Martin Hairer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hairer, Martin
Description de cette image, également commentée ci-après
Martin Hairer en 2014, portrait de la Royal Society
Naissance (42 ans)
Nationalité Drapeau de l'Autriche Autriche
Domaines Mathématiques
Formation Université de Genève
Directeur de thèse Jean-Pierre Eckmann
Distinctions Médaille Fields (2014)

Martin Hairer (né le à Genève) est un mathématicien autrichien, lauréat de la médaille Fields en 2014[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Martin Hairer a grandi à Genève, et a obtenu une maturité gymnasiale au Collège Claparède[2]. Il a ensuite étudié à l'Université de Genève, et a obtenu une licence en mathématiques, un diplôme en physique en 1998, suivi d'un doctorat en physique en 2001, sous la direction de Jean-Pierre Eckmann. Il a été professeur associé au Courant Institute of Mathematical Sciences de l'Université de New York, et est actuellement professeur à l'Université de Warwick, au Royaume-Uni et membre de la Royal Society.

Travaux[modifier | modifier le code]

Ses travaux de recherche concernent la théorie des probabilités, et plus particulièrement les équations aux dérivées partielles stochastiques.

Avec le mathématicien américain Jonathan Mattingly, il a étudié, au moyen du calcul de Malliavin, le comportement en temps long des solutions des équations de Navier-Stokes stochastiques bi-dimensionnelles, qui décrit l'écoulement plan d'un fluide soumis à une force aléatoire, établissant notamment le caractère ergodique de ce flot[3].

Hairer a ensuite développé une nouvelle approche mathématique des équations aux dérivées partielles stochastiques fortement non-linéaires. La notion de « structure de régularité locale », introduite par Hairer, permet de donner un sens à ces équations dans des cas singuliers pour lesquels des solutions classiques n'existent pas, en les définissant comme le point fixe d'une procédure de renormalisation, et d'obtenir une description locale des solutions. Cette approche a notamment permis de traiter l'équation Kardar–Parisi–Zhang (en) (KPZ) qui décrit la croissance aléatoire de surfaces rugueuses[4].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :