Martin Chalfie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Martin Chalfie
Description de cette image, également commentée ci-après
Martin Chalfie en 2008
Naissance
Chicago (Illinois) (États-Unis)
Nationalité américaine
Domaines Neurobiologie, biologie cellulaire
Institutions Université Columbia
Diplôme Université Harvard
Renommé pour Travaux sur le nématode et utilisation de la green fluorescent protein (GFP)
Distinctions Prix Nobel de chimie de 2008

Martin Chalfie (né le à Chicago) est un biologiste américain, corécipiendaire du prix Nobel de chimie de 2008 avec Osamu Shimomura et Roger Tsien[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille dont les grands-parents ont émigré de Russie, Martin Chalfie a grandi à Chicago. Il commence des études supérieures de mathématique en 1965 avant de s'orienter vers la biochimie. Après une thèse obtenue à l'université Harvard en 1977, il fait un post-doc à l'université de Cambridge, au Laboratory of Molecular Biology dans le groupe de John Sulston et Sydney Brenner de 1984 à 1985.

En 1982, il intègre le département de Biologie de l'université Columbia à New York où il poursuit son travail sur la mise en place et le maintien des circuits neuronaux chez C. elegans.

Il est élu à l'Académie nationale des sciences en 2004.

Les lauréats du prix Nobel 2008 à l'Académie royale des sciences de Suède à Stockholm

En 2008, Chalfie, Osamu Shimomura et Roger Tsien sont colauréats du prix Nobel de chimie « pour la découverte et le développement de la protéine fluorescente verte, la GFP[1] ». La GFP a été découverte initialement dans l'organisme de la méduse Aequorea victoria en 1962. Martin Chalfie a utilisé la GFP comme marqueur biologique et génétique chez le nématode en colorant individuellement six cellules.

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1989, Martin Chalfie a épousé la biologiste américaine Tulle Hazelrigg[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for the discovery and development of the green fluorescent protein, GFP » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 2008 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 3 septembre 2010
  2. (en) Martin Chalfie, « GFP: Lighting up life », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 106, no 25,‎ , p. 10073–10080 (ISSN 0027-8424, PMID 19553219, PMCID 2700921, DOI 10.1073/pnas.0904061106, Bibcode 2009PNAS..10610073C, lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]