouvertures, mars 2007 [12]
  95. Kultur und Ethik
  96. Die Weltanschauung der indischen Denker, 1934
  97. Geschichte des chinesischen Denkens, 1937, publication posthume en 2002
  98. Wirrmann et Sorg 2015, p. 140-145
  99. Jean-Paul Sorg, « De l'éthique », in Wirrmann et Sorg 2015, p. 129
  100. Arnold 2015, p. 66
  101. « Le contexte d'une “découverte” », in Arnold 2015, p. 66-70
  102. Ma vie et ma pensée, p. 96
  103. « L'épiphanie du visage et l'épiphanie des hippopotames », Kaempf 2006, p. 148-149
  104. Arnold 2015, p. 66-67
  105. Albert Schweitzer, Predigten 1898-1948, 2001, p. 978, cité par Arnold 2015, p. 67
  106. « Défendre et expliquer le “respect de la vie”  », in Arnold 2015, p. 77-80
  107. a et b Matthieu Arnold, « Les animaux dans les sermons d'Albert Schweitzer », Revue d'Alsace, no 132, 2006, p. 245-259
  108. « Écologie », in Lassus 1995, p. 218-221
  109. a, b, c et d Jean Nakos, « Albert Schweitzer et l'éthique envers les animaux », in Cahiers antispécistes, no 29, février 2008
  110. Lassus 1995, p. 218-221
  111. Histoire de mon pélican (photographies de Anna Wildikann), éd. Albin Michel, Paris, 1963, 72 p.
  112. Lassus 1995, p. 220
  113. a, b et c Hines Mabika, « Des récentes et anciennes critiques de l’œuvre médicale d’Albert Schweitzer », in Cahiers Albert Schweitzer, no 166, mars 2013 [lire en ligne]
  114. a et b Sorg 2011
  115. Ma vie et ma pensée, Albin Michel, 1960, p. 115.
  116. Othon Printz (2013), d'après son ouvrage Avant Schweitzer, les génies tutélaires de Lambaréné, Jérôme Do Bentzinger, 2004, 190 p. (ISBN 978-2849600146). [lire en ligne]
  117. (de) « Walter und Jo Munz: Zwei Herzen für Lambarene », Schweizer Radio und Fernsehen, 27 avril 2014 [13]
  118. Emane 2013
  119. a, b et c Ary van Wijnen, « Critique d'Albert Schweitzer dans les 10 dernières années de sa vie », AISL, 2012 [14]
  120. « Les réactions à cette surprenante vocation », in Arnold 2015, p. 59-62
  121. Arnold 2015, p. 7
  122. Cantilènes en gelée, Christian Bourgois, 1972, p. 125-127 : le poème est révélé pour la première fois par le douzième dossier du Collège de Pataphysique de juin 1960
  123. Jacques Deguy, Sartre : une écriture critique, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d'Ascq, 2010, p. 47 (ISBN 978-2-7574-0121-7)
  124. Jean Cau, Croquis de mémoire, Julliard, 1985, p. 255, cité par Lassus 1995, p. 68
  125. Lassus 1995, p. 36
  126. Lassus 1995, p. 74
  127. Ghislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre, Les Frères invisibles, Albin Michel, Paris, 2001, 356 p. (ISBN 2-226-12579-5)
  128. André Audoynaud, Le docteur Schweitzer et son hôpital à Lambaréné : l'envers d'un mythe, Paris, L'Harmattan, , 310 p. (ISBN 2747594998)
  129. Michael Shear, « Mandela, un héros pour Obama », in Courrier international, 6 décembre 2013
  130. Arnold 2015, p. 84
  131. Jane Rouch, « Le scandale de Lambaréné », Jeune Afrique, 24-30 septembre 1962
  132. (en) Sylvère Mbondobari, « The Assessment of the Life and Thought of Albert Schweitzer in Germany and Africa », in Marvin Meyer et Kurt Bergel (dir.), Reverence for life : the ethics of Albert Schweitzer for the twenty-first century, Syracuse University Press, 2002, p. 152-153 (ISBN 0-8156-2977-X)
  133. a et b Sylvère Mbondobari (Libreville) , « La re-présentation de l'imaginaire et du symbolique à l'écran, Albert Schweitzer dans la fiction cinématographique africaine », in Susanne Gehrmann et János Riesz (dir.), Le Blanc du Noir : représentations de l'Europe et des Européens dans les littératures africaines, Münster, LIT Verlag, 2004, p. 93-108 (ISBN 9783825867447)
  134. Noël Bertrand Boundzanga et Wilson-André Ndombet (dir.), Le malentendu Schweitzer, L'Harmattan, 2014, 220 p. (ISBN 978-2-343-02940-5)
  135. Compte-rendu de lecture du Malentendu Schweitzer par Jean-Paul Sorg, in Revue d’Alsace, no 140, 2014, p. 526-527 [15]
  136. Minder 1975
  137. a, b et c Roland Wolf, « Les bâtisseurs de l'ombre », in Les Saisons d'Alsace, 2013, p. 42-47
  138. Lachian Forrow, « Les activités de la Fondation aujourd'hui », in Les Saisons d'Alsace, 2013, p. 46
  139. AISL [16] et ses statuts définis en 2002 [17]
  140. Catalogue SUDOC
  141. Sommaire des derniers Cahiers Albert Schweitzer sur le site de l'AFAAS
  142. Minder 1975, p. 286
  143. Guylaine Gavroy, « Kaysersberg, un lieu de souvenir », in Les Saisons d'Alsace, no hors série Albert Schweizer, février 2013, p. 118
  144. Guylaine Gavroy, « La maison du Docteur », in Les Saisons d'Alsace, no hors série Albert Schweizer, février 2013, p. 112-117
  145. (de) Albert- Schweitzer-Gedenk- und Begegnungsstätte [18]
  146. (de) Albert-Schweitzer-Haus [19]
  147. Musée, Fondation Internationale de l’Hôpital du Docteur Albert Schweitzer à Lambaréné [20]
  148. Damien Mougin, « Quand l'hôpital devient musée... », Les Saisons d'Alsace, février 2013, p. 83
  149. Lassus 1995, p. 23
  150. (de) Schwarzweiß-Aufnahme von Otto Leiber als Bildhauer an der fast fertigen Büste von Albert Schweitzer, Wikimedia Commons [21]
  151. Les Saisons d'Alsace, février 2013, p. 11 : Deutsche Fotothek [22]
  152. Minder 1975, p. 123-124
  153. (de) « Albert Schweitzer in Weimar » [23]
  154. « Le sentier Albert Schweitzer », Gunsbach
  155. (en) « Your Paintings », BBC [24]
  156. Minder 1975, p. 297
  157. (nl) Archives nationales (Pays-Bas) [25]
  158. (nl) Europeana [26]
  159. (en) Graphic Arts Collection, Université de Princeton [27]
  160. (en) Andrew F. Smith, « Albert Schweitzer », Rescuing the World: The Life and Times of Leo Cherne, Suny Press, 2012, p. 137-138 (ISBN 9780791488546)
  161. (en) Abraham Aaron Roback, In Albert Schweitzer's Realms: A Symposium, Sci-Art Publishers, 1962, p. 121
  162. Newsletter de la Demeure du Chaos, 17 décembre 2013
  163. Lassus 1995, p. 115
  164. Lassus 1995, p. 29
  165. « Jann Halexander : Il est minuit Docteur Schweitzer », YouTube [28]
  166. Albert Schweitzer, Arte, [29]
  167. Albert Schweitzer. Anatomie eines Heiligen, Africultures, [30]
  168. (en) Roger Paul Alford, «  The Nobel Effect: Nobel Peace Prize Laureates as International Norm Entrepreneurs. A. The Humanitarians », in Virginia Journal of International Law, vol. 49/1, 12 novembre 2008, p. 61-153
  169. (en) Le site The Albert Schweitzer Page en propose une sélection : « A list of things or places named after, and perhaps inspired by, Dr Schweitzer » [31] ; sur Wikimedia Commons la catégorie Things named after Albert Schweitzer, réunit les images de quelques-uns de ces lieux [32]
  170. Emane 2013, p. 32
  171. « Timbres, enveloppes, photos : 1 300 pièces consacrées à Albert Schweitzer exposées à Kaysersberg », France 3 Alsace, 3 novembre 2013 [33]
  172. a, b et c Communautés & Continents, 1974, p. 35-36
  173. (de) Harald Steffahn, Das Albert Schweitzer Lesebuch, Beck, München, 2011 (5e éd.), p. 403 (ISBN 978-3-406-61913-7)
  174. Sélection de timbres gabonais sur le site de FISL
  175. « La Région Alsace rend hommage à Albert Schweitzer », Région Alsace, 7 septembre 2015 [34]
  176. Norman Laybourn, L'émigration des Alsaciens et des Lorrains du XVIIIe au XXe siècle : essai d'histoire démographique, vol. 2, Association des publications près les Universités de Strasbourg, 1986, p. 403
  177. Livret du coffret d'enregistrements historiques, Albert Schweitzer - Der Organist, Ifo Classics, 2011, 6 CD

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

La bibliographie complète sur Albert Schweitzer comporte plusieurs centaines de références en diverses langues. Ces publications sont collectées par les Archives du musée de Gunsbach où elles peuvent être consultées.

