Manfred Eigen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eigen.
Manfred Eigen
Eigen,Manfred 1996 Göttingen.jpg
Manfred Eigen en 1996.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
GöttingenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions
Prix Nobel de chimie ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Pour le Mérite pour les sciences et arts (d)
Foreign Member of the Royal Society
Médaille Rudolf Diesel (en)
Médaille honoraire de Basse-Saxe (d)
Prix Otto-Hahn pour la chimie et la physique (d) ()
Prix Nobel de chimie ()
Médaille Carus ()
Décoration autrichienne pour la science et l'art (en) ()
Faraday Lectureship ()
Prix Paul-Ehrlich-et-Ludwig-Darmstaedter ()
Prix de recherche Max-Planck ()
Médaille Helmholtz ()
Médaille d'or Goethe (d) ()
Hall of Fame of German Research (d) ()
Médaille Wilhelm Exner ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Manfred Eigen, né le à Bochum (Allemagne) et mort le à Göttingen[1],[2], est un biophysicien allemand et un ancien directeur de l'Institut Max Planck pour la chimie biophysique.

Conjointement avec Ronald George Wreyford Norrish et George Porter, il a reçu le prix Nobel de chimie de 1967[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après son Abitur en 1944 au gymnase humaniste de Bochum (aujourd’hui Gymnase am Ostring), Manfred Eigen étudia la physique et la chimie à l'université de Göttingen, où il prépara sa thèse de doctorat sous la direction d’Arnold Eucken. En 1957, il devint directeur de l'actuel Institut Max Planck pour la chimie biophysique.

Conjointement avec Ronald George Wreyford Norrish et George Porter, il obtint le prix Nobel de chimie en 1967 « pour leurs études des réactions chimiques extrêmement rapides, obtenues en perturbant l'équilibre à l'aide de très courtes impulsions d'énergie[3]. ». Manfred Eigen a dévéloppé des méthodes de perturbation-relaxation telle que la méthode du saut de température, qui servent à la mesure des réactions rapides telle que nombreuses réactions acido-basiques.

Il devint membre étranger de la Royal Society en 1973.

En outre le nom de Eigen est lié à la théorie des hypercycles (en), la liaison cyclique de cycles de réactions comme explication de l'auto-organisation des systèmes prébiotiques, qu'il a décrit en collaboration avec Peter Schuster (en) dans les années 1970.

En 1962, Manfred Eigen reçut le prix Otto Hahn de physique-chimie puis en 1994, l'Académie des sciences de Berlin et du Brandebourg lui décerna la médaille Helmholtz. À partir de 2001, il est membre d'honneur de l'université de la Ruhr à Bochum.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Göttinger Nobelpreisträger Manfred Eigen verstorben », sur mpibpc.mpg.de
  2. (de) [1], sur spiegel.de
  3. a et b (en) « for their studies of extremely fast chemical reactions, effected by disturbing the equlibrium by means of very short pulses of energy » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1967 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 21 août 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]