Martin Karplus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martin Karplus
Martin Karplus Nobel Prize 22 2013.jpg

Martin Karplus en 2013

Informations générales
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (85 ans)
VienneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Étudiant de thèse
Palmarès
Distinctions

Martin Karplus (né le 15 mars 1930 à Vienne en Autriche) est un chimiste théoricien austro-américain[1]. Il est professeur à l’université Harvard depuis 1979 et directeur du Laboratoire de chimie biophysique, un laboratoire commun du CNRS et de l’université de Strasbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille de Martin Karplus, juive, a pu émigrer aux États-Unis[2] en octobre 1938.

Il obtient sa maitrise de l’université Harvard en 1950 et son doctorat du California Institute of Technology en 1953 dans le groupe de Linus Pauling. Il a effectué un post-doctorat à l’université d'Oxford de 1953 à 1955 dans le groupe de Charles Coulson. Son frère, Robert Karplus, était physicien à l'université de Californie à Berkeley.

Contribution scientifique[modifier | modifier le code]

Martin Karplus a contribué de manière significative dans de nombreux domaines de la chimie physique : en résonance magnétique nucléaire, en dynamique chimique, en chimie quantique et plus particulièrement en dynamique moléculaire avec des simulations de macromolécules biologiques.

En résonance magnétique nucléaire, il a effectué des contributions variées, en particulier dans la compréhension des couplages nucléaires spin-spin et de la résonance paramagnétique électronique. Il a publié une équation, qui a été connue ensuite comme l’équation de Karplus, qui décrit la relation entre les constantes de couplage proton-proton à 3 liaisons et les angles diédraux en résonance magnétique nucléaire. Cette équation a permis de corréler les observations de cette spectroscopie avec la structure moléculaire.

Avec Andrew McCammon et Bruce Gelin, il a publié la première simulation en dynamique moléculaire d'une protéine.

Entre 1992 et 1995, Martin Karplus passa plusieurs mois dans le laboratoire de résonance magnétique nucléaire de Jean-François Lefèvre à l’Université de Strasbourg. Depuis 1995, il tient une chaire à l’Université de Strasbourg à l’initiative du prix Nobel de chimie strasbourgeois Jean-Marie Lehn[3].

Martin Karplus a reçu le prix Nobel de chimie en 2013, conjointement avec Michael Levitt et Arieh Warshel.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Press Release, the Nobel Prize in Chemistry 2013, le 9 octobre 2013.
  2. « Martin Karplus, un Prix Nobel sauvé de la Shoah », sur lepoint.fr,‎
  3. [1] « Le Nobel de Chimie à un trio spécialiste de la modélisation des réactions chimiques dont Martin Karplus titulaire d’une chaire à l'université de Strasbourg », sur le site dna.fr du 9 octobre 2013.
  4. « Le prix Nobel Jean-Marie Lehn grand officier de la légion d'honneur », sur le site dna.fr, 20 avril 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]