Jocelyn Bell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bell.
Jocelyn Bell
Launch of IYA 2009, Paris - Grygar, Bell Burnell cropped.jpg
Jocelyn Bell Burnell en 2009.
Fonctions
Présidente
Royal Society of Edinburgh
-
Présidente
Royal Astronomical Society
-
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Susan Jocelyn BellVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Religion
Quaker
Membre de
Directeur de thèse
Site web
Distinctions
Enregistrement vocal

Jocelyn Bell Burnell, née Susan Jocelyn Bell le [1], est une astrophysicienne britannique.

Elle est connue pour sa découverte du premier pulsar, pour laquelle c'est son directeur de thèse Antony Hewish qui obtient le prix Nobel, ce qui déclenche une très vive controverse[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et vie familiale[modifier | modifier le code]

Susan Jocelyn Bell est née à Belfast en Irlande du Nord le . Elle est l’aînée d’une fratrie de quatre composée d'un garçon et de trois filles[4]. Son père, George Philip Bell, est architecte et aide à concevoir le planétarium d’Armagh (en)[5]. Ayant grandi dans une famille aisée, qu’elle qualifie comme appartenant à la « gentry[4] », plusieurs personnels de maison aident sa mère, Margaret Allison Bell, née Kennedy, à tenir la maison. Elle s'intéresse très jeune à l’astronomie[6] ; elle accompagne son père à l’observatoire d’Armagh et y rencontre le personnel de l’observatoire qui nourrit sa curiosité. Elle vit à Lurgan et étudie au Lurgan College (en) entre 1948 et 1956[7].

À onze ans, elle échoue à l’examen 11+, utilisé pour orienter les enfants vers des études générales ou professionnelles[4]. Ses parents l’envoient à la Mount School (en) de York, un pensionnat de filles de la Société religieuse des Amis[8], entre 1956 et 1961[9]. Là-bas, elle est impressionnée par un professeur de physique à qui elle attribue une grande partie de sa vocation pour la physique[10].

En 1968, elle épouse Martin Burnell, un fonctionnaire[6], dont elle divorce en 1993[11],[6] après avoir eu un fils, Gavin Burnell. Ayant des difficultés pour trouver des garderies, elle travaille à temps partiel pour élever son fils[4]. Ce dernier est devenu physicien de la matière condensée[4],[12]

Carrière[modifier | modifier le code]

Graphique sur lequel Jocelyn Bell Burnell a reconnu pour la première fois la présence d’un pulsar, exposé à la bibliothèque de l’université de Cambridge.

Jocelyn Bell est diplômée Bachelor of Science de l'université de Glasgow en 1965 puis obtient son Ph.D. à l'université de Cambridge en 1969. À Cambridge, elle travaille avec Antony Hewish et quelques autres à la fabrication d’un radiotélescope destiné à l’étude des quasars, récemment découverts à l’époque, en utilisant la scintillation interplanétaire qui permet de distinguer les sources compactes de celles plus étendues. En 1967, examinant les enregistrements du radio-télescope, Bell remarque un signal différent des signaux radioastronomiques connus, dont la position, sur la sphère céleste, semble constante et dont les pulsations, environ une par seconde, sont régulières. Temporairement baptisée « Little Green Men 1 » (« Petits Hommes verts no 1 »), la source est par la suite identifiée comme étant une étoile à neutrons.

Elle met en évidence ainsi le premier pulsar, découverte pour laquelle son directeur de thèse Antony Hewish obtient le prix Nobel en 1974, ce qui déclenche une très vive controverse[13] initiée par Fred Hoyle et relayée par d’autres confrères, scandalisés de voir ce prix prestigieux remis à un directeur de thèse, au lieu d’être remis à la personne ayant fait la découverte au motif qu’elle était simplement étudiante ou parce que c’était une femme. Elle-même écrira en 1979 qu’elle estime normal qu’un prix Nobel soit accordé au directeur de thèse et non à son étudiant[14].

Après avoir obtenu son doctorat, Jocelyn Bell travaille à l'université de Southampton, à l'University College de Londres et à l'observatoire royal d'Édimbourg, avant de devenir pendant dix ans professeur de physique pour l’Université ouverte (Open University, institution anglaise donnant des cours à distance) ; elle est ensuite professeur occasionnel à l’université de Princeton. Bell fut doyenne de science à l'université de Bath entre 2001 et 2004 et présidente de la Royal Astronomical Society entre 2002 et 2004.