Ouvrages et thèses sont répertoriés dans le catalogue du Système universitaire de documentation (SUDOC) [36].

Publications collectives 
Ouvrages 
  • Robert Arnaut, Albert Schweitzer : l'homme au-delà de la renommée internationale : un médecin humaniste d'exception en Afrique-équatoriale française, Paris, De Vecchi, , 605 p. (ISBN 9782732893785)
  • Matthieu Arnold, Albert Schweitzer : les années alsaciennes, 1875-1913, Strasbourg, La Nuée bleue, , 288 p. (ISBN 9782716508186)
  • Matthieu Arnold, Albert Schweitzer, la compassion et la raison, Olivétan, , 136 p. (ISBN 9782354792398)
  • Philippe Aubert, Albert Schweitzer, une théologie raisonnable, Le Ralliement protestant, Mulhouse, 1998
  • André Audoynaud, Le docteur Schweitzer et son hôpital à Lambaréné : l'envers d'un mythe, Paris, L'Harmattan, , 310 p. (ISBN 2747594998), compte-rendu par Philippe David, in Afrique contemporaine, 2/2007, no 222, p. 273-276, [lire en ligne]
  • (en) James Brabazon, Albert Schweitzer: A Biography, Syracuse University Press, 2000 (2e éd.), 516 p. (ISBN 978-0815606758)
  • Augustin Emane, Docteur Schweitzer, une icône africaine, Paris, Fayard, , 288 p. (ISBN 9782213672540), compte-rendu par Jean-Paul Sorg, in Revue d’Alsace, no 140, 2014, p. 525-526, [lire en ligne] ; Ce que peut nous apprendre Albert Schweitzer, une icône africaine, conférence d'Augustin Emane à l'Institut d'études avancées de Nantes, avec la participation de Pierre Legendre, 11 juin 2013, 79 min, vidéo en ligne [37]
  • Laurent Gagnebin, Albert Schweitzer (1875-1965), Desclée de Brouwer, Paris, 1999, 169 p. (ISBN 2-220-04459-9)
  • Pierre Lassus, Albert Schweitzer : 1875-1965, Paris, Albin Michel, (ISBN 9782226078940)
  • (de) Sebastian Moll, Albert Schweitzer : Meister der Selbstinszenierung, Berlin University Press, Berlin, 2014, 250 p. (ISBN 978-3-86280-072-8), compte-rendu par Gottfried Schüz, Deutsches Albert Schweitzer Zentrum [lire en ligne]
  • Jo Munz et Walter Munz (trad. Jean-Paul Sorg, préf. Bernard Kouchner), Cœur de gazelle et peau d'hippopotame : les dernières années d'Albert Schweitzer à Lambaréné et l'évolution de son hôpital jusqu'à nos jours, Colmar, J. Do Bentzinger, , 274 p. (ISBN 2849600938)
  • (en) Edouard Nies-Berger, Albert Schweitzer as I knew him, Hillsdale, N.Y, Pendragon Press, , 143 p. (ISBN 1576470393)
  • (de) Nils Ole Oermann, Albert Schweitzer : 1875-1965 ; eine Biographie, München, Beck, (réimpr. 2010) (1re éd. 2009), 367 p. (ISBN 9783406644399)
  • Sonja Poteau, Damien Mougin et Christoph Wyss, Albert Schweitzer : de Gunsbach à Lambaréné, Weil-am-Rhein (Allemagne) Thun (Suisse), Gunsbach, Éd. AISL, , 336 p. (ISBN 3952241954)
  • (de) Thomas Suermann, Albert Schweitzer als “homo politicus”: eine biographische Studie zum politischen Denken und Handeln des Friedensnobelpreisträgers, BWV Verlag, Berlin, 2012, 569 p. (ISBN 9783830530312)
  • Anna Wildikann (photogr.), Le pélican du Dr Schweitzer, éd. Sun, Paris, 1952, 62 p.
  • Benoît Wirrmann, Albert Schweitzer : un Alsacien sans frontières, Vent d'Est, Strasbourg, 2013, 61 p. (ISBN 979-10-9082623-6)
  • (de) Werner Zager, Albert Schweitzer als liberaler Theologe: Studien zu einem theologischen und philosophischen Denker, LIT Verlag Münster, 2009, 417 p. (ISBN 9783643102843)
Articles 
  • Matthieu Arnold, « “Vous les Noirs, nous les Blancs...”. L'opposition entre Européens et Africains dans les sermons de Schweitzer à Lambaréné (1913-1931) », Revue d'histoire et de philosophie religieuses, no 83, 2003, p. 421-441
  • Matthieu Arnold, « Albert Schweitzer (1875-1965) : une éthique en paroles et en actes », in Positions luthériennes, no 53, 2005, p. 287-313
  • Matthieu Arnold, « Les animaux dans les sermons d'Albert Schweitzer », Revue d'Alsace, no 132, 2006, p. 245-259
  • Matthieu Arnold, « Albert Schweitzer et la vie de Jésus. La place de la Geschichte der Leben-Jesu-Forschung dans son œuvre théologique et humanitaire », Études théologiques et religieuses, no 4, 2009, p. 513-534 [lire en ligne]
  • André Canivez, « Albert Schweitzer et la réalité de la souffrance », Revue d'histoire et de philosophie religieuses, no 56, 1976, p. 143-153
  • Pierre Erny, « Schweitzer, la colonisation et les cultures africaines », Études schweitzeriennes, no 2, septembre 1991, p. 19-27
  • André Gounelle, « Albert Schweitzer au carrefour des cultures », Études schweitzeriennes, no 2,‎ (lire en ligne)
  • François Isch, « Albert Schweitzer (1875-1965) : de l'étudiant strasbourgeois au lauréat du prix Nobel de la paix », in Jacques Héran (dir.), Histoire de la médecine à Strasbourg, La Nuée Bleue, Strasbourg, 1997, p. 375-378
  • Erwin Jacobi, « La musique dans la vie et l'œuvre d'Albert Schweitzer », Revue d'histoire et de philosophie religieuses, no 56, 1976, p. 154-173
  • Sylvie Reff-Stern, « Albert Schweitzer, un combat pour la paix », Cahiers Albert Schweitzer, no 159, décembre 2010, p. 16-24
  • Jean-Paul Sorg, « Comment je devins médecin : Études et formation médicales à l’Université (d’après sa correspondance avec Hélène Bresslau) », Cahiers Albert Schweitzer, no 161-162,‎ (lire en ligne)
Thèses 
  • Sylvie Boussuge, Albert Schweitzer, un pionnier de l'action humanitaire, Université Lyon 1, 1996 (thèse de médecine)
  • (de) Elisabeth Lamprecht-Naef, Albert Schweitzer und die Schweiz, Université de Zurich, 1982 (thèse de médecine, publiée chez Juris Druck + Verlag, Zurich, 1982, 116 p. (ISBN 3-260-04970-3))
  • Serge Tillmann, La prédication d'Albert Schweitzer 1898-1948, Université de Strasbourg, 2012, 363 p. (thèse de théologie protestante) [lire en ligne]
Bande dessinée 

Iconographie[modifier | modifier le code]

Documents audiovisuels[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin de l'association Les Mermet, n°17 de mars 2007