Elle est actuellement professeur occasionnel à l'université d'Oxford.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bien que n'ayant pas partagé le prix Nobel de physique remis en 1974 à Antony Hewish pour leur découverte, elle fut honorée par un certain nombre d'autres organisations.

Prix[modifier | modifier le code]

Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Elle a obtenu plusieurs Doctorat honoris causa comprenant :

Décorations[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Jocelyn Bell Burnell a été l’objet de la première partie de la série en trois parties Beautiful Minds de BBC Four, réalisée par Jacqui Farnham, dans laquelle sa carrière et ses contributions à l’astronomie sont exposées[43]. En 2015, elle a reçu en Angleterre le prix Women of the Year Prudential Award dans la catégorie Lifetime Achievement[44]. À cette occasion, elle dira : « On peut actuellement s’en tirer extrêmement bien sans avoir obtenu de prix Nobel, et j’ai eu de nombreux autres prix, et tellement de récompenses et d’honneur que, en réalité, je pense que je me suis bien plus amusée que si j’avais eu le prix Nobel. C’est un feu de paille en quelque sorte : vous l’avez, vous êtes heureux le temps d’une semaine , et tout est terminé, plus personne ne vous remet quoi que ce soit après, parce qu’il y a le sentiment que rien ne peut être au même niveau »[45].

Société des Amis[modifier | modifier le code]

Depuis ses études dans une école quaker, Jocelyn Bell est active dans la Société des Amis. Elle est secrétaire (clerk) de l’Assemblée britannique de 1995 à 1997 et secrétaire (clerk) du comité exécutif du Friends World Committee for Consultation en 2008-2012. Elle témoigne de son itinéraire religieux et de ses croyances dans un entretien avec Joan Bakewell en 2006[46].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sharon Bertsch McGrayne, Nobel Prize Women in Science, Joseph Henry Press, (lire en ligne), p. 358
  2. (en-US) « Female physicist “snubbed” for Nobel Prize recognized as “Woman of the Year” », Women in the World,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2018).
  3. « Jocelyn Bell, passion pulsars », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2018).
  4. a b c d et e (en) « Oral History Transcript — Dr. S. Jocelyn Bell Burnell », sur aip.org, American Institute of Physics — Interview réalisée le 21 mai 2000 par David DeVorkin.
  5. (en) Colin Johnston, « Pulsar Pioneer visits us », Astronotes, Armagh Planetarium,‎ , p. 2–3 (lire en ligne [PDF]).
  6. a b et c (en) « Jocelyn Bell Burnell », sur famousscientists.org.
  7. (en) « Lurgan College in Focus: a school proud of its rich past », Lurgan Mail,‎ (lire en ligne).
  8. Communément connus sous le nom de quakers.
  9. Elle a été la présidente de l’« association des anciens élèves »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) entre 2007 et 2009.
  10. (en) Kate Marsh Weatherall, « The woman who discovered pulsars », sur weatheralltech.com, (consulté le 17 septembre 2013).
  11. (en) « Jocelyn Bell Burnell », sur nndb.com.
  12. (en) « Dr Gavin Burnell », sur stoner.leeds.ac.uk, University of Leeds - Condensed Matter Physics Group.
  13. Sur cette controverse :
    1. — Le dernier chapitre du livre L'astronomie au féminin, de l'astrophysicienne belge Yaël Nazé, est consacré à la découverte de Jocelyn Bell et de la controverse qui s'ensuivit. Un résumé de cet ouvrage peut être trouvé sur J.-P. Maratray, « Astronomie au féminin », sur astrosurf.com
    2. « Une petite guerre des étoiles », Le Devoir,‎ (lire en ligne) — Une interview de Jocelyn Bell en 2007 où elle relate son sentiment mitigé 33 ans plus tard.
  14. (en) « Cosmic Search Issue 01 Page 16 – S. Jocelyn Bell Burnell: Little Green Men, White Dwarfs or Pulsars? », sur Bigear.org, (consulté le 12 février 2010) : « I believe it would demean Nobel Prizes if they were awarded to research students, except in very exceptional cases, and I do not believe this is one of them. »
  15. (en) « MICHELSON », sur Franklin Institute (consulté le 28 mai 2019).
  16. (en) « Physics Today (1978) », sur Physics Today (consulté le 28 mai 2019).
  17. (en) « Beatrice M. Tinsley Prize », sur Union américaine d'astronomie (consulté le 28 mai 2019).
  18. (en) « Herschel Medal Winners », sur Royal Astronomical Society (consulté le 28 mai 2019).
  19. (en) « The Magellanic Premium of the American Philosophical Society », sur Société américaine de philosophie (consulté le 28 mai 2019).
  20. (en) « Michael Faraday Prize and Lecture », sur Royal Society (consulté le 28 mai 2019).
  21. (en) « Royal Medals », sur Royal Society (consulté le 28 mai 2019).
  22. « Les lauréats des prix de l'Académie des sciences attribués en 2018 | Lauréats | Prix et médailles | Encourager la vie scientifique », sur www.academie-sciences.fr (consulté le 26 juillet 2018).
  23. (en) « Special Breakthrough Prize in fundamental physics awarded to Jocelyn Bell Burnell pour la découverte des pulsars », sur Breakthrough Prize (consulté le 6 septembre 2018).
  24. (en) Ian Sample, « British astrophysicist overlooked by Nobels wins $3m award for pulsar work », sur the Guardian, (consulté le 6 septembre 2018).
  25. (en) « Professor Jocelyn Bell Burnell wins Special Breakthrough Prize », sur Royal Astronomical Society (consulté le 28 mai 2019).
  26. (en) « Jocelyn Bell Burnell », sur Royal Society (consulté le 28 mai 2019).
  27. (en) « Jocelyn Bell Burnell », sur Union astronomique internationale (consulté le 28 mai 2019)
  28. (en) « Professor Dame Susan Jocelyn Bell Burnell DBE FRS PRSE MRIA », sur Royal Society of Edinburgh (consulté le 28 mai 2019).
  29. (en) « Jocelyn Bell Burnell », sur Académie nationale des sciences (consulté le 28 mai 2019).
  30. (en) « Honorary Members », sur Union américaine d'astronomie (consulté le 28 mai 2019).
  31. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. (en) https://www.amacad.org/person/jocelyn-bell-burnell (consulté le 28 mai 2019).
  32. (en) « Women Honoured by Heriot-Watt University », sur Université Heriot-Watt (consulté le 28 mai 2019).
  33. (en) « 31 of Sussex's past honorary graduates you might have heard of ... », sur Université du Sussex (consulté le 28 mai 2019).
  34. (en) « Honorary Degrees », sur Université Harvard (consulté le 15 mai 2019).
  35. (en) « Jocelyn Bell Burnell », sur Today in Astronomy (consulté le 28 mai 2019).
  36. (en) « Images of the Honorands », sur Université de Leicester (consulté le 28 mai 2019).
  37. (en) « Dame Jocelyn Bell Burnell receives honorary doctorate from McGill », sur Youtube (consulté le 28 mai 2019).
  38. (en) « Honorary graduates », sur Université Napier d'Édimbourg (consulté le 28 mai 2019).
  39. (en) « DCU honours top female astrophysicist », sur Université de la ville de Dublin (consulté le 28 mai 2019).
  40. (en) « NUI Honorary Conferring Ceremony 2015 », sur Université nationale d'Irlande à Galway (consulté le 28 mai 2019).
  41. (en) « Bank of England's Mark Carney among 11 receiving honorary degrees from University of Alberta », sur Edmonton Journal (consulté le 28 mai 2019).
  42. (es) « Acto de Investidura como Doctora "Honoris Causa" de l'Excma. Sra. Dra. Jocelyn Bell », sur Université de Valence (consulté le 15 mai 2019).
  43. (en) « Beautiful Minds : Jocelyn Bell Burnell », sur http://www.bbc.co.uk (consulté le 27 février 2018).
  44. (en) « Women of the Year 2015 Awards », sur http://www.womenoftheyear.co.uk (consulté le 27 février 2018).
  45. Pierre Ropert, « Jocelyn Bell, passion pulsar », sur franceculture.fr,
  46. (en) « Interview with Jocelyn Bell Burnell », sur bbc.co.uk — transcription d’un entretien pour la BBC Radio 3, émission Belief du 2 janvier 2006..

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :